Connect with us

Société & Faits Divers

Massacre du 28 septembre: Huit ans plus tard, justice doit être rendue

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée devrait s’employer à rendre justice, à établir la vérité et dédommager les victimes pour les crimes graves commis le 28 septembre 2009 dans un stade de Conakry, ont déclaré aujourd’hui Human Rights Watch, Amnesty International et l'Association des Victimes, Parents et Ami-e-s du 28 Septembre 2009, à la veille du huitième anniversaire du massacre. Ce jour-là, les forces de sécurité ont massacré plus de 150 manifestants pacifiques, et plus de 100 femmes ont été violées. Des centaines de blessés et des pillages généralisés ont également été documentés.

L'enquête sur les crimes menée par un groupe de juges d'instruction guinéens a été lancée en février 2010 mais elle n'a pas encore été finalisée, huit ans après que les crimes ont été commis.

« Les juges enquêtant sur le massacre du 28 septembre 2009 ont fait des progrès impressionnants », a déclaré Elise Keppler, directrice adjointe du programme Justice internationale à Human Rights Watch.

« Mais l'enquête doit être terminée afin que les responsables du massacre du stade puissent être jugés sans plus tarder. »

L'enquête a progressé, surmontant les obstacles politiques, financiers et logistiques.

Des responsables de haut niveau, dont certains sont encore en fonction, ont été mis en accusation, notamment Moussa Dadis Camara, l'ancien chef de la junte du Conseil national de la démocratie et du développement qui gouvernait la Guinée en septembre 2009, ainsi que son vice-président, Mamadouba Toto Camara. Abubakar « Toumba » Diakité, aide-de-camp de Moussa Dadis Camara, a également été inculpé et il a été extradé en Guinée en mars, après avoir été en fuite pendant plus de cinq ans. Toutefois, plusieurs personnes qui font face à des accusations conservent encore des postes officiels influents en Guinée.

« Que des personnes soupçonnées de responsabilité pénale pour le massacre du stade continuent à occuper des postes officiels de haut niveau et de pouvoir est un affront envers les victimes et leurs familles et cela envoie le message négatif selon lequel l'impunité est tolérée en Guinée », a déclaré François Patuel, chercheur sur l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International.

« Toute personne faisant l’objet d’accusations devrait être mise en congé administratif jusqu’à ce qu'un jugement d'innocence ou de culpabilité soit rendu, afin d’assurer qu’elles n’utilisent pas leur position et leur influence pour porter atteinte aux procédures. »

Les juges ont entendu le témoignage de plus de 400 victimes et des membres de leur famille et ils ont également interrogé des témoins, notamment des membres des services de sécurité.

Certains aspects de l'enquête sont en suspens, comme la localisation de fosses communes censées contenir les corps d'une centaine de victimes qui demeurent disparues à ce jour. Plusieurs personnes ayant exercé des fonctions de haut niveau à l’époque n’ont été ni entendues ni poursuivies. Mais cela ne devrait pas être un motif pour que les autorités judiciaires guinéennes retardent l'achèvement de l'enquête.

Les autorités guinéennes devraient également veiller à ce que les violations des droits humains et les abus commis depuis le massacre du stade, notamment environ 70 morts lors de manifestations, soient examinés de manière adéquate et que les responsables soient traduits en justice dans des procès équitables.

La Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert un examen préliminaire sur la situation en Guinée en octobre 2009, a régulièrement rappelé au gouvernement guinéen son obligation de rendre justice pour les crimes de 2009. Le gouvernement guinéen devrait veiller à ce que la phase d'enquête de l'affaire passe à la phase de procès.

La CPI est conçue comme un tribunal de dernier recours. Conformément au principe de complémentarité, la CPI intervient uniquement lorsque les tribunaux nationaux ne peuvent ou ne veulent pas enquêter et poursuivre les affaires relevant de son autorité.

La Commission internationale d'enquête, créée par le Secrétaire général des Nations Unies et chargée d'enquêter sur les événements de Conakry, a conclu que les massacres et autres actes de violence commis le 28 septembre et les jours suivants constituent des « crimes contre l’humanité ».

« Je n’arrive pas à surmonter ma souffrance », a confié à Amnesty International l’une des victimes de viol. « Ma vie a volé en éclats. Le jour après que les soldats m’ont violée, mon mari nous a abandonnées ma fille et moi. La justice doit être rendue et les victimes doivent obtenir des réparations. »

« Les victimes des événements du 28 septembre ont subi les pires formes de brutalité et réclament des poursuites judiciaires depuis huit ans », a déclaré Asmaou Diallo, de l'Association des Victimes, Parents et Ami-e-s du 28 Septembre 2009. « Les victimes méritent de voir progresser les rouages de la justice. »

Source : Amnesty international

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Inédit : quand le « procureur du troisième mandat », Sidy Souleymane N’Diaye, fuit la presse !

Published

on

Votre publicité ici

Plus de deux semaines après la chute d’Alpha Condé, les concertations nationales se poursuivent encore entre les nouvelles autorités et les forces vives de la nation.

Ce mardi 21 septembre 2021, plusieurs magistrats, dont le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, ont été reçu par la junte, mais à la sortie de la rencontre, Sidy Souleymane N’Diaye a refusé de répondre aux questions des journalistes qui espéraient arracher sa réaction.

Le « procureur du troisième mandat », surnom qu’il a eu pour son "rôle joué" dans l’arrestation et l’emprisonnent des opposants au 3e mandat du président déchu,   a plutôt pris la tangente devant les caméras braquées sur lui au palais du peuple, provoquant une raillerie de l’assistance visiblement très médusée par la scène . (Image visionguinee)

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Une collision entre deux trains fait au moins un mort à Conakry

Published

on

Votre publicité ici

Une collision entre deux trains minéraliers de la société Rusal CBK, a fait au moins un mort et plusieurs blessés.

Le drame s’est  produit dans la matinée de ce lundi 20 septembre 2021, à Wanindara dans la commune de Ratoma.

Selon nos confrères de guineematin, les deux trains étaient chargés de bauxite, en direction du port autonome de Conakry.  Le premier serait tombé en panne et est resté immobilisé sur les rails. C’est là où le second  train est venu l’a heurté, explique la même source, qui souligne qu’en plus de la perte en vie humaine et des blessés, on dénombre d’importants dégâts matériels.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Deux soldats radiés de l’armée par le CNRD

Published

on

Votre publicité ici

Dans un communiqué lu mercredi soir à la télévision nationale, le CNRD a radié deux soldats, avec effet immédiat, des effectifs des forces armées guinéennes.

Selon le porte-parole de la junte, colonel Amara Camara qui a lu le communiqué, il s’agit de Faro Abdoul Salam et de Daffé Djibril, tous soldats de la 2ème classe.

Les deux ont été radiés pour actes de vandalismes et de pillages. Ils devront également répondre de leurs actes devant la justice, souligne la junte militaire qui a renversé Alpha Condé dimanche dernier.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance