Connect with us

A LA UNE

Les violences post-électorales ont fait au moins 21 morts, selon le gouvernement

Published

on

Les violences post-électorales en Guinée qui ont éclaté au lendemain de la présidentielle du 18 octobre ont fait 21 victimes, dont des membres des forces de l'ordre, a indiqué lundi la télévision nationale, citant le gouvernement, qui avait jusqu'à présent fait état d'un bilan d'une dizaine de tués.

« Le gouvernement guinéen a indiqué que 21 personnes ont été tuées depuis lundi (19 octobre) dans les violences post-électorales, dont des agents des forces de l'ordre », a déclaré le présentateur du journal de la RTG. L'opposition évoque pour sa part un bilan d'au moins 27 morts.

Par ailleurs, l'atmosphère est restée tendue lundi dans la capitale guinéenne Conakry, les habitants tentant de se relever des violences post-électorales qui ont suivi la réélection contestée du président sortant Alpha Condé, alors que se poursuit une médiation internationale. L'appel à manifester contre un troisième mandat du président Condé, lancé par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), n'a été que peu ou pas suivi, de nombreux habitants disant craindre pour leur sécurité, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le long de l'autoroute Fidel Castro, qui mène du centre-ville à l'aéroport à travers des quartiers réputés favorables au pouvoir, la plupart des boutiques sont restées fermées. Quelques marchés étaient ouverts pour les produits de première nécessité, mais l'affluence n'était pas au rendez-vous. Plus au nord, dans la grande banlieue favorable à l'opposition, des policiers, gendarmes et militaires, dont certains à bord de pick-ups, étaient présents en force, comme depuis plusieurs jours.

Usage excessif de la force

Des tirs ont été notamment entendus dans des quartiers comme Cosa et Sonfonia, sans que l'on sache s'ils ont fait des morts ou des blessés. Wanindara, l'un des fiefs de l'opposition, portait encore les stigmates des affrontements des derniers jours : carcasses de deux camions brûlés, pneus incendiés, pierres jonchant le sol et bâtiments pillés. « Les jeunes de là-bas et ceux d'ici, c'est-à-dire entre RPG (le parti au pouvoir) et l'UFDG (opposition), ce sont les deux groupes qui s'affrontent », a expliqué Mohamed Saliou Camara, un habitant dont la maison a été incendiée.

« La maison que vous voyez là, c'est celle de mon papa. C'est ici qu'ils ont attaqué. Ils ont commencé à faire n'importe quoi. Dans chaque chambre, tout ce dont ils avaient besoin, ils l'ont pris, tout. Après, finalement, ils ont mis le feu », a-t-il ajouté, sans préciser qui sont les responsables. « Personne n'a pu sauver même une paire de chaussures », a confirmé un autre riverain, Mohamed Camara, en déambulant dans les décombres de sa maison.

Selon Amnesty International, les forces de sécurité ont fait depuis une semaine un usage excessif de la force, tirant à balles réelles contre des manifestants. L'ONG a aussi condamné les coupures d'internet, dont l'accès était toujours très difficile lundi selon des journalistes de l'AFP.

Emissaires de l'ONU à la rescousse

Des émissaires de l'ONU, de l'Union africaine (UA) et de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cédéao), arrivés dimanche en Guinée, ont poursuivi lundi leurs efforts de médiation en rencontrant plusieurs ministres, la commission électorale et le corps diplomatique, selon un responsable de la Cédéao à Conakry.

Avec le parisien

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Dialogue politique : la rencontre de ce vendredi reportée

Published

on

Finalement, la troisième session du cadre de concertation prévue ce vendredi 24 juin 2022 n’aura pas lieu. Elle a été reportée à lundi prochain a annoncé le premier ministre dans un communiqué lu jeudi soir à la télévision nationale.

Selon Mohamed Béavogui, ce report s’explique par la « volonté exprimée du CNRD et du Gouvernement de mobiliser l’ensemble des acteurs socio- politiques autour de la table du dialogue pour une transition inclusive et apaisée ».

Il faut noter que ce report intervient alors que plusieurs coalitions politiques, dont l’ANAD et la CORED avaient déjà décliné l’invitation, au motif qu’elle ne cadre pas avec l’esprit de la déclaration du premier ministre du 20 juin dernier, déclaration dans laquelle, le chef du gouvernement a lancé un appel au dialogue, estimant qu’il n’est jamais trop tard pour se retrouver et qu’aucun sacrifice n’est de trop dans la construction du pays.

« Nos divergences doivent servir de point de départ pour des discussions constructives afin de mettre en œuvre les actions concrètes et nécessaires qui permettront le retour à l’ordre constitutionnel. Une invitation sera adressée par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation à tous les acteurs politiques et sociaux pour une rencontre que je présiderai, dans les prochains jours, pour définir ensemble des modalités d’un véritable dialogue sans tabou, franc et inclusif », a-t-il poursuivi, soulignant que le gouvernement mettra à contribution la CEDEAO, l’UA et les Nations unie et s’appuiera également sur l’expérience du G5 en matière de suivi du dialogue.

L’ANAD de Cellou Dalein Diallo, la Cored de Mamadou Sylla, ainsi que le RPg arc en ciel, l’ex parti au pouvoir et le Fndc-politique, n’ont pas pris part aux deux précédentes sessions du cadre de concertation pilotée par Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance