Connect with us

International

Washington rétablit des sanctions contre l’Iran

Published

on

Votre publicité ici

Le président Trump a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien en mai et déclaré que les États-Unis réimposeraient des sanctions contre l’Iran après une période de transition de 180 jours. Le 7 août, les sanctions des États-Unis frappant le secteur automobile de l’Iran, son commerce de l’or et d’autres métaux précieux ainsi que le rial, la devise iranienne, ont été rétablies.

La deuxième série de sanctions, qui entrera en vigueur le 5 novembre, visera les domaines suivants :

Les opérateurs portuaires et les secteurs de l’énergie, du transport maritime et de la construction navale de l’Iran ;

Les transactions liées au pétrole iranien ;

Les transactions d’institutions financières étrangères avec la Banque centrale de l’Iran.

Elle réimposera des sanctions contre des centaines d’individus, d’entités, de navires et d’aéronefs qui avaient été précédemment visés.

« Les États-Unis entendent pleinement faire respecter toutes leurs sanctions, et nous travaillerons en étroite collaboration avec les pays qui font des affaires avec l’Iran de façon à assurer le plein respect de ces sanctions », a déclaré le président le 6 août*. « Les individus ou les entités qui n’œuvreront pas pour mettre fin à leurs activités avec l’Iran risquent de subir de graves conséquences. »

Son gouvernement a imposé 17 séries de sanctions liées à l’Iran, désignant 145 sociétés et individus, a rappelé M. Trump. Le président a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien le 8 mai parce que l’accord n’a pas mis fin une fois pour toutes aux ambitions nucléaires de l’Iran ni restreint ses autres activités hostiles. Le régime iranien exploite le système financier mondial pour promouvoir le terrorisme, soutenir des régimes brutaux, déstabiliser la région et bafouer les droits de l’Homme de son peuple.

Tenir les gouvernements et les entreprises responsables

En vertu du Plan d’action global conjoint (JCPOA, Joint Comprehensive Plan of Action, le nom de l’accord sur le nucléaire iranien), les États-Unis et les autres pays signataires permettaient aux sociétés hors des États-Unis d’entretenir des relations commerciales avec l’Iran sans s’exposer à des sanctions.

Entre l’annonce du rétablissement des sanctions et la date de leur entrée en vigueur, les personnes physiques et morales affectées devront cesser leurs activités commerciales avec l’Iran. Faute de quoi, elles s’exposeront à des sanctions.

« Nous avons conscience du fait que notre réimposition de sanctions et la campagne de pression à venir sur le régime iranien causeront des difficultés financières et économiques à un certain nombre de nos amis », a reconnu le secrétaire d’État Mike Pompeo en mai lorsqu’il a annoncé une nouvelle stratégie à l’égard de l’Iran. « En fait, cela impose des défis économiques aux États-Unis également. Il s’agit de marchés sur lesquels nos entreprises voudraient bien être présentes aussi. Et nous souhaitons entendre leurs préoccupations. Mais nous demanderons des comptes à ceux qui se livrent en Iran à des activités commerciales interdites. »

Au mois de juillet, plus d’une cinquantaine de sociétés internationales avaient fait part de leur intention de se retirer du marché iranien, en particulier dans les secteurs de l’énergie et de la finance.

L’administration Trump a averti les gouvernements et le secteur privé des risques que pose la poursuite de relations commerciales avec l’Iran tout en soulignant que les actions prises par les États-Unis visent le gouvernement iranien.

« Nos sanctions ne ciblent pas maintenant, et n’ont jamais ciblé, les biens humanitaires », a insisté Brian Hook, un haut responsable du département d’État, lors d’un briefing  en juillet*. « Nos sanctions font pression sur le régime iranien pour l’amener à changer de comportement et elles ne ciblent pas le peuple iranien. »

Le gouvernement américain travaille avec ses alliés pour faire pression sur le régime iranien afin de parvenir à un arrangement sur le nucléaire qui soit capable de bloquer toutes les voies menant à une arme nucléaire et de s’attaquer à d’autres activités dangereuses.

Guinee28

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Inondations mortelles en Europe

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 157 personnes ont péri dans les récentes crues provoquées par des pluies diluviennes dans l'Ouest de l’Europe, principalement en Allemagne et Belgique. Les inondations ont également causé des dégâts au Luxembourg ainsi qu'aux Pays-Bas ou en Suisse.

En Belgique, les autorités ont dénombré 24 morts ce samedi 17 juillet, soit quatre de plus par rapport au dernier bilan d’hier vendredi.

Mais c'est l'Allemagne qui paie le plus lourd tribut, avec au moins 133 décès, selon un nouveau bilan de la police samedi. Face à la catastrophe, des sauveteurs de plusieurs pays accourent pour apporter leur aide aux allemands.

Environ 1300 personnes sont toujours injoignables dans le district d'Ahrweiler, en Rhénanie-Palatinat, selon les médias allemands.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Haïti: le président Jovenel Moïse assassiné par un commando

Published

on

Votre publicité ici

Le président haïtien Jovenel Moïse, 53 ans, a été assassiné tôt mercredi matin 7 juillet. Sa résidence, en banlieue de Port-au-Prince, aurait été attaquée vers 1h du matin par des hommes armés, a annoncé le Premier ministre sortant Claude Joseph dans un communiqué.

« Vers 1h du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d'individus non identifiés, dont certains parlaient espagnol ont attaqué la résidence privée du président de la République et ainsi blessé mortellement le chef de l'État », indique le communiqué.

Il précise également que l'épouse du président a été blessée dans l'attaque et hospitalisée.

« Situation sécuritaire sous contrôle »

Le Premier ministre sortant appelle la population au calme, indiquant que la police et l'armée allaient assurer le maintien de l'ordre. « La situation sécuritaire est sous contrôle », assure-t-il.

Jovenel Moïse était au pouvoir depuis 2017. Sa légitimité était remise en question depuis plusieurs mois. L'opposition et la société civile réclamaient de nouvelles élections. Le président avait préféré organiser en juin un référendum sur une nouvelle Constitution. Un scrutin reporté au 26 septembre en raison de l'épidémie de Covid-19, en même temps qu'une présidentielle et des législatives.

Mardi, un nouveau Premier ministre avait été nommé, le docteur Ariel Henry, avec pour mandat de régler le problème politique mais aussi de s'attaquer à l'insécurité. Le quartier de Martissant, tout proche du palais présidentiel à Port-au-Prince, était bloqué depuis le 1er juin par une guerre des gangs qui paralysait tout l'ouest de la capitale et une partie du pays. Car il s'agit d'un point routier obligé pour se diriger vers l'ouest du pays, ce qui a entraîné l'exode de milliers de personnes.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Afghanistan: le retrait des soldats américains commence 20 ans après leur arrivée

Published

on

Votre publicité ici

Après 20 ans de guerre en Afghanistan, les soldats américains rentrent chez eux. Un départ qui commence ce samedi, et qui doit se poursuivre jusqu’au 11 septembre. Les troupes de l’Otan, qui se sont calées sur le calendrier américain, ont commencé leur retrait ce jeudi.

Deux mille cinq cents soldats américains doivent quitter l’Afghanistan, s’y ajoutent 16 000 sous-traitants civils et leur équipement, ainsi que 7 000 soldats de l’Otan, tous dépendent de l’armée américaine pour le transport de troupes et de matériel.

Parmi les 36 pays qui participent à cette alliance, les plus engagés, outre les Américains, sont l’Allemagne – 1 300 soldats, l’Italie (un peu moins de 900), le Royaume-Uni (750) et la Turquie (600).

Ce retrait, a précisé la Maison Blanche, s’accompagne d’un déploiement provisoire de renforts, en Afghanistan et dans les pays alentours, pour raisons de sécurité. Depuis l’annonce du départ des troupes étrangères, les talibans multiplient déjà les attaques contre les policiers et militaires afghans : plus d’une centaine ont été tués ces deux dernières semaines.

Ce vendredi, au moins 21 personnes ont été tuées et 90 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée à Pul-e-Alam, la capitale de la province de Logar (est). L'attentat a pris pour cible une maison d'hôtes où vivaient des dizaines de personnes.

Depuis 2015, les forces de l’Otan formaient les forces de sécurité afghane pour assurer la sécurité dans le pays après le départ des alliés. Mais à l’heure où cette mission « Resolute support » s’achève, le chef du commandement central de l'armée américaine, le général McKenzie, s'est dit inquiet de la capacité de l'armée afghane à remplir cette mission, sans le renseignement et le soutien armé que lui fournissait également depuis des années la coalition, et qui lui donnait un avantage certain sur les talibans.

Le départ des forces de l'Alliance pourrait plonger l'Afghanistan dans une nouvelle guerre civile ou permettre le retour au pouvoir des talibans, qui en avaient été chassés fin 2001.

RFI

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance