Connect with us

A LA UNE

Alpha Saliou Wann au CNRD : « Il faut couper les branches pourries »

Published

on

Votre publicité ici

Le colonel Mamady Doumbouya et ses hommes ont pris le pouvoir par la force des armes, ils n’ont donc pas besoin de ménager un quelconque électorat comme le ferait un politicien. Par contre, la liesse populaire qui a accueilli leur coup de force est un indicateur significatif du soutien du petit peuple.

Il a les coudées franches pour nettoyer proprement les écuries d’Augias. Les masses souhaitent ardemment qu’il répare les injustices et mette de l’ordre dans nos affaires publiques.

Toute cette faune aux langues mielleuses et aux dents acérées de requin qui gravitent autour de la politique et de l’administration est à garder à bonne distance du pouvoir. Il est hors de question que sous prétexte de rassemblement ou d’inclusivité de recycler encore celles et ceux qui ont failli. Ils sont connus et nous voyons déjà les manœuvres en cours de ces vautours.

Le CNRD doit préserver sa crédibilité populaire en agissant vite comme un cobra. Il faut couper les branches pourries pour revivifier l’arbre Guinée. Ce sale boulot leur incombe pour sauver le pays de la déchéance politique, économique et sociale.

Certes, les caisses de l’Etat sont vides. Mais, nous savons tous pourquoi, elles le sont. Cette minorité qui a accaparé toutes nos richesses dont ils ont dénoncé les agissements dans un de leur communiqué doit être neutralisée. Il y a quelques milliers de dirigeants et fonctionnaires qui siphonnent nos maigres ressources financières : achats d’appartements et entretiens coûteux de leurs familles en Occident, détournement des investissements publics, train de vie ostentatoire de l’Etat etc. Le budget de l’Etat sert essentiellement à engraisser cette caste vorace et égoïste. C’est là, où nous devons faire des économies pour financer les vrais besoins de nos populations en termes d’infrastructures et de services sociaux de base.

Pour réformer un État, tout est question de la motivation des dirigeants. Le capitaine Rawlings n’était pas motivé par son enrichissement personnel, c’est pourquoi, il a pu combattre avec efficacité la corruption qui gangrénait tous les rouages de la société ghanéenne.

Ne troquez pas vos pickup avec les luxueuses grosses cylindrées des barons du régime déchu, voire acheter de nouvelles pour vous embourgeoiser.

A cause des inévitables sanctions économiques, nous serons obligés de nous contenter de nos ressources propres. Avec une gestion saine et rigoureuse des finances publiques, nous y parviendrons. Il faut baisser fortement les impôts et taxes (notamment douanières et le carburant) pour apporter une bouffée d’oxygène aux ménages et aux entreprises. La baisse drastique du train de vie de l’Etat et la lutte impitoyable contre la corruption dégageront des revenus supplémentaires pour financer cette politique.

Il est vrai qu’il est imprudent dans ce contexte de raréfaction des aides financières de faire peur aux investisseurs en remettant en cause unilatéralement les contrats miniers signés par les gouvernements Alpha CONDÉ.

Toutefois, il n’empêche que ce dernier s’explique avec tous ses acolytes impliqués dans la signature scandaleuse de ces contrats léonins au détriment de nos intérêts nationaux. Nous ne pouvons pas nous contenter de ces miettes alors que l’exploitation minière sauvage détruit notre environnement. Le tourisme rapporte au Cap-Vert et au Rwanda, deux petits pays bien gérés, plus que la totalité de nos revenus miniers.

Les multinationales minières doivent collaborer pour mettre en lumière cette corruption généralisée qui est un frein à un business mutuellement profitable à toutes les parties.

Les deux piliers de l’Etat de droit dans une démocratie sont la Justice et la Police. Ce sont deux corps malades, qu’il faut soigner avec un remède de cheval pour espérer un changement dans notre pays.

L’état de grâce sera de courte durée si des mesures urgentes allant dans le sens du redressement du pays ne sont pas prises. A eux de jouer leur partition.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« Alpha Condé demeurera en Guinée »

Published

on

Votre publicité ici

Alpha Condé ne quittera pas le pays. Alors que la communauté internationale exige sa libération immédiate et sans condition, la  junte militaire qui l’a déposé le 05 septembre a assuré vendredi 17 septembre que l’ancien président restera en Guinée.   

« Contrairement à des prétendues rumeurs qui font état de négociations entre le CNRD et la CEDEAO relatives à une éventuelle sortie hors du territoire de l’ancien président de la République, le CNRD et son président, le colonel Mamady Doumbouya, tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que l’ancien président de la République, Pr Alpha Condé, est demeurera en Guinée », a indiqué les putschistes dans un communiqué lu à la télévision nationale.

« Nous ne céderons à aucune pression. Il bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans son pays », assure le CNRD, annonçant que son service de communication animera un point de presse ce samedi, 18 septembre 2021, à 11 heures, au chapiteau pour « éclairer la lanterne de l’ensemble du peuple de Guinée », dit-il.

Quelques heures plutôt dans la journée, la junte avait reçu une délégation de la Cedeao conduite par le président Ghanéen Nana Akufu Ado et l’Ivoirien, Alasane Ouattara.  Mais selon d’autres sources, c’est Alpha Condé en personne qui a refusé de quitter le pays avec ces deux présidents.

Déconnecté de la réalité, il espèrerait toujours revenir au pouvoir, mais malheureusement, il risque de déchanter rapidement, puisqu’en Guinée comme à l’internationale, sa page est déjà tournée.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Lettre ouverte au Colonel Mamady DOUMBOUYA, Président du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD)

Published

on

Votre publicité ici

Monsieur le Président du CNRD

En Guinée, ce dimanche 05 septembre 2021, le pouvoir a arrêté le pouvoir, validant ainsi ce que Montesquieu avait dit dans son ouvrage ‘’L’Esprit des lois’’ de 1748 : « Le Pouvoir arrête le pouvoir ». Votre intervention de ce dimanche 05 septembre 2021 est la conséquence tangible du coup d’Etat constitutionnel du Président Alpha Condé en 2020.

La triste réalité est que, dans notre pays, la corruption dans les régies financières n’est jamais sanctionnée, les détournements des fonds alloués sont qualifiés de ‘’Baraka’’ par les coupables et leurs groupes.

Des cadres intègres, compétents… sont assujettis par des opportunistes médiocres… qui ne cessent d’agenouiller ce pays où l’ethnocentrisme et le militantisme sont érigés en normes de gestion de l’administration publique.

Monsieur le Président,

Sans entrer dans un jeu de mots, vous devez vous rappelez que : un pouvoir peut être légal et légitime ; il peut être aussi illégal et illégitime ; il peut être également légal et illégitime, tout comme il peut être légitime et illégal.

Monsieur le Président,

Vous allez vous investir pour promulguer une Constitution adaptée à nos réalités sociologiques, anthropologiques, culturelles, au défi de la mondialisation. Vous avez déjà l’aval des représentants de toutes les couches socio-professionnelles du pays.

Celles-ci attendent que vous mettiez en place toutes les Institutions qui régissent le bon fonctionnement de l’Etat en faveur des citoyens.  Cette Constitution devra promouvoir la justice pour tous.

Benjamin Ference, ancien Procureur de Nuremberg a dit « Il ne peut y avoir de paix sans justice, ni de justice sans loi, ni loi digne de nom sans un tribunal chargé de décider ce qui est juste et légal dans des circonstances bien déterminées. »

Monsieur le Président, jusqu’à ce matin du dimanche 05 septembre 2021, nous regardions M. Alpha Condé et son équipe. A partir de cette même date, nous vous regardons avec espoir.

La Sourate 103 du Saint Coran ayant pour titre « Le Temps », dit : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Par le temps ! L’homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. »

Monsieur le Président, vous êtes appelé à réussir pour le bonheur de la Guinée. Le peuple de Guinée vous fait confiance pour confirmer votre arbitrage, votre neutralité.

Au terme de votre mission qui ne sera pas esclave d’une quelconque précipitation qui risque de nous faire répéter les erreurs du passé, les élections locales, municipales et législatives devront précéder l’élection présidentielle. Vous travaillerez à ce que toutes ces consultations populaires soient impérativement le reflet du libre choix de la majorité de l’électorat guinéen qui aura voté.

La démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, exercé par une autorité exécutive, législative, judiciaire.

En vous souhaitant bonne réception de la présente, prière de continuer votre marche sur le chemin qui mène à la confiance, au respect, à la considération et à la grandeur.

Qu’Allah, le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux vous accorde lucidité, sagesse et perspicacité !

Par Thierno Abdoulaye DIALLO, Sociologue/Journaliste . Tel: 623 91 43 05. Email: thierno.abdoulayediallo50@gmail.com

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée suspendue aussi par la Francophonie

Published

on

Votre publicité ici

Après la Cédeao et l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a décidé, de suspendre la Guinée de ses instances, suite au coup d’État du 5 septembre perpétré contre le désormais ex-président, Alpha Condé, qui briguait un troisième mandat très décrié.

« La prise du pouvoir par la force, quelle qu’en soient les motivations, est une violation des lois de la République et contraire aux valeurs et principes consignés notamment dans les Déclarations de Bamako », a déclaré la Secrétaire générale de l’organisation, la Rwandaise, Louise Mushikiwabo, lors d’une session extraordinaire à Paris.

L’OIF a aussi exigé la libération « immédiate et sans condition » du président déchu et a appelé à la mise en place d’un gouvernement de transition conduit par des civils et renouvelé sa demande d’une transition consensuelle et inclusive visant à rétablir l’ordre constitutionnel et démocratique « dans les meilleurs délais ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance