Accueil / A LA UNE / Enterrement des victimes des manifestations contre le 3e mandat: faut-t-il redouter des nouvelles violences ?
Des gendarmes font face à une manifestation de l'opposition à Conakry, en Guinée, le 15 novembre 2018. © 2018 Cellou Binani/AFP/Getty Images

Enterrement des victimes des manifestations contre le 3e mandat: faut-t-il redouter des nouvelles violences ?

Les victimes des dernières manifestations seront-elles inhumées ce mercredi 30 octobre 2019 comme le prévoit le Front national pour la défense de la constitution ? Si le FNDC et leurs parents maintiennent le programme de l’enterrement, tout porte à croire que les corps ne seront pas restitués à leurs familles aujourd’hui par les autorités qui invoque leur indisponibilité pour des raisons « d’autopsie », selon un communiqué du ministère de la santé.

Ce mercredi matin, plusieurs véhicules de sécurité sont déployés devant la morgue de l’hôpital Ignace Deen où la levée des corps est censée se tenir vers 10 heures.

Mais malgré le déploiement de ce dispositif sécuritaire, le FNDC qui assure que l’autopsie des corps a été bouclé hier mardi, maintient son agenda et a appelé ses membres à se réunir à la morgue pour accompagner le cortège funèbre jusqu’au cimetière de Bambéto où ils seront enterrés à côté d’une autre centaine des victimes des manifestations sous le régime d’Alpha Condé.

Les corps seront-t-ils restitués à leurs familles? Si rien n’est moins sûr, des nouvelles violences restent à redouter.

Par Guinee28

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée