Connect with us

A LA UNE

2017: une année fatale à plusieurs chefs d’Etat africains «historiques»

Published

on

Votre publicité ici

En Afrique, l'année 2017 a été fatale à un certain nombre de chefs d'Etat, à la tête de leurs pays depuis des décennies. Le Gambien Yahya Jammeh a ouvert le bal, en janvier 2017. L’Angolais Eduardo Dos Santos et le Zimbabwéen Robert Mugabe lui ont emboîté le pas. Chacun est « parti », non sans peine, et seul Dos Santos peut s'enorgueillir d'un départ par la « grande porte ».

Yahya Jammeh a dirigé la Gambie d'une main de fer pendant 22 ans. Fin 2016, il organise un énième scrutin présidentiel. Mais il va perdre, contre toute attente, face au candidat unique de l'opposition.

C'est à ce moment précis qu'il va commettre une erreur qui va lui être fatale. Après avoir surpris, en reconnaissant sa défaite, Yahya Jammeh revient sur sa décision. Ebrima Fall, un chercheur d'origine gambienne qui vit au Sénégal, explique : « Yahya Jammeh aurait dû partir dans tous les cas. Mais je pense que les gens auraient été un peu plus indulgents avec lui s’il était parti comme ça, dignement, à l’annonce des résultats, comme il avait promis de le faire. Et, au bout d’une semaine, il revient en arrière pour dire que finalement, non, non, il y avait des irrégularités. Et, donc, le peuple, à l’intérieur, tous les groupes sociaux se sont mobilisés pour dire à Yahya Jammeh : « Non, non, vous avez eu votre chance pendant 22 ans et maintenant, il est temps de partir ». C’est le même message qu’il a reçu de la communauté internationale également, aussi bien des Nations unies que de la Cédéao. Je pense que si Yahya Jammeh s’en était tenu à sa première position de reconnaissance des résultats, il serait parti dans la dignité. Voilà quelqu’un qui a régné d’une manière autoritaire et qui est sorti par la petite porte ! ».

Yahya Jammeh est contraint à l'exil le 21 janvier 2017, chez son ami de Guinée équatoriale.

Eduardo Dos Santos, le plus organisé

Après 38 ans de pouvoir, l'ancien président angolais Eduardo Dos Santos a mieux organisé sa sortie que Yahya Jammeh, en passant la main à un successeur désigné, qui a remporté la présidentielle d'août 2017.

Vieux - il a 74 ans -, malade depuis des années, Dos Santos voulait passer la main depuis un certain temps, notamment à l’un de ses fils. Son parti va l'en dissuader. Eduardo Dos Santos va finalement céder la place au candidat du parti, Joao Lourenço, qui gagne la présidentielle du 23 août 2017. Dos Santos obtient, en contrepartie, une retraite royale, une immunité totale et il garde, en prime, la présidence du parti au pouvoir.

Didier Peclard, un spécialiste de l'Angola de l'Université de Genève, assure : « Un des facteurs, je pense, que c’est effectivement, le fait que cette succession s’est faite dans les règles de l’art, si vous voulez ; que la transition ait pu se faire de manière ordonnée, au travers d’un processus démocratique et des élections. C’est que, malgré toutes les critiques qui sont émises en Angola sur le bilan de Dos Santos, il reste quand même une figure importante, quelles que soient toutes les limites qu’il faille admettre au côté démocratique du processus électoral qui a eu lieu en août ».

Le départ de Dos Santos est un départ par la grande porte en quelque sorte, ce qui n'a pas été le cas, quelques mois plus tard, pour l'un de ses voisins d'Afrique australe, le camarade Bob du Zimbabwe.

Le roi Mugabe « était nu »

Après 37 ans au pouvoir, Robert Mugabe voulait, lui, imposer sa femme comme successeure, ce qui a déclenché une tempête qui l'a emporté. Les expériences de Jammeh et de Dos Santos n'ont apparemment pas servi de leçon à Robert Mugabe.

Jusqu'ici, rien n'était parvenu à ébranler son règne, mais, début novembre 2017, le vieux président de 93 ans décide de limoger son vice-président et successeur désigné, Emmerson Mnangagwa, un compagnon de la première heure. C'est une décision qui ouvre un boulevard à sa femme Grace Mugabe, dans la course à sa succession, mais qui va surtout précipiter sa chute. Thierry Vircoulon, chercheur à l'Institut français des relations internationales, précise : « Sa chute est largement due à la lutte de factions au sein de la Zanu PF pour sa succession. Comme les élections étaient prévues en 2018, l’idée que sa femme puisse lui succéder est apparue inacceptable pour la vieille garde de la Zanu PF, qui a orchestré, avec l’armée, sa destitution. Et on a constaté, cette semaine-là, que le roi était nu, c’est-à-dire qu’il n’avait plus aucun soutien ».

C'est une sortie par la « petite porte » de l'histoire pour une des grandes figures des dernières décennies en Afrique, une chute qui va tenir en haleine tout le continent pendant plus de deux semaines, jusqu'à ce que Robert Mugabe présente sa démission, contrainte et forcée, le 21 novembre 2017.

RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Gaoual : deux morts dans des heurts entre forces de l’ordre et manifestants

Published

on

Votre publicité ici

Deux personnes ont été tuées mardi 22 juin, à Gaoual,  dans des violences entre les forces de sécurité et des manifestants en colère contre la fermeture de la mine d’or, récemment découverte à Kounsitel.

Les victimes sont Mamadou Sidibé, agriculteur de 32 ans et Mamady Camara, orpailleur originaire de Kankan.

Les deux ont succombé à leurs blessures, alors qu’ils étaient en train d’être évacués vers Conakry.

Ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes en provenance de diverses villes du pays, notamment de la Haute Guinée, se sont rués vers Gaoual, où une mine d’or vient d’être découverte dans la sous-préfecture de Kounsitel.

Face à cette présence massive et aux risques que l’exploitation artisane représente, les autorités administratives ont décidé de fermer la mine jusqu’à nouvel ordre.   Une fermeture qui fâche à Gaoual, où certains autochtones soupçonnent une exploitation clandestine de la mine, par certains orpailleurs en complicités avec des agents qui surveillent la zone.  Excédés par le chômage et la pauvreté, ils appellent donc à la réouverture immédiate de la mine.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Grâce présidentielle pour quatre détenus politiques guinéens

Published

on

Votre publicité ici

Quatre détenus politiques ont été graciés par le président Alpha Condé, durant ces cinq derniers jours.

Il s’agit d’abord de Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté, tous graciés dans la soirée de ce mardi, 22 juin 2021.

Opposant au troisième mandat d’Alpha Condé, les deux avaient été condamnés à un an d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens chacun, le 13 janvier dernier, par le tribunal de première instance de Dixinn.

Les deux autres sont,  Boubacar Diallo dit grenade et  Mamadi Condé, alias Madic 100 frontières, tous graciés vendredi dernier.

Il faut rappeler que Boubacar Diallo avait été condamné à 10 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 5 ans par la Cour d'Appel. Mais le 17 juin passé, il a demandé pardon au chef de l’Etat à travers une lettre.

Quant à Madic 100 frontières,  il avait été condamné  en première instance, à 5 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 100 millions de francs guinéens pour  « atteinte aux institutions de la République, téléchargement, diffusion et mise à la disposition des messages etc.) Mais après avoir demandé pardon à Alpha Condé, sa peine avait été  finalement réduite à un an d'emprisonnement ferme, le 10 juin dernier par la Cour d'Appel.

Il faut signaler que plusieurs autres militants et responsables de l’UFDG, le principal parti de l’opposition,  croupissent toujours sans jugement depuis plusieurs mois à la maison centrale de Conakry.

Par Mariam Bâ

 

Continue Reading

A LA UNE

WIA Young Leaders annonce les lauréates de sa première promotion

Published

on

Votre publicité ici

Paris, le 22 juin 2021 – L’initiative Women In Africa (WIA) a révélé aujourd’hui les membres de la première promotion du programme WIA Young Leaders. Élaboré en partenariat avec la Maison Dior, Huawei et la banque d’affaires Lazard, le programme Young Leaders vise à accompagner et mettre en avant le potentiel de leadership des jeunes femmes africaines.

Cynthia Adediran Aïssy, Directrice Générale de KeyOpsTech et de Fruitizz CI ; Meganne Lorraine Ceday Boho, Manager Relations Clients et Médias chez African Media Agency, Présidente de La Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes ; Dr. Nassifatou Koko Tittikpina, Responsable de la restructuration du Laboratoire National de Contrôle Qualité des Médicaments ; Néné Maïga, Directrice de cabinet du DG d’Orange Middle East and Africa et Nyama Marvel Gusona, Consultante Internationale pour l’autonomisation des jeunes à l’UNICEF : voici les lauréates qui composent la première promotion des WIA Young Leaders, identifiées parmi plus de 2000 candidatures et sélectionnées après des entretiens individuels avec un jury composé de 15 personnalités internationales.

Ces 5 Young Leaders ont été sélectionnées pour leurs parcours impressionnants et prometteurs, pour leur capacité de leadership exemplaire, pour leur projet professionnel et de vie, et pour leur engagement en faveur de l’Afrique.

Toutes partagent les mêmes valeurs et la vision d’une Afrique innovante et inclusive, où le monde des affaires est intimement lié à l’impact social. Elles aspirent à devenir décisionnaires aux plus hauts niveaux d’entreprises et d’organisations publiques, avec l’humilité, l’empathie, et la résilience qui les caractérisent. Leur force de conviction, alliée à un goût pour le travail en équipe, font d’elles les prochaines grandes leaders du paysage panafricain.

WIA et ses partenaires Dior, Huawei et Lazard s’engagent à accompagner les lauréates à atteindre leurs objectifs ambitieux. Un suivi personnalisé sera mis en place pour permettre d’identifier les besoins individuels des Young Leaders et de répondre avec précision à la montée en compétences de chacune d’entre elles.

La partie présentielle du programme se déroulera à Paris. Au cours de leur séjour en France, les Young Leaders auront l’occasion de faire de nombreuses rencontres, essentielles au développement de leur réseau. Elles auront également l’opportunité exclusive d’être accueillies au sein des bureaux de Huawei et du tout nouveau siège de la banque d’affaires Lazard Paris. Un évènement virtuel sera enfin organisé au retour de ce voyage, afin de permettre à la toute première promotion Young Leaders de WIA de partager son expérience.

Grâce à ce programme, les 5 Young Leaders auront la possibilité de développer leurs compétences, mais aussi d’être mises en réseau, de découvrir de nouvelles organisations, de rencontrer des personnalités phares des mondes des affaires, de la politique et des médias.

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance