Connect with us

A LA UNE

Ça Suffit les Massacres ! (Opinion)

Publié

le

Votre publicité ici

Mes chers compatriotes,

Ce mardi 20 novembre 2018, une manifestation grandiose a été organisée par les ressortissants guinéens vivants aux USA. A l’initiative de nos compatriotes, accompagnés par les représentants de certains partis politiques notamment l’UFD de Mr BAH baadikko, cette manifestation s’est déroulée à Washington devant la maison blanche et au département d’Etat où nous avons déposé un mémorandum pour exprimer notre ras-le bol et dénoncer les dérives autoritaires du régime d’Alpha Condé.

A travers cette mobilisation nous avons voulu attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la mise en place et l’exécution d’un projet de destruction de la Guinée en tant qu’Etat souverain. De façon simultanée, Alpha Condé et son gouvernement sont entrain de défaire tous les éléments qui caractérisent la définition même d’un Etat souverain : un territoire, une nation et un gouvernement légitime reconnus par les autres Etats membres de l’ONU.

Pour celles et ceux qui ont oublié, rappelez- vous que ce Monsieur est arrivé au pouvoir par la fraude malicieusement préparée et méthodiquement exécutée par son équipe en complicité avec le gouvernement de transition. Conscient que la majorité des guinéens ne l’ont jamais choisi pour diriger le pays, il a trouvé un moyen tout aussi simple pour assoir son pouvoir et prendre sa revanche. Une méthode qui consiste à opposer les ethnies et les régions en attribuant publiquement la primature à la basse côte, la présidence de l’assemblée nationale à la Guinée forestière et la présidence de la république à la haute Guinée d’où il est originaire. Nos responsables politiques étant choisis sur la base ethnique et régionaliste en violation flagrante des lois et des règles démocratiques, vous comprenez mes chers compatriotes que dès lors, ce Monsieur n’est plus légitime.

Depuis l’arrivée de Mr Alpha Condé au pouvoir nous assistons à une fragmentation de notre pays Jadis porté par une ferveur populaire et une fierté nationale. Aujourd’hui La guinée forestière appartient aux forestiers, la haute Guinée aux malinkés, la basse Guinée aux soussous et la moyenne guinée aux peuls. Dans chacune de ces régions on assiste à la naissance et au développement des associations et des organisations comme les haali poular en moyenne guinée, le Kountigui de la basse Guinée etc…. A la tête de chacune de ces organisations on trouve des personnalités qui dressent les uns contre les autres, qui opposent les régions et les ethnies exactement pour dire à Mr Alpha Condé que son message a passé. On est allé jusqu’à empêcher un maire choisi par la majorité des électeurs de s’installer et exercer son autorité en basse côte au motif qu’il est originaire de la moyenne Guinée. A l’allure des choses, très bientôt il faudra à un natif d’une région un visa pour se rendre dans une autre région d’où il n’est pas originaire. On ne se parle plus entre nous en tant que nation qui partage des valeurs et des convictions. Les faits sont très graves et nous emmènent à nous ressaisir.

Après les faux complots, les arrestations arbitraires et les exécutions sommaires de Sekou Touré et son parti le PDG en passant par les tueries sans procès des anciens dignitaires du régime de Sekou Touré à l’occasion du coup d’Etat manqué de juillet 2005 , nous avons vu en 2008 sous l’autorité du président Moussa Dadis Camara le déploiement de l’armée qui a commis des massacres au stade du 28 septembre. Loin de tirer les leçons de ce triste bilan de 157 personnes tuées, de nombreux disparus et des viols commis sur les femmes, le régime d’ Alpha Condé à son tour envoie les policiers et les gendarmes pour massacrer les habitants des quartiers qui ne demandent qu’ à mieux vivre. Aujourd’hui le bilan des tueries perpétrées par le régime d’Alpha Condé est comparable à celui des massacres du 28 septembre 2008 et c’est pourquoi je vois mal comment peut-on tenir un procès équitable sous la direction et l’autorité de ce gouvernement coupables des crimes similaires, pour rendre justice aux victimes de ces tueries du 28 septembre.

Par ailleurs il se passe des choses dans notre pays dont on ne parle jamais. Savez-vous que ces dernières années par jour on estime à plus de 1000 décès dans notre pays ? La consommation des produits périmés ou contrefaçon, l’utilisation des produits cosmétiques contrefaçon qui dépigmentent la peau, les particules fines en provenance du carburant mal raffiné que nous consommons, l’incinération des ordures ménagères qui dégagent une fumée toxique, les routes et sentiers poussiéreux, la déforestation qui accélère le réchauffement climatique, les accidents de la circulation occasionnés par la délivrance des faux permis et le manque de règlementation de la circulation routière, des accidents dans les sentiers non sécurisés sont autant des facteurs qui contribuent à l’augmentation de ce taux de mortalité. A cela s’ajoutent le manque d’infrastructures adéquates : hôpitaux équipés, médicaments efficaces, alimentation saine et équilibrée etc.

Dans tout cela que font nos élus ?

Tous nos responsables politiques, ministres comme députés, qu’ils soient de la mouvance ou de l’opposition, ne pensent qu’à eux et leurs familles. Ils ne portent pas des valeurs et des convictions, ne répondent pas à l’appel des citoyens en état de détresse, ne comprennent pas sa souffrance et ne l’écoutent pas.

Comment comprenez-vous qu’après 103 morts, tous tués par la police lors des manifestations appelées par l’opposition que les députés issus de cette dernière ne se fassent pas entendre, ne se retirent pas de l’assemblée nationale pour protester contre ces tueries de masse ? Pour eux, la seule chose qui compte ce sont les 15 millions et avantages en nature qu’ils perçoivent à la fin de chaque mois.

Comment comprenez-vous que certains leaders dits de l’opposition, hier un bon porte-parole de l’opposition qui dit tout sur Alpha et son régime puisse renier à ses valeurs et ses convictions pour un poste ministériel offert pour obtenir leurs silences ?

Comment comprenez-vous que Madame Rabiatou Sera Diallo qui doit sa célébrité et ses postes de responsabilités au lourd sacrifice consenti par le peuple de Guinée pour soutenir leur mouvement de revendication puisse ignorer ce qui est en train de se passer dans notre pays depuis qu’elle est aux affaires ?

Dans la bouche d’un ancien ministre de la santé à la personne de Mr Abdourahamane Diallo à qui un journaliste a demandé pourquoi son silence depuis son départ du gouvernement, il répond : «  vous savez, quand j’ai été appelé dans le gouvernement, je suis rentré immédiatement en guinée. Je n’avais rien préparé. N’étant plus ministre je reviens chez moi ici aux USA pour remettre de l’ordre dans mes affaires ».

Plus surprenant, dans la bouche d’un député de la république et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de l’honorable Damaro Camara à la fois député et président du groupe parlementaire de la mouvance qui répondait à la question d’un journaliste qui lui avait demandé où il se soigne s’il est malade, il répond lui aussi: « j’ai une chance qui n’est pas accordée à n’importe qui ! J’ai une carte verte et quand je suis malade, je pars me soigner aux USA » Ces propos tenus par des ministres et députés de la république avec toutes les prérogatives qui leurs sont attribuées nous permettent de comprendre à quel point ils méprisent le peuple et bafouent les valeurs de la république. Nous comprenons mieux pourquoi dans notre pays il n’y a pas d’infrastructures adéquates  pour prendre en charge les patients. Pas d’établissements pour assurer l’éducation et la formation de nos enfants. Nos élus savent qu’ils s’enrichissent suffisamment et rapidement sur le dos du pauvre contribuable guinéen qui n’a même pas le minimum pour vire. Pendant ce temps eux et leurs familles se font soigner à l’étranger et leurs enfants fréquentent les universités les plus chères au monde avec un coût annuel estimé à plus de 22000 dollars.

Mes chers compatriotes, de tels propos démontrent clairement le manque de patriotisme de nos élus qui n’ont aucun attachement aux valeurs de la république. Ce sont des simples opportunistes qui viennent pour s’enrichir et non pour contribuer au développent de notre pays et nous en prenons acte.

Mes chers compatriotes, pour terminer, nous lançons un appel solennel à la société civile, au mouvement balai citoyens, à l’OGDH, à l’opposition et toute fille et  fils de notre pays pour unir nos forces et poursuivre le combat jusqu’à la victoire finale.

Elhadj Ibrahima Diallo, membre du bureau politique de l’UFD

Résident aux Etats-Unis d’Amérique

Téléphone: +1(347)350-4756

Contact: elhadjibrahimabaadikkojunior@aol.com

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Devenez annonceur sur guinee28.info

A LA UNE

Présidentielle guinéenne : une mission CEDEAO-UA-ONU arrive ce jeudi à Conakry

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA) et les Nations Unies entament, ce jeudi 1er octobre, une visite de haut niveau à Conakry.

L’objectif de la mission est de renouveler le soutien des trois organisations pour la tenue d’une élection présidentielle pacifique, inclusive, et transparente, le 18 octobre prochain.

La délégation est composée de Mme Minata Samaté, Commissaire aux Affaires politiques de l’UA, de M. Jean Claude Kassi Brou, Président de la Commission de la CEDEAO, et de Mohamed Ibn Chambas, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

Durant deux jours, les membres de la délégation auront une série de rencontres avec les parties prenantes à ce scrutin présidentiel.

L’arrivée de cette mission intervient, alors que deux personnes ont été tuées hier mercredi, dans des violences en marge de la campagne électorale à Dalaba en moyenne Guinée, et Faranah en Haute Guinée.

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Amnesty dénonce l’immunité dont jouissent les forces de sécurité en Guinée

Publié

le

Par

Votre publicité ici

A moins de trois semaines de la présidentielle, Amnesty International a dénoncé jeudi la répression des manifestations en Guinée, à l'origine de la mort d'au moins cinquante personnes en un an, ainsi que l'immunité dont jouissent les forces de sécurité, dans un rapport jugé «exclusivement à charge» par le gouvernement guinéen.

«Nous avons parlé à des familles meurtries qui nous ont décrit comment leurs enfants ont perdu la vie, victimes d'une balle reçue dans le dos, à la poitrine, à la tête ou au cou. Des blessés nous ont montré leurs graves séquelles au bras, genou ou pied, causées par des armes à feu, des grenades lacrymogènes ou même des véhicules des forces de sécurité», a déclaré dans ce rapport Samira Daoud, directrice régionale d'Amnesty International.

Le document de 63 pages souligne la responsabilité des forces de défense et de sécurité, «associées parfois à des groupes de contre-manifestants», dans les «homicides illégaux de manifestants et de passants». Fondée sur une centaine d'entretiens, des documents officiels et des images des manifestations, l'étude «apporte la preuve que les autorités ont agi en contradiction avec les normes nationales et internationales», selon Amnesty.

Dans une réponse adressée le 18 septembre à l'ONG que l'AFP a pu consulter, le ministère de la Sécurité estime que ce rapport ne «paraît pas garantir une vision neutre et objective de la situation» et qu'il constitue un «réquisitoire exclusivement à charge contre notre gouvernement». «Notre gouvernement a largement fait la preuve de son engagement à respecter les libertés fondamentales», en particulier «vis-à-vis des militants de l'opposition», affirme dans sa réponse le ministère de la Sécurité, en regrettant que «les efforts déployés dans l'amélioration de la gouvernance démocratique ne sont pas reconnus à leur juste valeur». Le ministère dénonce pour sa part la «logique insurrectionnelle» du FNDC.

Au moins 50 morts

Selon Amnesty, la répression des manifestations, en particulier celles organisées depuis octobre 2019 par le FNDC contre la réforme constitutionnelle permettant au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat le 18 octobre, «a causé la mort d'au moins 50 personnes», fait quelque 200 blessés et entraîné la détention arbitraire «d'au moins 70 personnes», dont plusieurs ont décrit des traitements inhumains ou dégradants. Le 22 mars, jour de législatives et d'un référendum constitutionnel boycottés par l'opposition, a été «particulièrement meurtrier, avec au moins 12 manifestants tués, dont neuf par balle», a souligné l'ONG.

Une demi-douzaine de personnes ont également été tuées lors de manifestations contre les coupures de courant et contre les barrages routiers installés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La «quasi-totalité» des enquêtes annoncées par les autorités sont «restées sans suite», a déploré Amnesty. Des hôpitaux ont refusé d'accepter des corps de personnes décédées pendant des manifestations, qui ne figurent donc pas dans les bilans officiels, selon le rapport. Mercredi, un jeune homme a été tué par balle dans une ville du centre, secouée par des heurts depuis la visite, la veille, du premier ministre en campagne pour la candidature de M. Condé, a-t-on appris auprès de sa famille et d'un responsable policier.

Source : AFP

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Guinée : l’UE réaffirme son opposition à un troisième mandat

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Alors que le président Alpha Condé continue de battre campagne pour un troisième très controversé, L’Union Européenne a de nouveau réaffirmé son attachement à la limitation du nombre des mandats présidentiels à deux.

« L’UE est attachée à l’acquis qui a longtemps prévalu dans la région de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir, renforçant ainsi l’ancrage démocratique des pays de la région », a réaffirmé Bruxelles dans une déclaration du Haut représentant/Vice-président, Josep Borrell.

Lisez :

"Le Haut représentant/Vice-président partage les inquiétudes des autres acteurs de la communauté internationale au sujet de la détérioration de la situation politique en Guinée Conakry depuis les élections législatives et le référendum constitutionnel du 22 mars 2020. Les conditions dans lesquelles ces scrutins se sont déroulés, en particulier l’adoption d’une nouvelle Constitution qui permet au Chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, soulèvent des questions de crédibilité et de transparence, le tout dans un contexte de tension sociale et politique et de risque accru de violence.

L’UE est attachée à l’acquis qui a longtemps prévalu dans la région de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir, renforçant ainsi l’ancrage démocratique des pays de la région.

Elle restera attentive aux conditions de déroulement du prochain scrutin, son caractère non-violent, libre et inclusif, et au respect des droits de l’Homme en général, préalables indispensables à la continuité de son soutien à la Guinée, et rappellera aussi le prix qu’elle attache à une gouvernance suscitant l’adhésion des populations à l'action des dirigeants, élément essentiel pour garantir le développement et la stabilité politique et sociale.

L’UE poursuivra le dialogue avec les partenaires guinéens et se concerte avec les autres acteurs de la communauté internationale, en particulier la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations Unies et l’Organisation Internationale de la Francophonie pour déterminer le suivi le plus approprié notamment pour appuyer l’émergence d’un consensus, qui fait à ce stade défaut, autour d’un processus apaisé."

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.