Connect with us

Economie

Dans la zone WAMI, seul la Guinée et… ne possèdent pas de bourse !

Published

on

Votre publicité ici

Dans la zone WAMI (West African Monetary Institute ou Institut monétaire ouest-africaine), tous les pays possèdent leurs bourses de valeurs sauf la Guinée, la Gambie et le Libéria.

Pour remédier à ce handicap qui empêche ces pays  d’accéder à  un meilleur financement de ses entreprises, les autorités guinéennes envisagent de lancer la Bourse des valeurs mobilières de Conakry, à partir de l’année prochaine, selon Financial afrik.com.

Selon nos confrères, l’annonce de cette ouverture a été faite jeudi 20 octobre lors de la 8ème session du Conseil du « West African Capital Markets Integration Council » (WACMIC), l’organe directeur de l’intégration des marchés de capitaux ouest-africains.

Ce projet de bourse a été financé par la BAD, après avoir fait l’objet d’études préalables dans le pays, afin de mesurer le potentiel pour le marché financier. Ces études ont démontré qu’en Guinée, les plus grandes sociétés minières sont soit ghanéennes, soit guinéennes. Et ces sociétés empruntent à l’étranger. Une bourse des valeurs au niveau local  permettrait de faire les levées de fonds de manière moins coûteuse et plus rentable.

Comme la Guinée, la Gambie s’apprête aussi a lancé sa bourse de valeur l’année prochaine, indique la même source.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Pêche illicite : l’Afrique de l’ouest enregistre plus de 1,9 milliard d’euros des pertes par an

Published

on

Votre publicité ici

Plus de 1,9 milliards d’euros perdus chaque année à cause de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). C’est le rapport de la Commission sous régionale des pêches (CRSP) en Afrique de l’Ouest présenté la semaine dernière  par la direction sénégalaise protection et de surveillance des pêches, lors d’une rencontre de deux jours entre ministres et représentants des 7 pays membres à savoir la Guinée, la Sierra Leone, la Guinée Bissau, le Cap-Vert, la Mauritanie, la Gambie et le Sénégal, rapporte Agence ecofin.

Les statistiques montrent également que 1000 bâtiments de pêche industrielle et entre 40 000 et 50 000 pirogues opèrent dans les eaux sous régionales, causant une surexploitation de 30% des réserves halieutiques et exploitation complète de 57% d’entre elles. Une situation favorisée par la discordance des politiques d’octroi de droit de pêche et de surveillance entre les pays ouest-africains.

Face à cette situation, les officiels présents à cette rencontre ont exprimé la nécessité de consentir un « effort commun de gestion, de surveillance, et une synergie des moyens », pour l’intérêt commun des pays impliqués.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Droits de l’homme : vers l’exclusion de la Guinée dans l’AGOA

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée ainsi que le Mali et l’Ethiopie pourraient être retirés dans quelques semaines du programme américain, AGOA (l’African Growth Opportunity Act).  C’est dans une lettre au Congrès que le président Joe Biden a averti les parlementaires de son intention d’exclure ces trois pays.

Pour la Guinée, l’administration Biden  reproche aux autorités guinéennes de ne pas garantir l’État de droit et le pluralisme politique. L'absence de pluralisme et de respect de l’État de droit est également évoqué pour le cas du Mali. Selon Washington Bamako  ne s’occupe pas des violations des droits de l’homme sur son territoire. À cela s’ajoute aussi le non respect des droits des travailleurs internationalement reconnus.

En ce qui concerne l’Éthiopie, où la rébellion au Tigré est sévèrement réprimée dans le sang, le président américain dénonce des violations brutales des droits de l’homme internationalement reconnues.

Rappelons que l'AGOA a été signé en 2000. Il a pour objectif l'ouverture des économies africaines et la promotion de marchés libres et offre aux pays éligibles l’opportunité d'exporter des marchandises sans frais de douane aux Etats-Unis.

La liste des pays bénéficiaires est révisée tous les ans.  Et la Guinée, le Mali et l’Éthiopie doivent en être exclus le premier janvier prochain. Mais selon rfi, la Maison Blanche va continuer à évaluer les éventuels progrès faits sur ses sujets de préoccupation.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Transition: RSF recommande la création d’un fonds permanent de soutien financier à la presse

Published

on

Votre publicité ici

Une délégation de Reporters Sans Frontières a été  reçue par le premier ministre ce mardi 26 octobre  à la Primature.  Conduite par Arnaud Froger; responsable du bureau Afrique de RSF, la délégation est venue transmettre dix (10) recommandations de l’organisation à Mohamed Béavogui en guise de contribution pour garantir la liberté de la presse durant la transition en Guinée.

Reporters sans frontières (RSF) recommande principalement à la Guinée : la création d’un fonds permanent de soutien financier, équitable pour les entreprises de presse afin qu’elles puissent poursuivre leur activité et faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19 ; la promulgation de la loi sur l’accès à l’information adoptée en 2010 et le libre accès pour les journalistes des médias publics et privés aux informations et événements d’intérêt national.

« Nos deux objectifs principaux étaient de manifester notre solidarité avec le peuple et les médias guinéens et le second objectif étant de créer le début d’une relation de confiance et notre analyse sur la situation et les différentes recommandations pour pouvoir améliorer la situation », note Arnaud Froger

Pour sa part, Mohamed Béavogui a rassuré la délégation de RSF de la disponibilité du CNRD et du gouvernement à garantir la liberté de la presse, des droits de l’homme et de la personne.

« Nous devons apprendre à respecter l’humain, les droits de l’homme et ceux de la presse. Nous sommes dans un apprentissage collectif. Ce que nous recherchons est un travail commun pour faire émerger notre pays. Un changement de mentalité est nécessaire par l’appui de la presse », dit-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance