Connect with us

A LA UNE

Mali: 5 employés d’une société chinoise de télécoms enlevés et retrouvés morts

Published

on

Enlevés vendredi 8 décembre, cinq employés d'une société qui sous-traite avec une entreprise chinoise l'installation de fibres optiques non loin de la localité de Niafunké dans la région de Tombouctou, ont été retrouvés morts samedi.

Les cinq employés – quatre Maliens et un Togolais – travaillaient pour une société locale sous-traitant un marché d’installation de fibres optiques obtenu par une entreprise chinoise. Ils avaient déjà réalisé les mêmes travaux dans d’autres localités de Tombouctou.

D’après différentes sources, ce sont des hommes armés qui ont intercepté leur véhicule vendredi. Enlevés, ils auraient été conduits dans une broussaille. Le lendemain, samedi 9 décembre, les auteurs du rapt les ont abandonnés, morts, non loin d’une route fréquentée, avant de repartir avec le véhicule. Les 5 employés auraient été tués par balles.

La nouvelle a vite fait le tour des localités voisines de Léré et Niafunké, dans le nord. « Si c’était seulement pour voler la voiture, ils n’avaient pas forcément besoin de les tuer », observe un fin connaisseur de la région. Alors, acte de banditisme ou acte terroriste ?

Le cercle de Niafunké cible d'attaques

Au cours des trois derniers mois en tout cas, dans le cercle Niafunké, selon le décompte de journalistes locaux, au moins quinze motos ont été enlevées par des hommes armés à Soumpi, Dianké et Léré. Autour de ces trois localités, dans la même période, on dénombre plus d’une dizaine de braquages de véhicules de transport. Des biens volés et des civils blessés.

Des cibles militaires ont également été attaquées. Des hommes armés ont même pu rentrer dans un important camp et mettre le feu à des camions appartenant à une société privée. Il y a quelques semaines également, dans la localité de Soumpi, des mines ont explosé, faisant des dégâts peu avant l’arrivée sur place d’une mission officielle conduite par le Premier ministre malien Abdoulaye Idrissa Maïga.

Selon plusieurs sources, il n’y a aucun doute : à côté de quelques coupeurs de route qui écument cette partie du Mali, de présumés jihadistes font régner leur loi à certains endroits. Des prêches islamistes sont signalés dans plusieurs villages et des écoles restent fermées à cause de l’insécurité.

Auteur : RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après la levée des sanctions, le Mali remercie le colonel Doumbouya

Published

on

La junte malienne s’est félicitée lundi de la levée des sanctions « illégales et inhumaines » imposées par la Cedeao en janvier dernier. Bamako a également remercié le président de la transition guinéenne pour avoir permis au Mali de contourner l’embargo de l’organisation ouest-africaine.      

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, chef de l’Etat dd la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports », a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans un communiqué.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition : l’ultimatum de la Cedeao à la junte guinéenne

Published

on

Si la Guinée a, une nouvelle fois, échappé aux sanctions de la Cedeao, le pays reste sous la menace des dirigeants ouest-africains qui donnent aux autorités guinéennes au plus tard le 1er août 2022, pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées, préviennent-t-ils à l’issue du 61ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui s’est tenu  dimanche 03 juillet à Accra, au Ghana.

Ci-dessous  l’extrait du Communiqué final  du sommet sur la Guinée.

« - Sur la Guinée, les Chefs d’Etat et de gouvernement réitèrent leur position en jugeant  que le  calendrier de transition de 36 mois annoncé par les Autorités guinéennes est  inacceptable.

  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la décision des autorités de transition d’ouvrir un dialogue national qui a débuté le lundi 27 juin 2022 sous l’égide du Premier ministre.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la démission du Dr Mohammed Ibn Chambas en tant que Médiateur de la CEDEAO en Guinée. En conséquence, les Chefs d’Etat et de gouvernement  nomment  Son Excellence  Yayi BONI, ancien Président de la République du Bénin en tant que nouveau Médiateur de la CEDEAO en Guinée.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement demandent  au Médiateur de travailler avec les Autorités de transition pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition au plus tard le 1er août 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de maintenir la suspension de la Guinée de tous les organes de décision de la CEDEAO.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de rester saisis de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali. »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Simandou : la junte ordonne l’arrêt immédiat des activités

Published

on

La junte au pouvoir en Guinée a décidé d’arrêter  toutes les activités relatives au projet Simandou, à compter de ce lundi 4 juillet 2022.

Dans un courrier adressé à la directrice générale du consortium Winning et au Directeur général de SIMFER S.A, le ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba, regrette le ‘’ manque de volonté’’ de ces deux sociétés à privilégier un partenariat gagnant-gagnant, nécessaire au co-développement du projet Simandou tel que consacré dans l’accord cadre du 25 mars dernier, dit-il.

« L’inertie que vous entretenez autour de la formulation des modalités de la participation de l’Etat dans le capital social de la coentreprise compromet dangereusement la mise en œuvre effective du projet dans l’intérêt supérieur des parties prenantes », dénonce-t-il.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance