Connect with us

A LA UNE

Alpha Saliou Wann au CNRD : « Il faut couper les branches pourries »

Published

on

Le colonel Mamady Doumbouya et ses hommes ont pris le pouvoir par la force des armes, ils n’ont donc pas besoin de ménager un quelconque électorat comme le ferait un politicien. Par contre, la liesse populaire qui a accueilli leur coup de force est un indicateur significatif du soutien du petit peuple.

Il a les coudées franches pour nettoyer proprement les écuries d’Augias. Les masses souhaitent ardemment qu’il répare les injustices et mette de l’ordre dans nos affaires publiques.

Toute cette faune aux langues mielleuses et aux dents acérées de requin qui gravitent autour de la politique et de l’administration est à garder à bonne distance du pouvoir. Il est hors de question que sous prétexte de rassemblement ou d’inclusivité de recycler encore celles et ceux qui ont failli. Ils sont connus et nous voyons déjà les manœuvres en cours de ces vautours.

Le CNRD doit préserver sa crédibilité populaire en agissant vite comme un cobra. Il faut couper les branches pourries pour revivifier l’arbre Guinée. Ce sale boulot leur incombe pour sauver le pays de la déchéance politique, économique et sociale.

Certes, les caisses de l’Etat sont vides. Mais, nous savons tous pourquoi, elles le sont. Cette minorité qui a accaparé toutes nos richesses dont ils ont dénoncé les agissements dans un de leur communiqué doit être neutralisée. Il y a quelques milliers de dirigeants et fonctionnaires qui siphonnent nos maigres ressources financières : achats d’appartements et entretiens coûteux de leurs familles en Occident, détournement des investissements publics, train de vie ostentatoire de l’Etat etc. Le budget de l’Etat sert essentiellement à engraisser cette caste vorace et égoïste. C’est là, où nous devons faire des économies pour financer les vrais besoins de nos populations en termes d’infrastructures et de services sociaux de base.

Pour réformer un État, tout est question de la motivation des dirigeants. Le capitaine Rawlings n’était pas motivé par son enrichissement personnel, c’est pourquoi, il a pu combattre avec efficacité la corruption qui gangrénait tous les rouages de la société ghanéenne.

Ne troquez pas vos pickup avec les luxueuses grosses cylindrées des barons du régime déchu, voire acheter de nouvelles pour vous embourgeoiser.

A cause des inévitables sanctions économiques, nous serons obligés de nous contenter de nos ressources propres. Avec une gestion saine et rigoureuse des finances publiques, nous y parviendrons. Il faut baisser fortement les impôts et taxes (notamment douanières et le carburant) pour apporter une bouffée d’oxygène aux ménages et aux entreprises. La baisse drastique du train de vie de l’Etat et la lutte impitoyable contre la corruption dégageront des revenus supplémentaires pour financer cette politique.

Il est vrai qu’il est imprudent dans ce contexte de raréfaction des aides financières de faire peur aux investisseurs en remettant en cause unilatéralement les contrats miniers signés par les gouvernements Alpha CONDÉ.

Toutefois, il n’empêche que ce dernier s’explique avec tous ses acolytes impliqués dans la signature scandaleuse de ces contrats léonins au détriment de nos intérêts nationaux. Nous ne pouvons pas nous contenter de ces miettes alors que l’exploitation minière sauvage détruit notre environnement. Le tourisme rapporte au Cap-Vert et au Rwanda, deux petits pays bien gérés, plus que la totalité de nos revenus miniers.

Les multinationales minières doivent collaborer pour mettre en lumière cette corruption généralisée qui est un frein à un business mutuellement profitable à toutes les parties.

Les deux piliers de l’Etat de droit dans une démocratie sont la Justice et la Police. Ce sont deux corps malades, qu’il faut soigner avec un remède de cheval pour espérer un changement dans notre pays.

L’état de grâce sera de courte durée si des mesures urgentes allant dans le sens du redressement du pays ne sont pas prises. A eux de jouer leur partition.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Son rendez-vous turc revivifie l’arnaque Albayrak

Published

on

Pour son traitement médical, le président Alpha Condé effectue depuis quelques jours un séjour temporaire et à titre humanitaire en Turquie. C’est la nouvelle. D’une façon ou d’une autre toute âme est sensible à cet état de fait.

Moi aussi je trouve normal que l’on aide l’ancien chef d’Etat à recouvrer la santé. Ce côté humain vaut la peine d’être mis en avant et apprécié à sa juste valeur. Sauf que le flou autour de cette autorisation accordée à Condé de quitter le pays, réside dans l’absence de détails sur l’état de santé réel du «colis» du Colonel, mais aussi le silence de carpe sur cet indicateur important devant motiver son déplacement de Conakry alors qu’il est poursuivi pour crime de sang dans un dossier ouvert au Tribunal de Dixinn il y a seulement quelques jours.

Cela laisse lire la lettre dans l’enveloppe de ses relations d’affaires présumées malhonnêtes avec le dirigeant turc Erdogan à travers l’entreprise Albayrak dans laquelle Condé et son fils Mohamed détiennent au minimum 30% des droits d’exploitation du Port conventionnel de Conakry contre seulement 18% pour l’Etat guinéen.

Les victimes nourrissent l’inquiétude que Condé échappe à la justice voire bénéficie d’une mesure de clémence sous prétexte d’asile en Turquie comme c’est le cas de Blaise Compaoré condamné dans son pays mais qui se la coule douce au nom de sa nationalité ivoirienne. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

(Billet paru dans Le Populaire du lundi 23 mai 2022)

 

Continue Reading

A LA UNE

OMS : Tedros Adhanom Ghebreyesus réélu pour un second mandat

Published

on

Premier Africain à diriger l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a été reconduit mardi pour un second mandat. À la tête de l'OMS depuis le 1er juillet 2017, il a notamment dû gérer la lutte contre la pandémie de Covid-19, avec des appels restés souvent sans écho.

Les jeux étaient quasiment faits avant le vote à bulletins secrets lors de l'Assemblée mondiale qui se tenait mardi 24 mai à Genève, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus étant le seul candidat en lice.

Premier Africain à la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à 57 ans Tedros Adhanom Ghebreyesus conserve donc son poste pour un second mandat de cinq ans.

Spécialiste du paludisme, diplômé en immunologie et docteur en santé communautaire, le Dr Tedros, comme il aime à se faire appeler, a été ministre de la Santé et chef de la diplomatie de son pays.

Son visage a été rendu familier dans le monde entier par la lutte contre la pandémie de Covid-19, l'une de ses principales préoccupations.

Une histoire personnelle liée à la guerre

Celui qui se pose en homme de paix a été marqué par une enfance plongée dans la guerre mais aussi les conflits en Ukraine, au Yémen, en Syrie et en Éthiopie au cours de son premier mandat.

"Plus encore que les pandémies, la guerre ébranle et détruit les fondations sur lesquelles reposaient des sociétés auparavant stables" et les conflits laissent "des cicatrices psychologiques qui peuvent mettre des années ou des décennies à se refermer", a récemment affirmé le Dr Tedros, pour qui "la paix est indispensable à la santé".

Ces cicatrices sont autant de souffrances qu'il a lui-même endurées. "Je suis un enfant de la guerre", avait lancé dimanche le chef de l'OMS, très ému, à l'ouverture de l'Assemblée mondiale de la santé.

"Le bruit des coups de feu et des obus qui sifflent dans l'air, l'odeur de la fumée après l'impact, les balles traçantes dans le ciel nocturne, la peur, la douleur, la perte – ces choses sont restées en moi tout au long de ma vie, parce que j'étais au milieu de la guerre quand j'étais très jeune", a-t-il dit.

Des années plus tard, la guerre ressurgissant en Éthiopie en 1998, "cette peur" est revenue lorsque ce fut au tour de ses enfants de "se cacher dans un bunker". Et alors que la région éthiopienne du Tigré, sa région natale, est en proie à un conflit depuis fin 2020, il avoue ressentir "à nouveau la même douleur".

Son enfance a également été marquée par le décès d'un frère, faute de médicaments.

Source : AFP

Continue Reading

A LA UNE

Nouvelle évacuation d’Alpha Condé : les préoccupations des avocats du FNDC

Published

on

Les avocats français du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ont exprimés leurs préoccupations suite à la nouvelle évacuation sanitaire du président déchu, Alpha Condé.  Dans un communiqué, ils réclament à la junte la confirmation de l’intervention du procureur général près la Cour d'appel de Conakry dans la procédure, et des précisions, notamment sur les dispositions légales ayant fondé l’autorisation de son voyage en Turquie.

Dans le document, ils assurent qu’ils resteront particulièrement vigilants pour que Alpha Condé ne se soustrait pas de la justice à travers un exil ou un motif  sanitaire

Communiqué :

Le 19 mai 2021, nous, conseils du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), avons pris connaissance du communiqué N°014/CNRD/2022 annonçant le déplacement d'Alpha Condé, ancien Président de République de la Guinée, à l'étranger pour des rendez-vous médicaux.

Dans le même communiqué, la junte au pouvoir en Guinée annonce que l'autorisation de voyage accordée à Alpha Condé a été faite en parfaite conformité aux dispositions procédurales d'ordre judiciaire.

Nous, conseils du FNDC, exprimons le souhait d'obtenir confirmation de l’intervention du procureur général près la Cour d'appel de Conakry dans la procédure d'autorisation du voyage d'Alpha Condé. Nous souhaitons également obtenir toute précision utile relative aux dispositions légales ayant fondé l’autorisation de voyage d'Alpha Condé par la junte.

Nous rappelons que le Procureur Général a instruit au Procureur de la République près le Tribunal de première instance de DIXINN d’engager des poursuites judiciaires contre Monsieur Alpha CONDE ainsi que contre d’anciens responsables de son régime.

Sur la base de cette instruction, Alpha Condé et cie ont été frappés par des mesures d'interdictions de voyage.

Nous nous étonnons par conséquent, dans ces conditions, de l’immixtion de la junte dans un processus qui devrait désormais relever exclusivement du pouvoir judiciaire.

Les soussignés resteront particulièrement vigilants pour que Alpha Condé ne se soustrait pas de la justice à travers un exil ou un motif de sanitaire.

Paris, le 23 mai 2022

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance