Connect with us

A LA UNE

Une mission de la NASA au Sénégal stimule la découverte scientifique

Published

on

Votre publicité ici

Lorsque des scientifiques de la NASA ont installé des télescopes dans son pays, la Sénégalaise Binita Yanni n’avait guère de connaissances en astronomie et n’imaginait certainement pas la possibilité de faire carrière dans les sciences planétaires.

Mais la curiosité de l’étudiante en génie chimique de 20 ans est piquée. Elle veut découvrir à tout prix pourquoi 21 télescopes américains ont été placés dans la campagne sénégalaise. Elle prend donc contact avec Adriana Ocampo, la scientifique principale du projet, au moment où les membres de la mission s’apprêtent à observer l’espace dans la nuit. Binita Yanni se présente et demande à participer en tant que bénévole. Quelques heures plus tard, elle se retrouve aux côtés de scientifiques américains et sénégalais à collecter des données provenant des confins du système solaire.

C’est la première expérience de Binita Yanni dans le domaine de l’astronomie – une expérience qui, espère-t-elle, ne sera pas la dernière.

« À travers cette mission, j’ai eu la confirmation qu’on pouvait être jeune et rêver gros comme le soleil, que ni l’âge ni l’expérience ne peuvent être des limites dans la vie », déclare-t-elle dans un courriel.

Une mission qui a bénéficié d’un soutien exceptionnel de la part du gouvernement du Sénégal, de l’ambassade des États-Unis à Dakar et de la communauté sénégalaise de l’astronomie, a noté la NASA. (La France y a également participé. Des observations similaires ont eu lieu en Colombie avec un soutien comparable, y compris celui des communautés colombienne et mexicaine de l’astronomie, preuve de la nature multinationale de cette mission.)

Travailler en équipe avec les scientifiques du pays

Réunir des observations sur les planètes demande des mois de préparatifs minutieux pour que les scientifiques puissent se trouver au bon endroit à une date précise. En l’occurrence, le Sénégal était le meilleur endroit pour observer l’astéroïde ciblé. Ce qui a réuni des scientifiques américains et leurs collègues sénégalais, le 4 août, pour tenter d’entrevoir l’objet dit 2014 MU69 de la ceinture de Kuiper, à une distance de 6 milliards de kilomètres, grâce à des télescopes de deux mètres de long.

Les membres de la communauté sénégalaise d’astronomes, dont beaucoup n’avaient jamais manié des télescopes aussi grands, ont contribué à la collecte de données.

« Bien qu’ils soient titulaires de doctorats et qu’ils aient bénéficié d’une formation théorique en astronomie, [les astronomes sénégalais] n’avaient jamais eu l’occasion de faire des travaux pratiques aux côtés d’autres scientifiques très expérimentés sur le terrain », explique Heath Bailey, de l’ambassade des États-Unis à Dakar.

Les données recueillies par ces observations permettront aux scientifiques de la NASA de distinguer les débris ou autres matières planétaires qui pourraient entraver le vol de leur sonde dont le passage le long de l’astéroïde est prévu pour le 1er janvier 2019, lors de l’exploration la plus lointaine jamais réalisée à ce jour.

Le projet est une extension de la mission New Horizons de la NASA*, la première fois qu’une sonde doit effectuer un vol de reconnaissance vers Pluton et explorer les confins du système solaire.

Faire participer la population locale

Ayant déterminé que le Sénégal se trouvait dans la trajectoire de MU69, la NASA et l’ambassade des États-Unis à Dakar ont étroitement collaboré avec le gouvernement sénégalais pour veiller à ce que la mission soit réussie – et aussi à ce que la population du pays puisse y participer.

Lors des soirées précédant l’observation de l’espace, des Sénégalais du coin se réunissaient autour des scientifiques pour les regarder préparer leurs télescopes. Et quelques-uns d’entre eux ont même pu utiliser ces instruments de pointe pour apercevoir l’espace.

« Notre espoir est de voir un ou une jeune prodige, d’un village quelconque du Sénégal, décider qu’ils peuvent eux aussi devenir scientifiques de l’espace », affirme Heath Bailey.

Les Sénégalais des environs ont également pu regarder une présentation spéciale du film Les figures de l’ombre, le film qui met en relief les contributions des Afro-Américaines aux premières missions de la NASA. Avant la projection, Adriana Ocampo et ses consœurs ont donné une présentation sur l’importance des femmes dans les sciences.

« Il y a au Sénégal une grande soif pour les connaissances de l’univers dans lequel nous vivons, explique Mme Ocampo. On a rencontré beaucoup de jeunes femmes qui ont de grands talents et veulent choisir une carrière STEM ; pour cela, elles ont besoin d’avoir plus d’exemples à suivre et plus d’opportunités, c’est tout. »

L’absence d’expérience n’a pas été un frein pour Binita Yanni. Après avoir travaillé avec eux au télescope numéro 12, sa vision de l’astronomie et des possibilités qui s’offrent à elle a fondamentalement changé.

« Je peux rajouter à ma très longue liste d’ambitions déjà “Travailler à la NASA” un jour », s’enthousiasme-t-elle.

Guinee28

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : plus de 200 policiers mis à la retraite par erreur

Published

on

Votre publicité ici

Au total 280 sur 568 agents de police envoyés récemment à la retraite n’avaient pas atteint leur limite d’âge.

Le ministère du Travail et de la Fonction publique a admis l’erreur, par conséquent  il leur demande de reprendre service  jusqu’à l’atteinte de la limite d’âge prévue par les dispositions de la loi portant statut général des agents de l’Etat en Guinée.

Ci-dessous la liste des agents concernés :

Continue Reading

A LA UNE

Le chef de la diplomatie européenne demande le retour à l’ordre constitutionnel au Burkina Faso

Published

on

Votre publicité ici

Pas de session plénière finalement, mercredi 26 janvier, à Bruxelles entre les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel et l'Union européenne en raison du coup d'État au Burkina Faso. Mais les ministres présents se sont entretenus avec le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Et les conversations ont, bien sûr, tourné autour du Mali, du Burkina et de Wagner.

La septième réunion entre les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel et l’Union européenne devait se tenir mercredi 26 janvier à Bruxelles. Mais en raison de la situation au Burkina Faso, la présidence du G5, actuellement exercée par le Tchad, a consulté ses partenaires et renoncé à tenir une session plénière. En revanche, chacun des quatre ministres présents, Abdoulaye Diop pour le Mali, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed pour la Mauritanie, Hassoumi Massoudou pour le Niger et Chérif Mahamat Zene pour le Tchad, s’est entretenu individuellement avec le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Des rencontres avec ses homologues du Sahel qui ont été pour le chef de la diplomatie européenne l’occasion de condamner l’arrestation du président burkinabè et de demander au nom de l’UE sa libération et le retour de l’ordre constitutionnel au Burkina Faso. Les Européens veulent continuer la coopération avec le Niger et la Mauritanie et soutiennent la transition tchadienne ainsi que l’ensemble de la région.

La question du Mali

« L’Union européenne maintient son engagement au Sahel, a-t-il insisté. Elle en est un partenaire fiable et de longue durée. Les populations ont des besoins urgents en termes de sécurité, d’aide humanitaire et de perspectives sociales et économiques. Les impatiences grandissent et tôt ou tard ces fragilités nourrissent les mouvements terroristes que nous combattons tous et qui sont une menace pour tous. »

La relation avec le Mali est plus compliquée et l’UE a rappelé être prête à des sanctions individuelles contre ceux qui entravent la transition : elle demande rapidement un « calendrier électoral crédible ». Surtout, l’Union européenne avertit que la présence des mercenaires russes de Wagner est incompatible avec son engagement au Mali.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Mohamed Béavogui : « en Guinée, les hommes les plus riches sont les fonctionnaires de l’Etat »

Published

on

Votre publicité ici

Dans une interview qu’il a accordé au journal le monde, le premier ministre de la transition, Mohamed Béavogui, a affirmé que les caisses de l’Etat sont actuellement vides du fait de la gabegie financière au temps du défunt régime d’Alpha Condé.  

« Les caisses de l’Etat sont vides. Pire, nous avons fini 2021 avec un stock d’arriérés de paiement, des factures non payées, de 4 700 milliards de francs guinéens, environ 470 millions d’euros, près d’un quart du budget national. Cela signifie que les ressources destinées au fonctionnement de l’Etat et du pays en général sont parties ailleurs », a-t-il affirmé.

Pourtant,  selon le Fonds monétaire international, la production de bauxite de la Guinée se chiffrait à près de 4 milliards de dollars en 2020, explique-t-il, soutenant que les ressources fiscales qui devaient aller vers le Trésor passaient par des tuyaux percés de tous les côtés. « Il faut les boucher ou les remplacer ».

Poursuivant, Mohamed Béavogui  souligne qu’en Guinée, les hommes les plus riches sont les fonctionnaires de l’Etat.

Face à cette situation,  « Il nous faut des finances publiques correctement gérées », et cela passe par un Conseil supérieur de la magistrature capable de ‘’conduire les réformes dans nos institutions judiciaires’’, note-t-il.

Par Alpha Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance