Connect with us

A LA UNE

« Il était comme un animal » : Témoignages inédits de Nafissatou Diallo sur l’affaire DSK

Published

on

La série documentaire "Chambre 2806 : l'affaire DSK", diffusée sur Netflix lundi, revient sur le scandale de la suite du Sofitel et les accusations de viol formulées par l'ancienne femme de chambre Nafissatou Diallo. Au-delà d'une reconstitution minutieuse, les quatre épisodes montrent à quel point, depuis, le monde a changé.

Personne n'a oublié les images qui ont envahi les chaînes de télévision et un Twitter encore balbutiant le 14 mai 2011. Ce jour-là, Dominique Strauss-Kahn, qui caracole en tête des sondages pour la présidentielle 2012, est arrêté à New York alors qu'il s'apprête à prendre l'avion pour rentrer en France. Le socialiste est accusé par Nafissatou Diallo, femme de chambre de l'hôtel Sofitel dans lequel il séjournait, de l'avoir violée. Près de dix ans plus tard, dans Chambre 2806 : l'affaire DSK, une série en quatre épisodes diffusée sur Netflix, l'acteur et réalisateur Jalil Lespert, qui s'attaque là pour la première fois au genre documentaire, propose un réexamen minutieux des faits.

Témoignages inédits

Deux ans et demi ont été nécessaires pour faire ce long travail d'enquête, de repérage et de tournage. Ce qui frappe d'abord, c'est la richesse des témoignages : 24 au total, dont ceux de deux enquêteurs américains, l'un rattaché à l'époque à la police new-yorkaise et l'autre au bureau du procureur, qui n'avaient jamais pris la parole publiquement. Si elle ne contient aucune révélation fracassante, sa seule conclusion étant de battre en brèche la théorie d'un complot contre DSK, la série a le mérite de proposer un examen minutieux des faits et des éléments à charge comme à décharge.

Un équilibre recherché par Jalil Lespert. "C'est le genre d'affaire où tout le monde a un avis, a vu, a entendu quelqu'un dire quelque chose, dans une sorte de mêlée générale qui empêche l'objectivité. Dès le départ, on voulait être le plus objectif possible. Clarifier des faits", confie le réalisateur à Europe 1. "Il y avait aussi l'ambition de donner à une audience très large, celle de Netflix, la possibilité de se faire sa propre idée et de clore toute cette histoire."

Nafissatou Diallo revient sur ses incohérences

Le témoignage le plus attendu et le plus fort reste bien sûr celui de Nafissatou Diallo. "Il était comme un singe, comme un animal. J'avais si peur", souffle l'ancienne femme de chambre, qui se tient habituellement loin des médias et n'a accepté de répondre qu'à la dernière minute. "Il m'a attrapée... j'ai essayé de le repousser, de m'enfuir..." Souvent, elle s'interrompt, se tordant les mains, avant de reprendre le fil tortueux de son histoire.

Si elle donne de nouveau en détail sa version de ce qui s'est passé exactement ce 14 mai 2011 dans la suite 2806, Nafissatou Diallo est également interrogée sur les incohérences de son récit qui ont poussé le procureur à abandonner les poursuites, estimant que sa seule témoin n'était pas suffisamment fiable. "J'ai le sentiment que dans cette affaire, on n'a parlé que de moi", regrette-t-elle. "Rien sur lui. J'avais l'impression d'être une criminelle qui avait attaqué quelqu'un." Et l'un de ses avocats de confirmer que jamais DSK n'a eu à confronter sa version des faits à celle de sa victime présumée.

En dix ans, les discours et les regards ont changé

C'est peut-être là que se niche le principal intérêt de Chambre 2806. En alternant images d'archives et interviews, la série documentaire ne se contente pas de tout remettre à plat, elle permet un coup d'œil édifiant dans le rétroviseur. D'autant plus qu'elle s'attarde, également, sur les accusations d'abus de pouvoir pour entretenir une liaison avec une employée du FMI et sur l'affaire du Carlton de Lille, dans laquelle DSK a été poursuivi pour proxénétisme aggravé avant d'être blanchi.

En dix ans, les discours et les regards ont changé. Les réactions notamment au sein du Parti socialiste, avec un Jean-Christophe Cambadélis sur le perron du siège de la rue de Solférino qui "ne peut pas croire" à la culpabilité de DSK et se dit persuadé qu'il sera "bientôt parmi nous", semblent ressurgir d'un autre siècle. Les micro-trottoirs qui alimentent les journaux télévisés de la fin mai 2011 sont remplis d'hommes et de femmes qui sont persuadés que tout n'est qu'un coup monté, comme si l'hypothèse des violences sexuelles n'était même pas envisageable.

"L'une des étincelles qui ont allumé le mouvement #MeToo"

L'ancien ministre de la Culture Jack Lang, l'un des rares socialistes qui a accepté de répondre à Jalil Lespert, apparaît comme la relique de cet ancien monde, estimant que DSK "est un peu plus porté vers les choses de l'amour", et que l'amour "n'est pas un complot du diable". "Evidemment, certaines archives nous ont frappé", confirme le réalisateur. "Aujourd'hui, il y a des choses qu'on ne laisserait plus passer. Et Jack Lang est un peu le témoin d'une ancienne génération."

En cela, Chambre 2806 est un formidable outil de mesure de l'évolution des mentalités. "Cela dit beaucoup de choses sur la morale en politique, le comportement de la police et de la justice avec les plus vulnérables et sur l'évolution des rapports hommes-femmes depuis vingt ans", confirme le producteur de la série, Philippe Levasseur. "Plusieurs témoins nous ont dit que cette affaire DSK est l'une des étincelles qui ont allumé le mouvement #MeToo. C'est le début de la libération de la parole des femmes."

Si la même affaire se produisait aujourd'hui, l'abandon des poursuites serait plus qu'improbable

Il est d'ailleurs impressionnant de réentendre l'écrivaine Tristane Banon, qui a accusé DSK de tentative de viol, et de mesurer à quel point elle n'a jamais été prise au sérieux. "Sans doute avec un peu de prétention, je pense qu'il n'y aurait pas eu #MeToo sans Banon et Diallo", estime-t-elle d'ailleurs devant la caméra de Jalil Lespert. "Cela donne un peu de sens à tout ce que j'ai fait. Cela me permet de me dire que tout cela n'a pas été vain."

L'un des avocats de Nafissatou Diallo le dit aussi dans la série : si la même affaire se produisait aujourd'hui, l'abandon des poursuites serait plus qu'improbable. "Si on prend du recul, l'histoire montre qu'un jury l'aurait crue aujourd'hui. Maintenant, on sait comment les victimes [de violences sexuelles] racontent ce qui leur est arrivé, qu'elles ne sont pas toujours les victimes parfaites. Les gens leur accordent plus volontiers le bénéfice du doute."

Assez cruellement, la série s'achève sur la nouvelle vie de DSK, remarié et toujours grassement payé pour conseiller de grandes entreprises et des chefs d'État étranger. L'ancien candidat à la présidentielle a semblé vouloir couper l'herbe sous le pied de Netflix en déclarant, vendredi, qu'il allait s'exprimer dans un film documentaire en cours de production à paraître à l'automne 2021. Il estime n'avoir jamais donné sa version des faits. Avant cette annonce, Philippe Levasseur et Jalil Lespert soulignaient auprès d'Europe 1 que son absence dans la série n'était pas handicapante. "Il a eu accès aux médias, a eu l'occasion de donner son point de vue, et nous a confirmé pendant la préparation de la série que celui-ci n'avait pas changé", indique le producteur.

Source : Europe1

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La journée de ce mercredi déclarée fériée en Guinée

Published

on

Comme chaque année en Guinée, la journée de ce mercredi 25 mai 2022 est déclarée fériée, chromée et payée sur toute l’étendue du territoire national.

En cause, elle marque le 59e  anniversaire de la création de l’Union Africaine.

La décision a été annoncée à travers un communiqué du Secrétaire Général du ministère de la fonction publique et du travail.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Son rendez-vous turc revivifie l’arnaque Albayrak

Published

on

Pour son traitement médical, le président Alpha Condé effectue depuis quelques jours un séjour temporaire et à titre humanitaire en Turquie. C’est la nouvelle. D’une façon ou d’une autre toute âme est sensible à cet état de fait.

Moi aussi je trouve normal que l’on aide l’ancien chef d’Etat à recouvrer la santé. Ce côté humain vaut la peine d’être mis en avant et apprécié à sa juste valeur. Sauf que le flou autour de cette autorisation accordée à Condé de quitter le pays, réside dans l’absence de détails sur l’état de santé réel du «colis» du Colonel, mais aussi le silence de carpe sur cet indicateur important devant motiver son déplacement de Conakry alors qu’il est poursuivi pour crime de sang dans un dossier ouvert au Tribunal de Dixinn il y a seulement quelques jours.

Cela laisse lire la lettre dans l’enveloppe de ses relations d’affaires présumées malhonnêtes avec le dirigeant turc Erdogan à travers l’entreprise Albayrak dans laquelle Condé et son fils Mohamed détiennent au minimum 30% des droits d’exploitation du Port conventionnel de Conakry contre seulement 18% pour l’Etat guinéen.

Les victimes nourrissent l’inquiétude que Condé échappe à la justice voire bénéficie d’une mesure de clémence sous prétexte d’asile en Turquie comme c’est le cas de Blaise Compaoré condamné dans son pays mais qui se la coule douce au nom de sa nationalité ivoirienne. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

(Billet paru dans Le Populaire du lundi 23 mai 2022)

 

Continue Reading

A LA UNE

OMS : Tedros Adhanom Ghebreyesus réélu pour un second mandat

Published

on

Premier Africain à diriger l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a été reconduit mardi pour un second mandat. À la tête de l'OMS depuis le 1er juillet 2017, il a notamment dû gérer la lutte contre la pandémie de Covid-19, avec des appels restés souvent sans écho.

Les jeux étaient quasiment faits avant le vote à bulletins secrets lors de l'Assemblée mondiale qui se tenait mardi 24 mai à Genève, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus étant le seul candidat en lice.

Premier Africain à la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à 57 ans Tedros Adhanom Ghebreyesus conserve donc son poste pour un second mandat de cinq ans.

Spécialiste du paludisme, diplômé en immunologie et docteur en santé communautaire, le Dr Tedros, comme il aime à se faire appeler, a été ministre de la Santé et chef de la diplomatie de son pays.

Son visage a été rendu familier dans le monde entier par la lutte contre la pandémie de Covid-19, l'une de ses principales préoccupations.

Une histoire personnelle liée à la guerre

Celui qui se pose en homme de paix a été marqué par une enfance plongée dans la guerre mais aussi les conflits en Ukraine, au Yémen, en Syrie et en Éthiopie au cours de son premier mandat.

"Plus encore que les pandémies, la guerre ébranle et détruit les fondations sur lesquelles reposaient des sociétés auparavant stables" et les conflits laissent "des cicatrices psychologiques qui peuvent mettre des années ou des décennies à se refermer", a récemment affirmé le Dr Tedros, pour qui "la paix est indispensable à la santé".

Ces cicatrices sont autant de souffrances qu'il a lui-même endurées. "Je suis un enfant de la guerre", avait lancé dimanche le chef de l'OMS, très ému, à l'ouverture de l'Assemblée mondiale de la santé.

"Le bruit des coups de feu et des obus qui sifflent dans l'air, l'odeur de la fumée après l'impact, les balles traçantes dans le ciel nocturne, la peur, la douleur, la perte – ces choses sont restées en moi tout au long de ma vie, parce que j'étais au milieu de la guerre quand j'étais très jeune", a-t-il dit.

Des années plus tard, la guerre ressurgissant en Éthiopie en 1998, "cette peur" est revenue lorsque ce fut au tour de ses enfants de "se cacher dans un bunker". Et alors que la région éthiopienne du Tigré, sa région natale, est en proie à un conflit depuis fin 2020, il avoue ressentir "à nouveau la même douleur".

Son enfance a également été marquée par le décès d'un frère, faute de médicaments.

Source : AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance