Connect with us

Politique

LES INCOHÉRENCES D’AMADOU DAMARO CAMARA DÉPUTÉ AFFAIRISTE

Publié

le

Votre publicité ici

Paniqué, l’honorable Amadou Damaro Camara, frère et associé de Mohamed Camara, ex Maire de la Commune de Matoto, cherche infructueusement à se justifier, pour lui, tout le monde est dupe. Il ne sait pas qu’il est vu, connu et reconnu comme un cafard sur un carrelage blanc.

1ère incohérence et contre-vérités de l’affairiste Damaro.

Il déclare qu’ « il a été approché par un citoyen qui est venu lui voir pour lui dire que l’Etat lui doit de l’argent, c’est ainsi qu’il s’est intéressé et il est parti voir le Président de la République pour lui dire ‘’on vous accuse d’une injustice qui ne vous ressemble pas’’ ».

Dans cette phrase de l’affairiste et président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, il s’abstient à dessein de révéler trois choses à s’avoir : l’identité de son frère, ami et associé Mohamed Camara ; que c’est Mohamed qui a aidé le Président à gagner les élections dans la préfecture de Beyla ; qu’il a trompé le Président de la République avec des mots aimables avant de contacter le Ministre des Finances Mohamed Diaré à l’époque.

Mais en touchant le Président de la République comme lui-même a décrit, on se pose un certain nombre de questions. En quelle qualité Damaro a agi ? Ce soit disant Député connait-il les missions d’un Député de la République? Connaît-il la différence entre un Député uninominal et un Député élu sur la liste proportionnelle ? Connaît-il le principe de la séparation des Pouvoirs ? Connait-il que le Président de la République est une Institution ?

Certes, avec ses intérêts financiers et l’amour qu’il a pour l’argent, rien ne pouvait l’arrêter,même la Loi.

2ème incohérence de l’honorable affairiste :

Le parlementairea déclaré dans la Presse sans gêne, avoir appelé le Ministre de la Justice Me Cheick Sacko pour lui dire : « Attention Monsieur le Ministre, c’est moi qui suis parti voir le patron, le Président de la République. Voilà comment ça s’est passé. Je suis surpris que les Huissiers disent que c’est à cause de leur travail que la dette a été payée. Le Ministre m’a donné des explications qui ne m’ont pas du tout convaincu. ».

C’est très grave comme démarche pour un Député de la République. En quelle qualité un Député peut s’adresser à un Ministre avec un tel ton comme s’il était à l’Hémicycle ‘’Attention Monsieur le Ministre’’comme si le Ministre est leur adversaire ou comme si c’est le Ministre qui aurait demandé aux Huissiers de saisir son argent. Ridicule ne tue pas. Lui Damaro a quelle compétence professionnelle pour douter les explications d’un ministre en l’occurrence celui de la Justice, Maitre Cheick Sacko qui est un homme honnête, intègre et  connait les limites de sa responsabilité. Ce dernierest venu en Guinée pour servir sa nation et non pour se faire de l’argent, car il avait du travail en Europe. Contrairement au chômeurDamaro Camara venant des USA pour se faire de l’argent sur le dos des contribuables guinéens. C’est le cas du contrat de fournitures des véhicules des Députés dont il est impliqué. Ce scandale sera révélé au grand public comme celui de la SOGUICOM SA qu’il vient de gérer avec beaucoup de finesse pour son frère Mohamed Camara pour un montant de 29 milliards de francs guinéens.

Honorable Député -Agent de recouvrement de créances, si c’est vous qui avez débloqué le paiement, pourquoi on n’a pas mentionné votre nom dans la convention d’échéancier de paiement, mais plutôt la lettre de l’Agent Judiciaire de l’Etat qui a transmis l’exploit des Huissiers de Justice au Ministère de l’Economie et des Finances ?

Honorable Député,pour que vous soyez un agent de recouvrement il va falloir faire une proposition de loi dont vos collègues députés qui sont à vos ordres, comme vous le dites sans respect, peuvent voter. Mais pour le moment, seuls les Huissiers de Justice ont qualité de cette mission en République de Guinée, pas un Député. Et si vous le confirmez, vous êtes poursuivable pour le délit d’usurpation de fonction et de titres.

3ème incohérence du député huissier de justice Damaro Camara :

Dans la Presse, il déclare : « je suis retourné voir le Président pour lui dire que les Huissiers bloquent son compte et que le Président a appelé le Ministre de la Justice pour lui demander c’est quoi cette histoire ? ».

Mais avec cette attitude d’un Député, l’on se demande nous sommes dans quel pays ?

Amadou Damaro est-il le Président du groupe parlementaire RPG arc en ciel à l’Assemblée Nationale, ou le Président Directeur Général de la société SOGUICOM S.A ? En tout cas, il s’est battu trop pour ce simple citoyen qui était venu le voir.

De là, ce que Damaro n’a pas déclaré, c’est que le magistrat qui avait en charge du dossier à la Cour d’Appel a été aussi appelé à la Présidence de la République et a fini par céder à cause de la pression, pour ordonner injustement à la Banque de libérer l’argent de Damaro.

Aussi, il n’a pas déclaré qu’il était parti à la Cour Suprême pour obtenir un Arrêt de sursis à l’exécution d’une décision qui a été rendue par la Cour d’Appel en faveur des Huissiers.

Si vous ne le savez pas honorable Député, c’est ça l’ingérence ou immixtion dans les affaires judiciaires, l’usage irrégulier de titres de Député, trafic d’influence et abus d’autorité.

4ème incohérence de député affairiste

Damaro se dit surpris de le traiter comme propriétaire de la société, que leur société était créée pendant que lui,il était aux USA,« mais que les Huissiers ne savent pas qu’il n’était pas en Guinée de 1999 à 2011 ». C’est vrai cher député, on ne le savait pas du tout. Mais pour quelle raison ? Parce qu’on vient d’apprendre que depuis le coup d’Etat du 05 juillet 1985 vous avez eu des ennuis par la suite, nous le regrettons. Toutefois, cette longue absence involontaire ne peut pas vous empêcher d’être actionnaire dans une société surtout anonyme comme la SOGUICOM S.A. Sinon, comment on peut comprendre votre engagement comme un lion pour la cause de l’argent d’un simple citoyen qui était venu vous voir pendant que le Parlement dont vous siéger souffre de nombreux maux pour lesquels vous ne faites rien, pourtant vous êtes très efficace.

Pourquoi dès que votre argent a été libéré et que vous avez encaissé, vous avez rapidement voyagé le lendemain en abandonnant le dialogue politique inter guinéens pendant que vous étiez le chef des délégués de la mouvance présidentielle à ce dialogue ?

5ème incohérence et méconnaissance du député Damaro :

Damaro a dit des choses très graves de la part d’un Député de la République.

Car, en cherchant vainement à ridiculiser les Huissiers poursuivant, il se fait ridiculiser lui-même. Notre député pourtant président d’un groupe parlementaire, appelé à voter des lois à l’Assemblée, malheureusement méconnait les lois de son pays. Ce parlementaire ne connait que les démarches pour l’obtention des contrats juteux. C’est une honte.

Honorable Député, comme vous ne connaissez pas, retenez que ce n’est pas une plainte qui est portée contre vous, mais plutôt vous avez été cité directement et ce, conformément aux dispositions des articles 544 et 545 du Code de ProcédurePénale pourtant votées par l’Assemblée. Et c’est devant le Tribunal de Dixinn, celui de votre résidence et non à Kaloum comme vous confondez. Encore, il faut retenir que vous n’êtes pas poursuivi pour un crime, mais pour un délit.

Le cabinet des Huissiers s’est constitué partie civile et a payé la caution de 500 000 GNF, qu’il avait proposé de payer préalablement, mais que le Président audiencier avait fixé lors de la 1ère audience à 1 000 000 GNF à lademande de Procureur. La prochaine audience a été renvoyée pour le 3 Novembre à 9 heures pour votre information, ce qui veut dire que le procès continu.

La procédure est lancée vous pouvez rester abriter derrière votre immunité éternellemême après votre mandature. Si vous ne venez pas comme d’habitude faire usage de votre autorité sur les magistrats en charge de ce dossier, le Tribunal vous condamnera sur la base des seuls éléments fournis par vos adversaires et cela à vos risques et périls. Néanmoins, vous pouvez vous en douter.

Cette décision de justice correctionnelle sera publiée partout ou besoin sera et sera classée dans votre casier judiciaire. Et elle sera également signifiée‘’au patron’’ ainsi qu’à la mission Diplomatique de votre pays de résidence, les « Etats Unis d’Amérique », à l’effet de transmettre à qui de droit.

Peut-être, vous n’allez pas échapper ou mépriser les institutions américaines,votre pays de résidence, comme vous le faites pour celles de votre pays d’origine la Guinée.

Ainsi, on s’aura qui du cabinet des Huissiers ou du Député Damaro,qui est affairiste ? Qui va descendre dans la boue ? Qui a sorti des ordures? Et qui a fait des bêtises ?

A suivre…

Par Maitre Saidouba Kissing Camara, Huissier de Justice, Guinée Conakry

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La Guinée barricade ses frontières avec le Sénégal, quelques jours après le passage de Dalein à Dakar

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Les autorités guinéennes ont procédé ce 28 septembre, à la fermeture de ses frontières avec le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Si aucune raison officielle n’a été donnée par le gouvernement guinéen,  le gouverneur de la région de Labé a évoqué la période électorale.

« Nous sommes dans une période électorale. Partout ça se ferme » a confié Madifing Diané à africaguinée, ajoutant que « la fermeture des frontières n'est pas un tabou, ni un secret »

Du côté de Dakar, on apprend que les autorités sénégalaises n’ont pas été encore informées de cette décision. Une décision qui intervient quelques jours après le passage de Cellou Dalein Diallo, le principal candidat de l’opposition à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, dans la capitale sénégalaise, mais aussi quelques jours après une sortie médiatique du président Bissau-guinéen, Cissoko Emballo, sortie dans laquelle il a ouvertement apporté son soutien à Mr Dalein Diallo, rendant ainsi la monnaie à Alpha Condé qui avait soutenu son adversaire lors de la présidentielle Bissau-guinéenne.

Plusieurs camions de marchandises seraient bloquer à cause de la fermeture de ces frontières.

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : plusieurs ONG dénoncent le manque de volonté du gouvernement à tenir un procès

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Aujourd’hui, cela fait onze ans jour pour jour que plus de 150 guinéens ont été massacrés au stade du 28 septembre, par la junte militaire d’alors dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara.  A l’occasion de ce triste anniversaire, six organisations ont dénoncé le manque de volonté des autorités guinéennes à ouvrir un procès sur ce dossier.  

Il s’agit de l’Association des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009 (AVIPA), Les Mêmes Droits Pour Tous (MDT), l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH), la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), Amnesty International et Human Rights Watch.

Ces organisations ont indiqué qu’elles sont de plus en plus préoccupées par le manque de volonté affiché à organiser ce procès en Guinée.

« A cet égard, le fait que le gouvernement actuel ait commis de nombreuses violations des droits humains pourrait entraver sa volonté d’organiser un procès contre des auteurs de crimes antérieurs à son avènement au pouvoir », soutiennent-t-elles.

En effet, « ces derniers mois, les autorités guinéennes ont harcelé, intimidé et arrêté arbitrairement des membres de l’opposition et des défenseurs des droits humains, dans une atmosphère d’insécurité liée aux restrictions imposées par la pandémie de Covid-19. Cela faisait suite à la violente répression des membres et sympathisants de l’opposition à laquelle se sont livrées les forces de sécurité avant et pendant les scrutins controversés du 22 mars, le référendum constitutionnel et les élections législatives », rappelle ces ONG

« Dans un tel contexte, les six organisations craignent que les autorités actuelles retardent encore davantage la perspective de tenir un tel procès. Il est important de prendre des mesures pour protéger les témoins, les victimes et les avocats concernés par l’affaire de 2009 », ont déclaré les organisations, expliquant que la tentative d’intrusion du siège des locaux de l’AVIPA pendant les scrutins controversés du 22 mars est une illustration des risques sécuritaires encourus par les acteurs dans ce procès.

Le 28 septembre 2009, des éléments des forces armées guinéennes sous la junte du capitaine Moussa Dadis Camara, prenaient d'assaut un stade de Conakry, la capitale, où s'étaient réunis plusieurs milliers d'opposants. Près de 160 personnes ont alors été tuées dans l'attaque et 1 400 autres blessées et plus d'une centaine de femmes ont été violées.

Plus de 13 suspects ont été inculpés – et 11 d’entre eux renvoyés au procès – dont d’actuels et d’anciens responsables de haut niveau.

Parmi eux figurent Moussa Dadis Camara – actuellement en exil au Burkina Faso, l’ancien chef de la junte appelée Conseil national pour la démocratie et le développement, qui gouvernait la Guinée en septembre 2009, ainsi que son vice-président, Mamadouba Toto Camara. Certains suspects inculpés occupent toujours des postes d’influence, notamment Moussa Tiegboro Camara, qui est chargé de la lutte contre le trafic de stupéfiants et le crime organisé.

Abubakar « Toumba » Diakité, l’aide de camp de Dadis Camara, a également été inculpé. Après avoir échappé à la justice pendant plus de cinq ans, il a été extradé du Sénégal vers la Guinée en mars 2017.

Quatre autres personnes inculpées sont détenues à la prison centrale de Conakry, respectivement depuis 2010, 2011, 2013 et 2015. Leur détention provisoire est illégale, vu qu’elle excède la limite maximale autorisée par la loi guinéenne : 18 à 24 mois en matière criminelle.

L’enquête menée par des juges d’instruction guinéens, ouverte en février 2010 a été  bouclée fin 2017.

En janvier dernier, le ministre de la justice avait promis que le procès sera organisé cette année.

Le budget et le lieu du procès ont été fixés. Sékou Keïta, chargé de communication au ministère de la Justice, assure à RFI que tous les obstacles matériels ont été levés et qu’il revient maintenant au procureur de Dixinn, Sidi Souleymane Ndiaye de l’organiser. Ce dernier, cité par la même source, dit régler actuellement les dernières formalités indiquées par le code de procédure pénale.

Mais la Fédération internationale des droits de l’homme, partie civile dans le procès, affirme dans un communiqué que « sans actes concrets pour qu’un procès s’ouvre d’ici la fin de l’année 2020, le Bureau de la procureure de la Cour pénale internationale (…) doit prendre les mesures nécessaires et ouvrir une enquête, en application du principe de complémentarité. »

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Le FNDC dans la rue, malgré l’interdiction des autorités

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Le front national pour la défense de la Constitution (FNDC) sera dans la rue demain mardi 29 septembre à Conakry, malgré l’interdiction de leur marche par les autorités.

« En prenant acte de cette décision illégale de privation de l’exercice des libertés publiques en Guinée, le FNDC maintient sa marche sous la forme de résistance et invite les citoyens à désobéir à cette décision illégale pour faire valoir leur opposition à la candidature illégale de M. Alpha Condé pour un troisième mandat. », a déclaré le front dans un communiqué.

« Le FNDC prend l’opinion nationale et internationale a témoin que M.Alpha CONDÉ sera le seul responsable de ce qui adviendra pendant la manifestation du peuple martyr de Guinée à la quête de sa souveraineté », prévient-t-il, ajoutant qu’il « ne renoncera à son combat tant que M. Condé ne renonce pas à son troisième mandat ».

La marche est prévue sur l’autoroute Fidel Castro.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.