Connect with us

A LA UNE

Kassory Fofana : « la chasse contre les administrateurs publics est de nature à saper les fondements de la République »

Published

on

Longtemps muet, le premier ministre a fini par ses prononcer sur les violences qui secouent le pays, suite à la volonté du chef de l’Etat et de son gouvernement de changer la Constitution, à moins d’un an de la fin du second et dernier mandat d’Alpha Condé. Kassory Fofana dénonce une chasse contre les administrateurs publics, notamment au Fouta Djallo, bastion de l’opposition.

« Nous devons tous savoir que la chasse organisée contre les administrateurs publics et les fonctionnaires est de nature à saper les fondements de la République, de nos lois, de nos coutumes et de l’hospitalité légendaire de nos populations », a-t-il déclaré vendredi soir, dans une adresse à la nation,  faisant allusion aux préfets de Dalaba et Lelouma, contraints de fuir par des manifestants anti-nouvelle Constitution.

« Les évènements en cours dans notre pays, en particulier à Labé, Lélouma, Pita, Dalaba et Télimélé, interpellent le Gouvernement, l’Etat, les citoyens et toutes les bonnes volontés. La destruction d’édifices publics, de biens privés, les attaques répétées contre les symboles de l’Etat, les agressions et les violences contre des représentants de l’Etat et de l’administration publique ne sont pas acceptables dans toute société civilisée ou dans tout Etat, digne de ce nom. Cela doit impérativement cesser. » Dit-il, ajoutant que ces « actes exposent leurs auteurs et commanditaires à des poursuites, comme cela est dans tout Etat de droit devant les juridictions compétentes ».

Cette adresse a la nation intervient, alors que plusieurs villes de la moyenne Guinée, comme Labé, sont militarisés et les habitants terrorisés par la répression meurtrière de ces derniers jours, faisant trois morts dont un ambulancier, bastonné à mort par des agents de forces de l’ordre, selon plusieurs sources.

Depuis mi-octobre, environ 40 personnes ont été tuées dans des manifestations organisées par le front national pour la défense de la Constitution qui s’oppose catégoriquement au projet de nouvelle loi fondamentale qui permettrait au président Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat, alors que la loi actuelle n’autorise que deux.

Malgré cette forte contestation qui a gagné les quatre régions du pays (Dinguiraye et Dabola, en Haute Guinée, Nzérékoré en Guinée forestière, Conakry, Boké, Boffa, Fria, Kindia etc., en Basse Guinée et en moyenne Guinée)  le pouvoir veut à tout prix aller à la vitesse supérieure.

Jeudi, lors du conseil des ministres,  le gouvernement a demandé au chef de l’Etat de fixer une date pour le referendum sur la nouvelle Constitution.

Mais le FNDC qui ne désarme pas a appelé à des nouvelles mobilisations mardi et mercredi prochain, pour obliger le président à renoncer à son projet.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Kenya: William Ruto déclaré vainqueur de la présidentielle, son adversaire conteste

Published

on

Au Kenya, après six jours d'attente des résultats, le président de la Commission électorale, Wafula Chebukati, a déclaré William Ruto vainqueur de la présidentielle avec 50,49% des voix, ce lundi 15 août à Nairobi. Il devance de 233 211 voix son adversaire Raila Odinga qui conteste les résultats. Figure historique de l'opposition ce dernier qui avait reçu pourtant le soutien du chef de l'État sortant, n’a récolté que 48,85% des suffrages, selon le président de la Commission électorale.

Agé de 55 ans, William Ruto a promis, dans un discours, de travailler avec « tous les leaders » politiques du Kenya, dans un pays « transparent, ouvert et démocratique ». « Il n'y a pas de place pour la vengeance », a-t-il ajouté, se déclarant « totalement conscient » que le pays « est à un stade où nous avons besoin de tout le monde sur le pont ».

Toutefois, il faut noter que ces résultats ont été rejetés, peu avant leur annonce même, par une majorité des membres de ladite Commission électorale.  Plus tôt ce lundi, le président de la Commission électorale avait déjà tenté de faire une première fois son annonce, mais il en avait été empêché, entrainant des échauffourées en direct à la télévision sur l’estrade officielle des centres de compilation des résultats.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Dixinn : les gardes communaux libérés, mais la grève continue !

Published

on

Interpellés puis écroués  samedi dernier, au commissariat central de Dixinn, les trois gardes communaux ont été finalement libérés ce lundi 15 août.

Accusés d'avoir appelé à une grève,  leur libération n'a cependant  pas impacter le mouvement des gardes communaux qui, en plus de leur mise en liberté, réclament aussi le paiement de leurs arriérés de neuf mois de salaire et leur intégration dans les rangs de la police et de la gendarmerie.

" Le mouvement de grève va continuer jusqu’à la satisfaction de nos revendications", a indiqué un garde communal, alors que l'accès à la mairie de Dixinn est bloqué depuis le matin par les grognards.

A noter qu'un garde communal est payé à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation des trois gardes communaux à Dixinn

Published

on

Trois gardes communaux ont été arrêtés ce weekend et placés en garde-à-vue au commissariat central de Dixinn.

Il s’agit d’Alpha Oumar Cissé, Moussa Soumah et Tamba Kourouma.  Leur arrestation intervient suite à un appel à la grève qu’ils auraient lancé pour réclamer le paiement de neuf (9) mois d’arriérés de salaire et leur intégration dans la police ou la gendarmerie.

Leurs collègues menacent de manifester ce lundi 15 août 2022, devant la mairie de Dixinn pour exiger leur libération.

Selon nos informations, ces gardes communaux sont payés à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance