Connect with us

A LA UNE

LES CASQUES BLEUS GUINÉENS LAISSENT LEUR EMPREINTE AU MALI

Published

on

Alors que le soleil se lève sur le vaste désert du Mali, un groupe de 20 hommes prépare son équipement. En rang, ils attendent de recevoir des instructions avant de se rendre à leur première patrouille de la journée, sur l'une des routes les plus dangereuses de la région.

Ce sont des Casques bleus guinéens de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), basés dans la ville instable de Kidal, dans le nord du pays. Le cœur du désert du Sahara est constamment menacé par des forces hostiles.

Après l'éclatement du conflit en 2012, les risques d'explosion et les attaques complexes sont devenus une nouvelle menace pour le pays, avec un impact négatif considérable sur la sécurité et la liberté de circulation dans les parties centrales et septentrionales du pays.

Chaque patrouille est une épreuve physique

Ils sont prêts. Les soldats guinéens montent à bord de deux véhicules blindés de transport de troupes (APC), qui quitteront bientôt la base des Nations Unies, sans savoir s'ils y retourneront en toute sécurité.

Pour le Sergent-Chef guinéen Mamady Keita, la menace des mines est toujours présente. "Aucune mission ne peut être accomplie sans notre présence, la route est sablonneuse et il est facile pour les insurgés de cacher des engins explosifs sous terre", dit-il devant son APC, son meilleur moyen de défense pendant l'opération.

Sous un soleil de plomb, la température est à son maximum, l’équipe guinéenne de Search and Detect (Recherche et Détection) recherche, à pied sur les routes sablonneuses, des engins explosifs et des cachettes de bombes. "Ici, baisser votre garde peut être fatal, il y a toujours une chance que la situation tourne au pire", avertit le lieutenant Maurice Brehemon.

Tous les soldats guinéens, comme tous les contingents qui rejoignent la MINUSMA, doivent suivre une formation intensive dans leur pays avant le déploiement. Ils doivent être préparés au risque le plus courant lors de leur arrivée au Mali.

Cette formation, préalable au déploiement, vise à doter les Casques bleus de compétences nécessaires pour se protéger, aider à protéger les autres et améliorer la résilience et la sécurité pour la réalisation du mandat de la MINUSMA.

Le travail vient avec des défis quotidiens. La patrouille matinale s'est déroulée sans encombre et les Casques Bleus sont rentrés sains et saufs à la base. Mais le lendemain, un véhicule des Nations Unies a sauté sur une mine. Quatorze Casques bleus ont été blessés.

Près de 850 Casques bleus de Guinée sont en service au Mali. La Guinée est l'un des plus importants pays contributeurs de troupes à la MINUSMA. Le capitaine Mamady Kéita sait qu'en promouvant la paix, il risque sa vie. La Guinée est un voisin étroitement lié au Mali. Ses soldats sont souvent appelés "frères d'armes" au sens régional.

Créée en 2013, la MINUSMA soutient l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali en aidant à rétablir l'autorité de l'État, à faire progresser la diplomatie, à renforcer la sécurité et à promouvoir les droits de l'homme.

Totalement engagé pour la paix

Chaque jour, les femmes et les hommes de la mission des Nations Unies au Mali sont en première ligne pour protéger les civils et promouvoir la paix dans l’une des missions les plus difficiles de la planète. Depuis juillet 2013, 103 soldats de la paix ont été tués dans des incidents hostiles.

Pour Pélagie Diawara, l'une des 16 femmes du bataillon guinéen, le début de sa première mission aux Nations Unies a été difficile. Sa famille lui manquait et la chaleur intense du désert était un défi. "C’était une décision difficile de quitter ma famille, mais je suis fier d’être ici dans ce pays voisin pour aider nos frères et sœurs du Mali à restaurer la paix dans ce pays. "

Entre mines terrestres et engins explosifs improvisés, la conduite sur les routes du nord du Mali est un exercice dangereux. Aujourd’hui, environ 14 000 Casques bleus de plus de 56 pays servent au Mali.

Ces femmes et ces hommes travaillent dans un environnement extrêmement dangereux, loin de leurs familles, et très conscients du fait que leurs sacrifices personnels sont essentiels pour contribuer à l'instauration d'une paix durable.

Auteur : minusma.unmissions.org

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après l’Amérique du nord, Cellou Dalein Diallo attendu en Europe

Published

on

En séjour en Amérique du nord depuis le 14 juin dernier, Cellou Dalein Diallo devrait boucler sa tournée américaine ce weekend. De là, il est attendu à Paris la semaine prochaine, a-t-on appris.

Il devrait rencontrer des responsables et des militants de son parti l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), mais aussi des responsables français et européens.

Visé par la Crief (Cour des répressions des infractions économiques et financières) pour des faits présumés de détournements de deniers publics, corruption d'agents publics et enrichissement illicite, dans le cadre de la vente d’un avion de la défunte  Compagnie Air Guinée, sous le régime du feu général Lansana Conté, il vit à l’étranger depuis quelques mois.

Ministre des transports à l‘époque des faits, il a toujours clamé son innocence dans ce dossier, dénonçant une campagne visant à l’éliminer de la course à la prochaine présidentielle.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance