Connect with us

A LA UNE

Guinée : le FNDC appelle la communauté internationale à sévir contre les promoteurs de nouvelle Constitution

Published

on

Votre publicité ici

Le front national pour la défense de la Constitution ne décolère pas quant à sa volonté d’empêcher l’adoption d’une nouvelle Constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Alors que le chef de l’Etat a décidé de coupler les législatives prévues le 01 mars au référendum constitutionnel, le FNDC a invité la communauté internationale à prendre des mesures vigoureuses tant au niveau individuel que collectif contre tous ceux qui, par leurs propos ou par leurs actions, soutiennent ‘’ce projet dangereux pour la Guinée et la sous-région’’. Il a aussi appelé les guinéens à rester mobilisé et à suivre les orientations qui seront annoncées dans ses prochains communiqués à la fin de la trêve demandée par les religieux.

Lisez le communiqué :

La Guinée a suscité beaucoup d’espoir en 2010 lorsqu’elle s’est dotée d’une Constitution de sortie de crise qui lui a permis de porter à la magistrature suprême l’actuel Président de la République après plusieurs années d’errance politique.

Ce retour à l’ordre constitutionnel a été rendu possible grâce à la mobilisation de la communauté internationale au lendemain des dramatiques événements du 28 septembre 2009 perpétrés par la junte au pouvoir depuis 2008.

Réélu en 2015 et après avoir prêté solennellement serment par deux fois sur la Constitution de mai 2010 en jurant de la respecter et de la faire respecter, le Président de la République s’évertue à remettre en cause les principes de l’État de droit acquis au prix de lourds sacrifices par le Peuple de Guinée.

En effet, à quelques mois de la fin de son deuxième et dernier mandat, M. Alpha Condé veut engager notre pays dans un référendum inopportun dont l’unique but est de se maintenir au pouvoir au détriment de la volonté du peuple et en violation des lois de la République.

Selon l’institut de sondage Afro-baromètre, l’écrasante majorité de la population guinéenne (82%) est favorable à la limitation des mandats présidentiels. Les grandioses mobilisations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) qui s’oppose catégoriquement au projet de troisième mandat constituent une preuve éloquente.

Ces actions pacifiques d’envergure du FNDC déclenchées à partir du 14 octobre 2019 ont toutes été sauvagement réprimées dans le sang et à travers des actes d’humiliation dont se sont rendues coupables les forces de défense et de sécurité à la solde de M. Alpha Condé. A ce jour, on dénombre 37 guinéens tués (dont 35 par balles), plus de 70 personnes gravement blessées (dont 30 par balles), des centaines d’arrestations arbitraires, de persécutions ainsi que des dégâts matériels considérables.

Plusieurs autres scènes d’exactions, de crimes et d’humiliations filmées par des témoins ont choqué le monde entier. Certaines de ces vidéos montrent des services de sécurité en train d’incendier des marchés ou d’utiliser une femme comme bouclier humain.

Malgré ce bilan macabre, le 19 décembre 2019, M. Alpha Condé est sorti au grand jour pour officialiser sa volonté de changer la Constitution en vigueur sans aucune raison valable si ce n’est son ambition de faire sauter le verrou constitutionnel qui l’empêche de briguer un mandat supplémentaire.

En dépit de toutes les mises en garde sur les risques d’embrasement et de déstabilisation de la Guinée et de l’ensemble de la sous-région ouest-africaine sous l’emprise du terrorisme, le Président Alpha Condé et le clan mafieux qui l’entoure ont décidé de passer par d’hypothétiques élections législatives pour proposer un projet référendaire anticonstitutionnel.

Pour réussir leur passage en force, les promoteurs du troisième mandat ont concocté un fichier électoral corrompu contenant plusieurs doublons et de nombreux mineurs, en violation des dispositions pertinentes de la loi électorale.

Ces élections législatives rejetées par les principales formations politiques de l’opposition ont initialement été prévues le 28 décembre 2019, puis reportées au 16 février 2020 avant d’être fixées au 1er mars 2020. Tout cela, pour faciliter le couplage de ces élections avec le référendum.

Cette prétendue constitution très délétère rédigée pour satisfaire les ambitions égoïstes d’une infime minorité expose toute la Guinée à une implosion sociopolitique de plus en plus imminente au regard de la dégradation continue des conditions de vie des citoyens, la montée des discours de haine, des assassinats ciblés, des frustrations sociales de toutes sortes et des exactions sur des paisibles citoyens soupçonnés d’être des militants du FNDC.

C’est dans le souci de prévenir urgemment les graves conséquences que pourrait engendrer l’obstination de M. Alpha Condé qui veut se maintenir illégalement au pouvoir, que le FNDC se fait le devoir pressant de relayer les aspirations et l’appel du peuple de Guinée auprès de la communauté internationale en vue d’actions concrètes pour prévenir une guerre civile en Guinée.

Dans cet esprit, le FNDC appelle la communauté internationale à prendre des mesures vigoureuses tant au niveau individuel que collectif contre tous ceux qui, par leurs propos ou par leurs actions, soutiennent ce projet dangereux pour la Guinée et la sous-région.

Il y va de la préservation des acquis démocratiques ainsi que la sécurité et la stabilité de notre sous-région.

Le peuple de Guinée est invité à rester mobilisé et à suivre les orientations qui seront annoncées dans les prochains communiqués à la fin de la trêve demandée par les religieux.

Ensemble Unis et Solidaires, Nous vaincrons !

Conakry, le 06 février 2020

La coordination nationale du FNDC

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Bakary Keita au maire de Ratoma : « vos actions sont pour quelque chose dans le suicide de Souleymane »

Published

on

Votre publicité ici

Le mort de Souleymane Diallo, universitaire et administrateur du marché de Taouyah, dont le corps a été retrouvé suspendu dans un arbre dans  la matinée de ce 22 octobre, à son domicile à Koloma, laisse ses proches dans l’émoi. Mais au-delà- de l’émotion certains comme Mohamed Bakary Keita, secrétaire national de la jeunesse de l'UFDG, pense que ses relations « inamicales » entre le maire de Ratoma Issa Soumah, et lui serait l’une des raisons de son acte. « Sans nul doute, vos actions néfastes sont pour quelque chose dans le suicide de Souleymane », écrit M. Keita dans une lettre ouverte. Lettre dans laquelle il décrit le maire comme quelqu’un de méprisant vis à vis de ses collaborateurs et des citoyens de la commune qui l’ont pourtant porté à la tête de Ratoma.   

Lisez :  

Lettre ouverte à Monsieur Issa Soumah, Maire de la commune de Ratoma

Si j'ai pris le soin de vous adresser cette lettre ouverte, c'est que je le fais en tant que citoyen guinéen. Je ne m'adresse pas à vous en qualité de secrétaire national de la jeunesse de l'UFDG; au sein du parti, il existe des canaux de communication. Comme je ne parle d'un sujet  afférent au parti, alors je vous interpelle. Je pourrais faire allusion à ce que nous avons en commun, le parti et ses valeurs , mais ces évocations ne servent qu'à vous rappeler ce que vous savez du sujet que j'aborde et  que vous pourriez avoir sur votre conscience.

Monsieur le Maire,  un de vos collaborateurs, Monsieur  Souleymane Diallo, nommé par vous-même comme administrateur du marché de Taouyah s'est donné la mort par pendaison.  Il était membre du parti, le même que vous : l'UFDG. Il fut un des membres du comité de soutien à votre élection à l'exécutif communal de Ratoma. Il  était chargé de cours dans les universités privées. Il était d'un engagement sans faille quand il s'agissait de défendre les valeurs du parti.  Alors, il ne se demandait pas s'il y avait à gagner pour son compte dès lors  que les  intérêts du parti étaient en jeu.  Il était l'un des huit jeunes du parti qui avaient été arrêtés devant le Ministère de l'administration du territoire et de la décentralisation alors qu'ils protestaient contre l'annulation de la victoire de M. Kalemodou Yansané à l'éxecutif  communal de Matoto par M. Bourema Condé.  Alors que 500 jeunes du parti avaient été annoncés à cette manifestation  pacifique, seulement 39 avaient répondu à l'appel. Souleymane Diallo était  dans les premières lignes. Il y fut arrêté avec moi et mis en prison de nombreuses semaines.

Monsieur le Maire,

Après que vous l'avez nommé administrateur du marché de Taouyah, vous l'avez dépouillé de toutes ses prérogatives au profit de vos amis. Il était réduit à néant et vivait un grand désespoir qu'il a tu et qui s'est exprimé par le drame affreux qui en a résulté.

Monsieur le Maire, derrière le suicide, se cache un message, celui de la préférence de la mort souvent violente et imminente à sa condition. Quel triste message ! Les raisons d'un tel choix doivent être  identifiées, compris pour qu'il ne se perpétue pas. Le suicide n'est pas un acte anodin.

Monsieur le Maire, un collaborateur dont les prérogatives ne valent rien que le titre, qui n'a pas accès à celui qui le nomme, qui n'est pas écouté par ses collaborateurs, qui se sent méprisé et inutile vit un calvaire qu'il finit par gravir.

Sans nul doute, vos actions néfastes sont pour quelque chose dans le suicide de Souleymane.  Quelles que fussent les raisons pour lesquelles  il s'est donné la mort, le Maire que vous êtes aurait dû se rendre dans sa famille pour lui exprimer votre compassion. Il fut votre collaborateur, un de vos  grands soutiens,  un membre de votre parti politique,  un citoyen de votre commune. En vous refusant  toute présence dans sa famille pour y présenter vos condoléances, vous montrez le mépris que vous n'avez cessé d'avoir à son égard.  Ce ne serait pas trop si je vous dis que vous méprisez la jeunesse de l'UFDG et celle de la commune que vous dirigez. Nul  besoin de vous rappeler que Souleymane Diallo était aussi un membre actif du CNJ-UFDG, du bureau fédéral de Ratoma 1 et un citoyen respecté de Ratoma pour son éducation. Au-delà de sa personne, il faudra admettre que vous méprisez les jeunes et êtes indifférent à ce qui les touche et insensible à l'épreuve qui frappe vos collaborateurs. Votre acte est inhumain et montre que vous n'êtes pas attentif aux cris de cœur de ceux placés sous votre administration.

Monsieur le Maire,

Comment avez-vous pu ne pas être affecté par ce drame ? Comment avez-vous pu être insensible à la mort tragique de Souleymane que vous connaissez bien et qui vous a toujours renouvelé son soutien ?

J'espère que l'UFDG en tirera toutes les conséquences. Il est évident qu'il existe un fossé entre vous et les citoyens de votre commune. Pour la prochaine élection communale, il serait souhaitable de ne plus préférer Monsieur Issa Soumah aux jeunes du parti de Ratoma dont les compétences, valeurs humaines sont indéniables et surpassent celles du présent Maire. Comme il est méprisant vis-à-vis de la jeunesse du parti, insensible à ses peines, alors nous lui rendrons la pièce de sa monnaie.

Si je me suis résolu à rédiger cette lettre ouverte, c'est que je veux rester fidèle aux valeurs pour la défense desquelles je me suis engagé en politique. Si j'ai choisi de m'engager auprès du Président Cellou Dalein Diallo et que je me bats pour qu'il soit Président de la Guinée, c'est que j'ai la ferme conviction qu'il sera le Président de la réconciliation nationale,  du décollage  économique de notre pays, de la justice et surtout de la défense humaine. J'ai toujours trouvé en lui un homme plein d'humanité et de compassion envers tous, même ceux qui le combattent injustement. Quand un de ceux à qui il a placé sa confiance et que nous avons défendu la candidature manque d'humanité envers un des jeunes du parti, un de ses collaborateurs, membre de la structure juvénile du parti, alors  un sentiment d'indignation m'envahit. C'est celui-là que j'ai bien voulu exprimer dans cette lettre ouverte  qui est une invite à la compassion, à la gratitude et aussi à l'humanité autant de valeurs qu'enseignent le Président Cellou Dalein Diallo.

Mohamed Bakary Keita

Citoyen et ami de notre regretté Souleymane Diallo.

Continue Reading

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Pita : manque criard d’enseignants au collège de Niguelandé

Published

on

Votre publicité ici

Alors que les élèves ont repris le chemin de l’école ce jeudi 21 octobre 21, l’unique collège de la sous-préfecture de Ninguelandé, dans la préfecture de Pita, est confronté à un manque criard d’enseignants.

Aujourd’hui,  de la 7eme à la 10e année, l’établissement n’a que quatre professeurs, déplore le principal du collège, qui ne mâche pas son inquiétude.

Face à cette situation, Ibrahima Foyé Diallo tente désespérément de trouver des contractuels pour assurer la survie de l’école. En attendant que les autorités de l’éducation guinéenne fournissent d’autres enseignants à l’établissement, il lance un appel à l’aide aux ressortissants de la sous-préfecture de Ninguelandé.

Il faut agir vite, lance un habitant de la localité, sinon l’unique collège de Ninguelandé risque de fermer ses portes, faute d'enseignants,  alerte-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance