Connect with us

A LA UNE

Rapport Human Right Watch: le Consortium SMB-WAP fait des efforts à la Communauté de Boké

Published

on

L’ONG Human Rights Watch a présenté son rapport d’enquête sur l’exploitation minière dans la région de Boké, ce jeudi 4 octobre 2018, à Conakry. Au cours de cette conférence,  la Société Minière de Boké, l’une des deux sociétés minières qui ont intéressées les enquêteurs, fait ses preuves dans la préfecture de Boké.

Raison pour laquelle dans ce rapport, de 165 pages, qui comporte quelques incohérences sur la méthodologie employée par cette ONG, soulève beaucoup de suspicions notamment, l’ONG HRW dit que, pour une question de place certaines réponses de certains cadres du Ministère des Mines et de la Géologie et de certaines entreprises minières, non pas pu être reporté textuellement, c’est seulement un résumé qui a été mentionné dans ledit rapport. Alors, faut-il croire à l’expertise de cette ONG dans le domaine du secteur extractif ?

L’exemple le plus illustratif est que certains hauts cadres et certaines entreprises ont reçu des questionnaires de  10 pages. Ceux-ci auraient donnés des réponses de plus de 20 pages comme  réponses, pourtant ces réponses n’apparaissent pas dans ce rapport que nous avons consulté sur le site de ladite ONG.

Posons-nous la question de savoir quel est le moyen utilisé pour calculer l’air,  dans les sites miniers ? En plus, pourquoi les victimes se sont mises dans l’anonymat pour dénoncer les maux dont-elles souffrent ?

Dans la vidéo diffusée par M. Jim, nous voyons  le Directeur Général de la SMB, Frederic Bouzigues, s’exprimer en disant qu’il a fallu un ou deux ans à la SMB pour intégrer ce qu’il appelait  » un programme anti-poussière efficace ». Alors, posons nous la question de savoir est ce la seule réponse qui a été donnée par le DG de la Société Minière de Boké ? Pourtant, nul n’est censé ignorer que l’extraction bauxitique requiert des préalables, notamment la dégradation de l’environnement, l’expropriation et la compensation et aussi l’indemnisation des populations riveraines

Il faut signaler que dans ce rapport, on se rend compte que le consortium a augmenté la fréquence de l’arrosage sur les routes, à travers l’acquisition  en 2017 d’une flotte de citernes d’eau chargées de l’arrosage des pistes. On se rend compte dans ce rapport quand 2017, le consortium a fait plus d’efforts dans le respect des normes environnementales,  et surtout dans la limitation de vitesse chez les  chauffeurs de camion. On voit également que la SMB a revêtue quelques tronçons de la route minière, notamment à l’approche des ports à Katougouma et à Dapilon. Elle a également asphaltée un tronçon de quinze kilomètres de route nationale entre la ville de Boké et le port de Katougouma.

Dans ce même rapport d’enquête, le Directeur Général de la SMB, a déclaré que le consortium développe actuellement un système de suivi de la qualité de l’air intégré à travers un programme renforcé de gestion environnementale et sociale (le PGES).

L’enquête qui a duré huit mois a concerné le consortium SMB-WAP et la CBG toutes deux  installées dans la préfecture de Boké, elles sont considérées comme les plus  grandes exploratrices de bauxite en Guinée.

L’arrivée de la SMB a permis de changer l’image de la région de   Boké. Elle a permis à la Guinée de se hisser parmi les pays qui ont connus une croissance économique en 2017.

Il faut noter que la SMB a recruté le mois de février dernier, le cabinet Louis Berger pour minimiser les impacts environnementaux du projet.

Par Guinee28

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Kenya: William Ruto déclaré vainqueur de la présidentielle, son adversaire conteste

Published

on

Au Kenya, après six jours d'attente des résultats, le président de la Commission électorale, Wafula Chebukati, a déclaré William Ruto vainqueur de la présidentielle avec 50,49% des voix, ce lundi 15 août à Nairobi. Il devance de 233 211 voix son adversaire Raila Odinga qui conteste les résultats. Figure historique de l'opposition ce dernier qui avait reçu pourtant le soutien du chef de l'État sortant, n’a récolté que 48,85% des suffrages, selon le président de la Commission électorale.

Agé de 55 ans, William Ruto a promis, dans un discours, de travailler avec « tous les leaders » politiques du Kenya, dans un pays « transparent, ouvert et démocratique ». « Il n'y a pas de place pour la vengeance », a-t-il ajouté, se déclarant « totalement conscient » que le pays « est à un stade où nous avons besoin de tout le monde sur le pont ».

Toutefois, il faut noter que ces résultats ont été rejetés, peu avant leur annonce même, par une majorité des membres de ladite Commission électorale.  Plus tôt ce lundi, le président de la Commission électorale avait déjà tenté de faire une première fois son annonce, mais il en avait été empêché, entrainant des échauffourées en direct à la télévision sur l’estrade officielle des centres de compilation des résultats.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Dixinn : les gardes communaux libérés, mais la grève continue !

Published

on

Interpellés puis écroués  samedi dernier, au commissariat central de Dixinn, les trois gardes communaux ont été finalement libérés ce lundi 15 août.

Accusés d'avoir appelé à une grève,  leur libération n'a cependant  pas impacter le mouvement des gardes communaux qui, en plus de leur mise en liberté, réclament aussi le paiement de leurs arriérés de neuf mois de salaire et leur intégration dans les rangs de la police et de la gendarmerie.

" Le mouvement de grève va continuer jusqu’à la satisfaction de nos revendications", a indiqué un garde communal, alors que l'accès à la mairie de Dixinn est bloqué depuis le matin par les grognards.

A noter qu'un garde communal est payé à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation des trois gardes communaux à Dixinn

Published

on

Trois gardes communaux ont été arrêtés ce weekend et placés en garde-à-vue au commissariat central de Dixinn.

Il s’agit d’Alpha Oumar Cissé, Moussa Soumah et Tamba Kourouma.  Leur arrestation intervient suite à un appel à la grève qu’ils auraient lancé pour réclamer le paiement de neuf (9) mois d’arriérés de salaire et leur intégration dans la police ou la gendarmerie.

Leurs collègues menacent de manifester ce lundi 15 août 2022, devant la mairie de Dixinn pour exiger leur libération.

Selon nos informations, ces gardes communaux sont payés à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance