Connect with us

A LA UNE

Présidentielle guinéenne : l’ONU met en garde contre les discours de haine

Published

on

Deux hautes responsables des Nations Unies ont mis en garde contre les « discours de haine à relent ethnique » en Guinée pendant la campagne pour l’élection présidentielle prévue le 18 octobre prochain.

« Les responsables politiques, en particulier les candidats à la prochaine élection présidentielle en Guinée, devraient s’abstenir d’invoquer des affiliations ethniques et d’utiliser un langage provocateur, lesquels pourraient conduire à de la violence, à de la discrimination et à d’autres violations des droits de l’homme », ont déclaré ce mercredi Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, et Pramila Patten, Conseillère spéciale par intérim pour la prévention du génocide et Représentante spéciale chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit.

À l’approche du scrutin, les appels aux affiliations ethniques ont été de plus en plus répandus et ont créé des divisions pendant la campagne. Selon ces deux hautes responsables onusiennes, les candidats ont également suggéré que des actes de violence pourraient suivre l’annonce des résultats.

« Compte tenu de l’histoire de la violence intercommunautaire en Guinée, je suis profondément préoccupée par une rhétorique aussi dangereuse de la part des responsables politiques, qui pourrait, dans certains cas, constituer une incitation à l’hostilité, à la discrimination ou à la violence », a déclaré Mme Bachelet.

S’abstenir d’instrumentaliser l’ethnicité

A ce sujet, elle fait état « de signes sérieux d’une augmentation de l’intolérance et des affrontements, notamment parmi des groupes de jeunes, et des médias qui amplifient les messages de haine ».

Selon les médias, le Président Alpha Condé, candidat à un troisième mandat, et son principal opposant, Cellou Dalein Diallo, s’accusent mutuellement d’attiser les tensions intercommunautaires.

Michelle Bachelet a donc appelé tous les candidats à s’abstenir d’attiser les divisions ethniques. Elle les invite à garantir aux Guinéens d’exercer leurs droits à la liberté d’expression, à la réunion pacifique et à la participation au processus électoral sans violence ni intimidation, et sans discrimination.

De son côté, Pramila Patten demande aux partis de s’abstenir d’instrumentaliser l’ethnicité ou de toutes manipulations qui sèment les graines de la division à des fins politiques. « De telles manœuvres sont extrêmement dangereuses et doivent être stoppées. Tout individu responsable d’incitation à la violence ou à commettre des atrocités sera tôt ou tard tenu responsable de ses actes devant un tribunal national ou international », a-t-elle déclaré.

Des violences sexuelles pour intimider et punir les opposants politiques

A cet égard, elle rappelé au gouvernement sa responsabilité première de protéger toutes ses populations contre les actes de violence, indépendamment de leur appartenance ethnique ou politique. Elle a appelé toutes les parties concernées à s’engager résolument au dialogue afin de garantir un processus électoral pacifique et transparent.

Par ailleurs, Pramila Patten et Michelle Bachelet ont appelé à la responsabilité concernant l’usage excessif de la force par les forces de sécurité lors des manifestations d’octobre 2019 et de mars 2020. Bien que le gouvernement ait annoncé des enquêtes sur les violences, notamment les meurtres, il n’y a pas eu davantage d’informations sur leurs résultats.

Plus largement, tous les acteurs politiques guinéens sont invités à envoyer « un message fort » portant sur « l’interdiction catégorique du recours aux violences sexuelles ». A ce sujet, Mme Patten a rappelé les événements du 28 septembre 2009 à Conakry, où au moins 109 femmes et filles ont été victimes de violences sexuelles en raison de leur appartenance politique.

Onze ans plus tard, elle a averti que la violence sexuelle reste, dans de nombreux contextes, un outil pour intimider et punir les opposants politiques, les membres de leur famille et les femmes qui défendent les droits de l’homme dans le contexte des crises politiques.

Source : ONU

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Dernière minute : Foniké Menguè et Cie placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale

Published

on

Deux jours après leur arrestation brutale, Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, Alpha Midjaou Bah dit Djanii Alfa, et Mamadou Billo Bah, tous membres du FNDC, ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale.

Ils ont conduits  ce jeudi 7 juillet 2022dans cette plus grande prison du pays, après un bref passage au tribunal de première instance de Dixinn.

Leur dossier étant orienté en flagrant délit, leur procès devrait s’ouvrir demain, vendredi devant cette juridiction.

Ces trois leaders du FNDC, le front ayant lutté contre le troisième mandat d’Alpha Condé,  ont été arrêtés brutalement sur ordre du procureur générale, Alphonse Charles Wright,  mardi dernier, alors qu’ils étaient en conférence de presse au siège du front par des agents de la BRB (Brigade de répression du banditisme), pour « injures et outrage à magistrat ».

Ils avaient été conduits ensuite à la Direction centrale de la police judiciaire, où ils ont fait deux jours avant d’être finalement écroués aujourd’hui à la Maison centrale.

Leur arrestation a suscité l’indignation de l’opinion publique et a provoqué des violences à Conakry.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation de Foniké Menguè et Cie : réaction de l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée

Published

on

L’Ambassade des Etats-Unis en Guinée vient de réagir à l’arrestation musclée de Foniké Menguè, Djani Alfa et Billo Bah du front national pour la défense de la Constitution ( FNDC). Alors que leur interpellation brutale suscite de l’indignation de l’opinion nationale et a provoqué des violences à Conakry, la représentation diplomatique des Etats-Unis en Guinée rappelle aux autorités de la transition que « le droit à la liberté d’expression et à une procédure régulière est primordial pour maintenir la paix et défendre les valeurs démocratiques ».      

Dans un communiqué, l’Ambassade américaine qui indique qu’elle suit de près les « arrestations de personnalités politiques en Guinée au cours des derniers mois exhorte  le gouvernement guinéen et les acteurs sociopolitiques à « trouver un terrain d’entente pacifique pour une collaboration continue et un dialogue ouvert ».

« Nous demandons au gouvernement guinéen de veiller à ce que les détenus  soient traités équitablement et bénéficient d’une procédure régulière par le biais d’un processus judiciaire transparent », conclut le communiqué.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Nécrologie : le doyen Bah Lamine de Lynx-Lance est décédé

Published

on

C'est sans doute l'une des plus grandes plumes du pays qui s'est éteinte. Le doyen Bah Mamadou Lamine du Groupe de presse Lynx-Lance est décédé ce mercredi 6 juillet à Montréal au Canada, où il séjournait depuis près de deux  ans.

Membre fondateur du Lynx le 7 février 1992, il a été un Grand Reporter de par ses grands dossiers et investigations.

Il avait environ 70 ans. Paix à son âme !

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance