Connect with us

A LA UNE

Report de la célébration de la liberté de la presse en Guinée

Published

on

En Guinée, la commémoration de la liberté de la presse prévue par le ministère de l’Information et de la Communication a été reportée à une date pour le moment inconnue.

Selon un communiqué dudit ministère transmis tard la nuit dernière aux médias, l’on justifie ce report par la « recrudescence » des cas de Covid-19 dans le pays.

Mais cet argument est loin de convaincre les journalistes, d’autant que les 72 heures du livre se sont tenues dans les mêmes conditions de crise sanitaire, il y a dix jours, et la courbe des contaminations du coronavirus est en nette baisse, depuis plusieurs jours.

Cependant, la Haute Autorité de la Communication (HAC) prévoit d’organiser ce 03 mai,  une petite cérémonie à son siège. Elle compte  mettre cette journée à profil pour distribuer les premières cartes professionnelles de la presse.

Une manifestation virtuelle est également prévue par un collectif des journalistes pour exiger la libération du journaliste  Amadou Diouldé Diallo, détenus depuis deux mois pour offense et diffamation au chef de l’Etat. Un autre journaliste, Ibrahima Sadio Bah, croupit aussi en prison depuis plusieurs mois, en violation de la loi sur la presse qui interdit l’emprisonnement des professionnels de médias en Guinée.

Organisée chaque année depuis 1993, la Conférence mondiale de la liberté de la presse offre aux journalistes, aux représentants de la société civile, aux autorités nationales, aux universitaires et au grand public l’occasion de discuter des nouveaux défis qui se posent à la liberté de la presse et à la sécurité des journalistes et de travailler ensemble à l’identification de solutions.

Par Mariam Bâ