Connect with us

A LA UNE

Les Ministres de l’OCDE conviennent d’une nouvelle approche pour faire en sorte que les manifestations internationales aient des retombées positives sur les populations locales

Published

on

En amont des Jeux olympiques de 2024 organisés à Paris, les Ministres des pays de l’OCDE ont défini le premier cadre international visant à aider à la conception et à la gestion des manifestations de grande envergure afin de maximiser leur contribution potentielle à la création d’emplois, à la stimulation du développement local et à la production d’effets bénéfiques à long terme pour les citoyens et l’environnement.

La Recommandation du Conseil de l’OCDE sur les manifestations internationales et le développement local, à laquelle les Ministres ont donné leur aval lors de la Réunion ministérielle annuelle de l’OCDE à Paris, souligne combien il est important que des manifestations telles que les Jeux olympiques ou la Coupe du monde de football produisent des résultats à la hauteur des sommes engagées et que leur impact sur les populations locales soit évalué en toute transparence.

« L’accueil d’une manifestation de grande envergure peut catalyser un nouvel essor social et économique des villes et des régions, explique le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría. Ce nouveau cadre aidera les hôtes à produire des manifestations réussies, dont les résultats soient intéressants au regard de leur coût, et à inverser l’inquiétante tendance à une inflation des coûts et à une complexité grandissante. Placer le citoyen au cœur de ces projets permettra également de créer une croissance locale plus inclusive et durable. »

La Recommandation s’articule autour de quatre grands piliers et invite les organisateurs :

  • à concevoir un cadre spécial pour les manifestations, qui démultiplie les effets bénéfiques économiques, sociaux et environnementaux qui en découlent au niveau local ;
  • à évaluer la manifestation internationale dans l’optique d’apprécier son impact, ses retombées et sa contribution ultime au développement local et au bien-être des citoyens ;
  • à veiller à l’effectivité de la gouvernance multi-niveaux, de la coordination et des collaborations ; et
  • à établir des relations de partenariat collaboratif avec les organisateurs de l’événement international afin de maximiser les effets positifs sur le développement local.

Au moment de la candidature, les villes ou les régions devraient veiller à ce que les offres favorisent réellement et servent la réalisation des objectifs de croissance et de développement sur le long terme à l’échelle régionale, même si la candidature n’est pas retenue. Les nouvelles infrastructures à déployer et les investissements à engager devraient être conçus de manière à régénérer les quartiers en déclin, et l’utilisation des fonds publics devrait être soigneusement ciblée de façon à limiter le coût total des manifestations, qui a souvent grimpé en flèche ces dernières années.

Les manifestations devraient en outre offrir des possibilités de créer des emplois localement et d’étoffer les compétences des individus, en particulier des travailleurs intérimaires ou peu qualifiés. Il convient de tenir compte des marchés de l’immobilier, une hausse des prix de l’immobilier étant à prévoir dans la région, de sorte que soient créées des opportunités d’investissement sans que la zone ne devienne financièrement inabordable pour les populations locales après la manifestation.

La Recommandation met en évidence l’importance de l’évaluation des manifestations afin de démontrer leur impact social et économique. L’évaluation devrait être indépendante, transparente, ouverte et supervisée par les autorités nationales lorsque la candidature bénéficie de garanties publiques.

Afin de maximiser les retombées positives à long terme découlant de l’accueil d’une manifestation, les organisateurs devraient fixer des objectifs clairs et mesurables couvrant une période de dix ans. Il est essentiel d’obtenir l’adhésion du milieu local. Il convient de rendre publiques des données et informations sur les investissements et dépenses publics, concernant en particulier les coûts et les effets bénéfiques de la manifestation, ainsi que son impact sur l’économie, l’environnement et la cohésion sociale.

Informations complémentaires concernant la recommandation du Conseil de l’OCDE sur les manifestations internationales et le développement local:http://www.oecd.org/regional/leed/global-events-recommendation.htm

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Médias : les associations de presse rappellent à l’ordre le SPPG ( déclaration)

Published

on

Les Associations professionnelles de presse de Guinée, ont appris, par voie presse, la décision du Syndicat de la presse professionnelle de Guinée(SPPG), interdisant à un journaliste d’une radio privée locale, l’exercice de son métier jusqu’à nouvel ordre.

Cette décision, première du genre en Guinée, a fait l’objet d’échanges, le jeudi 18 août 2022, entre les présidents des associations de presse et le Secrétaire général du SPPG. Ces responsables d’associations de presse ont proposé au Secrétaire Général du SPPG, de prendre les dispositions idoines, à l’effet de rapporter ladite décision.

Les présidents des Associations de presse ont rappelé au Secrétaire Général du SPPG, que la décision extrême de suspendre ou d’interdire à un Journaliste d’exercer son métier, ne peut être prise que par la Justice et la Haute Autorité de la Communication.

Par conséquent, les Associations professionnelles de presse de Guinée se désolidarisent de cette décision illégale du SPPG. Les Associations professionnelles de presse de Guinée se réservent ainsi le droit de saisir la Haute Autorité de la Communication (HAC), pour toutes fins utiles.

Ont signé:

Le Président de l’URTELGUI

Le Président de l’AGUIPEL

Le Président du REMIGUI

Le Président de l’AGEPI

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : la junte menace les conseils communaux

Published

on

En marge du conseil des ministres du jeudi 18 août, le chef de la junte a mis en garde les conseils communaux.

Alors que le colonel Mamadi Doumbouya a déjà dissous les mairies de Siguiri, Gaoual et Dialakoro pour mauvaise gestion et détournement, il a rappelé aux autres communes "les impérieuses obligations"'qui les  incombent "par rapport à la gestion correcte et transparente des fonds publics de leurs collectivités".

A défaut "d’observer ces prescriptions légales, il sera procédé à leur dissolution et de leur remplacement par des délégations spéciales, conformément à la Loi », a-t-il averti, selon le compte-rendu dudit conseil lu par le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo.

Par I.Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Yayi plus déterminé que jamais !

Published

on

C’est annoncé. Le médiateur de Cédéao sera de retour à Conakry cette semaine pour la suite de sa mission. Cette fois-ci son job sera d’apaiser les relations déjà tendues entre la Cédéao et les autorités de Conakry sur le délai de 24 mois de la transition évoqué par le président Embalo de la Guinée Bissau. Thomas Boni Yayi viendra nous répéter de ne pas nous en faire, que tout ira bien, et que son institution viendra à bout du régime d’exception comme nous le souhaitons tous. 

Si le succès de sa mission est certain, disons que cela dépendra de ses formules diplomatiques qu’il saura énoncer pendant ses prises de parole et ses actes. Parce que l’Onu, l’Ue et la Cédéao déplorent la situation qui prévaut à Conakry avec l’utilisation d’armes létales dans le maintien d’ordre qui tuent, mutilent et blessent les partisans du retour à la démocratie et à l’Etat de droit. Et, de leur côté, les acteurs sociopolitiques s’inquiètent de la perte de temps causée par la lenteur de la Cédéao et de la suite des événements qu’ils planifient et organisent, telles que les manifestations de rue, qui n’ont pas abouti à faire reculer le régime du colonel Doumbouya dans son enracinement.

Cela dit, en jetant un coup d’œil responsable sur tous ces indicateurs, il est possible d’avoir l’impression que la mission Yayi sera un succès même avec des signaux qui ne montrent pas que la junte saisit bien « l’urgence d’instaurer un dialogue inclusif en vue d’une transition garante de la paix sociale » comme au Burkina Faso et au Mali.

J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance