Connect with us

Economie

Indice de la faim dans le monde : le classement des pays africains

Published

on

Comme chaque année l’IFPRI (International Food Policy Research Institute) réalise son Global Hunger Index, ou Indice de la faim dans le monde, avec, en ligne de mire, les Objectifs de Développement Durable qui visent à éradiquer totalement la malnutrition d’ici 2030.

Globalement, depuis 2000, l’humanité a réalisé des progrès importants dans l’accès à l’alimentation. La proportion de population souffrant de dénutrition à diminué de près d’un tiers dans les pays en voie de développement. Il reste tout de même, à ce jour, dans le monde, 795 millions de personnes sous-alimentées.

Depuis 2000, tous les pays dans le monde ont progressé, sauf un seul, le Koweit.

L’Afrique du Nord est parvenue à réduire significativement ce fléau. Quant à l’Afrique subsaharienne, elle progresse vite, mais pas encore suffisamment pour atteindre l’objectif Zéro Faim en 2030.

Le Sénégal, le Ghana et le Rwanda sont à la pointe de ce combat. Ces trois pays sont parvenus en 15 ans à réduire de plus de 50% la proportion de leur population sous-alimentée.

L’Afrique du Sud, le Gabon et l’Ile Maurice se sont hissés au niveau du Maghreb avec un indice ramené aux alentours de 10%.

La palme de la honte revient sans doute à l’Angola qui, en dépit d’un PIB multiplié par plus de 10 en 15 ans, enregistre encore à ce jour un taux de 32,8% de sa population en état de sous-alimentation.

Sur les 118 pays étudiés dans le monde, c’est la République Centrafricaine qui compte le taux le plus élevé, avec 46,1% d’habitants sous-alimentés.

A noter que plusieurs pays africains n’ont pas été référencés dans cet index, faute d’informations suffisantes. Il s’agit de : Burundi, Cap Vert, Comores, RD Congo, Érythrée, Guinée Equatoriale, Libye, Sao Tome, Somalie, Soudan du Sud, Soudan.

Classement des pays africains selon la part de population sous-alimentée

(Rang africain, Pays, Rang mondial, Indice 2000, Indice 2016).

 

1 Tunisie 18 9.0 5.5
2 Algérie 38 14.8 8.7
3 Maroc (sans Sahara) 42 15.6 9.3
4 Afrique du Sud 51 18.7 11.8
5 Gabon 54 18.5 12.0
6 Maurice 57 16.2 13.2
7 Egypte 60 15.3 13.7
8 Ghana 62 29.9 13.9
9 Sénégal 67 37.7 16.5
10 Gambie 70 27.9 20.9
11 Kenya 72 37.6 21.9
12 Mauritanie 77 33.6 22.1
13 Togo 78 38.6 22.4
14 Lesotho 79 32.9 22.7
15 Cameroun 80 40.3 22.9
16 Botswana 81 33.0 23.0
17 Bénin 82 38.1 23.2
18 Swaziland 83 30.9 24.2
19 Nigeria 84 40.9 25.5
20 Côte d'Ivoire 86 31.4 25.7
21 Ouganda 87 39.4 26.4
22 Congo (Rep) 88 37.2 26.6
23 Malawi 89 45.3 26.9
24 Rwanda 91 58.7 27.4
25 Guinée Bissau 91 43.9 27.4
26 Mali 93 43.9 28.1
27 Guinée 93 44.4 28.1
28 Tanzanie 96 42.4 28.4
29 Zimbabwe 99 40.1 28.8
30 Liberia 101 47.4 30.7
31 Burkina Faso 102 48.4 31.0
32 Namibie 103 32.5 31.4
33 Mozambique 104 49.4 31.7
34 Djibouti 105 48.5 32.7
35 Angola 106 57.8 32.8
36 Ethiopie 107 58.5 33.4
37 Niger 109 53.0 33.7
38 Sierra Leone 112 53.9 35.0
39 Madagascar 114 44.2 35.4
40 Zambie 116 50.4 39.0
41 Tchad 117 51.9 44.3
42 Rep Centrafricaine 118 51.5 46.1

Source : Agence Ecofin

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Simandou : la junte ordonne l’arrêt immédiat des activités

Published

on

La junte au pouvoir en Guinée a décidé d’arrêter  toutes les activités relatives au projet Simandou, à compter de ce lundi 4 juillet 2022.

Dans un courrier adressé à la directrice générale du consortium Winning et au Directeur général de SIMFER S.A, le ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba, regrette le ‘’ manque de volonté’’ de ces deux sociétés à privilégier un partenariat gagnant-gagnant, nécessaire au co-développement du projet Simandou tel que consacré dans l’accord cadre du 25 mars dernier, dit-il.

« L’inertie que vous entretenez autour de la formulation des modalités de la participation de l’Etat dans le capital social de la coentreprise compromet dangereusement la mise en œuvre effective du projet dans l’intérêt supérieur des parties prenantes », dénonce-t-il.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Continue Reading

A LA UNE

CEDEAO : deux millions de dollars pour accélérer les réformes du secteur de l’électricité

Published

on

ABIDJAN, Côte d'Ivoire, 28 juin 2022/ Le Conseil d’administration du Fonds africain de développement a approuvé, vendredi 24 juin 2022 à Abidjan, un don de deux millions de dollars américains pour une assistance technique visant à accélérer les réformes du secteur de l’électricité au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Ce don du Fonds africain de développement – le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) – est destiné à l'Autorité régionale de régulation de l'électricité de la CEDEAO. L'objectif ultime est de stimuler le commerce transfrontalier de l'électricité et d'améliorer l'accès à l'énergie dans les 15 pays de la région.

Le projet comporte cinq composantes : la première englobe les règlements et les indicateurs clés de performance du rapport phare de la Banque africaine de développement sur l'indice de réglementation de l'électricité pour l'Afrique que doit adopter l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité de la Communauté pour qu’ils soient appliqués dans les pays membres de façon uniforme. Dans le cadre de cette composante, le projet renforcera les capacités des pays membres pour la collecte et la communication de ces indicateurs sur une plateforme commune.

La deuxième composante consistera à mener une étude - en tenant compte des sexo-spécificités - afin d’actualiser l’analyse comparative des tarifs de l’électricité et de leurs facteurs sous-jacents tout au long de la chaîne de valeur du secteur de l'électricité au sein de la CEDEAO.

Le troisième volet consiste à développer un système centralisé de gestion de base de données, où seront collectées les données et toutes informations pertinentes sur l’énergie provenant des pays membres, avant qu’elles ne soient stockées et diffusées sur une plateforme numérique commune.

Une étude est prévue dans le cadre du quatrième volet, afin d’évaluer et d’identifier les goulots d'étranglement et les risques du projet dans les pays membres de la CEDEAO et recommandera une approche cohérente pour éliminer progressivement les obstacles pour l'investissement dans le secteur de l’énergie électrique à chaque étape, avant et après l’instauration du marché régional de l'électricité de la CEDEAO.

Enfin, la cinquième et dernière composante est axé sur la gestion du programme et le renforcement des capacités.  Ces actions seront cofinancées avec l'Autorité régionale de régulation de l'électricité. Toutes les composantes du projet prendront en compte les données sexospécifiques.

« À terme, ce projet va faciliter le commerce régional de l’électricité et contribuer à améliorer l’accès à l’électricité », assure Solomon Sarpong, chef d’équipe du projet à la Banque africaine de développement. « Il va s’attaquer aux principales causes de la fragilité, comme les goulets d’étranglement au niveau des infrastructures, le chômage des jeunes, les défis environnementaux, les inégalités entre les sexes et le déséquilibre du développement régional ».

Créée le 28 mai 1975 avec le Traité de Lagos, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest est une organisation régionale qui promeut l’intégration économique dans tous les secteurs d’activité des pays membres. Elle compte quinze pays membres : Bénin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Couvrant environ 6,1 millions de km2, la CEDEAO compte une population estimée à 360 millions d’habitants.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Orange Money : le dépôt à distance va rependre mais à une condition

Published

on

Après une rencontre entre la BCRG, l’ARPT et les Etablissements de monnaie électronique, Orange Finances Mobiles Guinée  a accepté d’annuler les 1000 gnf que l’opérateur avait décidé d’imposer sur chaque dépôt à distance. Ces opérations vont également reprendre ce mercredi 15 juin 2022, a-t-on annoncé dans un communiqué.

Toutefois, pour se faire, désormais cette opération est soumise à la présentation d’une pièce d’identité valide par le déposant, souligne-t-on.

Communiqué :

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance