Connect with us

Economie

Guinée : Rio Tinto renonce à un projet minier à $20 milliards

Published

on

Votre publicité ici

 (Reuters) - Rio Tinto RIO a décidé d'abandonner le projet Simandou, un investissement de 20 milliards de dollars (17,95 milliards d'euros) autour d'un gisement de minerai de fer en Guinée, en raison de la faiblesse prolongée des cours, déclare le nouveau directeur général du géant minier, le Français Jean-Sébastien Jacques, dans une interview au journal The Times. Rio Tinto a refusé de s'exprimer sur cette interview. Deuxième groupe minier au monde par sa capitalisation boursière, Rio Tinto continuait jusque récemment à chercher des financements pour Simandou, même après une dépréciation de la valeur du projet de l'ordre de 1,1 milliard de dollars en février. Le groupe anglo-australien a soumis une étude de faisabilité au gouvernement guinéen le mois dernier.

La surproduction mondiale de minerai de fer fait qu'il est désormais impossible de mener ce projet à bien, a dit Jean-Sébastien Jacques au Times. Simandou devait consister en un gisement de minerai de fer produisant 100 millions de tonnes par an pendant plus de 40 ans dans le centre de la Guinée, en une ligne de chemin de fer de 650 kilomètres pour transporter le minerai de Simandou à un nouveau port en eau profonde au sud de Conakry et en des infrastructures annexes. Rio Tinto estimait en 2014 qu'à son maximum de production, Simandou aurait généré environ 7,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires et augmenté de 5,6 milliards de dollars le produit intérieur brut (PIB)de la Guinée, qui aurait ainsi connu la plus forte croissance de tous les pays du monde.

L'annonce en mars de la nomination de Jean-Sébastien Jacques, jusqu'alors responsable de la branche cuivre et charbon de Rio Tinto, à la tête du géant minier avait été interprétée par certains comme le signe d'une volonté de réorientation du groupe, longtemps tourné en priorité sur le minerai de fer.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Forum pour les investissements en Guinée : la BAD veut assister la Guinée à la mobilisation de trois milliards de dollars

Published

on

Votre publicité ici

A l’ouverture de la première édition du Forum pour les investissements en Guinée (GUIF, Guinea Investment Forum en anglais), mercredi 24 février, le président de la République de Guinée, Alpha Condé, a annoncé vouloir mobiliser, en partenariat avec la Banque africaine de développement et la Société financière internationale (SFI), trois milliards de dollars américains auprès des investisseurs afin de réaliser 67 projets transformateurs dans le pays.

« Nous voulons attirer des investisseurs et nous sommes engagés à mettre en œuvre des réformes, mêmes les plus difficiles, pour faire de 2021 l’année de la transformation complète de la Guinée, a déclaré le président guinéen. Notre ambition est de devenir la deuxième puissance économique de l’Afrique de l’Ouest, après le Nigeria. Nous sommes décidés à le faire. »

Le pays dispose d’un énorme potentiel agricole, minier et énergétique. « Il faut que la Guinée soit autosuffisante en produits alimentaires pour devenir ensuite exportatrice. Nous allons développer des chaînes de valeur de produits agricoles, maraîchers et dans l’agro-industrie, tout en gardant un regard sur les mines et les infrastructures routières », a précisé Alpha Condé.

Des actions seront également menées pour moderniser l’administration et les entreprises et assainir les finances publiques, notamment à travers la numérisation et des audits des secteurs minier, télécoms et bancaire, avec l’assistance de la Banque africaine de développement, a également annoncé le président guinéen.

« Je salue le fait que vous accordiez la priorité aux investissements dans l’agriculture et l’agro-industrie. La Guinée peut devenir le grenier de l’Afrique de l’Ouest, a souligné le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina, Dans le cadre d’une de ses « High 5 », qui vise à « nourrir l’Afrique », il s’agit également d’une priorité absolue pour la Banque. »

« Nous serons à vos côtés dans le processus qui mène à la prospérité de la Guinée. Ce forum est une excellente plateforme de conception de projets pour les investisseurs. Il arrive à point nommé et constitue une source d’encouragement. », a poursuivi le président Adesina, qui a mis en avant les progrès remarquables de la Guinée ces dernières années : un excédent budgétaire de 0,6% du PIB en 2019 (contre un déficit de 5,4% en 2015), une amélioration du climat des affaires avec un gain de 23 places au classement « Doing Business » (référentiel de la Banque mondiale sur le climat des affaires) entre 2012 et 2019.

« Le potentiel du pays est énorme. La Guinée est dotée notamment de ressources naturelles très abondantes. Elle possède les deux tiers des gisements de bauxite au monde et de vastes gisements d’or, de fer et de diamants ainsi que de très importantes réserves de fer encore non exploitées. Le pays est bancable et nous allons travailler en étroite collaboration pour relever tous les défis et assurer un avenir meilleur aux Guinéens », a soutenu Akinwumi A. Adesina.

Face à la pandémie de Covid-19 et l’épidémie d’Ebola de retour dans le pays, le président de la Banque a exprimé sa solidarité au président Condé. « Alors que s’amorce une lente reprise économique après la pandémie de Covid-19, Ebola est de retour. Cela ne pouvait pas tomber plus mal, a déploré Akinwumi A. Adesina. Mais la Banque africaine de développement est prête à vous aider à faire face à cette situation. La Guinée surmontera l’obstacle du Covid-19 et comme elle l’a fait par le passé, la Guinée s’élèvera et encore une fois surmontera l’obstacle d’Ebola. »

Partenaire financier du GUIF, la SFI a salué l’organisation de cet événement et promis d’accompagner le secteur privé par la voix de son vice-président pour l’Afrique de l’Ouest et le Moyen-Orient, Sergio Pimenta : « la Guinée est dotée d’un capital économique naturel. Ce grand-rendez-vous permettra aux investisseurs de nouer de fructueux contacts et d’aboutir à des financements de projets. Nous espérons amener le secteur privé à exprimer son plein potentiel. »

La première édition du GUIF, qui se déroule jusqu’au 26 février à Conakry, capitale de la Guinée, réunit des porteurs de projets, des investisseurs nationaux et internationaux, des organisations internationales, des partenaires bilatéraux et multilatéraux au développement. Un portefeuille d’une soixantaine de projets est soumis au financement. Il porte sur des activités couvertes par les « High 5 » de la Banque africaine de développement, partenaire principale de l’événement : agrobusiness, énergie, environnement, industrie, BTP, mines, tourisme, transport.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Vers la construction d’une raffinerie de pétrole en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

L’Etat guinéen  vient de signer avec la Société United Mining Supply SA (UMS), un Protocole d’accord portant sur la réalisation d’une étude de faisabilité pour la construction d’une raffinerie de pétrole dans le domaine portuaire de Moribayah dans Maferinya , dans la préfecture de Forécariah.

Selon le ministre guinéen des Hydrocarbures, Diakaria KOULIBALY, la construction en perspective de cette raffinerie de pétrole vise à sécuriser davantage l’approvisionnement du pays en produits pétroliers et à capter les opportunités de marchés dans les pays voisins.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Une Nigériane devient première femme directrice générale de l’OMC

Published

on

Votre publicité ici

La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala a été nommée, lundi 15 février, première femme et première Africaine à la tête de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dans l'espoir de mettre fin à des années de blocage de l'institution.

"Les membres de l'OMC viennent d'accepter de nommer la Dr Ngozi Okonjo-Iweala comme prochain directeur général de l'OMC. La décision a été prise par consensus lors d'une réunion spéciale du Conseil général de l'organisation aujourd'hui", a annoncé l'OMC, une quinzaine de minutes après l'ouverture de la réunion.

"La Dr Okonjo-Iweala deviendra la première femme et la première Africaine à la tête de l'OMC. Elle prendra ses fonctions le 1er mars et son mandat, renouvelable, expirera le 31 août 2025", a souligné le gendarme du commerce mondial dans un bref message.

"Soutien appuyé" de l'administration Biden

Après sa nomination, Ngozi Okonjo-Iweala a pris la parole, virtuellement en raison du Covid-19, devant les représentants des pays, lors d'une réunion fermée, a indiqué à l'AFP un diplomate européen. Elle s'est ensuite exprimée devant les médias.

"C'est à la fois excitant et intimidant parce que je prends les rênes de l'OMC à un moment de grandes incertitudes et de défis", a-t-elle déclaré. "À l'heure actuelle, l'OMC est confrontée à de nombreux défis et il est clair pour moi que des réformes profondes et de grande envergure sont nécessaires. On ne peut pas continuer comme avant", a-t-elle martelé.

Elle a dressé une longue liste de tâches, assurant que ses trois principales priorités au cours des prochains 100 jours seront dans trois domaines : la réponse à la pandémie et à celles à venir, les subventions à la pêche et régler les défaillances du bras juridique de l'OMC.

Sa nomination à la tête de l'OMC - institution quasi paralysée qui n'arrive plus à remplir sa mission - était attendue, après le retrait de la course le 5 février de sa seule autre rivale, la ministre sud-coréenne du Commerce, Yoo Myung-hee.

Cette dernière avait pris sa décision, après avoir consulté les États-Unis qui, sous Donald Trump, étaient son principal soutien.

Après plusieurs mois de paralysie, l'administration Biden a préféré lever le principal obstacle à la nomination de Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l'OMC, en apportant "son soutien appuyé" à la candidature de la Nigériane.

Le processus de désignation d'un successeur au Brésilien Roberto Azevedo, parti un an avant la fin de son mandat pour raisons familiales, était dans l'impasse depuis l'automne.

AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance