Connect with us

Opinion

Guinée : respect de la parole donnée (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

Le respect de la parole donnée est un principe sacré dans nos valeurs ancestrales. Nos anciens disaient que celui qui ne respecte pas sa parole, ne trouvera que malheurs sur son chemin. Ils préféraient la mort au déshonneur de ne pas tenir parole.

Tous nos pays africains ont accédé à l’indépendance après la seconde guerre mondiale. L’humanité a tiré les leçons des horreurs de cette guerre et les conséquences gravissimes pour la dignité humaine du fascisme. Cette prise de conscience a été sanctionnée par l’adoption de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1948. C’est donc en tant que pays libre et souverain que nous avions adopté notre première Constitution le 10 novembre 1958 qui proclamait son adhésion totale à cette déclaration des Nations Unies.

Depuis notre indépendance, nous avions librement adopté nos constitutions de 1958, 1990 et 2010. Au vu des actes posés par nos dirigeants, nous pouvons affirmer clairement, qu’ils n’ont respecté ni la lettre, ni l’esprit de ces différentes constitutions. Ils n’ont pas respecté leur parole donnée, c’est pourquoi, malgré ses immenses potentialités naturelles, notre pays n’a connu que des malheurs depuis bientôt 60 ans. Pour cacher leur forfaiture morale et politique de ces dirigeants, des voix s’élèvent pour dire que c’est le fait de vouloir imposer un système démocratique occidental contraire à nos traditions qui est la cause principale de notre faillite politique. Or, nous venons de le voir, c’est en toute liberté que nous avions adopté notre première Constitution et donc le mode d’organisation des institutions de l’Etat et surtout les devoirs et droits fondamentaux des citoyens. Le stricte respect de sa parole donnée et le caractère sacré de la vie humaine ne sont pas des valeurs importées pour nos sociétés. Des contre pouvoirs ont toujours existé pour contenir le pouvoir du chef, qui du reste, avait l’obligation de respecter strictement les traditions au risque d’être destitué notamment  par le Conseil des anciens. Dans ces temps, les chefs avaient l’obligation d’assurer la paix, la sécurité et le bien-être de leurs populations. Ces devoirs étaient sacrés. La seule nouveauté apparue après l’Afrique pré-coloniale dans la pratique de dévolution du pouvoir, c’est le vote libre des populations pour choisir désormais leurs dirigeants. Et c’est cette liberté de choix, que les dirigeants post-coloniaux ont confisqué. Toute l’histoire moderne africaine avec son douloureux cortège de gâchis humain, politique, économique et social se résume à cette confiscation de la souveraineté populaire des peuples par des oligarchies corrompues, violentes et incompétentes. Nous ne voyons pas de changement en ce qui concerne les devoirs qui incombent aux chefs qui gardent toujours les mêmes responsabilités envers leurs concitoyens. Certes, la gestion de l’Etat devient plus complexe, mais les objectifs recherchés au bénéfice des populations sont toujours restés inchangés en tout temps. Ce qui est nouveau, c’est la captation par le chef des biens de toute la collectivité pour son profit exclusif et ses clans familiaux en laissant sombrer dans la misère le reste de la population.

Nos indépendances n’ont pas été accordées brutalement, dès 1946,il y a eu une sorte de période d’apprentissage à la démocratie occidentale dans tous les territoires africains sous domination française. Le multipartisme politique et syndicale fut instauré. Des élections législatives eurent lieu en 1946 et pour la première fois des députés africains ont siégé à l’Assemblée Nationale française pour représenter leurs territoires. Enfin, la loi 56-619 du 23 juin 1956, dite loi-cadre Deffere est adoptée  sur l’initiative de Gaston Defferre ministre des Territoires d;outre-mer et maire de Marseille et de Felix Houphouët-Boigny ministre d’Etat délégué à la présidence du Conseil et maire d’Abidjan. Elle instaure le suffrage universel directe et le collège unique. Elle établit dans tous les territoires, des Conseils de gouvernement qui bénéficient d’une large compétence sur toutes les questions d’intérêt local, il s’agit donc d’une large autonomie.

A l’indépendance, ce sont des dirigeants qui avaient siégé au Palais-Bourbon à Paris, dirigés des gouvernements locaux qui ont pris les reines du pouvoir dans leurs pays respectifs. A qui la faute s’ils ont tracé une autre direction à leurs pays en s’éloignant des valeurs démocratiques, en instaurant des pouvoirs autoritaires? Ce sont eux qui ont mis fin brutalement à l’expérience démocratique dans leur pays. Les partis, les syndicats, les journaux sont devenus uniques, tous étant au service exclusif d’un leader unique aux pouvoirs absolus.

A partir de 1990, un  vent de changement souffle de nouveau en Afrique, partout les jeunesses africaines réclament la démocratie et la fin des partis uniques. Alpha Condé fait partie de cette génération de leaders politiques africains qui seront les porte-parole de cette puissante lame de fond qui porte des revendications pour le changement démocratique. De 1990 à 2010, la jeunesse guinéenne a payé un lourd tribut pour la conquête de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays. Il y a eu beaucoup de morts et des vies humaines brisées pour cet idéal démocratique. Un seul mot suffit pour Alpha Condé : IMPOSTURE. Et c’est notre soeur Doussou Condé, dont la légitimité dans le combat durant cette période héroïque ne souffre d’aucun doute, qui a su si bien exprimé la trahison d’Alpha Condé qui prétend avoir combattu 50 ans pour nos libertés, la démocratie et l’Etat de droit. Pour masquer cette forfaiture politique, il a introduit le virus ethnique dans la lutte politique. Nous avons combattu le général Lansana Conté parce qu’il a ressuscité le Parti-Etat et pour son autoritarisme et sa mal gouvernance, c’est ce qui faisait l’unanimité au sein de l’opposition de l’époque et même ses partisans ne doutaient pas que c’était bien le sens de notre combat et non pour des raisons bassement ethniques. Depuis le deuxième tour de l’élection présidentielle de 2010, Alpha Condé a fait voler en éclat ce consensus en menant une agressive campagne ethnique et depuis qu’il est au pouvoir, il poursuit cette voie dangereuse qui est une menace pour notre vivre ensemble, pour l’unité nationale.

Maintenant, nous sommes dans un tournant décisif de notre histoire. Nous devons tous nous retrouver pour nous mettre d’accord sur la place à donner à cette valeur cardinale défendue jadis par nos anciens : le respect de la parole donnée. Les responsables politiques des partis, les responsables des institutions républicaines, les chefs des forces de défense et de sécurité, les chefs religieux, les responsables de la société civile, en fait, toutes les composantes politique et sociale de notre société doivent se prononcer sur la nécessité vitale de respecter la Loi suprême de notre Etat. Nous ne pouvons pas construire un Etat, ni parvenir à éradiquer la pauvreté et assurer la prospérité dans notre pays en ne respectant pas notre Constitution. Aucune société humaine ne peut s’épanouir, se développer, vivre dans la cohésion et en sécurité tout en violant ses propres lois.

Nous sommes 12 millions de Guinéens sur un territoire de 245.857 km2 et au moins 5 millions qui vivent à l’étranger (ceux qui ont fuit la misère et les violences politiques). Avec la montée des populismes, la stigmatisation des immigrés partout dans le monde y compris donc en Afrique, nous n’avons que la Guinée qui nous reste, c’est la terre de nos ancêtres. Il faut impérativement que les lois soient respectées dans notre pays et que ses dirigeants s’acquittent honorablement de leurs responsabilités. On tourne, tourne, tourne, mais on se retrouvera toujours devant le sacro-saint “respect de la parole donnée” par celui d’entre nous qui aurait à prêter serment devant le peuple de Guinée et sur son honneur de respecter et faire respecter la Constitution.

Des voix autorisées disent avec insistance que le 21 ème siècle sera africain, mais à condition que les dirigeants africains respectent l’Etat de droit qui peut garantir le respect des contrats. Les investisseurs ont horreur des incertitudes quant à l’applicabilité des lois et donc de la garantie d’une justice indépendante et impartiale. Il n’y a ni miracle, ni fatalisme, mais des règles universelles à respecter pour tous ceux qui veulent développer leur pays. Partout où le mérite est un délit, la médiocrité la norme et les lois sont bafouées, il n’y aura que la misère et la violence. Des pays qui étaient pauvres, sans ressources naturelles comme la Corée du sud et Singapour, mais à force de travail et de respect stricte de leurs lois se sont hissés au rang  des pays industrialisés. Dans ces deux pays, les meilleurs sont recrutés par l’administration, la méritocratie est une règle d’or dans tous les secteurs d’activité. Leurs leaders sont des exemples pour l’ensemble de la société. C’est cette rigueur qui manque à l’Afrique où les solidarités ethniques prennent le dessus sur toutes les valeurs qui ont permis aux pays occidentaux et maintenant les pays émergents asiatiques d’atteindre un niveau de développement élevé.

Nous avons le choix de vivre dans la pauvreté ou la prospérité. La pauvreté, c’est la loi de la jungle, le règne des médiocres et la prospérité, c’est le règne du droit. Nous avons un choix de société à faire. Qu’on ne nous divertisse pas, la question centrale, l’enjeu majeur pour notre pays se résume au strict respect de la Constitution qui est notre Loi suprême. Celui qui sait qu’il ne pourra pas la respecter et la faire respecter, qu’il s’abstienne de vouloir être président. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation intenable où Alpha Condé a fini de domestiquer toutes les institutions  républicaines du pays, y compris l’armée. Il détient un pouvoir absolu qu’il exerce selon son bon plaisir, c’est un pouvoir hors-la loi. Qui pour lui faire entendre raison? Nous sommes une partie intégrante de l’histoire humaine qui nous enseigne que la liberté ne se donne pas, mais elle s’arrache. Face à l’irresponsabilité de toutes les institutions de la République, il ne nous reste plus que l’article 21 alinéa 4 de notre Constitution qui dispose : Le peuple de Guinée a le droit de résister à l’oppression.

C’est notre droit, maintenant libre à nous de l’exercer ou pas. Ce qui est certain, nous sommes responsables de notre condition de servitude ou de liberté.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Afrique cherche démocratie désespérément ! ( par Tierno Monénembo)

Published

on

Votre publicité ici

Rien ne dit qu'un nouveau Rawlings surgira bientôt des brumes pour nous consoler de celui qui vient de nous quitter tant l'ambiance est morose. Aucune lueur d'espoir, aucun messie en vue ! Nos économies sont à bout de souffle. Le drame de l'émigration s'aggrave. Messire Coronavirus redouble de férocité. L'horizon politique nous casse le moral.

Dans les années 1990, l'alternance au pouvoir nous semblait à portée de main. 2021 a définitivement balayé cette belle illusion. En proie au prurit du énième mandat, nos démocraties succombent une à une et il serait naïf de croire que la maladie s'arrêtera d'elle-même avant peu.

Revoir notre manière de penser…

Les tripatouillages institutionnels, les réélections à marche forcée nous renvoient des signaux inquiétants. Nous sommes obligés de tout revoir, à commencer par notre manière de penser. Et si l'on admettait enfin que ce ne sont pas nos sociétés qui sont archaïques, mais nos élites ? Qui donc nous a infligé le spectaculaire recul démocratique que nous venons de vivre ? Ni les ploucs du village ni les pauvres hères des bidonvilles, mais de grands intellectuels bien au fait et des difficultés de l'Afrique et des enjeux du monde moderne. Ces grosses têtes surdiplômées qui ont passé le plus clair de leur temps dans les salons de Paris et de New York savent pourtant que la démocratie, je veux dire l'alternance légale et régulière au pouvoir, n'est pas, compte tenu du passé, un luxe, mais une nécessité vitale pour l'Afrique. Ces messieurs savent que notre continent n'a qu'un seul et unique problème : le pouvoir personnel qui, presque toujours, devient clanique et illimité.

En entrouvrant la lucarne de la démocratie, les conférences nationales des années 1990 avaient compris qu'elles devaient poser un verrou pour nous prémunir des phobies du passé : la limitation du nombre de mandats. Ce verrou vient de sauter. Ceux qui en sont les auteurs par simple ambition personnelle prennent devant leurs concitoyens et devant l'histoire une lourde responsabilité. Ils donnent aux vieux dinosaures un alibi de taille et aux tout nouveaux présidents un très mauvais exemple à suivre.

… pour sortir du cauchemar des mandats à répétition

En attendant, le rêve est brisé, bel et bien brisé. Pour longtemps, la fête a pris la couleur du deuil et le banquet démocratique, le goût du ricin. Le coup est dur, mais le combat doit continuer. Seulement, on ne pourra avancer en fermant les yeux comme s'il ne s'était rien passé à Abidjan fin 2020 ou à Dakar récemment, en mars.

Nous devons marquer le coup parce que notre vie politique doit impérativement s'ouvrir aux bonnes mœurs en renouant avec le sacré. Nous devons marquer le coup parce qu'il est inadmissible que ce soit la fine fleur de notre intelligentsia qui nous replonge dans la nuit noire du parti unique, fût-il perceptible ou masqué, avec son interminable cortège de répression, de ségrégation ethnique et de stagnation économique et sociale.

Consolons-nous en nous disant qu'Alpha Condé et Alassane Ouattara ne sont pas des dieux. Ce sont de simples humanoïdes que d'aucuns imitent, mais que d'autres n'imitent pas. C'est le cas du président Ould Abdel Aziz de Mauritanie qui subit en ce moment un harcèlement qui risque de décourager ceux qui, à son exemple, voudraient partir à temps, et celui du président Issoufou du Niger qui a parfaitement réussi sa sortie, une sortie d'artiste, une sortie de haut vol telle qu'on le rêve en Guinée, en Guinée équatoriale, au Congo, au Cameroun, au Gabon et ailleurs.

Tierno Monénembo, in Le Point

 

Continue Reading

A LA UNE

Affaire Amadou Diouldé: Journalistes, mobilisons-nous au nom de la liberté de la presse ! (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

En juin 2010, la Guinée a adopté la loi L002 qui dépénalise les délits de presse. L’objectif est d’éviter qu’un citoyen soit arrêté et détenu pour un délit commis par voie de presse.

Avec cette loi, la Guinée a fait des avancées significatives en matière de liberté d’expression jusqu’à maintenant malgré les différentes tentatives par les magistrats de la contourner pour faire arrêter des journalistes afin de les intimider et les pousser à l’autocensure qui est pire que la censure elle-même. Comme en témoignent les nombreux harcèlements dont sont l’objet les journalistes ces dernières années.

Quelques cas illustratifs

Suite à une plainte pour diffamation de Mamadi Touré, ministre d’alors des Affaires étrangères, le journaliste Lansana Camara, administrateur du site Conakrylive est arrêté et placé en garde à vue, le 26 mars 2019.

Il avait passé une semaine à la Maison centrale de Conakry avant d’être libéré le 2 avril quelques heures après une manifestation organisée par les journalistes.

Le 19 août 2019, Aboubakr et Azoka Bah, animateurs de l’émission « Œil de Lynx » de la radio Lynx FM ont été poursuivis pour « complicité de production, de diffusion et de mise à la disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre ou la sécurité publique» sur la base de la loi sur la Cyber-securité en lieu et place de celle sur la liberté de la presse.

En guise de confraternité et de solidarité, les organisations professionnelles de presse (URTELGUI, AGUIPEL, APAC, REMIGUI, UPLG, AGEPI, UFSIG, SPPG, AJPRG et l’UPF-Guinée) avaient décidé de l’organisation d’un sit-in le lundi 26 août 2019 devant la HAC et une synergie des radios, le 29 du même mois.

A la suite d’une condamnation en sursis de 3 journalistes de la radio Nostalgie FM, les associations faîtières ont constitué une commission qui a rencontré le ministre de la Justice pour lui demander d’intervenir pour faire annuler le verdict du tribunal de Kaloum sur la base du Code pénal en lieu et place de la L002.

Tout récemment, suite à une plainte pour diffamation du ministre Bantama Sow, le journaliste Habib Marouane de Nostalgie FM et du site Lerevelateur224.com a failli, lui aussi, être mis sous mandat de dépôt n’eut été la solidarité de ses confrères à travers une forte mobilisation à la DPJ étant donné qu’il était poursuivi sur la base de la Loi sur la Cyber-sécurité.

Ces cas ci-dessus pourraient expliquer, en partie, la dégringolade de la Guinée dans le classement des Reporters sans frontières (RSF) avec 24 points perdus en 7 ans (86e en 2013 et 110e en 2020).

Par le passé, la confraternité n’a jamais manqué à l’égard des journalistes qui ont eu des ennuis judiciaires. Force est de constater que la solidarité que nous confère la Charte d’éthique mondiale des journalistes ne s’est pas encore exprimée à l’égard du journaliste et historien Amadou Diouldé Diallo. Aucune réaction de dénonciation des associations de presse guinéenne en dehors de l’AGEPI. Plutôt, elles se sont muées en silence. Faut-il avouer que cela constitue un précédent dangereux pour la liberté d’expression en Guinée.

Arrêté le 27 février 2021, sans convocation préalable, le journaliste et historien Amadou Diouldé Diallo a été inculpé, le 1er mars pour «offense au chef de l’Etat et diffamation » et placé sous mandat de dépôt. Il est, depuis cette date, détenu à la Maison centrale de Conakry.

L’article 10 de la Constitution dispose que « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression ». La Loi L002 portant sur la liberté de la presse a dépénalisé les délits de presse en Guinée.

Toutefois, afin de contourner l’application stricte de la loi, la justice guinéenne a décidé de mettre M. Diallo en détention préventive pour une période que nous ne saurions dire.

A supposer que M. Diallo soit reconnu coupable, il ne pourrait être condamné qu’au paiement d’une amende allant de 1 à 5 millions Gnf, selon l’article 105 de la loi sur la liberté de la presse en Guinée.

Journalistes, notre silence nous culpabilise. Mieux vaut tard que jamais. Levons-nous et défendons le principe qui dépénalise les délits de presse en Guinée! Refusons de nous rendre coupables, complices ou complaisants de la violation de la liberté de la presse. Dénonçons l’injustice dont est victime le journaliste Amadou Diouldé Diallo.

Faisons valoir nos droits. Faisons valoir la confraternité. Dénonçons la détention illégale de notre confrère depuis 38 jours à la Maison centrale de Conakry.

Face à l’injustice, le silence est coupable. Il serait dommage pour les journalistes que nous sommes de ne pas dénoncer la détention illégale de notre confrère. Brisons donc le silence, crions notre colère et exigeons que M. Diallo soit libéré. Nous ne saurons cautionner le musellement de la presse en Guinée.

Aujourd’hui, c’est Amadou Diouldé Diallo. Demain ce sera le tour de qui ? Pourquoi donc ne pas se lever dès maintenant ? Notre avenir en tant que journalistes en dépend.

A l’issue des différentes rencontres, les associations faitières de la presse ont promis de s’impliquer pour obtenir la libération de Amadou Diouldé Diallo. L’heure est donc venue de réagir, ne serait-ce qu’à travers une déclaration pour dénoncer la violation de la L002.

Le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Il faut libérer nos langues (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

Tous les pays d’Europe même les plus petits étudient dans leurs propres langues nationales. Il y en a même qui utilisent plus d’une langue nationale pour accommoder la diversité de leurs populations (la Suisse et le Luxembourg par exemple).

Au Luxembourg, l’un des plus petits pays d’Europe, l’enseignement au niveau pré-universitaire est dispensé dans quatre langues (français, allemand, anglais et luxembourgeois). D’ailleurs, pour y obtenir son diplôme de fin d’études secondaires, il faut avoir la maîtrise des trois langues nationales (français, allemand et luxembourgeois). Quelque chose qu’on pourrait bien envisager comme politique en Guinée.

Même les pays nouvellement indépendants de l’ancienne URSS (Union des Républiques Socialistes et Soviétiques), après des décennies passées sous domination russe et une éducation qui était basée sur la langue Russe, sont revenus à partir de 1991 à leurs propres langues nationales. Certains en plus de revenir à leurs propres langues, ont parfois abandonné l’alphabet cyrillique russe pour adopter leurs propres alphabets comme ce fut le cas de l’Arménie.

Dans les pays de l’Asie, il en fut de même. Chaque pays étudie et communique dans une ou plusieurs des langues du terroir. Pourtant ces pays ont subi la domination européenne pendant des siècles. Certains de ces pays comme la Corée, l’Indonésie ou le Vietnam furent même obligés de recourir aux luttes armées faisant parfois des millions de morts pour se libérer de l’emprise européenne.

Ce n’est qu’en Afrique Noire surtout francophone, où l’indépendance n’a été qu’une formalité, avec des leaders en manque de courage et de vision, que le choix absurde a été fait de continuer avec les langues coloniales. C’est pourquoi, cette indépendance n’a été qu’une formalité car jusqu’à présent, le système qui avait été mis en place par le colon pour entretenir l’entreprise coloniale persiste et prospère au détriment des populations Africaines. Nos intellectuels dont les cerveaux ont été formatés pour servir et maintenir ce système n’accordent aucun intérêt sérieux à nos langues et à nos cultures. Il est même ironique et pitoyable de constater que les quelques rares politiques de promotion de nos langues soient souvent initiées ou financées par les pays ou les institutions de l’Europe.

Y a-t-il une radio ou télévision panafricaine qui diffuse dans les langues africaines ? Y a-t-il d’organisations africaines où les débats sont faits en langues africaines ?

Cet attachement aux langues européennes ne nous a donné aucun avantage par rapport aux pays de l’Asie. Ce n’est pas parce que le Liberia étudie en anglais américain que le pays soit aussi développé que les États-Unis ou qu’il dépasse le Taïwan. Par ailleurs, on nous apprend souvent qu’à l’indépendance, la Côte d’Ivoire avait le même niveau de développement que la Corée du Sud.

Pourtant, aujourd’hui la Corée qui étudie dans sa propre langue avec sa propre écriture a une économie qui vaut presque 30 fois celle de la Côte d’Ivoire. Le PIB de la Corée du Sud était de $1650 milliards en 2019 contre seulement $58,5 milliards pour la Côte d’Ivoire. D’ailleurs l’économie sud-coréenne dépasse de loin celle de tous les pays de l’Afrique de l’ouest réunis, alors que nos pays sont plus riches en ressources naturelles (pétrole, or, diamant, uranium, etc.) avec un climat plus clément et un environnement plus propice à l’agriculture. Si le français était un avantage et le Franc CFA un atout, comment est-ce possible qu’après quelques années seulement, la Côte d’Ivoire se fasse dépasser par la Corée avec un tel écart ?

Pourtant l’argument avancé “ad nauseam” par nos “intellectuels” est que nos langues et nos écritures ne serviront qu’à nous mettre en retard ou à nous ramener en arrière comme si nos pays avaient déjà fait des avancées significatives. Alors, si tel est le cas pourquoi après plus de 120 ans avec les langues et les alphabets européens, nous sommes toujours plus pauvres tandis que certains pays d’Asie qui ont fait le choix de développer leurs propres langues et leurs écritures souvent plus complexes que les nôtres, dépassent même certains pays européens et sont incomparables aux pays africains ?

Le plus grand obstacle au progrès de l’Afrique, ce sont ces intellectuels africains qui manquent de courage et de pragmatisme. Ils ont fait le choix illogique de nous maintenir dans cette dépendance linguistique simplement par manque de courage et pour préserver leur pouvoir et leurs avantages. Sinon il n’y a rien qui puisse justifier qu’un enfant se fasse scolariser dans une langue qui lui est complètement étrangère, et qu’il passe les douze années qui vont suivre à apprendre cette langue pour qu’enfin il puisse avoir quelques notions de base en science. Pendant ce temps, durant ces douze années, le petit écolier européen ou asiatique qui aurait été scolarisé au même moment dans sa langue serait en train de maîtriser les notions scientifiques et les outils techniques pour dompter son environnement, créer ou innover dans la société.

Il n’y a rien de mal à étudier les langues étrangères car elles peuvent bien nous ouvrir au monde. Néanmoins, il y a une grande différence entre étudier une langue étrangère comme matière et étudier dans une langue étrangère pour accéder aux notions scientifiques de base. Il faudrait que nos dirigeants et nos intellectuels arrêtent de ne penser qu’au présent au détriment du futur. Ils ne devraient pas faire de leur personne et de leurs intérêts personnels leur point de référence pour l’élaboration des politiques publiques. Ils devraient plutôt tenir compte des conditions et des besoins des populations qu’ils sont sensés servir.

Si à l’indépendance et même de nos jours, nos dirigeants avaient fait le choix courageux, on en serait pas là aujourd’hui. Malheureusement, lorsqu’on a été pendant longtemps dominé, déshumanisé et soumis, on a parfois peur de se libérer. C’est cette peur qui avait poussé certains de nos intellectuels à choisir la communauté française proposée par De Gaulle en 1958. C’est cette même peur qui fait que jusqu’à ce jour après 60 années « d’indépendance » nous avons peur d’assumer notre indépendance.

Si nous avons proclamé notre indépendance, nous devons l’assumer dans les faits. Nous devons embrasser notre Liberté et se défaire de toute forme d’oppression interne ou externe.  L’avenir de l’Afrique n’est ni en Occident ni en Orient et certainement pas dans les mains des despotes et autres dictateurs qui se croient indispensables alors qu’ils nous humilient et continuent le pillage économique et culturel de notre continent.

Adopter les systèmes hérités de la colonisation et les échecs qui en ont suivis ont prouvé qu’il n’y a absolument pas de raccourci qui mène au succès.

La question est simple et la réponse est aussi simple : Qu’est-ce qui est plus facile ? Apprendre à un enfant à lire et à écrire dans une langue qu’il parle déjà, ou bien lui apprendre à lire, à écrire et à parler dans une langue qu’il ne connait pas ? Le choix est simple, il suffit juste d’avoir le courage.

Abdoulaye J Barry

Portland, OR USA

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance