Connect with us

A LA UNE

Nouvelle Constitution : l’étonnante prise de position du Barreau de Guinée

Published

on

A peine adopter, à peine falsifier, la nouvelle constitution peine à se faire une place au soleil guinéen. En témoigne cette prise de position du Barreau de Guinée qui demande à la Cour Constitutionnelle – « gardienne de la Constitution – à prendre ses responsabilités pour le rétablissement de l’Ordre constitutionnel, le respect de l’Etat de Droit et l’observation des principes essentiels de la démocratie ».

Lisez :

COMMUNIQUE DE PRESSE

DU BARREAU DE GUINEE RELATIF A LA FALSIFICATION DE « LA CONSTITUTION »

»Le Conseil de l’Ordre des Avocats de Guinée a tenu ce vendredi29 Mai 2020 une réunion extraordinaire pour examiner la situation de l’altération frauduleuse du projet de constitution soumis au referendum du 22 Mars 2020.

Depuis plus d’un an, des partis politiques et des organisations de la société civile se sont investis pour empêcher la tenue du referendum en vue de l’adoption d’une nouvelle Constitution.

Malgré la multiplication des manifestations de rues réprimées dans le sang, le gouvernement a maintenu sa ferme volonté de doter le pays d’une nouvelle Constitution.

Dans la foulée, des acteurs politiques et de la société civile opposés à l’idée de l’adoption d’une nouvelle Constitution ont été violentés, arrêtés, emprisonnés, et au pire des cas, tués à l’occasion des manifestations.

Courant janvier 2020, soit deux mois avant le référendum, le Ministre de la Justice, Garde des sceaux, a curieusement publié au journal officiel de la République le projet de constitution qu’il a soigneusement cacheté et paraphé. C’est donc ce document qui a été largement diffusé et vulgarisé par les partisans de la nouvelle constitution.

Après plusieurs reports, le gouvernement a fini par organiser, le 22 Mars 2020, le double scrutin législatif et référendaire. Cet évènement qui a été émaillé par des incidents majeurs a provoqué des dizaines de morts, des blessés graves, des dégâts matériels importants notamment des destructions d’édifices privés et publics.

Après la proclamation de la victoire du « OUI » par la CENI suivie de l’arrêt N° AE 007 du 03 Avril 2020 de la Cour constitutionnelle, le Président de la République a, par décret D/2020/073/PRG/SGG du 06 Avril 2020, promulgué la Constitution soumise au référendum constitutionnel du 22 Mars 2020.

Contre toute attente, le 14 Avril 2020, date de sa publication au Journal officiel de la République, le Barreau de Guinée a été surpris de constater la publication d’une « constitution » différente du projet soumis à la consultation populaire du 22 Mars 2020.

En effet, de 157 articles le projet de constitution s’est retrouvé amputé d’un article après la publication au journal officiel de la République.

Les articles 13, 17, 31 alinéa 2, 37 alinéa 3, 39, 42, 43 alinéas 2 et 3, 47 alinéa 1, 52 alinéa 3, 68 alinéa 1, 71, 76 ; 77, 83, 84, 90, 106, 107 alinéa 3, 119 alinéas 4 et 5, 120 et 132 ont été substantiellement modifiés ou substitués.

Entre autres, la candidature indépendante consacrée à l’article 42 du projet a été biffée au profit d’une candidature exclusivement présentée par un parti politique et parrainée par des électeurs.

Au niveau de l’article 64 alinéa 4, le contrôle de la déclaration des biens des membres du Gouvernement est passé de la Cour des Comptes à la Cour Constitutionnelle.

A l’article 106 relatifs à la composition de la Cour constitutionnelle, les falsificateurs du texte suprême de la République ont substitué l’Association des Magistrats de Guinée par le Conseil Supérieur de la Magistrature dans le cadre de la désignation des deux magistrats qui doivent siéger à la Cour constitutionnelle.

Il en est de même pour le Conseil de l’Ordre qui doit désormais se contenter de « proposer »un Avocat en lieu et place de la « désignation » de l’Avocat qui devra siéger au sein de cette juridiction.

De toute évidence, le texte soumis au référendum a été frauduleusement altéré et vidé de sa substance. Des individus, sans qualité, ni droit, se sont donnés le plaisir et le luxe de travestir la volonté du peuple qui s’est exprimé dans les urnes le 22 Mars 2020.

Ce comportement inédit est constitutif de l’infraction de faux en écriture publique, prévue et punie aux articles 585 et suivants du Code pénal, et porte gravement atteinte aux principes essentiels de la démocratie, à l’Etat de Droit et à l’Ordre constitutionnel.

En conséquence, le Barreau prend acte de l’arrêt N° AE 007 du 03 Avril 2020 de la Cour constitutionnelle portant proclamation des résultats définitifs du référendum du 22 Mars 2020.

Le Barreau déplore, cependant, cette délinquance juridique qui s’est traduite par la mutilation du projet issu de ce référendum.

Le Barreau annonce la mise en place d’une commission devant réfléchir sur les actions à entreprendre.

Le Barreau exige le retrait immédiat et sans délais des exemplaires vendus ou non du document faux qu’on appelle à tort « nouvelle constitution ».

Le Barreau de Guinée invite, en fin, la Cour Constitutionnelle, gardienne de la Constitution, à prendre ses responsabilités pour le rétablissement de l’Ordre constitutionnel, le respect de l’Etat de Droit et l’observation des principes essentiels de la démocratie.

Conakry le 1er Juin 2020 »

 

LE BATONNIER

Djibril KOUYATE

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Dernière minute : Foniké Menguè et Cie placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale

Published

on

Deux jours après leur arrestation brutale, Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, Alpha Midjaou Bah dit Djanii Alfa, et Mamadou Billo Bah, tous membres du FNDC, ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale.

Ils ont conduits  ce jeudi 7 juillet 2022dans cette plus grande prison du pays, après un bref passage au tribunal de première instance de Dixinn.

Leur dossier étant orienté en flagrant délit, leur procès devrait s’ouvrir demain, vendredi devant cette juridiction.

Ces trois leaders du FNDC, le front ayant lutté contre le troisième mandat d’Alpha Condé,  ont été arrêtés brutalement sur ordre du procureur générale, Alphonse Charles Wright,  mardi dernier, alors qu’ils étaient en conférence de presse au siège du front par des agents de la BRB (Brigade de répression du banditisme), pour « injures et outrage à magistrat ».

Ils avaient été conduits ensuite à la Direction centrale de la police judiciaire, où ils ont fait deux jours avant d’être finalement écroués aujourd’hui à la Maison centrale.

Leur arrestation a suscité l’indignation de l’opinion publique et a provoqué des violences à Conakry.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation de Foniké Menguè et Cie : réaction de l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée

Published

on

L’Ambassade des Etats-Unis en Guinée vient de réagir à l’arrestation musclée de Foniké Menguè, Djani Alfa et Billo Bah du front national pour la défense de la Constitution ( FNDC). Alors que leur interpellation brutale suscite de l’indignation de l’opinion nationale et a provoqué des violences à Conakry, la représentation diplomatique des Etats-Unis en Guinée rappelle aux autorités de la transition que « le droit à la liberté d’expression et à une procédure régulière est primordial pour maintenir la paix et défendre les valeurs démocratiques ».      

Dans un communiqué, l’Ambassade américaine qui indique qu’elle suit de près les « arrestations de personnalités politiques en Guinée au cours des derniers mois exhorte  le gouvernement guinéen et les acteurs sociopolitiques à « trouver un terrain d’entente pacifique pour une collaboration continue et un dialogue ouvert ».

« Nous demandons au gouvernement guinéen de veiller à ce que les détenus  soient traités équitablement et bénéficient d’une procédure régulière par le biais d’un processus judiciaire transparent », conclut le communiqué.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Nécrologie : le doyen Bah Lamine de Lynx-Lance est décédé

Published

on

C'est sans doute l'une des plus grandes plumes du pays qui s'est éteinte. Le doyen Bah Mamadou Lamine du Groupe de presse Lynx-Lance est décédé ce mercredi 6 juillet à Montréal au Canada, où il séjournait depuis près de deux  ans.

Membre fondateur du Lynx le 7 février 1992, il a été un Grand Reporter de par ses grands dossiers et investigations.

Il avait environ 70 ans. Paix à son âme !

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance