Connect with us

A LA UNE

Qui peut croire qu’Alpha Condé va livrer à la justice ses exécutants ?

Published

on

Votre publicité ici

Les dirigeants de notre pays et leurs nervis des forces de sécurité, confiants en leur impunité, ont toujours réprimé dans le sang toute contestation de leur mal gouvernance.

Rappelez-vous qu'en 1958, 1984 et 2010, ces dirigeants se sont présentés devant nous avec les mots Liberté et Démocratie, qui représentent les plus grandes aspirations de tous les peuples du monde en tout temps. Nous avions cru en eux, alors qu'en réalité, ils n'étaient que des autocrates violents, impitoyables et incompétents. A la place de la liberté et de la démocratie promise, ils nous ont fait couler des larmes et du sang. N'est ce pas qu'on est mieux servi que par soi-même? Nous devons donc nous battre nous-mêmes pour garantir nos libertés et nos droits fondamentaux inscrits dans le titre 2 de notre Constitution.
Je considère que depuis 2012, toutes les discussions informelles et tous les accords passés avec Alpha Condé, notamment en ce qui concerne les violences d'Etat infligées aux manifestants, se sont révélés n'être qu'un cirque de très mauvais goût. Désormais, qui peut croire qu'Alpha Condé va livrer à la justice ses exécutants ? Depuis 2011, ce ne sont que les manifestants qui ont été arrêtés, jugés et condamnés par la Justice qui n'a pas considéré que les assassinats de citoyens méritent d'être élucidés.
Soyons pragmatiques, nous sommes dans un monde ouvert et nous disposons de tous les instruments juridiques internationaux pour traquer et faire condamner les tueurs et leurs commanditaires.
Je demande à des avocats et activistes de la société civile épris de justice, de se retrouver pour créer un collectif contre l'impunité qui se chargera, dans le cadre du volontariat, de prendre les dossiers des crimes sur les manifestants à Conakry et les villageois de Zogota lâchement assassinés dans l'exercice de leur droit constitutionnel pour certains et dans leur sommeil pour d'autres.
Ce collectif doit prendre contact avec toutes les ONG internationales et africaines qui ont traqué et fait condamner par un tribunal spécial à Dakar, l'ancien chef d'État tchadien Hissène Habré. Dans l'immédiat, tous les dossiers individuels de ces personnes tuées en violation flagrante de notre Constitution doivent être transmis à la Cour de justice de la CEDEAO. C'est la première étape d'un processus qui servira d'exemple à tous ceux qui pensent que les crimes sont payants. Je rappelle que c'est par son arrêt du 18 novembre 2010 que la Cour de justice de la CEDEAO a décidé que Hissene Habré devrait être jugé par "une juridiction spéciale ad hoc à caractère international". En janvier 2011, l'UA a répondu à l'arrêt de la CEDEAO en proposant un projet pour des chambres spéciales au sein du système judiciaire sénégalais comprenant des juges nommés par l'UA. Le principe de la compétence universelle peut être appliqué sur ces cas de crimes contre nos compatriotes.
Les crimes commis contre les citoyennes et citoyens de notre pays ne doivent pas se négocier entre acteurs politiques. D'ailleurs, nous sommes tous témoins que rien de concret n'est sorti de leurs conciliabules sur le sujet depuis 2013. Comme la justice guinéenne a failli, place à la justice internationale. La justice de la CEDEAO peut être saisie directement sans passer au préalable devant la justice d'un pays membre.
Si nous voulons faire cesser les tueries des Guinéens, agissons. Nous sommes tous concernés, car chacun de nous peut se retrouver au mauvais moment et au mauvais endroit comme cette jeune mère de six enfants Mariama Bah tuée par balles le 14 mars dernier.
Je dirais aux proches des victimes de refuser toutes indemnités forfaitaires tant que la justice ne s'est pas prononcée sur les assassinats. Ils auront plus de garantie avec les juridictions internationales qui condamneront l'Etat guinéen à payer des dommages et intérêts aux victimes.
Nous avons perdu le sens de nos valeurs. Que ce soit les dirigeants ou les citoyens, la vie humaine a perdu son caractère sacré. Nous voyons bien de simples citoyens se réjouir des assassinats de leurs propres compatriotes et encourager le pouvoir à sévir sous prétexte de faire respecter l'autorité. Ils oublient que l'Etat a l'obligation stricte de respecter toutes les dispositions du titre 2 de notre Constitution. Ce combat qui consiste à faire soumettre l'Etat au droit est le seul qui vaille d'être mené par tous les Guinéens au regard de notre sanglante histoire politique depuis ces six dernières décennies.
Trêve de parole, que nos avocats et activistes de la société civile combattants de la liberté avec les proches des victimes se lèvent pour mettre fin à l'impunité, que toutes les citoyennes et citoyens Guinéens qui tiennent à la liberté, la justice et la paix se joignent à eux pour faire aboutir cette lutte.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Guinée : la coupe de bois interdite à partir de ce lundi

Published

on

Votre publicité ici

Les autorités guinéennes ont interdit la coupe de bois à partir de lundi sur tout le territoire de ce pays ouest-africain à la riche biodiversité attaquée par une déforestation massive, ont-elles indiqué sur les réseaux sociaux.

Cette décision fait suite à des opérations clandestines d'abattage qui ont fait grand bruit ces dernières semaines, dans les régions de Mamou ou Faranah (centre).

«Après avoir constaté la coupe abusive du bois dans nos forêts et l'exploitation illicite des ressources forestières en général, le ministère de l'Environnement, des Eaux et Forêts interdit la coupe et le transport du bois sur toute l'étendue du territoire national à compter du lundi 14 juin 2021 et ce jusqu'à nouvel ordre», indique un communiqué du ministère publié sur sa page Facebook et daté du 11 juin.

Le ministère interdit à l'administration la délivrance de permis de coupe et de transport.

La Guinée «fait partie des pays qui ont les taux de déforestation les plus rapides au monde», indique le ministère sur son site internet dans un article intitulé «déforestation effrénée».

De 14 millions d'hectares dans les années 1960, le couvert forestier est passé à la fin des années 2010 à moins de 700 000 hectares, ce qui fait de la Guinée «l'un des mauvais élèves» de la conservation des forêts, dit le texte, malgré les efforts de reforestation entrepris. Même les «quelques lambeaux de forêts classées (...) ne sont pas épargnés».

Une diversité de facteurs sont cités: l'expansion des cultures du cacao, du café ou de l'huile de palme, l'agriculture sur brûlis pratiquée par une population de plus en plus nombreuse, la pression démographique d'une population qui a doublé en quarante ans, les activités minières, l'exploitation du bois, légale ou clandestine, pour lui-même ou pour d'autres activités comme l'extraction de sel ou le fumage du poisson.

Cette déforestation appauvrit la biodiversité et impacte les populations, confrontées à l'érosion et à l'acidification des sols, selon les spécialistes.

La télévision nationale rapportait il y a quelques jours la découverte de quantités considérables de bois, essentiellement du bois dit de rose, abattues clandestinement dans la région de Mamou.

«Selon les informations que nous avons, ce bois est exporté vers la Sierra Leone (pays voisin) et drainé vers les pays asiatiques», disait le colonel Layaly Camara, directeur national des Eaux et Forêts.

«On n'a ni de près ni de loin été informé par la population», déclarait Kaba Keita, sous-préfet local.

Les autorités ont annoncé la suspension de plusieurs hauts cadres de l'administration et des services forestiers à la suite de ces affaires de coupes illicites.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Hajj 2021 : pas de pèlerinage pour les Guinéens cette année encore

Published

on

Votre publicité ici

Comme l’année dernière, les musulmans Guinéens, du moins ceux qui ne résident pas en Arabie Saoudite, ne pourront pas effectuer le pèlerinage à la Mecque cette année encore.

En raison de la pandémie de coronavirus, les autorités Saoudiennes ont décidé que seul des résidents ou des nationaux, ayant entre 18 et 65 ans, ne souffrant pas d'une maladie chronique et ayant été vaccinés contre le Covid-19, peuvent effectuer le Hajj qui doit avoir lieu en juillet.

"Considérant la foule immense qui effectue le hajj, en passant de longs moments dans plusieurs endroits spécifiques, le plus haut niveau de précaution sanitaire est nécessaire", a indiqué samedi 12 juin 2021, le ministère du Hajj dans un communiqué.

Au total, l'Arabie saoudite va autoriser 60.000 de ses résidents vaccinés contre le coronavirus à effectuer le Hajj, grand pèlerinage musulman à la Mecque. Un quota drastiquement réduit pour la deuxième année consécutive à cause la pandémie de Covid-19.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Crise politique en Guinée: plusieurs diplomates échangent avec Cellou Dalein Diallo

Published

on

Votre publicité ici

Le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo, s’est entretenu avec plusieurs diplomates vendredi 11 juin 21, à Conakry.

Il s’agit des Ambassadeurs des Etats-Unis, de France, de l’Union européenne, du Coordonnateur du système des Nations-Unis et le représentant de la CEDEAO.

« Nous avons échangé sur la crise socio-politique qui prévaut actuellement dans notre pays et sur les voies et moyens susceptibles de conduire à l’apaisement et au retour de la confiance entre les acteurs politiques », a précisé Cellou Dalein Diallo, indiquant que pour son parti, l’Union des forces démocratiques de Guinée, (UFDG), « le retour de la paix et de la confiance passent nécessairement par la justice et le respect de la Constitution et des lois de la République », dit-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance