Connect with us

A LA UNE

Guinée-Bissau: Cipriano Cassama, président par intérim, renonce à son poste

Publié

le

Votre publicité ici

En Guinée-Bissau, pays en pleine crise post-électorale, le président de l’Assemblée nationale, Cipriano Cassama, investi président par intérim vendredi soir, a annoncé à la mi-journée de ce dimanche 1er mars qu’il renonçait à son poste.

Lors d’une brève déclaration depuis son domicile de Bissau surveillé par des soldats de l’Ecomib, la force de la Cédéao, et des militaires, Cipriano Cassama explique être « menacé ». Il affirme que samedi soir, des militaires sont venus chercher sa garde personnelle. Il met donc en avant des raisons de sécurité pour lui et sa famille.

Il dit aussi vouloir éviter une « confrontation, dans l’intérêt de la nation et de la population » et dénonce l’occupation de l’Assemblée nationale populaire par les forces armées.

Cipriano Cassama a été investi, vendredi soir, à l’Assemblée, par 52 députés, essentiellement du PAIGC. Avant sa déclaration, nous avons vu Teodora Gomes, membre du bureau politique du parti historique, lui demander de ne pas renoncer et de ne pas faire cette annonce, mais il a donc renoncé.

Compte tenu des menaces de mort à ma personne, à mes gardes du corps, je ne suis pas en sécurité. J’ai décidé de prendre cette décision pour éviter la confrontation entre les forces de l’autre côté et les forces qui me gardent et aussi pour éviter une guerre, je ne sais si je peux l’appeler civile, un bain de sang.

Nous sommes ainsi en présence d’un nouveau coup de théâtre dans cette crise post-électorale alors que le contentieux n’est toujours pas tranché entre les deux finalistes de la présidentielle, Umaro Sissoco Embalo et son rival, Domingos Simões Pereira.

Cipriano Cassama précise qu’il reste président du Parlement.

Aristides Gomes dénonce lui aussi des menaces

Le Premier ministre bissau-guinéen Aristides Gomes, qui a été démis des ses fonctions vendredi par Umaro Sissoco Embalo, a également dénoncé dans  une interview à RFI ce dimanche des menaces, notamment à son encontre. Il évoque«  des informations qui font état de plans pour l'élimination physique de certains responsables », dont lui-même en tant que Premier ministre.

À la question « êtes-vous toujours le Premier ministre de Guinée-Bissau aujourd'hui ? », Aristides Gomes répond: « Si vous vous en tenez aux règles constitutionnelles. Mais quand on tient compte de l’occupation de la Cour suprême, du ministère de l’Intérieur, de la Primature, si vous vous engagez pur et simplement dans la voie de la violence telle qu’on le constate, je ne suis pas Premier ministre parce que je n’ai pas les moyens de l’exercer ».

Oui je suis menacé. Pas plus [tard, ndlr] qu’aujourd’hui, il y a eu une irruption de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur qui sont venus – donc des paramilitaires et des militaires – qui sont venus récupérer soi-disant des véhicules de l’État. Donc, c’est un très mauvais signe. D’autant plus que les agissements de ce matin s’accompagnent par des informations qui font état de plans pour l’élimination physique de certains responsables, notamment de moi, en tant que Premier ministre...

Comment en est-on arrivé là ?

C’est après la cérémonie d’investiture organisée par Umaro Sissoco Embalo jeudi dernier dans un hôtel de Bissau que les choses se sont accélérées. Celui qui se présente comme « chef de l’État élu » s’est installé au palais présidentiel. Dans la foulée, il a annoncé le limogeage du premier ministre Aristide Gomes, et nommé son allié Nuno Gomes Nabiam, avec le soutien affiché des forces armées. Vendredi soir, les militaires ont pris le contrôle des principales institutions.

Dans le même temps, contre-attaque du camp adverse : les députés PAIGC ont déclaré la « vacance du pouvoir », et investi le président de l’Assemblée Cipriano Cassama comme président par intérim, comme le prévoit la Constitution. Le pays s’est donc retrouvé avec deux présidents et deux Premiers ministres. Jusqu'à ce que Cipriano Cassama jette l’éponge, craignant pour sa sécurité.

Après une présidentielle qui s’était déroulée dans le calme, la Guinée-Bissau se retrouve donc à nouveau dans une impasse, et chaque camp se dit « légitime ». La communauté internationale reste très discrète. Le gouvernement qui devait être formé par Nuno Gomes Nabiam n’a pas été annoncé. Ce lundi matin, les ministères devraient rester vides.

RFI

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Soulay Thiâ’nguel remporte le prix RFI Théâtre 2020

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L'auteur guinéen Souleymane Bah dit  Soulay Thiâ'nguel  vient de remporter  le prix RFI Théâtre 2020.

Il a gagné ce trophée pour sa dernière pièce « La Cargaison » écrite durant le confinement en France en mars dernier.

Une véritable danse macabre dont les personnages sont des morts en mal de sépulture, des corbillards fatigués de faire leur boulot, des balles se plaignant de loger dans des corps, des cimetières las de recevoir des dépouilles.

Source : RFI

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Des toilettes publiques pour Ninguelandé, un projet d’une association locale

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L’Union des Jeunes  de Ninguelandé pour le Développement (UJND) envisage de doter des latrines publiques à cette sous-préfecture située dans la préfecture de Pita, en moyenne Guinée.

Pour venir en aide à la communauté, l’association vient de lancer un projet de construction des latrines publiques dans cette commune rurale d’environ 35.000 habitants.

« La mise en place de ce projet n'est pas des moindres, car il résout un certain problème d'hygiène publique et lutte contre les périls fécaux facteurs de plusieurs parasitologies », a expliqué à notre rédaction, Dr Alpha Oumar Diallo, président de l’UJND.

Le coût de ce projet communautaire est estimé à 50.956.210 GNF, a-t-il précisé.

Pour y parvenir, l’association sensibilise les ressortissants de la sous-préfecture pour collecter l’argent nécessaire.

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : les Etats-Unis, la France et l’UE réclament un procès dans les plus brefs délais

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Malgré l’engagement des autorités guinéennes, la justice se fait toujours attendre, onze ans après le massacre du 28 septembre 2009, au stade du même nom, à Conakry. Face à cette situation qui ronge les familles des victimes et les organisations de défenses de droits de l’homme, les Etats-Unis, la France et l’Union Européenne ont appelé le gouvernement guinéen à  tenir un procès ‘’dans les plus brefs délais’’, dans un communiqué conjoint.

« Nous exhortons le gouvernement guinéen à  tenir un procès dans les plus brefs délais afin que les responsables de ce crime odieux répondent de leurs actes devant un tribunal. Le fait de veiller à ce que le système rende justice à ces victimes ainsi qu’à tous ceux ayant souffert d’autres actes de violences politiques, démontrera l’engagement du gouvernement guinéen à promouvoir la paix, à rejeter toutes les formes de violences et à défendre l’Etat de droit »

Le 28 septembre 2009, peu avant midi, plusieurs centaines d’agents des forces de sécurité ont ouvert le feu sur des dizaines de milliers de personnes rassemblées pacifiquement au stade du 28 septembre, pour protester contre l’intention de Moussa Dadis Camara, alors chef de la junte au pouvoir, de se présenter à l’élection présidentielle, tuant ainsi plus de 150 personnes.

Les forces de sécurité ont également violé des femmes, individuellement ou collectivement, y compris au moyen d’objets tels que des matraques ou des baïonnettes.

Elles se sont ensuite attelées à une opération organisée de dissimulation, dans le but de cacher l’ampleur des tueries, en bouclant tous les accès au stade et aux morgues et en emportant les corps pour les enterrer dans des fosses communes, dont beaucoup doivent encore être identifiées.

L’enquête menée par des juges d’instruction guinéens, ouverte en février 2010 a été  bouclée fin 2017.

En avril 2018, un comité de pilotage chargé d’organiser le procès avait été mis en place par l’ancien ministre de la Justice, Cheick Sako. Ce comité a décidé qu’il se tiendrait à la Cour d’appel de Conakry. Mais, plus de deux ans après la clôture de l’enquête, la date du procès n’est toujours pas fixée.

Plus de 13 suspects ont été inculpés dans ce dossier, dont Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte appelée Conseil national pour la démocratie et le développement,( CNDD) ainsi que son vice-président, Mamadouba Toto Camara.

Plusieurs individus inculpés de charges liées aux homicides et aux viols occupent toujours des postes d’influence, y compris Moussa Tiégboro Camara, Secrétaire général chargé des Services spéciaux de lutte contre le grand banditisme et les crimes organisés.

L’aide de camp de Dadis Camara, Abubakar « Toumba » Diakité, a également été inculpé. Il a été extradé vers la Guinée en mars 2017, après plus de cinq ans de cavale.

Quatre autres individus sont en détention à la Maison Centrale de Conakry, respectivement depuis 2010, 2011, 2013 et 2015 dans le cadre de l’affaire.

Mais leur détention provisoire est jugée illégale par les ONG de défense des droits humains, « dans la mesure où elle excède la durée maximale prévue par la loi guinéenne, soit 18 à 24 mois en matière criminelle, en fonction du chef d’inculpation ».

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.