Connect with us

A LA UNE

Guinée : des détenus politiques toujours en attente de procès

Published

on

Neuf mois après des vagues d’arrestations massives, les détenus attendent d’être jugés dans des conditions préoccupantes, et l’opposition est muselée.

Dans son livre d’entretiens avec le journaliste François Soudan intitulé « Une certaine idée de la Guinée », publié en 2019, le président Alpha Condé revient sur son incarcération à la prison centrale de Conakry. C’était peu après la présidentielle de décembre 1998. L’opposant exilé en France était revenu au pays pour affronter Lansana Conté dans les urnes. Mais, soudainement accusé d’avoir « recruté des mercenaires », il fut emprisonné plus de deux ans – avant d’être gracié en 2001 par le président Conté dans le contexte d’une mobilisation internationale contre cette condamnation arbitraire. Alpha Condé raconte qu’à l’époque, un grand bâtiment de la prison avait été évacué pour qu’il se « retrouve seul ». « Mes avocats me disaient, ajoute-t-il, “Alpha, il faut marcher. Toute la journée, il faut marcher.” Je ne comprenais pas pourquoi, mais j’ai marché dans la cour. C’est lors de mon procès, quand je suis enfin sorti, que j’ai compris. J’ai vu des personnes qui étaient devenues infirmes, car si vous êtes en prison et que vous ne marchez pas, vous finissez par perdre l’usage de vos jambes. »

Aujourd’hui, la prison centrale de Conakry est surpeuplée. D’une capacité de 300 personnes, elle accueillerait environ 1 500 détenus, selon le rapport de l’Union européenne sur les droits humains et la démocratie dans le monde paru le 21 juin – d’autres sources mentionnent 2 000 détenus. Et les supposés contestataires du pouvoir en place ont particulièrement fait grimper le taux d’occupation ces derniers mois. Parmi eux, des figures de l’opposition se sont vu interdire les sorties dans la cour de la prison en début d’année, durant au moins un mois. Impossible, donc, de marcher : cet exercice pourtant salutaire, d’après le récit d’Alpha Condé. Arrivé au pouvoir en 2010, drapé dans sa posture de démocrate et se rêvant en Mandela guinéen, le président Condé infligerait-il aujourd’hui à ses opposants politiques ce qu’il a lui-même vécu, sinon pire ?

« Harcèlement judiciaire » contre les militants prodémocratie

La présidentielle du 18 octobre 2020, à l’issue de laquelle il a rempilé pour un troisième mandat controversé, a, en tout cas, cristallisé la tendance répressive du régime. Avec, d’abord, ces dizaines de civils tués par balle par les forces de défense et de sécurité. Puis des vagues d’arrestations qui ont ciblé au moins 400 militants de l’opposition et membres de la société civile. « En réalité, il s’agissait de rafles dans des quartiers supposés favorables à l’opposition. Conduites dans les locaux des CMIS (Compagnies mobiles d’intervention et de sécurité, composées de gendarmes et de policiers), certaines personnes ont été soumises à des interrogatoires très durs. Certaines se sont même plaintes d’avoir été torturées pour se voir arracher des aveux », précise maître Mohamed Traoré, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats de Guinée. Avec d’autres conseils bénévoles, ils assurent collectivement la défense d’une grande partie de ces détenus, qu’il s’agisse de caciques, militants et partisans de l’opposition, ou de « personnes arrêtées à tort » dont « la vacuité du dossier n’échappe à personne ».

Entre arrestations arbitraires et détentions provisoires à rallonge, le « harcèlement judiciaire pour réduire au silence les militants prodémocratie », selon la formule de trois organisations montées au créneau ce vendredi (Tournons la page Guinée, Organisation guinéenne des droits de l’homme et Article 19), inquiète également Amnesty International. L’ONG a publié, quant à elle, un communiqué ce jeudi 8 juillet sur le sort des prisonniers arrêtés avant, pendant et après la présidentielle du 18 octobre 2020. En février, elle avait déjà appelé les autorités à faire la lumière sur les conditions de la mort en détention de quatre personnes.

Parmi ces plus de 400 détenus interpellés arbitrairement durant l’automne 2020, quatre personnes ont obtenu la grâce présidentielle les 18 et 22 juin à la suite d’une demande de pardon. D’autres ont recouvré leur liberté moyennant le paiement d’une caution, ou ont bénéficié d’un non-lieu – c’est le cas de 40 individus libérés en mai à Conakry. « Un pas positif pouvant contribuer à la décrispation de l’espace civique, a réagi la directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Samira Daoud. Ces libérations ne doivent néanmoins pas faire oublier que des dizaines d’autres personnes sont en détention provisoire [à Conakry] depuis plus de sept mois, dont des opposants politiques, et qu’un activiste prodémocratie, Oumar Sylla, est détenu arbitrairement, simplement pour s’être exprimé. Ce dernier doit être libéré immédiatement et sans condition, tandis que les autres personnes doivent être jugées sans délai selon des procédures justes et équitables, ou libérées ».

Oumar Sylla, surnommé Foniké Mengue, est le « leader des jeunes » du FNDC (Front national de défense de la Constitution), un mouvement citoyen créé en avril 2019 pour s’opposer à un troisième mandat du président Alpha Condé. Le 10 juin dernier, il a été condamné en appel à 3 ans de prison ferme pour « communication et divulgation de fausses informations, menaces notamment de violences ou de mort ».

Procès « très imminents », selon le gouvernement

« Nous nous félicitons que les premiers verdicts tombent, que les procès annoncés et attendus soient très imminents, a réagi, de son côté, le porte-parole du gouvernement Tibou Camara. Notre justice est à pied d’œuvre pour démêler l’écheveau de toutes les affaires et les premiers actes posés rassurent quant à l’aboutissement rapide des procédures en cours, le respect des droits et de la dignité des détenus. […] Je rappelle que c’est à la suite de violences meurtrières et de destructions massives d’édifices publics et de biens privés qu’il a été procédé à toutes les interpellations. » Et d’inviter à prendre avec des pincettes les communiqués ou rapports d’organisations relayant des « opinions et commentaires loin d’être neutres » et non « motivés par des faits avérés ».

Maître Mohamed Traoré, lui, se montre plus circonspect quant au respect du calendrier judiciaire… et du principe de séparation des pouvoirs. Avec ses confrères, ils patientent depuis l’ordonnance de renvoi en jugement du 29 avril 2021 pour voir leurs clients enfin comparaître devant le juge. « Nous sommes surpris qu’il n’y ait toujours pas de date de procès. De notre côté, nous sommes prêts. Prêts à démontrer que ces dossiers ne constituent qu’un simple montage, et que si les juges sont indépendants et impartiaux, il n’y aura pas de condamnation, car les faits ne tiennent pas. Notre principal obstacle, c’est que la justice ne donne pas de garantie d’indépendance », dit-il.

Si les accusations de fabrication, de stockage, de détention d’armes de guerre et de munitions qui figuraient initialement dans certains dossiers ont été abandonnées, les charges retenues contre leurs clients demeurent pourtant lourdes. « Les faits ont été requalifiés en participation à un mouvement insurrectionnel, atteinte aux institutions de la République, mise à disposition d’autrui de données de nature à porter atteinte à l’ordre public… Dans le cas de certains jeunes poursuivis au départ pour des infractions très graves, il y a eu des requalifications en détention de chanvre indien », précise maître Traoré.

Conditions d’hygiène « exécrables » à la prison centrale

L’attente est longue et éprouvante, surtout, pour les détenus. Maïmouna Bah Diallo, 62 ans, en sait quelque chose. Son mari Cherif Bah, vice-président de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée et premier parti d’opposition), a été arrêté le 11 novembre 2020. Depuis, comme toutes les épouses ou proches de détenus massés chaque midi à l’entrée de la prison centrale, elle lui apporte son repas. Ou, plutôt, lui « apportait ». « Cela fait quatre mois qu’il est à l’hôpital Ignace Deen de Conakry. Il a eu des problèmes cardiaques qui se sont aggravés avec son incarcération. Les conditions d’hygiène sont vraiment exécrables, et vu son âge, 73 ans, ça a été dur pour lui. Et puis ils font tout pour jouer sur le moral des détenus. Comme lui interdire de sortir dans la cour. Aujourd’hui, sa situation est stable, mais il n’est pas guéri. On est en train de lui faire subir des choses qu’on n'avait jamais imaginées, juste à cause de ses opinions. Heureusement, son moral est bon », résume-t-elle.

D’autres responsables de l’UFDG, comme le coordinateur de la cellule communication Ousmane Gaoual Diallo, le coordinateur des fédérations Mamadou Cellou Baldé ou l’ex-directeur de campagne du parti à Kindia Abdoulaye Bah, arrêtés au même moment que Cherif Bah, ont également dû être hospitalisés. La prison centrale de Conakry ne compte qu’un seul médecin, selon cette note d’Amnesty International. « On se couche les uns sur les autres, témoigne un militant de l’UFDG rencontré par l’ONG. Les prisonniers font leurs besoins les uns à côté des autres… Un jeune est là-bas depuis six mois, arrêté seulement parce qu’il dansait dans la rue sur des musiques qui faisaient l’éloge de Cellou Dalein Diallo [président de l’UFDG, NDLR]. Il n’y a pas d’infirmerie, c’est seulement une inscription sur une porte. Un seul médecin vient pour tous ces détenus. »

Ibrahima Diallo, responsable des opérations du FNDC et représentant de l’organisation pro-alternance démocratique Tournons la page-Guinée, se souvient de la cellule où il fut enfermé une première fois en 2019, durant un mois et demi : « C’est une cellule de 4 mètres carrés sans toilettes. Il y a deux lits superposés, et une natte à terre qui occupe le reste de l’espace, où des gens dorment. Nous étions six : cinq détenus politiques et le chef de la cellule. Il y avait beaucoup de punaises et de moustiques. » C’est cette même cellule qu’occupe aujourd’hui Oumar Sylla, son camarade de lutte du FNDC, condamné à 3 ans de prison ferme. « Il va bien, même s’il y a parfois des problèmes de santé. Mais le moral est bon, c’est le plus important. Il passe ses journées à lire. En ce moment, ce sont les mémoires de Mandela », renseigne-t-il.

In le point.fr

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : le FNDC politique exige la libération des détenus d’opinion

Published

on

La branche politique du front national pour la défense de la Constitution a exigé la libération sans conditions des prisonniers d'opinion en Guinée.

Déclaration :

Le FNDC POLITIQUE comprenant l’Union des Forces Républicaines (UFR) et le Mouvement Démocratique Libéral (MoDeL) a appris avec stupéfaction le kidnapping du Président du Parti Nos Valeurs Communes, M. Etienne SOROPOGUI, le samedi 24 septembre 2022, alors qu’il rendait visite à ses sœurs, après avoir participé à une émission radio de grande écoute.

Le FNDC POLITIQUE désapprouve totalement cette nouvelle interpellation extrajudiciaire après celles du Secrétaire Exécutif de l’UFR, Hon Saikou Yaya BARRY et de deux hauts responsables  du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont le Coordinateur National, Oumar SYLLA alias Foniké Manguè et Ibrahima DIALLO, chargé des Opérations.

Le FNDC POLITIQUE exige la libération sans conditions des prisonniers d’opinion et condamne avec la dernière énergie toutes les tentatives de musèlement des partisans de la démocratie ainsi que l’instrumentalisation à outrance de la justice à des fins politiques.

Conakry, le 25 septembre 2022

FNDC POLITIQUE

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Koundara : brève interpellation d’Abdoulaye Bah

Published

on

L’ancien président de la délégation spéciale de Kindia et membre de l’UFDG, Abdoulaye Bah, a été interpellé dimanche 25 septembre, à Koundara alors qu’il partait à Dakar au Sénégal pour accompagner son père malade.

Arrivé à la frontière avec un laissez-passer qui serait délivré par la police de Kindia alors que pour sortir du territoire national, ce document doit être délivré par la douane, il a été arrêté.

Mais après plusieurs heures de tractation, il a été finalement autorisé à continuer son voyage vers Dakar.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Sanctions contre la junte : plusieurs pays dont la Russie et la Chine apportent leur soutien à la Cédeao

Published

on

Le groupe du G5 (Etats-Unis, France, Chine, Angleterre et Russie) a décidé de soutenir les sanctions infligées à la junte guinéenne par la Cédeao ce 23 septembre.

Selon un officiel onusien cité par nos confrères de mediaguinee, ces pays se sont engagés à soutenir les efforts de l’organisation sous régionale face aux différents putschistes notamment en Guinée et au Mali. Surtout dans l’application des sanctions contre la junte guinéenne.

Au cours d’une réunion, l’une des réactions inattendues a été l’intervention des ambassadeurs de la Russie et de la Chine. Les deux pays ont fait savoir qu’ils seront du côté de la Cedeao dans sa démarche de gestion des transitions en Guinée, au Mali et au Burkina Faso, souligne la même source.

Peu après la prise des sanctions, le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, dans un ton baissé, a déploré la décision indiquant que la Guinée a besoin moins de sanctions que d'accompagnements. ‘’Et cet accompagnement doit absolument prendre en compte la compréhension du contexte et des spécificités de la crise guinéenne’’, dit-il dans un entretien avec RFI.

Poursuivant, il a indiqué qu’il est toujours possible de discuter avec la Cedeao sur la durée de la transition, fixée à 3 ans par la junte, mais que l’organisation sous régionale rejette catégoriquement jugeant le délai trop long.

« Elle est toujours possible. À partir du moment où ils peuvent nous apporter des éléments objectifs sur le contenu, on peut tout discuter. Nous l’avons dit clairement : en combien de temps la Cédéao estime que la Guinée peut se doter d’un fichier électoral ainsi que d’un fichier d’état civil qui garantit sa qualité ? Et il faut l’adhésion de tous, parce qu’il faut le faire de façon à ce que chacun puisse avoir les moyens de contrôler ce fichier et de s’assurer que les parties qui le concerne y sont. Si la Cédéao estime que cela est faisable en trois mois, et bien la transition prendra trois mois. Ce n'est donc pas la durée qui pose problème, c’est ce qu’il faut faire », dit-t-il.

A l’issue d’un sommet extraordinaire de la Cédéao tenu jeudi 22 septembre au soir à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, les dirigeants des États ouest-africains ont décidé de prendre des « sanctions progressives » contre la junte militaire en Guinée face à l'inflexibilité des militaires pour une date de retour des civils au pouvoir.

Ces mesures incluent "le gel des avoirs financiers" des dirigeants, assujetti d’une "interdiction de voyager" ainsi que la suspension "de toute assistance et transaction financière en faveur de la Guinée par les institutions financières de la Cédéao", selon le communiqué publié au lendemain de la réunion.

Dans le communiqué, l’organisation fixe un ultimatum d’un mois à la junte guinéenne pour décliner un calendrier acceptable de la transition, faute de quoi, des sanctions plus sévères seront prises, prévient-elle.

Par Alpha Abdoulaye Diallo   

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance