Connect with us

A LA UNE

Mali: les cinq chefs d’État butent sur l’opposition à Bamako, la Cédéao convoque un sommet

Published

on

Votre publicité ici

La mission des cinq chefs d’État ouest-africains dirigée par le président en exercice de la Cédéao Mahamadou Issoufou a pris fin jeudi soir 23 juillet. Si ce dernier ne «désespère pas» de trouver un compromis, pour l'opposition, les lignes n'ont pas évolué. La Cédéao renouvèle son soutien au président IBK.

Premier à atterrir à Bamako, le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara prend les choses en main. Il a tout de suite un entretien au salon d’honneur de l’aéroport avec son homologue malien venu l’accueillir. Dans la ville se tiennent une petite manifestation pro-gouvernement et autre contre.

Ensuite, tour à tour, les présidents du Niger, du Sénégal, du Ghana et du Nigeria débarquent. Tous gagnent l’hôtel Marriott de Bamako. Pas de temps à perdre, l’ascenseur indique étage 9. Le huis-clos commence dans la suite du président ivoirien. C’est l’ancien chef d’État du Nigeria Goodluck Jonathan qui prend la parole. Il fait un compte rendu de sa propre mission de médiation au Mali. Ses recommandations sont validées : pas question de démission du président IBK, formation avec un gouvernement d’union nationale, avec pour le moment maintien de l’actuel Premier ministre Boubou Cissé.

Puis c'est le déjeuner des chefs d’État au palais présidentiel au cours duquel « on a franchement parlé à IBK » d’après nos informations. Retour à l’hôtel pour une rencontre avec la majorité présidentielle, la société civile et l’opposition. Mais cette dernière n’approuve pas le schéma de crise.

Pour clarifier la situation, les chefs d’États de la Cédéao, qui doivent rendre compte à leurs homologues de l'organisation qui n’avaient pas fait de déplacement, convoquent un sommet extraordinaire de l'Afrique de l'ouest ce lundi, a annoncé le président de la Cédéao, Mahamadou Issoufou. Cette fois, par visioconférence. Le président nigérien ne désespère pas de trouver un compromis entre toutes les parties et il annonce des « mesures fortes pour accompagner le Mali »

« Je ne désespère pas, je pense qu'on trouvera le compromis. Je vous donne rendez-vous lundi prochain à l'occasion du sommet extraordinaire du sommet que nous allons convoquer. La Cédéao prendra des mesures fortes. Le départ du président IBK est sans ambiguité une ligne rouge pour la Cédéao. Faire partir le président IBK aujourd'hui, alors qu'il a été élu démocratiquement par le peuple malien serait anticonstitutionnel pour la Cédéao », dit-il.

Au sortir des rencontres, l’imam Dicko, figure de la contestation qui réclame depuis presque deux mois la démission du président IBK et de son régime a affirmé que les lignes n’avaient pas bougé.

« Je l'ai dit et le redis, nous sommes un peuple debout, nous ne sommes pas un peuple soumis ou résigné. Je préfère mourir martyr que de mourir traître. Les jeunes gens qui ont perdu leur vie ne l'ont pas perdue pour rien [...] je pense que rien n'a été fait pour le moment ».

RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Crise à la feguifoot : la FIFA nomme finalement un comité de normalisation

Published

on

Votre publicité ici

La FIFA a décidé de nommer un comité de normalisation pour la Fédération Guinéenne de Football (FGF) à la suite de plusieurs irrégularités survenues ces derniers temps dans le cadre de l’organisation du congrès électif. La décision a été annoncée ce lundi 29 novembre 2021 dans un communiqué.

Cette comité de normalisation aura pour mandat de : gérer les affaires courantes de la FGF ; déterminer, en coopération avec l’administration de la FIFA, si des dispositions spécifiques des statuts ou du code électoral de la FGF doivent être amendées en vue de la procédure électorale ; s’assurer que les nouveaux membres des commissions électorale et de recours électoral et, le cas échéant, des organes juridictionnels soient nommés par le congrès de la FGF ; une fois les nouveaux membres susmentionnés nommés, s’assurer que l’élection du comité exécutif de la FGF puisse être menée conformément aux statuts et règlements applicables de la fédération.

« Le comité de normalisation se composera d’un nombre opportun de membres, qui seront désignés conjointement par la FIFA et la CAF dès que possible. Tous ces membres feront l’objet d’un contrôle d’éligibilité mené par la Commission de Contrôle de la FIFA, conformément au Règlement de Gouvernance de la FIFA. Aucun d’entre eux ne sera éligible pour les postes à pourvoir lors des élections de la FGF, quelles que soient les circonstances », souligne la FIFA.

Le mandat du comité de normalisation expirera au plus tard le 30 juin 2022.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé serait transféré à Landreah

Published

on

Votre publicité ici

L’ex président Alpha Condé aurait été transféré hier nuit à la résidence de son épouse, Djènè Kaba, située en bordure de mer au quartier Landreah, dans la commune de Dixinn.

Selon nos confrères de Fim fm qui donne l’information, un important dispositif sécuritaire a été déployé au tour de la résidence de l’ex première dame, toujours hors du pays.

Renversé par un coup d’Etat le 05 septembre, Alpha Condé était détenu au palais Mohammed V.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Trois pays frontaliers à la Guinée s’engagent à soutenir la transition

Published

on

Votre publicité ici

Trois pays frontaliers à la Guinée se sont engagés à soutenir la transition guinéenne. Le Libéria, la Sierra Leone et la Côte d'Ivoire ont déclaré qu'ils vont intensifier leurs efforts pour accompagner la Guinée vers le retour à un régime civil, après la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre.

Les quatre pays font partie de l’organisation régionale dénommée : l'Union du fleuve Mano (UFM), qui a tenu une conférence de deux jours (le 22 au 23 novembre)  au Libéria.

Le secrétaire général de l'UFM, Medina Wesseh, a déclaré à la BBC que son équipe a été invitée à s'entretenir avec les autorités guinéennes "afin d'élaborer un cadre pour le retour à l'ordre constitutionnel en Guinée".

Il se rendra avec les ministres des Affaires étrangères, des ministres de la défense, des chefs d’état-major des armées de ces trois pays en Guinée dès le 2 décembre 2021 avant le prochain sommet de la CEDEAO qui se tiendra le 12 décembre prochain.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance