Connect with us

A LA UNE

Pour les jeunes perdus de Guinée et Côte d’Ivoire, des mois d’odyssée jusqu’aux Alpes (AFP)

Published

on

Votre publicité ici

"J'essaie de reprendre mes forces", souffle Jacques, jeune migrant guinéen, les yeux rougis et un pâle sourire creusant ses pommettes émaciées de survivant. Il a derrière lui des mois d'odyssée, avec d'autres Guinéens et Ivoiriens, dont le nombre explose dans les Alpes françaises.

A 16 ans, il vient de frôler la mort en gravissant pendant deux jours le col de l'Echelle (Alpes) pour arracher son entrée en France dans des conditions dantesques. "Il y avait beaucoup de neige et à un certain moment, je ne savais plus si j'étais parmi les morts ou les vivants", raconte-t-il à l'AFP depuis le matelas où il se repose au "Refuge solidaire", centre d'accueil associatif à Briançon (est), à la frontière italienne.

Parti avec d'autres à l'assaut de ce col, Jacques s'est perdu, a dormi dans une grotte... Un périple entamé en 2017 à travers le Mali, l'Algérie, la Libye, l'Italie.

Depuis un an, la région des Hautes-Alpes connaît une augmentation exponentielle d'arrivées de jeunes de Guinée (Conakry) et de Côte d'Ivoire (pourtant première puissance économique d'Afrique de l'Ouest). Ces nationalités arrivent loin devant celles des autres migrants, très majoritairement ouest-africains.

Selon la préfecture des Hautes-Alpes, 315 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l'Italie en 2016, contre 1.900 en 2017, en majorité des Guinéens et des Ivoiriens.

Entre juillet 2017 et février 2018, près de 3.000 migrants sont passés par le "Refuge"; parmi eux, au moins 1.185 Guinéens (dont 793 se déclarant mineurs) et 481 Ivoiriens (dont 209 se déclarant mineurs).

- Les raisons d'un départ -

Parmi les raisons de départ figurent chômage et les conditions de vie très précaires de ces jeunes, des ressources captées par les élites de ces pays, les défaillances de l'enseignement public, "inadéquat" avec le marché de l'emploi, des situations familiales inextricables (enfants nés hors mariage marginalisés, compétition au sein des familles polygames), et les pressions de familles pour envoyer un enfant débrouillard "s'aventurer" (émigrer).

"L'accès à l'emploi est extrêmement réduit en Guinée, même pour ceux qui sont diplômés (...) Pour l'essentiel, les investissements sont faits dans le secteur minier, pour la bauxite notamment", selon le sociologue guinéen Bano Barry, interrogé à Conakry.

"Personne ne vient investir parce que le pays est instable" politiquement, note-t-il, référence aux plus de 50 ans de régimes autoritaires. Nombre de Guinéens ont émigré dans les pays de la région, mais ces derniers ont désormais du mal à employer leur propre jeunesse.

Sia, Ivoirien de 35 ans, se repose au "Refuge": "Regardez le nombre de jeunes Ivoiriens qui +sortent+", lance-t-il avec colère. "Avant, quand tu voyais un Ivoirien en France, il étudiait et puis il retournait dans son pays. Aujourd'hui, ce n'est plus +bourse d'études+, c'est les zodiacs sur la mer!". "On nous dit qu'il y a plus de guerre, qu'il y a la richesse du cacao, que ça va, mais c'est pas vrai !", lance-t-il.

- Désinformation -

Mais la désinformation règne parmi ces migrants sur les énormes difficultés qui les attendent en France: le péril des reconduites à la frontière, les parcours du combattant pour obtenir les statuts de mineurs isolés ou de demandeurs d'asile, voire la vie à la rue.

Nés hors mariage et sans plus d'attaches familiales à Conakry, Cellou et Abou (prénoms modifiés) en ont fait l'expérience. Echoués en 2016 et 2017 à Briançon, ils se disent mineurs mais leur minorité n'a pas été reconnue. Ils attendent l'examen de leur recours, toujours hantés par leur voyage.

Cellou raconte qu'il a failli être vendu comme esclave en Libye, puis emprisonné et frappé à Zabrata, où il a été témoin d'exactions des "Asma boys" (gangs armés libyens) contre les migrants. Il souffre d'insomnies. "Je suis venu pour étudier et faire une formation dans la cuisine, j'aime ça trop", confie-t-il.

Depuis des mois, c'est grâce à la solidarité de Briançonnais qu'ils sont logés, nourris, formés au français. Ce soir là, pour se remettre d'un cours intense "sur les pourcentages", ils taquinent leur "Vieux" (un bénévole), pestent contre le froid et se cuisinent des spaghettis tomates-piments.

"Cette attente est difficile mais j'ai pas le choix; retourner en Guinée, ça veut dire retourner à la rue", confie Abou. "Quand il se passe des choses là-bas, le plus souvent, c'est les jeunes qu'on tue".

Une douzaine de personnes - dont plusieurs mineurs - y ont été tuées dans des violences après des élections locales en février. Le 26 février, Conakry a été transformée en "ville morte" à l'appel des enseignants, en grève depuis deux semaines.

- 'Appel d'air' -

Alors à l'heure des réseaux sociaux, nombre sont attirés par les messages de "ceux qui sont partis". Pour le sociologue Bano Barry, les arrivées de Guinéens à Briançon sont le résultat d'un "appel d'air, un mimétisme". "Les candidats au départ à Conakry savent que d'autres sont passés par là, qu'ils pourront s'appuyer sur quelqu'un qui pourra leur servir de guide".

Mais le drame, "c'est que les images de leurs difficultés en France ne sont jamais véhiculées". Et même si certains confient leur galère, les candidats au départ les accusent de ne pas vouloir partager leur "réussite"...

M.Barry cite le cas d'un de ses anciens étudiants. "Il ne le dira jamais à ses proches, pour ne pas être humilié; je l'ai revu dans la famille qui l'héberge à Paris: sa chambre, c'est un matelas dans un placard à manteaux".

Ibrahim, migrant guinéen de 22 ans, veut dire aux parents "de ne pas encourager leurs enfants à venir ici". Le destin a été cruel: il a fait une chute de 40 mètres au col de l'Echelle en août 2017, après avoir pris peur en voyant des gendarmes. Hémiplégique, le corps et la parole martyrisés, Ibrahim arpente avec un déambulateur un centre médical de Briançon. "Ce voyage, cette montagne, c'est trop dangereux".

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : la coupe de bois interdite à partir de ce lundi

Published

on

Votre publicité ici

Les autorités guinéennes ont interdit la coupe de bois à partir de lundi sur tout le territoire de ce pays ouest-africain à la riche biodiversité attaquée par une déforestation massive, ont-elles indiqué sur les réseaux sociaux.

Cette décision fait suite à des opérations clandestines d'abattage qui ont fait grand bruit ces dernières semaines, dans les régions de Mamou ou Faranah (centre).

«Après avoir constaté la coupe abusive du bois dans nos forêts et l'exploitation illicite des ressources forestières en général, le ministère de l'Environnement, des Eaux et Forêts interdit la coupe et le transport du bois sur toute l'étendue du territoire national à compter du lundi 14 juin 2021 et ce jusqu'à nouvel ordre», indique un communiqué du ministère publié sur sa page Facebook et daté du 11 juin.

Le ministère interdit à l'administration la délivrance de permis de coupe et de transport.

La Guinée «fait partie des pays qui ont les taux de déforestation les plus rapides au monde», indique le ministère sur son site internet dans un article intitulé «déforestation effrénée».

De 14 millions d'hectares dans les années 1960, le couvert forestier est passé à la fin des années 2010 à moins de 700 000 hectares, ce qui fait de la Guinée «l'un des mauvais élèves» de la conservation des forêts, dit le texte, malgré les efforts de reforestation entrepris. Même les «quelques lambeaux de forêts classées (...) ne sont pas épargnés».

Une diversité de facteurs sont cités: l'expansion des cultures du cacao, du café ou de l'huile de palme, l'agriculture sur brûlis pratiquée par une population de plus en plus nombreuse, la pression démographique d'une population qui a doublé en quarante ans, les activités minières, l'exploitation du bois, légale ou clandestine, pour lui-même ou pour d'autres activités comme l'extraction de sel ou le fumage du poisson.

Cette déforestation appauvrit la biodiversité et impacte les populations, confrontées à l'érosion et à l'acidification des sols, selon les spécialistes.

La télévision nationale rapportait il y a quelques jours la découverte de quantités considérables de bois, essentiellement du bois dit de rose, abattues clandestinement dans la région de Mamou.

«Selon les informations que nous avons, ce bois est exporté vers la Sierra Leone (pays voisin) et drainé vers les pays asiatiques», disait le colonel Layaly Camara, directeur national des Eaux et Forêts.

«On n'a ni de près ni de loin été informé par la population», déclarait Kaba Keita, sous-préfet local.

Les autorités ont annoncé la suspension de plusieurs hauts cadres de l'administration et des services forestiers à la suite de ces affaires de coupes illicites.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Hajj 2021 : pas de pèlerinage pour les Guinéens cette année encore

Published

on

Votre publicité ici

Comme l’année dernière, les musulmans Guinéens, du moins ceux qui ne résident pas en Arabie Saoudite, ne pourront pas effectuer le pèlerinage à la Mecque cette année encore.

En raison de la pandémie de coronavirus, les autorités Saoudiennes ont décidé que seul des résidents ou des nationaux, ayant entre 18 et 65 ans, ne souffrant pas d'une maladie chronique et ayant été vaccinés contre le Covid-19, peuvent effectuer le Hajj qui doit avoir lieu en juillet.

"Considérant la foule immense qui effectue le hajj, en passant de longs moments dans plusieurs endroits spécifiques, le plus haut niveau de précaution sanitaire est nécessaire", a indiqué samedi 12 juin 2021, le ministère du Hajj dans un communiqué.

Au total, l'Arabie saoudite va autoriser 60.000 de ses résidents vaccinés contre le coronavirus à effectuer le Hajj, grand pèlerinage musulman à la Mecque. Un quota drastiquement réduit pour la deuxième année consécutive à cause la pandémie de Covid-19.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Crise politique en Guinée: plusieurs diplomates échangent avec Cellou Dalein Diallo

Published

on

Votre publicité ici

Le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo, s’est entretenu avec plusieurs diplomates vendredi 11 juin 21, à Conakry.

Il s’agit des Ambassadeurs des Etats-Unis, de France, de l’Union européenne, du Coordonnateur du système des Nations-Unis et le représentant de la CEDEAO.

« Nous avons échangé sur la crise socio-politique qui prévaut actuellement dans notre pays et sur les voies et moyens susceptibles de conduire à l’apaisement et au retour de la confiance entre les acteurs politiques », a précisé Cellou Dalein Diallo, indiquant que pour son parti, l’Union des forces démocratiques de Guinée, (UFDG), « le retour de la paix et de la confiance passent nécessairement par la justice et le respect de la Constitution et des lois de la République », dit-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance