Accueil / A LA UNE / Kassory Fofana : « la chasse contre les administrateurs publics est de nature à saper les fondements de la République »

Kassory Fofana : « la chasse contre les administrateurs publics est de nature à saper les fondements de la République »

Longtemps muet, le premier ministre a fini par ses prononcer sur les violences qui secouent le pays, suite à la volonté du chef de l’Etat et de son gouvernement de changer la Constitution, à moins d’un an de la fin du second et dernier mandat d’Alpha Condé. Kassory Fofana dénonce une chasse contre les administrateurs publics, notamment au Fouta Djallo, bastion de l’opposition.

« Nous devons tous savoir que la chasse organisée contre les administrateurs publics et les fonctionnaires est de nature à saper les fondements de la République, de nos lois, de nos coutumes et de l’hospitalité légendaire de nos populations », a-t-il déclaré vendredi soir, dans une adresse à la nation,  faisant allusion aux préfets de Dalaba et Lelouma, contraints de fuir par des manifestants anti-nouvelle Constitution.

« Les évènements en cours dans notre pays, en particulier à Labé, Lélouma, Pita, Dalaba et Télimélé, interpellent le Gouvernement, l’Etat, les citoyens et toutes les bonnes volontés. La destruction d’édifices publics, de biens privés, les attaques répétées contre les symboles de l’Etat, les agressions et les violences contre des représentants de l’Etat et de l’administration publique ne sont pas acceptables dans toute société civilisée ou dans tout Etat, digne de ce nom. Cela doit impérativement cesser. » Dit-il, ajoutant que ces « actes exposent leurs auteurs et commanditaires à des poursuites, comme cela est dans tout Etat de droit devant les juridictions compétentes ».

Cette adresse a la nation intervient, alors que plusieurs villes de la moyenne Guinée, comme Labé, sont militarisés et les habitants terrorisés par la répression meurtrière de ces derniers jours, faisant trois morts dont un ambulancier, bastonné à mort par des agents de forces de l’ordre, selon plusieurs sources.

Depuis mi-octobre, environ 40 personnes ont été tuées dans des manifestations organisées par le front national pour la défense de la Constitution qui s’oppose catégoriquement au projet de nouvelle loi fondamentale qui permettrait au président Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat, alors que la loi actuelle n’autorise que deux.

Malgré cette forte contestation qui a gagné les quatre régions du pays (Dinguiraye et Dabola, en Haute Guinée, Nzérékoré en Guinée forestière, Conakry, Boké, Boffa, Fria, Kindia etc., en Basse Guinée et en moyenne Guinée)  le pouvoir veut à tout prix aller à la vitesse supérieure.

Jeudi, lors du conseil des ministres,  le gouvernement a demandé au chef de l’Etat de fixer une date pour le referendum sur la nouvelle Constitution.

Mais le FNDC qui ne désarme pas a appelé à des nouvelles mobilisations mardi et mercredi prochain, pour obliger le président à renoncer à son projet.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée