Accueil / A LA UNE / Déguerpissement à Conakry : Human Rights Watch appelle à l’indemnisation des victimes
Une victime du déguerpissement à Kipé2

Déguerpissement à Conakry : Human Rights Watch appelle à l’indemnisation des victimes

Human Rights Watch a appelé le gouvernement guinéen à indemniser les victimes du déguerpissement des quartiers de Kaporo-Rails, Kipé 2, Dimesse et Dar-Es-Salam. L’ONG qui dénonce une expulsion « forcées »  a rappelé que l’absence de logement de remplacement et l’indemnisation des personnes déplacées sont une violation du droit international relatif aux droits humains.

« Le gouvernement guinéen n’a pas seulement démoli des maisons, il a bouleversé les vies et les moyens de subsistance de personnes », a déclaré Corinne Dufka, directrice de la division Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch.

Poursuivant, elle a souligné que « le fait de ne pas fournir de logement de remplacement ou même une aide humanitaire immédiate aux personnes expulsées est une violation des droits humains et révèle un mépris flagrant pour la dignité humaine ».

Pour HRW, le droit international prévoit des protections contre les expulsions forcées de tout occupant de terres, qu’il les occupe légalement ou d’une autre manière. Ainsi, le gouvernement devrait fournir aux victimes un préavis adéquat, leur donner une indemnisation et s’assurer que les personnes expulsées ont accès à un logement de remplacement, estime-t-elle.

Entre février et mai 2019, plus de 20 000 personnes ont été expulsé de ces quartiers, où au moins 2 500 bâtiments ont été démolis à Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse en février et en mars et plus de 385 bâtiments détruits à Dar-Es-Salam en mai, selon l’ONG.

Le gouvernement a justifié cette opération par une campagne de récupération des domaines de l’Etat.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée