Connect with us

A LA UNE

L’autre face cachée du double scrutin du 22 mars 2020: La marchandisation des militants de l’opposition

Publié

le

Votre publicité ici

Les militants et responsables politiques à la base de l’opposition guinéenne sont transformés en produits mercantiles depuis le scrutin du 22 mars 2020. Lamarana Petty Diallo explique comment cette situation risque de perdurer tant que l’opposition guinéenne ne comprendra pas qu’il n’y a pas une seule géométrie en politique.

Parmi les militants de l’opposition et du FNDC, ceux de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) semblent être les plus exposés à ce qui est devenu une course au profit, sous forme de racket, de corruption et d’enrichissement illicite. L’explication est toute simple. L’UFDG est supposée être le parti le plus pourvoyeur de manifestants et, comme telle, leur arrestation massive pourrait être très rentable financièrement. A cette fin, une vraie stratégie d’usufruit est mise en place par le pou-voir-RPG.

Des maires, des membres des conseils municipaux de l’intérieur sont massivement arrêtés et emprisonnés. Beaucoup de sous-préfectures, préfectures et communes rurales en ont connu : Gongoret, Timbo, Porédaka, Boulliwel, Dounet dans la préfecture de Mamou. Mais aussi N’Zérékoré où il y a eu des dizaines de morts, à Gaoual, Labé, Conakry, etc.

Des parlementaires n’y ont pas échappé : la députée uninominale de l’UFDG de Mamou, Djessira Traoré a été interpelée à plusieurs reprises alors qu’à Labé Cellou Baldé a essuyé les pires des menaces.  Donc, c’est une vraie stratégie qui est mise en place. Mais en quoi consiste-t-elle ?

D’anciens élus- RPG et de relais locaux pour déstabiliser l’opposition

La mécanique d’intimidation, d’arrestations, d’emprisonnements répond d’une stratégie bien mûrie. Cette stratégie très peu visible par rapport aux meurtres et autres exactions contre les populations est plus souterraine mais très efficace dans la politique de musèlement de l’opposition. Cependant, elle est moins dénoncée par les médias. Elle repose sur un mécanisme mercantiliste, une sorte de pratique d’usufruits qui profite aux représentants locaux du pouvoir qui en sont les usuriers. Elle s’est répandue un peu partout en Guinée.

La parodie électorale de mars dernier lui a servi de ferment et de terreau. Elle s’est vite avérée profitable avec ses retombées financières qui sont une source inespérée de revenus. Son fonctionnement est axé essentiellement sur la délation et l’esprit de revanche. Des pratiques plus perverses, comme le projet du défunt Manding-Djalon et ses funestes tentatives d’opposition des Roundés et des Foulasso, ont été également ranimées à l’occasion.

Dans la pratique, les administrateurs locaux, tels que les sous-préfets mais aussi d’anciens maires ou présidents de CRD favorisent des incidents qu’ils imputent aux représentants et militants de l’opposition : déchirer des bulletins de vote, s’emparer de caisses, bousculer un adversaire politique, vouloir faire voter un mineur, etc. Parfois, la provocation est poussée jusqu’à engager des nervis à tirer à balles réelles (de fusils de chasse) au milieu des gens pour provoquer la panique afin d’en profiter pour mettre le feu sur les biens et le matériel de vote. Ce fut le cas à Gongoret, Mamou, par exemple.

Le mécanisme est si pernicieux que les maires de l’opposition sont à la merci des sous-préfets. Qu’ils soient moins expérimentés, moins audacieux ou plus engagés, ils sont sous surveillance de leurs adversaires d’en face : les sous-préfets représentants le pouvoir. La réalisation de telles actions repose sur les personnes évoquées mais sur des hommes de main. Mais, n’est pas homme de main qui veut.

Un mécanisme de recrutement digne d’un enrôlement militaire

Beaucoup d’observateurs soutiennent que le RPG a réussi à fanatiser ses militants à l’esprit ethnique : le « Agbansandé » n’a jamais été aussi opérationnel qu’en période électorale. En plus de militants jusqu’au-boutistes, ce parti semble avoir une espèce de milice anonyme qu’il aurait infiltrée au tréfonds du pays. Elle peut agir sous l’étiquette des Donzos qui sévissent en Guinée-Forestière après avoir traumatisé Conakry. Ils peuvent aussi se cacher derrière les agents de sécurité distillés un peu partout sous la casquette de gendarmes. C’est aussi des contractuels zélés comme des gardes forestiers, des enseignants rêvant d’être titularisés et qui ne se vendraient pas chers. Tous sont sous la subordination d’une hiérarchie souvent opaque.

On est exactement comme sous le PDG : « je te surveille, tu me surveille autant que nous sommes tous sous la surveillance d’un invisible ». De la sort e le parti est tranquille et chaque chef local fait sa loi et vit sur le dos des autres. On a donc affaire à un maillage territorial d’agents qui agissent et rendent compte à l’image d’un pouvoir communiste ou dictatorial. On sait que la Guinée cumule les 2 facettes doublée d’une ethno-stratégie endémique.

C’est cette subordination à l’autorité appuyée par l’action de responsables locaux du pouvoir   qui a permis de multiplier les foyers de tensions qu’il fallait créer coûte que coûte lors du vote de mars dernier.  Dans tous les cas, celui qui te ravit ta concubine n’épargnera pas ta femme s’il en a l’occasion. La cible étant, dans ce cas précis, les militants de l’opposition. Mais les manœuvres du système ont une autre couleur. Un autre mécanisme permettant à chacun de sucer les doigts engraisser de billets de banque sera mis en branle.

Un mécanisme d’extorsion de fonds bien rôdé

L’une des finalités de la stratégie et des mécanismes mis en place, c’est de faire des militants de l’opposition des vaches à lait du pouvoir. Derrière les arrestations se cachait toute une machine d’extorsion de fonds. Ainsi, à défaut de gagner aux urnes, on se remplit les poches. C’est pour cette raison que les chefs locaux se sont rués, pourrait-on dire, sur les militants et les responsables de l’opposition et les ont arrêtés comme des bandits de grand chemin. Dès lors, le branle-bas commence.

Les familles, amis et proches mais aussi les partis politiques pris de court et débordés par le nombre d’arrestations se lancent à la cherche de solutions. Tous savent cependant que celles-ci se trouvent dans le fond de la poche et non du côté de la justice.

Du coup, les sollicitations commencent : les organisations villageoises ou communautaires, les proches vivant à l’étranger sont alertés. Finalement, des millions tombent aux mains de personnes qui tiennent plus à l’argent qu’à la loi. Les montants empochés, une parodie de justice se tient après une longue détention. « Les coupables » s’en tirent souvent avec une condamnation assortie de sursis et d’une forte amende. Les dernières victimes d’une telle pratique sont sorties de détention il y a moins de 10 jours.

A mon avis, l’opposition guinéenne devrait cesser de se résoudre à payer pour la libération de leurs. Il y a bien de méthodes pouvant mettre fin aux chantages financiers, aux arrestations et emprisonnements arbitraires.

Si elle refusait le rançonnage, les familles oseraient très certainement s’opposer aux arrestations des leurs. Les commis du pouvoir pourraient alors recevoir un accueil digne d’un voyou ou d’un hors-la-loi. Quoi qu’il en soit, la libération des détenus ne résout pas tout : les arrestations orchestrées sur la base de fausses accusations et autres délations laissent des traces.

Les liens familiaux et communautaires à rudes épreuves

La crise post-électorale a aggravé la division au sein des familles et des communautés durement éprouvées depuis 2010. Avides d’argent, de titres ou de renoms, ceux qui avaient été battus aux municipales de 2019, se sont transformés, comme je l’ai indiqué, en ennemis jurés des victorieux. La plupart des candidats peu ou pas instruits, confondant adversité politique et ennemis à abattre, ont vu dans le double scrutin de mars une occasion de revanche.

Dès lors, les liens familiaux et intracommunautaires scellés par la naissance ou le mariage ; le droit de naisse et autres valeurs ont été foulées au sol. Des jeunes frères ont menti sur leurs aînés ; des neveux ont accusé leurs oncles et concouru à leur détention. Certains ont troqué leur couronne d’El hadj ou leurs galons d’officiers pour descendre dans les   petites guéguerres villageoises. Des petits-fils ont injurié leurs grands-parents. Des imams se sont transformés en bonimenteurs, en diseurs de sort qui inventent de faux sacrifices dans l’espoir d’un gras de bœuf.

Ils sont nombreux ceux qui, durant le dernier scrutin, ont pratiqué au détriment des valeurs ancestrales, le sport le plus connu en Guinée : la recyclage politique. Ignoreraient-ils que les pouvoirs passent alors que ceux qui sont nés sur le même patelin sont condamnés à vivre ensemble ? Que la montagne et la forêt demeurent, ce sont les primates qui les fréquentent qui émigrent ou changent de lieu.

Tous les Guinéens devraient savoir…

Il y a une vérité historique dont nous devrions prendre conscience pour nous ressaisir et sauver ce qui reste de notre pays. Le PDG et Sékou Touré faisaient régner une dictature d’Etat.  Le RPG et Alpha Condé exercent une tyrannie ethnique. Aucune des communautés Soussous, Forestières et Peules n’a échappé de 2010 à nos jours à cette réalité politique.

En outre, le pouvoir actuel n’est plus légitime. Il est anti-guinéen, inhumain et anti-démocratique. Ses tenants sont des gangs organisés prêts à sacrifier jusqu’au dernier d’entre-nous pour se pérenniser.  Pire, ce pouvoir est dans la rue et ne trouve pas preneur.

Incontestablement, les stigmatiques du PDG ne sont plus rien face à l’héritage que nous laissera la présidence actuelle. Il faudra plusieurs décennies pour se remettre du pouvoir-RPG ; à panser les plaies sociales, politiques et économiques qu’il a ouvertes. L’espoir est néanmoins permis car la longévité du pire des pouvoirs temporels dépend de la bonne volonté de ses administrés. Un éveil de quelques heures y mettrait fin.

Par Lamarana-Petty Diallo

In lepopulaire 

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Présidentielle guinéenne : une mission CEDEAO-UA-ONU arrive ce jeudi à Conakry

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA) et les Nations Unies entament, ce jeudi 1er octobre, une visite de haut niveau à Conakry.

L’objectif de la mission est de renouveler le soutien des trois organisations pour la tenue d’une élection présidentielle pacifique, inclusive, et transparente, le 18 octobre prochain.

La délégation est composée de Mme Minata Samaté, Commissaire aux Affaires politiques de l’UA, de M. Jean Claude Kassi Brou, Président de la Commission de la CEDEAO, et de Mohamed Ibn Chambas, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

Durant deux jours, les membres de la délégation auront une série de rencontres avec les parties prenantes à ce scrutin présidentiel.

L’arrivée de cette mission intervient, alors que deux personnes ont été tuées hier mercredi, dans des violences en marge de la campagne électorale à Dalaba en moyenne Guinée, et Faranah en Haute Guinée.

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Amnesty dénonce l’immunité dont jouissent les forces de sécurité en Guinée

Publié

le

Par

Votre publicité ici

A moins de trois semaines de la présidentielle, Amnesty International a dénoncé jeudi la répression des manifestations en Guinée, à l'origine de la mort d'au moins cinquante personnes en un an, ainsi que l'immunité dont jouissent les forces de sécurité, dans un rapport jugé «exclusivement à charge» par le gouvernement guinéen.

«Nous avons parlé à des familles meurtries qui nous ont décrit comment leurs enfants ont perdu la vie, victimes d'une balle reçue dans le dos, à la poitrine, à la tête ou au cou. Des blessés nous ont montré leurs graves séquelles au bras, genou ou pied, causées par des armes à feu, des grenades lacrymogènes ou même des véhicules des forces de sécurité», a déclaré dans ce rapport Samira Daoud, directrice régionale d'Amnesty International.

Le document de 63 pages souligne la responsabilité des forces de défense et de sécurité, «associées parfois à des groupes de contre-manifestants», dans les «homicides illégaux de manifestants et de passants». Fondée sur une centaine d'entretiens, des documents officiels et des images des manifestations, l'étude «apporte la preuve que les autorités ont agi en contradiction avec les normes nationales et internationales», selon Amnesty.

Dans une réponse adressée le 18 septembre à l'ONG que l'AFP a pu consulter, le ministère de la Sécurité estime que ce rapport ne «paraît pas garantir une vision neutre et objective de la situation» et qu'il constitue un «réquisitoire exclusivement à charge contre notre gouvernement». «Notre gouvernement a largement fait la preuve de son engagement à respecter les libertés fondamentales», en particulier «vis-à-vis des militants de l'opposition», affirme dans sa réponse le ministère de la Sécurité, en regrettant que «les efforts déployés dans l'amélioration de la gouvernance démocratique ne sont pas reconnus à leur juste valeur». Le ministère dénonce pour sa part la «logique insurrectionnelle» du FNDC.

Au moins 50 morts

Selon Amnesty, la répression des manifestations, en particulier celles organisées depuis octobre 2019 par le FNDC contre la réforme constitutionnelle permettant au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat le 18 octobre, «a causé la mort d'au moins 50 personnes», fait quelque 200 blessés et entraîné la détention arbitraire «d'au moins 70 personnes», dont plusieurs ont décrit des traitements inhumains ou dégradants. Le 22 mars, jour de législatives et d'un référendum constitutionnel boycottés par l'opposition, a été «particulièrement meurtrier, avec au moins 12 manifestants tués, dont neuf par balle», a souligné l'ONG.

Une demi-douzaine de personnes ont également été tuées lors de manifestations contre les coupures de courant et contre les barrages routiers installés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La «quasi-totalité» des enquêtes annoncées par les autorités sont «restées sans suite», a déploré Amnesty. Des hôpitaux ont refusé d'accepter des corps de personnes décédées pendant des manifestations, qui ne figurent donc pas dans les bilans officiels, selon le rapport. Mercredi, un jeune homme a été tué par balle dans une ville du centre, secouée par des heurts depuis la visite, la veille, du premier ministre en campagne pour la candidature de M. Condé, a-t-on appris auprès de sa famille et d'un responsable policier.

Source : AFP

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Guinée : l’UE réaffirme son opposition à un troisième mandat

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Alors que le président Alpha Condé continue de battre campagne pour un troisième très controversé, L’Union Européenne a de nouveau réaffirmé son attachement à la limitation du nombre des mandats présidentiels à deux.

« L’UE est attachée à l’acquis qui a longtemps prévalu dans la région de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir, renforçant ainsi l’ancrage démocratique des pays de la région », a réaffirmé Bruxelles dans une déclaration du Haut représentant/Vice-président, Josep Borrell.

Lisez :

"Le Haut représentant/Vice-président partage les inquiétudes des autres acteurs de la communauté internationale au sujet de la détérioration de la situation politique en Guinée Conakry depuis les élections législatives et le référendum constitutionnel du 22 mars 2020. Les conditions dans lesquelles ces scrutins se sont déroulés, en particulier l’adoption d’une nouvelle Constitution qui permet au Chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, soulèvent des questions de crédibilité et de transparence, le tout dans un contexte de tension sociale et politique et de risque accru de violence.

L’UE est attachée à l’acquis qui a longtemps prévalu dans la région de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir, renforçant ainsi l’ancrage démocratique des pays de la région.

Elle restera attentive aux conditions de déroulement du prochain scrutin, son caractère non-violent, libre et inclusif, et au respect des droits de l’Homme en général, préalables indispensables à la continuité de son soutien à la Guinée, et rappellera aussi le prix qu’elle attache à une gouvernance suscitant l’adhésion des populations à l'action des dirigeants, élément essentiel pour garantir le développement et la stabilité politique et sociale.

L’UE poursuivra le dialogue avec les partenaires guinéens et se concerte avec les autres acteurs de la communauté internationale, en particulier la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations Unies et l’Organisation Internationale de la Francophonie pour déterminer le suivi le plus approprié notamment pour appuyer l’émergence d’un consensus, qui fait à ce stade défaut, autour d’un processus apaisé."

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.