Connect with us

Economie

Simandou : la justice américaine rejette la plainte de Rio Tinto contre Steinmetz et Vale

Published

on

Votre publicité ici

[dropcap]L[/dropcap]a plainte de Rio Tinto contre BSGR et Vale aux États-Unis a été rejetée, pour avoir été déposée trop tard. Les procédures judiciaires concernant les faramineux gisements de fer du Simandou sont pourtant loin d’être terminées.

Le juge américain Richard Berman, de la Cour fédérale des États-Unis pour le district sud de New York, a rejeté ce vendredi 20 novembre la plainte portée par Rio Tinto contre BSGR, le groupe minier de l’homme d’affaires franco-israélien controversé Beny Steinmetz et son ancien partenaire le brésilien Vale.

Le magistrat a estimé que la multinationale anglo-australienne avait attendu trop longtemps [plus de quatre ans – le délai maximum prévu par la loi RICO sur la corruption] après la perte de ses permis miniers guinéens du massif du Simandou en août 2008 pour lancer cette procédure judiciaire.

Dans sa plainte déposée fin avril 2014, Rio Tinto arguait avoir été dépossédé de façon frauduleuse de ces deux gisements de fer de la partie nord du massif, recelant les réserves les plus importantes du continent. Ces droits lui avaient été retirés par le gouvernement de l’ex-président Lansana Conté, qui l’accusait de n’avoir pas développé la mine. Fin 2008, ils  avaient ensuite été attribués à BSGR, associé en 2010 avec Vale, numéro un mondial du minerai de fer. Le partenariat prévoyait le paiement de 2,5 milliards de dollars par ce dernier, créant la co-entreprise, VBG.

Corruption

Après l’élection du président Alpha Condé, en 2010, les autorités guinéennes ont lancé un audit des contrats miniers qui a abouti à la résiliation des permis octroyés à BSGR sur le Simandou, conformément aux recommandations d’un rapport d’audit signalant « l’existence de pratiques de corruption » entachant l’octroi de ce titre.

Si la plainte de Rio Tinto contre BSGR et Vale a été rejetée, d’autres procédures judiciaires sont en cours en Guinée, aux États-Unis,  et au Royaume-Uni. Beny Steinmetz a notamment déposé une demande d’arbitrage contre la Guinée auprès du Cirdi (le tribunal international chargé de trancher les différends concernant les investissements) à Washington. Dans cette affaire, la Guinée a requis l’assistance judiciaire du Royaume-Uni et de la Suisse. Beny Steinmetz détient ainsi une résidence à Genève, qui a été perquisitionnée par le procureur du canton.

Une enquête menée par le FBI avait par ailleurs abouti à la condamnation en juillet 2014 du Français Frédéric Cilins, ancien collaborateur de la société BSGR.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Le prix du carburant maintenu à 9000 GNF

Published

on

Votre publicité ici

Contre toute attente, le prix du litre du carburant reste maintenu à 9000 GNF à la pompe.

La décision a été prise ce lundi 31 mai 2021, par le comité paritaire des prix des produits pétroliers.

Lisez la copie de la structure des prix des produits pétroliers :

Continue Reading

A LA UNE

Crise de carburant en Guinée, à la veille de l’augmentation du prix à la pompe

Published

on

Votre publicité ici

Depuis hier dimanche, la plupart de stations-services sont fermés à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur, à cause de l’augmentation en perspective du prix du carburant à la pompe.

Une situation qui occasionne déjà la hausse du prix dans le marché où le litre a été vendu jusqu’à 15.000 GNF, dans certaines villes comme Mamou et Kankan.

A Conakry, une station située à Matoto a même décidé d’augmenter le prix en vendant le litre à 10.000 pendant  un bon moment. Selon le ministre des Hydrocarbures, les gérants de ladite station seront sanctionnés.

Hier dans un communiqué,  Diakaria Koulibaly a regretté l’arrêt des opérations de vente de carburant par certaines stations-services à Conakry et à l’intérieur du pays « pour des fins purement spéculatives ».

« Cette pratique étant en violation des dispositions du code éthique et de bonne conduite en vigueur dans le domaine de distribution de produits pétroliers, le Ministère interpelle les sociétés pétrolières et les gérants de stations concernés de reprendre immédiatement les activités de vente afin d’éviter des désagréments à la clientèle », a-t-il ordonnée, prévenant que « tout contrevenant à cette injonction, verra son contrat de gérance résilié sans préjudice des poursuites pénales auxquelles il s’expose ».

Ce lundi, la situation ne semble toujours pas revenir à la normal. Pendant ce temps, on apprend que la décision de l’augmentation du prix du carburant pourrait tomber dès ce soir.

Par Alpha Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Eventuelle hausse du prix du carburant : le FNDC prend le gouvernement à contre-pied

Published

on

Votre publicité ici

Alors que le gouvernement, décidé à augmenter le prix du carburant à la pompe,  multiplie son opération de communication, afin de préparer les esprits dans cette éventualité,  le Front national pour la défense de la Constitution (de mai 2010, NDLR) prend l’Administration d’Alpha Condé à contre-pied. Dans un communiqué publié ce lundi 24 mai 2021, le front anti-troisième mandat demande plutôt à l’Etat guinéen de réduire le prix des hydrocarbures à 7.500 GNF le litre à la pompe au lieu de 9000 actuellement.

« Le FNDC est surpris par le fait que, au lieu de diminuer le prix du carburant dont le coût de revient au port de Conakry (toutes charges comprises) est de 5.365 GNF, Alpha Condé veut plutôt augmenter ce prix comme il l'a fait avec d'autres tarifs y compris les tarifs hospitaliers, portuaires, douaniers, etc. », fustige le front.

« Le FNDC demande au faux socialiste Alpha Condé et son gouvernement de réduire la taxe qu'ils prélèvent sur le litre de carburant de 2.700 GNF à 1.200 GNF, dans le but de vendre le carburant au prix de 7.500 GNF », demande le front qui précise que même à ce prix diminué, le gouvernement « gagnera 1.200 GNF par litre et plusieurs milliards de nos francs par jour ».

« Il faut préciser que c'est à environ 7.650 GNF que le litre d'essence est vendu actuellement en Sierra Leone », note le FNDC défiant quiconque de démontrer des données contraires à ces chiffres.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance