Connect with us

A LA UNE

Kassory Fofana : « la chasse contre les administrateurs publics est de nature à saper les fondements de la République »

Published

on

Votre publicité ici

Longtemps muet, le premier ministre a fini par ses prononcer sur les violences qui secouent le pays, suite à la volonté du chef de l’Etat et de son gouvernement de changer la Constitution, à moins d’un an de la fin du second et dernier mandat d’Alpha Condé. Kassory Fofana dénonce une chasse contre les administrateurs publics, notamment au Fouta Djallo, bastion de l’opposition.

« Nous devons tous savoir que la chasse organisée contre les administrateurs publics et les fonctionnaires est de nature à saper les fondements de la République, de nos lois, de nos coutumes et de l’hospitalité légendaire de nos populations », a-t-il déclaré vendredi soir, dans une adresse à la nation,  faisant allusion aux préfets de Dalaba et Lelouma, contraints de fuir par des manifestants anti-nouvelle Constitution.

« Les évènements en cours dans notre pays, en particulier à Labé, Lélouma, Pita, Dalaba et Télimélé, interpellent le Gouvernement, l’Etat, les citoyens et toutes les bonnes volontés. La destruction d’édifices publics, de biens privés, les attaques répétées contre les symboles de l’Etat, les agressions et les violences contre des représentants de l’Etat et de l’administration publique ne sont pas acceptables dans toute société civilisée ou dans tout Etat, digne de ce nom. Cela doit impérativement cesser. » Dit-il, ajoutant que ces « actes exposent leurs auteurs et commanditaires à des poursuites, comme cela est dans tout Etat de droit devant les juridictions compétentes ».

Cette adresse a la nation intervient, alors que plusieurs villes de la moyenne Guinée, comme Labé, sont militarisés et les habitants terrorisés par la répression meurtrière de ces derniers jours, faisant trois morts dont un ambulancier, bastonné à mort par des agents de forces de l’ordre, selon plusieurs sources.

Depuis mi-octobre, environ 40 personnes ont été tuées dans des manifestations organisées par le front national pour la défense de la Constitution qui s’oppose catégoriquement au projet de nouvelle loi fondamentale qui permettrait au président Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat, alors que la loi actuelle n’autorise que deux.

Malgré cette forte contestation qui a gagné les quatre régions du pays (Dinguiraye et Dabola, en Haute Guinée, Nzérékoré en Guinée forestière, Conakry, Boké, Boffa, Fria, Kindia etc., en Basse Guinée et en moyenne Guinée)  le pouvoir veut à tout prix aller à la vitesse supérieure.

Jeudi, lors du conseil des ministres,  le gouvernement a demandé au chef de l’Etat de fixer une date pour le referendum sur la nouvelle Constitution.

Mais le FNDC qui ne désarme pas a appelé à des nouvelles mobilisations mardi et mercredi prochain, pour obliger le président à renoncer à son projet.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La junte joue-t-elle contre la montre ?

Published

on

Votre publicité ici

Cela fait déjà plus de deux semaines depuis la chute d’Alpha Condé, délogé par le Groupement des forces spéciales (dont il est lui-même géniteur), dirigés par le colonel Mamady Doumbouya. Si quelques jours après leur prise du pouvoir, les nouvelles autorités ont engagé des consultations nationales qui se poursuivent toujours d’ailleurs au palais du peuple avec les acteurs socio-politico-économiques du pays, rien n’a encore été fait concrètement pour un démarrage effectif de la transition.

De fait, treize jours après le coup d’Etat opéré contre Alpha Condé,  on n’ignore encore les militaires et civils qui composent le CNRD (conseil national pour le rassemblement et le développement). Aucune feuille de route n’a été définie, la formation du gouvernement tarde à venir. Pour la durée de la transition, les nouvelles autorités n’en parlent quasiment pas, comme si elles n’étaient pas prêt à partir de sitôt.

Alors que la Cédeao réclame une durée de six mois, colonel Mamady Doumbouya et ses collègues répliquent que la Guinée est souveraine et que les problèmes guinéens se résolvent par les Guinéens. Même s’ils sont soutenus par quelques Guinéens, soit en quête de repositionnement et de postes, ou qui ne veulent pas voir un véritable opposant du président déchu à la tête du pays, des interrogations commencent à naitre.

Et dans ces conditions, l’euphorie qu’a suscité la chute d’Alpha Condé, lui-même ayant opéré dans le sang un coup d’Etat constitutionnel pour se maintenir au pouvoir, au-delà  de ses deux mandats constitutionnels, risque de se transformer en une inquiétude. Grosse inquiétude nourrit par le fait qu’après la libération de 79 détenus politiques civils, au lendemain du putsch, les détenus politiques militaires sont toujours coincés eux en cellule. Malgré les cris de leurs avocats, appelant à leur libération, la junte garde encore la sourde oreille à la grande impatience de leurs proches qui attendent chaque jour de les voir rentrer à la maison.

Comme le souligne l’écrivain Florent Couao Zotti, « la plupart des pays où les militaires ont interrompu les processus politiques n’ont jamais été exemplaires […]. Les militaires reprochent aux civils d’avoir “bordélisé” la République mais quand ils arrivent au pouvoir ils font la même chose, ils s’accrochent au pouvoir et c’est l’éternel recommencement ». Reste à savoir si dans le cas Guinéen, la junte surprendra-t-elle cette fois-ci, en menant une transition dans un délai raisonnable et accepté de tous, grâce notamment à l’organisation d’une élection présidentielle libre, transparente et inclusive ?

Par Alpha A. Diallo

Continue Reading

A LA UNE

« Pour que les autorités de la transition soient crédibles, elles doivent commencer par balayer devant leur porte »

Published

on

Votre publicité ici

Deux semaines après la chute d’Alpha Condé, déposé par un coup d’Etat militaire le 05 septembre, les concertations nationales se poursuivent entre le Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), la junte au pouvoir,  et les acteurs socio-politico-économiques, en vue de préparer la transition. Pour Me Kpana Emmanuel Bamba  qui a participé à ces échanges en tant que président de la Ligue guinéenne des droits de l’homme (Liguidho), la lutte contre l’impunité doit être une priorité des nouvelles autorités. Pour cela, elles doivent commencer par balayer devant leur porte, a-t-il estimé sur RFI (Invité Afrique).

« Dès la prise du pouvoir, étant donné que le président du CNRD avait dit que « La justice sera la boussole qui guidera chaque citoyen en Guinée », nous pensons que nous allons doter la justice de moyens suffisants pour lui permettre de lutter farouchement contre la corruption et les crimes de sang en République de Guinée », a-t-il déclaré.

Poursuivant,  Me Kpana Emmanuel Bamba a invité la junte à mener « une lutte sans merci contre ceux qui ont détourné des deniers publics, dont les biens certainement sont cachés en Guinée ou à l’étranger », dit-il.

« Nous attendons à ce que la justice et les autres institutions soient fortes. Nous attendons à ce que la transition ait un délai raisonnable pour permettre de poser les fondements d’un véritable État de droit », insiste-t-il, indiquant que la lutte contre l’impunité doit aller jusque dans le camp du chef de la Junte, le colonel Mamady Doumbouya  lui-même.

« Si dans son camp, il y a aussi des gens qui ont engagé leur responsabilité pénale, il faut qu’ils soient traduits en justice. Pour que les autorités de la transition soient crédibles, elles doivent commencer par balayer devant leur porte », pense Me Bamba

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Une collision entre deux trains fait au moins un mort à Conakry

Published

on

Votre publicité ici

Une collision entre deux trains minéraliers de la société Rusal CBK, a fait au moins un mort et plusieurs blessés.

Le drame s’est  produit dans la matinée de ce lundi 20 septembre 2021, à Wanindara dans la commune de Ratoma.

Selon nos confrères de guineematin, les deux trains étaient chargés de bauxite, en direction du port autonome de Conakry.  Le premier serait tombé en panne et est resté immobilisé sur les rails. C’est là où le second  train est venu l’a heurté, explique la même source, qui souligne qu’en plus de la perte en vie humaine et des blessés, on dénombre d’importants dégâts matériels.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance