Connect with us

A LA UNE

Trois migrants morts et des dizaines disparus après un naufrage en Méditerranée

Published

on

Trois migrants ont péri et des dizaines sont portés disparus entre la Libye et l'Italie après le naufrage vendredi de leur embarcation, dont 16 passagers ont été secourus par des pêcheurs, dans une zone quasiment désertée par les secours. Ce naufrage dans les eaux internationales au large de la Tunisie intervient alors que les navires de secours européens se sont retirés de cette zone de passage des migrants et que la plupart des bateaux humanitaires rencontrent des difficultés pour y accéder.

Trois migrants ont été retrouvés noyés, ont indiqué à l'AFP les autorités tunisiennes. Un bateau de pêche a, lui, sauvé 16 des passagers, a indiqué le porte-parole du ministère de la Défense Mohamed Zekri, précisant que selon les rescapés, 60 à 70 Africains subsahariens se trouvaient à bord.

L'embarcation est partie jeudi de Zouara, ville côtière de Libye, à 120 km à l'ouest de Tripoli, selon la même source, et se trouvait à 60 km au large de Sfax, ville côtière du centre de la Tunisie. Les passagers tentaient de rejoindre illégalement l'Italie, d'après le porte-parole du ministère de l'Intérieur tunisien, Sofiène Zaag.

Les rescapés ont été transférés à bord de l'une des trois unités militaires tunisiennes qui participent aux opérations de recherches, a précisé M. Zekri, ajoutant qu'un hélicoptère maltais était également mobilisé.

"Politiques restrictives"

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, une ONG tunisienne, a aussitôt condamné une "tragédie humaine" qui est "le résultat inévitable des politiques restrictives et inhumaines de l'Union européenne".

Depuis la mise en place mi-2018 d'une zone de secours et de sauvetage confiée aux autorités libyennes, les garde-côtes libyens sont chargés de récupérer les migrants en détresse. Ils ont intercepté plusieurs centaines de migrants cette semaine qu'ils ont ramenés en Libye, malgré les violents combats en cours dans ce pays frontalier de la Tunisie.

Les agences de l'ONU et organisations humanitaires rappellent régulièrement leur opposition à ce que les migrants arrêtés en mer soient ramenés en Libye, où ils se retrouvent placés "en détention arbitraire" ou à la merci de milices.

Les navires humanitaires, qui dénoncent des entraves croissantes à leur action, sont de moins en moins nombreux à parcourir la zone. Fin 2018, les ONG Médecins sans frontières (MSF) et SOS Méditerranée ont dû mettre un terme aux opérations de leur bateau, l'Aquarius. Plusieurs autres navires humanitaires occidentaux ont été bloqués à quai après des procédures administratives ou judiciaires.

Le Mare Jonio, affrété par un collectif italien de gauche et seul navire humanitaire présent dans la zone jeudi, a secouru ce jour-là d'autres migrants partis de Libye. Des opérations de secours ont également placé certains navires commerciaux en difficulté.

A l'automne, six pêcheurs tunisiens avaient été emprisonnés en Italie pendant près d'un mois, soupçonnés d'aide à l'immigration clandestine pour avoir remorqué une embarcation de migrants qu'ils considéraient comme en déroute jusqu'aux eaux territoriales italiennes, près de l'île de Lampedusa.

De son côté, la mission militaire européenne Sophia chargée depuis 2015 de lutter contre le trafic d'êtres humains en Méditerranée -ce qui l'a amenée à secourir des migrants- n'a plus de navire dans la zone. Elle a été laborieusement prolongée jusqu'au 30 septembre 2019 mais sans aucun moyen naval, en raison de la difficulté de convaincre les Etats européens à accueillir les migrants secourus en mer Méditerranée.

Selon le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), "la Méditerranée est depuis plusieurs années la voie maritime la plus meurtrière au monde pour les réfugiés et les migrants, avec un taux de mortalité qui a fortement augmenté" en 2018.

Aucune donnée officielle n'est disponible sur le nombre de migrants, souvent clandestins, présents en Libye. Ce pays est le point de convergence de nombreux migrants d'Afrique subsaharienne et d'Afrique de l'Est qui veulent gagner l'Europe. Leur nombre est estimé à plusieurs centaines de milliers.

La Libye, en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est plongée dans une nouvelle spirale de violence depuis l'offensive militaire lancée le 4 avril par Khalifa Haftar, homme fort de la partie orientale, pour conquérir Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Kenya: William Ruto déclaré vainqueur de la présidentielle, son adversaire conteste

Published

on

Au Kenya, après six jours d'attente des résultats, le président de la Commission électorale, Wafula Chebukati, a déclaré William Ruto vainqueur de la présidentielle avec 50,49% des voix, ce lundi 15 août à Nairobi. Il devance de 233 211 voix son adversaire Raila Odinga qui conteste les résultats. Figure historique de l'opposition ce dernier qui avait reçu pourtant le soutien du chef de l'État sortant, n’a récolté que 48,85% des suffrages, selon le président de la Commission électorale.

Agé de 55 ans, William Ruto a promis, dans un discours, de travailler avec « tous les leaders » politiques du Kenya, dans un pays « transparent, ouvert et démocratique ». « Il n'y a pas de place pour la vengeance », a-t-il ajouté, se déclarant « totalement conscient » que le pays « est à un stade où nous avons besoin de tout le monde sur le pont ».

Toutefois, il faut noter que ces résultats ont été rejetés, peu avant leur annonce même, par une majorité des membres de ladite Commission électorale.  Plus tôt ce lundi, le président de la Commission électorale avait déjà tenté de faire une première fois son annonce, mais il en avait été empêché, entrainant des échauffourées en direct à la télévision sur l’estrade officielle des centres de compilation des résultats.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Dixinn : les gardes communaux libérés, mais la grève continue !

Published

on

Interpellés puis écroués  samedi dernier, au commissariat central de Dixinn, les trois gardes communaux ont été finalement libérés ce lundi 15 août.

Accusés d'avoir appelé à une grève,  leur libération n'a cependant  pas impacter le mouvement des gardes communaux qui, en plus de leur mise en liberté, réclament aussi le paiement de leurs arriérés de neuf mois de salaire et leur intégration dans les rangs de la police et de la gendarmerie.

" Le mouvement de grève va continuer jusqu’à la satisfaction de nos revendications", a indiqué un garde communal, alors que l'accès à la mairie de Dixinn est bloqué depuis le matin par les grognards.

A noter qu'un garde communal est payé à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation des trois gardes communaux à Dixinn

Published

on

Trois gardes communaux ont été arrêtés ce weekend et placés en garde-à-vue au commissariat central de Dixinn.

Il s’agit d’Alpha Oumar Cissé, Moussa Soumah et Tamba Kourouma.  Leur arrestation intervient suite à un appel à la grève qu’ils auraient lancé pour réclamer le paiement de neuf (9) mois d’arriérés de salaire et leur intégration dans la police ou la gendarmerie.

Leurs collègues menacent de manifester ce lundi 15 août 2022, devant la mairie de Dixinn pour exiger leur libération.

Selon nos informations, ces gardes communaux sont payés à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance