Connect with us

A LA UNE

Trois migrants morts et des dizaines disparus après un naufrage en Méditerranée

Published

on

Votre publicité ici

Trois migrants ont péri et des dizaines sont portés disparus entre la Libye et l'Italie après le naufrage vendredi de leur embarcation, dont 16 passagers ont été secourus par des pêcheurs, dans une zone quasiment désertée par les secours. Ce naufrage dans les eaux internationales au large de la Tunisie intervient alors que les navires de secours européens se sont retirés de cette zone de passage des migrants et que la plupart des bateaux humanitaires rencontrent des difficultés pour y accéder.

Trois migrants ont été retrouvés noyés, ont indiqué à l'AFP les autorités tunisiennes. Un bateau de pêche a, lui, sauvé 16 des passagers, a indiqué le porte-parole du ministère de la Défense Mohamed Zekri, précisant que selon les rescapés, 60 à 70 Africains subsahariens se trouvaient à bord.

L'embarcation est partie jeudi de Zouara, ville côtière de Libye, à 120 km à l'ouest de Tripoli, selon la même source, et se trouvait à 60 km au large de Sfax, ville côtière du centre de la Tunisie. Les passagers tentaient de rejoindre illégalement l'Italie, d'après le porte-parole du ministère de l'Intérieur tunisien, Sofiène Zaag.

Les rescapés ont été transférés à bord de l'une des trois unités militaires tunisiennes qui participent aux opérations de recherches, a précisé M. Zekri, ajoutant qu'un hélicoptère maltais était également mobilisé.

"Politiques restrictives"

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, une ONG tunisienne, a aussitôt condamné une "tragédie humaine" qui est "le résultat inévitable des politiques restrictives et inhumaines de l'Union européenne".

Depuis la mise en place mi-2018 d'une zone de secours et de sauvetage confiée aux autorités libyennes, les garde-côtes libyens sont chargés de récupérer les migrants en détresse. Ils ont intercepté plusieurs centaines de migrants cette semaine qu'ils ont ramenés en Libye, malgré les violents combats en cours dans ce pays frontalier de la Tunisie.

Les agences de l'ONU et organisations humanitaires rappellent régulièrement leur opposition à ce que les migrants arrêtés en mer soient ramenés en Libye, où ils se retrouvent placés "en détention arbitraire" ou à la merci de milices.

Les navires humanitaires, qui dénoncent des entraves croissantes à leur action, sont de moins en moins nombreux à parcourir la zone. Fin 2018, les ONG Médecins sans frontières (MSF) et SOS Méditerranée ont dû mettre un terme aux opérations de leur bateau, l'Aquarius. Plusieurs autres navires humanitaires occidentaux ont été bloqués à quai après des procédures administratives ou judiciaires.

Le Mare Jonio, affrété par un collectif italien de gauche et seul navire humanitaire présent dans la zone jeudi, a secouru ce jour-là d'autres migrants partis de Libye. Des opérations de secours ont également placé certains navires commerciaux en difficulté.

A l'automne, six pêcheurs tunisiens avaient été emprisonnés en Italie pendant près d'un mois, soupçonnés d'aide à l'immigration clandestine pour avoir remorqué une embarcation de migrants qu'ils considéraient comme en déroute jusqu'aux eaux territoriales italiennes, près de l'île de Lampedusa.

De son côté, la mission militaire européenne Sophia chargée depuis 2015 de lutter contre le trafic d'êtres humains en Méditerranée -ce qui l'a amenée à secourir des migrants- n'a plus de navire dans la zone. Elle a été laborieusement prolongée jusqu'au 30 septembre 2019 mais sans aucun moyen naval, en raison de la difficulté de convaincre les Etats européens à accueillir les migrants secourus en mer Méditerranée.

Selon le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), "la Méditerranée est depuis plusieurs années la voie maritime la plus meurtrière au monde pour les réfugiés et les migrants, avec un taux de mortalité qui a fortement augmenté" en 2018.

Aucune donnée officielle n'est disponible sur le nombre de migrants, souvent clandestins, présents en Libye. Ce pays est le point de convergence de nombreux migrants d'Afrique subsaharienne et d'Afrique de l'Est qui veulent gagner l'Europe. Leur nombre est estimé à plusieurs centaines de milliers.

La Libye, en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est plongée dans une nouvelle spirale de violence depuis l'offensive militaire lancée le 4 avril par Khalifa Haftar, homme fort de la partie orientale, pour conquérir Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : à quand le retour d’Alpha Condé ?

Published

on

Votre publicité ici

Chassé du pouvoir le 05 septembre dernier, Alpha Condé a été finalement autorisé à quitter la Guinée, lundi 17 janvier, par la junte au pouvoir.

Le président déchu est parti aux  Emirats Arabes Unis officiellement pour un exil médical. Mais si au départ les nouvelles autorités guinéennes assuraient qu’il devrait revenir dans un délai d’un mois, conformément à un engagement de la CEDEAO qui se serait portait garant, son retour pourrait être beaucoup plus long que prévu.

En effet, dans un nouveau communiqué le CNRD indique que désormais, le retour de l’ex président est attendu dès la fin de ses soins. Mais à quand prendront-t-ils fin ?

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition en Guinée et au Mali : Alpha Saliou Wann cite les  »bons » exemples à suivre

Published

on

Votre publicité ici

Dans cette tribune, l’opposant Alpha Saliou Wann invite la junte guinéenne et celle du Mali à suivre la jurisprudence des armées de la Serbie, de l’Ukraine et de la Géorgie, en laissant la politique aux politiciens.

Lisez :

Nos armées doivent suivre la jurisprudence des armées de la Serbie, de l’Ukraine et de la Géorgie. Ces armées ont retiré leur confiance aux dictateurs en n’opposant aucun obstacle à la prise de contrôle par les manifestants des édifices publics symboles du pouvoir comme les parlements. Les forces vives de ces pays ont organisé elles-mêmes rapidement de nouvelles élections générales. Les armées sont restées discrètes  et à l’écart de tout le processus de transition.

C’est l’exemple à suivre. L’armée doit s’effacer et laisser les politiciens faire de la politique.

Alpha Condé est un cas d’école à étudier par tous les apprentis-politiciens. Nous devons apprendre de nos erreurs et nous appliquer de manière studieuse à ne plus les commettre.

La Guinée et le Mali s’entêtent dans leur rôle de mauvais élèves de la classe CEDEAO. Aucun patriote qui aime l’Afrique ne doit encourager ces deux juntes militaires qui ont confisqué à leur profit des luttes citoyennes formidables contre des pouvoirs civils autoritaires. Il n’est pas de leur rôle de se substituer aux forces vives de la nation.

En Ukraine, malgré la partition de fait du pays, l’annexion de la Crimée par la Russie, les élections présidentielles et législatives ont bien été tenues.

Au Mali, c’est donc un argument fallacieux que  d’invoquer l’impossibilité d’organiser les élections en raison de l’occupation des 2/3 du territoire par les insurgés djihâdistes. On omet de préciser que ce tiers du territoire représente 90% de la population malienne. Ce qui est clair, le président élu par ce tiers du territoire représente la légalité et la légitimité aux yeux de la communauté internationale contrairement au chef d’une junte militaire. C’est Dionkounda Traoré et non le capitaine Sanogo qui a eu le soutien de la communauté internationale au travers de son bras armé la France.

Par Alpha Saliou Wann

Continue Reading

A LA UNE

Surmonter nos angoisses envers l’avenir

Published

on

Votre publicité ici

La seconde quinzaine du mois de janvier nous fait observer les débuts difficiles d’une année particulière faite de rêve de voir tout tracé le chemin du retour à l’ordre constitutionnel qui se dessine à l’horizon.

Elle nous permet d’écrire qu’il n’est pas dangereux de croire en nos capacités et nos chances de surmonter à l’unisson nos angoisses envers cette transition -à longueur inconnue pour le moment- et l’avenir de la démocratie pour laquelle la communauté des voisins et nous tous continuons de payer un lourd tribut en termes de sacrifices de tout genre.

Démocrates de tous les rangs en communion avec les républicains et les plus rigoristes partisans de la gestion de la cité par un régime civil, nous sommes conscients de l’impact des premières retombées du coup d’Etat du 5 septembre bien que nous ne pouvons-nous donner la peine d’applaudir hâtivement l’entrée en scène du Gentil géant de peur de piétiner notre sacerdoce ou plus exactement de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Alors, surmontons nos angoisses! Avisons Nos Patriotes du CNRD ! Refusons que leur Gentil géant perde son signe de lion noir de Dramouss et qu’à leur tour, ils finissent tous en Terroriste (s) noir (s).

J'ai dit.

Par Diallo Alpha Abdoulaye

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance