Connect with us

Politique

Le calvaire des Guinéens (Tribune)

Publié

le

Votre publicité ici

Alpha Condé a dit clairement à Cellou Dalein Diallo et par la suite à Aboubacar Sylla qu’il ne baissera pas le prix à la pompe du carburant. Il a juste repris l’annonce qui avait été déjà faite par son ministre du Budget de ramener la TVA à 18 % pour les denrées alimentaires de première nécessité. Il fait supporter par les populations le prix de sa gestion calamiteuse de nos finances publiques. Depuis 2011, il demande aux Guinéens de se serrer la ceinture alors qu’il mène lui, grand train. On nous accuse de ne faire que des critiques, pas de propositions. Pourtant, dans plusieurs de mes tribunes, j’ai dit que le gouvernement faisait fausse route en écrasant par des hausses massives de taxes les particuliers et les entreprises du pays. On ne relance pas une économie sinistrée comme celle de la Guinée par des hausses d’impôts. Certes, sur pression du FMI, le gouvernement est obligé de rembourser ses dettes creusées par les contrats de gré à gré chiffrés à des milliers de milliards en francs avec la BCRG. J’ai dit que le gouvernement devrait plutôt proposer un plan drastique d'économies sur ses dépenses, notamment la diminution du train de vie de L’Etat, la suppression des investissements publics qui ne sont que des moyens d’enrichir les clans maffieux du pouvoir. Il fallait engager vigoureusement des réformes structurelles, notamment celles des administrations financières. Au lieu de hausses, je préconisais des baisses d’impôts, mais en mettant en œuvre l’équité et l’élargissement de l’assiette fiscale.

Toutefois, sans une lutte farouche contre la corruption, tous les efforts seront vains. De 2011 à 2015, ce sont l’équivalent en francs de 3,5 milliards de dollars qui sont sortis des caisses de l’Etat au titre des budgets d’investissements publics. Sur ce montant, 214 millions de dollars ont été consacrés aux fêtes tournantes de l’indépendance dans les capitales régionales. Bien que là aussi, les marchés de gré à gré avec leur lot de surfacturations sont de mises, ce sont les seules traces visibles des travaux effectués par le gouvernement pour rénover des bâtiments coloniaux, les anciennes places des martyrs et quelques dizaines de km de routes goudronnées. Nos routes sont ramenées à plus de 30 ans en arrière. Or, comme on le dit la route précède le développement. C’est une vraie catastrophe qui pénalise les échanges dans le pays. Alpha Condé a été incapable de finir un tronçon de 14 km entre le km 36 et Coyah, alors que des milliers de maisons ont été cassées pour peiner à construire finalement une autoroute 1*1 voie SVP. Le tronçon Sonfonia-Kagbelen aussi attend d’être fini malgré des milliards déjà décaissés. Voyager à l’intérieur du pays est devenu un calvaire pour les usagers.

Le gouvernement utilise une tactique éprouvée avec le FMI qui ne tient compte que de l’augmentation des recettes comme critère de performance le plus important. Il augmente donc les taxes et freine temporairement toutes ses dépenses en attendant la conclusion des accords avec le FMI. Une fois que l'examen au FMI est concluant, ils reprennent de plus bel, la mise à sac de nos maigres ressources financières. C’est nous et nos enfants qui vont rembourser toutes ces routes financées, mais non construites, les dettes contractées en notre nom qui finissent dans leurs poches. Le petit peuple trime à payer les taxes sur le carburant, eux ils continuent à rouler dans de grosses 4*4, empochent des milliards en tickets de carburant chaque mois. L’Etat doit plus de 2000 milliards de francs à des entreprises locales qui sont obligées de fermer boutique. Tous nos efforts exigés par le FMI, c’est de pouvoir rembourser les bailleurs de fonds internationaux, les PME locales peuvent crever et donc notre économie avec, qui est d'ailleurs placée en permanence sous perfusion. Construire des hôpitaux et des écoles ne font pas partie des priorités du gouvernement. L’avenir des jeunes Gui est hypothéqué, en raison d’un enseignement au rabais.

Dès qu’il est arrivé au pouvoir, Alpha Condé ne s’est intéressé qu’à nos mines, qu’il a cherché à vendre partout, notamment le Simandou. Un fiasco retentissant. Pour compenser les pertes de revenus de la bauxite, il a fallu de fortes augmentations en volume des exportations. Tous les projets de transformation de la bauxite que ce soit avec Mubadala ou CBG ont été rejetés aux calendes grecques. Des permis sont distribués à tour de bras pour pouvoir exporter de la terre brute sans aucune valeur ajoutée pour notre pays. Malgré tout, l’or malien seulement rapporte plus que toutes nos exportations de bauxite et d’or. La gestion de nos mines est opaque et c’est la présidence qui pilote directement le secteur. Voilà où nous en sommes aujourd’hui et on est encore loin de voir le bout du tunnel. Alpha Condé est allé quémander de l’aide aux saoudiens, turcs et russes, sans succès car ces derniers font fasse d’abord à leurs propres problèmes. Toutes les portes sont fermées pour nous permettre d’avoir de l’argent frais pour juguler la grave crise économique qui frappe de plein fouet notre pays. Qui va investir dans un pays qui ressemble à un champ de ruines et qui ne respecte pas l’Etat de droit? Tous les voyages d’Alpha Condé sur les quatre continents n’ont servi en fait, qu’à lui faire profiter de la belle vie dans les luxueux palaces du monde, car notre pays n’a rien obtenu en retour de ses escapades. Même Ebola n’a pu nous permettre d’obtenir au moins le milliard de dollars espéré en raison de sa responsabilité directe dans la propagation de l’épidémie. Rappelez vous leur demande d’un plan Marshal post-ebola de 8 milliards de dollars. Une fois finie l'émotion mondiale, la Guinée renoue avec son destin de paria. Le mieux pour nous serait de renvoyer dès maintenant à la retraite politique Alpha Condé qui ne cesse de nous vendre des illusions, mais apparemment, nous n’aimons pas nous libérer de la pauvreté et de la dictature. Ceux qui veulent se libérer d’un joug de 60 ans sont encore minoritaires dans le pays et sont essentiellement des jeunes, ce qui reste malgré tout un espoir pour l’avenir.

Par Alpha Saliou Wann

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mais qu’est-ce qui se passe au Bloc libéral de Faya Millimono ?

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Mais qu’est-ce qui se passe au Bloc libéral ? S’achemine-t-on vers l’implosion de cette formation politique dirigé par Faya Millimono ? Si rien n’est moins sûr, depuis quelques semaines ce dernier fait face à des frondeurs qui l’accusent de vouloir annuler le récent congrès du parti dans le but d’écarter ses collaborateurs qu’il ne parviendrait pas à manipuler. Pire, « il n’est plus le président du Bloc Libéral », clame une frondeuse.  

« Nous n’accepterons pas que le congrès soit annulé. La décision de Dr Faya est nulle et de nul effet parce qu’il est un président périmé. Son mandat a expiré depuis le 26 août. Donc, il n’est plus le président du Bloc Libéral. Il est un simple militant comme nous autres. En attendant que l’élection du bureau ne soit reprise et qu’il soit réélu », a clamé Halimatou Dianwadou Baldé ,vice-présidente du Conseil National des Jeunes du Bloc Libéral dans un entretien avec nos confrères de guineeatin.com.

« Nous avons organisé un congrès physique pour les fédérations qui sont à Conakry et qui sont partis au siège ; et, un congrès en ligne, via zoom pour ceux qui sont en dehors de Conakry. On a voté ici au siège, devant les médias ; et, les résultats partiels ont été sortis. En ligne, les gens ont voté pour les quatre structures nationales ; à savoir : le bureau national des femmes, celui des jeunes, des sages et le bureau exécutif dont Dr Faya était le président. Pendant l’élection, les trois bureaux (celui des femmes, des jeunes et de sages : ndlr) n’ont eu aucun problème ; mais, arrivée au niveau du bureau exécutif, le vote  physique s’est passé librement. C’est au niveau du vote en ligne où ils ont estimé qu’il y a eu des anomalies. En principe, tous les résultats devraient être connus le même jour parce que tout le monde voyait le pourcentage au fur et à mesure. Mais, ils ont refusé de donner les résultats. 72 heures après, nous avons commencé à réclamer les résultats et nous avons estimé que s’ils refusent de publier ces résultats, c’est qu’ils veulent les modifier. C’est plus de 10 jours après que Dr Faya est venu nous dire que le congrès doit être annulé. Nous avons dit non, on ne peut pas annuler un congrès passé devant tout le monde, y compris les médias. Nous avons dit que dans une élection, on peut rencontrer des anomalies majeures ou mineures ; mais, lorsqu’on trouve que le problème se situe à un seul niveau, même si c’est le bureau exécutif où on suppose que le zoom a caché quelque chose, qu’on reprenne pour celui-là et qu’on conserve les autres résultats », a-t-elle expliqué, accusantFaya Millimouno de chercher à inverser les résultats du congrès.

« C’est parce qu’il n’est pas satisfait des résultats obtenus ; car, les gens qu’il avait préparés pour évincer les autres n’ont pas été élus par les militants à la base », dit-elle.

Depuis le début de cette crise, l’accusé Faya Millimono reste, du moins pour l’instant, silencieux. Mais combien de temps le faudra-t-il encore ?

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Présidentielle en Guinée : front commun contre Alpha Condé

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Les onze candidats de l’opposition à la présidentielle du 18 octobre ont décidé de former un front commun contre le président de la République, candidat à sa propre succession pour un troisième mandat.

Créé à l’issue d’une réunion tenue ce vendredi, 18 septembre 2020, au siège du Parti de l’Action Citoyenne pour le Travail (PACT),  ce front dénommé collectif des candidats pour l’alternance, vise à battre Alpha Condé dans les urnes.

« Nous sommes réunis autour des questions électorales. Nous avons mis en place le collectif des candidats pour l’alternance. Ce collectif va mutualiser les moyens et les expériences pour que les élections se passent dans des conditions acceptables sur le terrain le 18 octobre. Nous allons, à l’issue de cette réunion, formaliser ce collectif qui va commencer à travailler, notamment pour adresser rapidement un courrier à l’administration, à la CENI, pour un certain nombre de questions relatives aux bureaux de vote et aux PV à l’issue des élections. Et, une équipe technique va être mise en place pour voir dans quelle mesure nous allons mutualiser nos moyens et nos efforts sur le terrain », a annoncé Dr Makalé Traoré, candidate du Parti de l’Action Citoyenne pour le Travail à la présidentielle prochaine, citée par nos confrères de guineematin.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Présidentielle du 18 octobre : Sidya Touré demande à ses militants de ne pas voter

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L’Union de forces républicaines (UFR) de Sidya Touré a demandé à ses militants de ne pas voter le 18 octobre, jour de l’élection présidentielle, boycottée par le parti.  

« Pour ce scrutin du 18 octobre 2020 à venir, l’UFR demande à ses militants et sympathisants, de ne pas prendre part à cette élection illégale et illégitime.  En conséquence, l’UFR ne donne aucune consigne de vote en faveur d’un quelconque candidat ou Parti politique », a annoncé le parti dans un communiqué.

Lisez :

Conformément à la position du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) et de la majorité de ses militants et sympathisants, l’Union des Forces Républicaines (UFR) ne participera pas à la mascarade électorale du 18 octobre 2020.

Depuis avril 2019, l’UFR milite au sein du FNDC pour la défense de la constitution de 2010 et pour empêcher Alpha CONDE de s’octroyer une présidence à vie dont les conséquences seront l’aggravation de la destructuration de l’Etat, de la déchirure du tissu social, de la pauvreté ainsi que la dégradation de l’environnement et des infrastructures sociales de base (eau, électricité, routes, écoles, hôpitaux, etc … ).

En dépit des nombreuses victimes enregistrées pendant les manifestations contre ce projet funeste, le régime d’Alpha CONDE a organisé le 22 mars 2020 un double scrutin législatif et référendaire aux résultats hautement contestés.

Pour ce scrutin du 18 octobre 2020 à venir, l’UFR demande à ses militants et sympathisants, de ne pas prendre part à cette élection illégale et illégitime.

En conséquence, l’UFR ne donne aucune consigne de vote en faveur d’un quelconque candidat ou Parti politique.

C’est pourquoi l’UFR invite ses militants et sympathisants ainsi que les populations guinéennes à rester mobilisés dans le cadre du FNDC et à poursuivre le combat pour une alternance crédible.

Vive l’UFR

Vive le FNDC

Vive la République

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.