Connect with us

Politique

Activité subversive en Forêt : quand Faya cracha sur Alpha

Published

on

Dans un article titré «Accusé d’envoyer des SMS subversifs, Faya Millimino nie toute implication ! » et publié sur www.guineenews.org le 15 juillet, 2015, dont l’auteur est Facely Konaté; il est fait mention des SMS à caractère subversif attribués au Président du Bloc Libéral (BL), Dr. Faya L. Millimouno. Le Bloc Libéral (BL) dément toute implication de son Président dans toute activité subversive, de surcroit, tendant à diviser les communautés guinéennes. Le Bloc Libéral et son Président tiennent à rappeler que le combat qu’ils mènent s’inscrit exactement à l’opposé de toute manœuvre de division des communautés ethniques de notre pays. Le parti reconnu en République de Guinée pour diviser les communautés guinéennes, au point d’en faire aujourd’hui une politique officielle de l’administration tribale et néofasciste de M. Alpha Condé, est très malheureusement le parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel. Nous n’avons pas besoin de rappeler les multiples prises de positions de Dr. Faya L. Millimouno à cet effet.

En plus, par le libellé même de ces SMS, l’on comprend qu’il s’agit d’une manœuvre de désinformation et d’intoxication visant à nuire à la réputation du Président du Bloc Liberal. Si quelqu’un est l’auteur d’un SMS ou d’un message, il le signe simplement, au lieu de dire que ce message est de tel.

Le Bloc Libéral et son Président se réservent le droit d’intenter une poursuite judiciaire contre toute personne physique ou morale, qui serait à l’ origine de ces informations calomnieuses.

Le Bloc Libéral tient aussi à rappeler que le pouvoir en place, se sentant rejeté par les populations éprouvées de la Guinée Forestière, est probablement à l’origine de cette campagne de subversion. La campagne qui repose sur la désinformation vise deux objectifs :

Tenter de salir tout leader émergeant qui pourrait bénéficier de la faveur des électeurs du Sud de la Guinée aux prochaines élections présidentielles. L’exemple d’acharnement en cours contre M. Moussa Dadis Camara, en instrumentalisant la justice, est éloquent en la matière. Presque sûr de pouvoir faire empêcher la candidature de M. Moussa Dadis Camara, par la justice aux ordres; ils s’attaquent désormais au seul leader qui peut avoir la faveur des électeurs du Sud de la Guinée et qui est véritablement opposé au régime tribal et néofasciste de M. Alpha Condé,

Construire de manière machiavélique les arguments pouvant lui permettre de justifier la militarisation de certaines régions du pays pour s’adonner à des manœuvres d’intimidation et d’éventuels massacres de populations innocentes par sa milice tribale (les donzos) habillée en tenue militaire. Plusieurs tentatives ont déjà été faites dans ce sens. Il faut se rappeler de la tentative de présenter la Moyenne Guinée à la communauté internationale comme étant habitée par les extrémistes musulmans, qui feraient penser à Boko - Haram ou Al-Qaïda. Cela pourrait bien justifier les massacres de populations innocentes et obtenir en même temps l’indifférence de la communauté internationale. L’on se rappelle aussi de la tentative d’accuser les paisibles populations de Kéréma (un district situé dans la Préfecture de N’Zérékoré) d’être en train de préparer une rébellion dans les forêts de ce village. Cette accusation a été honteusement portée en publique par M. Alpha Condé lui-même lors d’un meeting à N’Zérékoré, le 22 mai, 2015.

Le Bloc Libéral invite le vaillant peuple de Guinée à la sérénité et à la vigilance. L’année 2015 est une année électorale en République de Guinée. Comme par le passer, à chaque fois que M. Alpha Condé et son RPG participent aux élections en République de Guinée, ils accusent quelqu’un de quelque chose. L’on se rappelle des accusations d’empoisonnement portées contre les Peulhs entre les deux tours de l’élection présidentielle en 2010. En 2013, c’est dans les colonnes du Canard Enchainé que les thuriféraires du régime de M. Alpha Condé ont porté l’accusation de complot peulh, à la veille des élections législatives. Les exemples sont nombreux pour ne plus croire en ce régime tribal et néofasciste.

Le Bloc Libéral demande aux Guinéens, en général, aux habitants de la Région Forestière, en particulier; de ne plus se prêter aux manipulations politiciennes, divisionnistes et calomnieuses du régime tribal et néofasciste de M. Alpha Condé et son RPG Arc-en-ciel. Le BL invite le peuple de Guinée épris de paix, de liberté et de justice, à redoubler d’effort pour mettre définitivement à la retraite M. Alpha Condé qui a montré ses limites. Le Bloc Libéral, fidèle à ses idéaux et à sa vision assume et continuera toujours d’assumer publiquement ses prises de position ; contrairement aux pratiques peu catholiques du parti au pouvoir, il n’est pas de la nature du BL de lancer des pierres et cacher les mains.

 

 

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Après la levée des sanctions, le Mali remercie le colonel Doumbouya

Published

on

La junte malienne s’est félicitée lundi de la levée des sanctions « illégales et inhumaines » imposées par la Cedeao en janvier dernier. Bamako a également remercié le président de la transition guinéenne pour avoir permis au Mali de contourner l’embargo de l’organisation ouest-africaine.      

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, chef de l’Etat dd la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports », a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans un communiqué.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition : l’ultimatum de la Cedeao à la junte guinéenne

Published

on

Si la Guinée a, une nouvelle fois, échappé aux sanctions de la Cedeao, le pays reste sous la menace des dirigeants ouest-africains qui donnent aux autorités guinéennes au plus tard le 1er août 2022, pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées, préviennent-t-ils à l’issue du 61ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui s’est tenu  dimanche 03 juillet à Accra, au Ghana.

Ci-dessous  l’extrait du Communiqué final  du sommet sur la Guinée.

« - Sur la Guinée, les Chefs d’Etat et de gouvernement réitèrent leur position en jugeant  que le  calendrier de transition de 36 mois annoncé par les Autorités guinéennes est  inacceptable.

  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la décision des autorités de transition d’ouvrir un dialogue national qui a débuté le lundi 27 juin 2022 sous l’égide du Premier ministre.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la démission du Dr Mohammed Ibn Chambas en tant que Médiateur de la CEDEAO en Guinée. En conséquence, les Chefs d’Etat et de gouvernement  nomment  Son Excellence  Yayi BONI, ancien Président de la République du Bénin en tant que nouveau Médiateur de la CEDEAO en Guinée.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement demandent  au Médiateur de travailler avec les Autorités de transition pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition au plus tard le 1er août 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de maintenir la suspension de la Guinée de tous les organes de décision de la CEDEAO.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de rester saisis de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali. »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée échappe à nouveau aux sanctions de la Cedeao

Published

on

Alors que l'inquiétude était palpable, la Guinée a échappé à nouveau aux sanctions de la Cedeao. Les leaders ouest-africains réunis dimanche 03 juillet à Accra ont toutefois rejeté une nouvelle fois les 36 mois de transition proposés par la junte guinéenne.

Ils ont nommé un nouveau médiateur à la crise guinéenne. Il s'agit de l'ancien président béninois Thomas Boni Yayi.

Pour le Mali,  la Cédéao a levé les sanctions économiques et financières . Elle a aussi trouvé un accord avec le Burkina Faso pour un calendrier de 24 mois avant un retour des civils au pouvoir, à compter du 1er juillet 2022.

Il faut noter que les dirigeants ouest-africains ont par ailleurs choisi comme nouveau président en exercice de la Cédéao, Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée-Bissau et lui aussi victime d'une tentative de Coup d'État en février dernier.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance