Connect with us

Economie

Corruption dans le monde: voici la place de la Guinée en 2015

Published

on

Votre publicité ici

Transparency International a publié ce mercredi son classement mondial sur l’indice de perception de corruption. Selon ce classement, l’Afrique reste l’une des régions les plus corrompues du monde.

Transparency International qui a évalué 168 pays sur une échelle de 0 points (perçus comme très corrompus) à 100 points (perçus comme très intègres). Sur les 52 pays africains étudiés, 6 seulement ont obtenu une note supérieure ou égale à la moyenne (50 points).

Le Botswana (28è rang à l’échelle mondiale) arrive à la première position sur le plan continental, avec un honorable score de 63 points. Mieux, le premier pays producteur de diamants en Afrique gagne 3 rangs par rapport à 2014.

Le Cap Vert (40è au plan mondial) arrive en deuxième position à l’échelle africaine et gagne deux rangs  par rapport à 2014.

Viennent ensuite les  Seychelles (40è à l’échelle mondiale), le Rwanda (44è), l’Ile Maurice (45è), la Namibie (45è), le Ghana (56è), le Lesotho (61è), le Sénégal (61è). L’Afrique du Sud  (61è à l’échelle mondiale) ferme le Top 10 africain.

La Guinée occupe la 37é places en Afrique, 139eme au monde.

A l’échelle internationale, les plus mauvais élèves sont, ex æquo, la Corée du Nord et la Somalie (8 points), devancés par le Soudan (165e, 15 points) et l'Afghanistan (166e, 11).

Le Danemark est le champion du monde de la transparence avec 91 points, suivi par la Finlande (90) et la Suède (89). Viennent ensuite la nouvelle Zélande, les Pays-Bas, la Norvège et la Suisse.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Alimentation : les prix mondiaux ont grimpé de 28 % en 2021

Published

on

Votre publicité ici

Les prix alimentaires mondiaux ont grimpé de 28,1% par rapport à l’année précédente, a indiqué  la FAO le 06 janvier.  Cependant, depuis décembre, ils ont légèrement reculé, en raison de la chute des prix des huiles végétales et du sucre.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires a affiché une valeur moyenne de 133,7 points en décembre, soit une baisse de 0,9 pour cent par rapport à novembre, mais un niveau encore supérieur de 23,1 pour cent à celui de décembre 2020. L’Indice suit l’évolution mensuelle des prix internationaux des produits alimentaires les plus couramment échangés dans le monde. La seule hausse mensuelle enregistrée en décembre est à mettre au compte du sous-indice des produits laitiers.

Sur toute l’année 2021, en moyenne annuelle, l’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi à 125,7 points, soit pas moins de 28,1 pour cent de plus que l’année précédente.

«Normalement, des prix élevés devraient entraîner une hausse de la production, mais le coût des intrants, la pandémie mondiale actuelle et des conditions climatiques toujours plus incertaines ne laissent que peu de place à l’optimisme quant à un retour à des conditions de marché plus stables, y compris en 2022», a déclaré M. Abdolreza Abbassian, Économiste principal à la FAO.

L’Indice FAO des prix des céréales a baissé de 0,6 pour cent par rapport à novembre, car la chute des cours du blé à l’exportation, dans un contexte d’accroissement des disponibilités après les récoltes effectuées dans l’hémisphère Sud, a plus que compensé le raffermissement des prix du maïs, lequel s’explique par une forte demande et des craintes quant au temps sec qui persiste au Brésil. Toutefois, sur l’année entière, l’Indice FAO des prix des céréales a atteint son plus haut niveau annuel depuis 2012 et progresse de 27,2 pour cent par rapport à 2020: le maïs enregistre une hausse de 44,1 pour cent et le blé de 31,3 pour cent, mais le riz cède 4,0 pour cent.

L’Indice FAO des prix des huiles végétales a reculé de 3,3 pour cent en décembre. En effet, les cours de l’huile de palme et de l’huile de tournesol se sont affaissés, car la demande mondiale à l’importation a été faible, ce qui est peut-être lié au fait que l’on se soit inquiété des conséquences de la hausse du nombre de cas de covid-19. Sur l’ensemble de l’année 2021, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a atteint son plus haut niveau jamais enregistré et a augmenté de 65,8 pour cent par rapport à 2020.

L’Indice FAO des prix du sucre a perdu 3,1 pour cent depuis novembre et tombe ainsi à son niveau le plus bas depuis cinq mois, en raison des craintes quant aux éventuelles répercussions du variant Omicron sur la demande mondiale, de l’affaiblissement du real brésilien et de la baisse des prix de l’éthanol. Sur l’ensemble de l’année 2021, l’Indice FAO des prix du sucre a grimpé de 29,8 pour cent par rapport à l’année précédente et a atteint son plus haut niveau depuis 2016.

L’Indice FAO des prix de la viande est resté globalement stable en décembre, mais sur l’ensemble de l’année 2021, il a progressé de 12,7 pour cent par rapport à 2020.

L’Indice FAO des prix des produits laitiers est le seul sous-indice à avoir progressé en décembre: il gagne 1,8 pour cent par rapport au mois précédent, car les cours internationaux du beurre et du lait en poudre ont augmenté à la suite de la baisse de la production laitière dans l’Europe de l’Ouest et en Océanie. Les prix du fromage ont légèrement reculé, ce qui indique que les producteurs laitiers d’Europe de l’Ouest ont privilégié ce produit. En 2021, la valeur moyenne de l’Indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 16,9 pour cent par rapport à 2020.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : qui sont les membres de la Cour de répression des infractions économiques et financières ?

Published

on

Votre publicité ici

Dans un décret lu ce mercredi 29 décembre 2021 à la télévision nationale, le président de la transition, le colonel Maamady Doumbouya, a dévoilé les membres de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).

Il s’agit de :

Président de la Cour :   

Noël Konomou, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Pita, membre de la commission supérieure de recours de l’organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI).

Président de la Chambre d’instruction :

Sékou Ibrahima Soumah, précédemment juge de paix de Mandiana.

Membres de la Chambre d’instruction :

1-Mohamed Bama Camara, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Kaloum ;

2-Ibrahima Bayo, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Dubreka ;

3-Mme Aïssatou Sacko, précédemment juge au tribunal pour enfants ;

4-Almamy Sékou Camara, précédemment juge d’instruction à la justice de paix de Yomou ;

Président de la chambre spéciale de contrôle de l’instruction :

Morlaye Soumah, précédemment représentant du ministère de la justice au sein de la cellule nationale de traitement des informations financières.

Chambre de jugement

1-Ousmane Sylla, précédemment juge de paix de Lola ;

2-Mohamed Diawara, précédemment juge au tribunal de première instance de Kaloum ;

3-Lamine Konaté, précédemment juge au tribunal de première instance de Mamou ;

Alhassane Mabinty Camara, précédemment président du tribunal de première instance de Kissidougou.

Président de chambre des appels :

Souleymane Bah, précédemment de la chambre criminelle de la Cour d’appel de Conakry.

Conseillers ou assesseurs

1-Amadou Saïkou Barry, précédemment président du tribunal de première instance de Koundara ;

2-Mamoudou Camara, précédemment président de la chambre correctionnelle à la Cour d’appel de Kankan ;

3-Abdourahmane Diallo, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Mamou ;

4-Mohamed Kaba, précédemment substitut général près la Cour d’Appel de Conakry,

Parquet

Procureur Spécial :

Aly Touré, précédemment procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan.

Substituts du procureur spécial

Mme Joséphine Tinkiano, précédemment substitut du procureur de la république près le TPI de Mafanco ;

Lazare Mamady Borè, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Dixinn.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : le gouvernement met fin au monopole dans le commerce

Published

on

Votre publicité ici

Les autorités de la transition ont décidé de mettre un terme au monopole dans le commerce en Guinée. Désormais, « tous ceux qui souhaitent importer ou produire localement tous types de produit doivent pouvoir le faire au bénéfice des populations », a indiqué jeudi 23 décembre,  le chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya, lors de la session ordinaire du conseil des ministres.

Cette décision du président de la transition a été réitéré quelques temps après par son ministre du Commerce, de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises Bernard Goumou, dans un communiqué.

Lisez :

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance