Connect with us

Politique

Violence à Kintinia: le Bloc Libéral dénonce le pouvoir (déclaration)

Published

on

Votre publicité ici

Alors que dans une déclaration le gouvernement guinéen, qui a réitéré son soutient à la société Ashanti Gold de Guinée dans le conflit qui l'oppose aux habitants de Kintinia au tour d’une mine d’or, le Bloc Libéral de Faya Millimono a vivement condamné les violences qui se poursuivent entre la population et les forces de l’ordre. (Déclaration)

Le Bloc Libéral est vivement préoccupé par les différentes formes de violences qui sévissent dans tout le pays et en particulier par la situation qui prévaut dans l’agglomération rurale de Kintinia, Préfecture de Siguiri. Cette préoccupation fait suite à la violence en cours dans cette localité, qui met aux prises les forces de défense et de sécurité, d’une part, et la population civile, de l’autre.

Située à 25 km de Siguiri centre, cette localité très riche en or, est habitée par des populations qui vivent, depuis plus d’un siècle, de l’orpaillage traditionnel, de l’agriculture et de l’élevage. Pour élargir le domaine d’exploitation de la Société Ashanti Gold de Guinée (SAG), les pouvoirs publics ont tout d’abord décidé d’interdire l’exploitation artisanale de l’or.

Ensuite, ils ont décidé d’autoriser, en violation du Code minier en vigueur, l’exploitation industrielle de la zone appelée « Area one », malgré l’opposition des populations qui y habitent. Il faut dire au passage que la zone appelée « Area one » est une partie du village de Kintinia, située au Nord Ouest, et composée de 314 concessions dont 239 déjà habitées. Dans la même zone, on dénombre une école primaire privée de 5 salles de classe, une école primaire publique de 7 salles de classe – les bureaux et les logements pour les enseignants, une école franco-arabe de 3 salles de classe, une antenne téléphonique, un terrain de football, un espace public prévu pour la construction d’une mosquée et des parcelles non encore mises en valeur. Pourtant, l’article 111 du Code minier guinéen en vigueur est précis :

« … Des périmètres de dimensions quelconques, à l’intérieur desquels la reconnaissance, la recherche et l’exploitation des substances minières ou de carrière sont soumises à certaines conditions ou simplement interdites, peuvent être établis partout où l’intérêt général, notamment pour la protection des édifices et agglomérations, des lieux de culte ou de sépulture, points d’eau, zones côtières, voies de communication, ouvrages d’art et travaux d’utilité publique, sans que le titulaire ne puisse réclamer le paiement d’une quelconque indemnité à cet effet….Aucun travail de prospection, de recherche ou d’exploitation de substances minières ou de carrière ne peut être ouvert, sans autorisation, à la surface et dans un rayon de cent mètres :

  • autour des propriétés closes de murs ou d’un dispositif équivalent, villages, groupes d’habitations, puits, édifices religieux, lieux de sépulture et lieux considérés comme sacrés, sans consentement du propriétaire ;
  • de part et d’autre des voies de communication, conduites d’eau, et, généralement, à l’entour de tous travaux d’utilité publique et ouvrage d’art…»

Au mépris de cet article, les pouvoirs publics, toujours en violation des lois en vigueur, ont décidé de déployer des militaires, des gendarmes et des policiers pour déguerpir les populations de la zone. Cette opération de déguerpissement a donné lieu à des pillages, blessés par balles, vole de biens et à des nombreux dégâts matériels.

En effet, une équipe des missionnaires envoyés sur les lieux par le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation suivant Ordre de Mission No 125/MATD/CAB/2015, pour la sensibilisation et la négociation domaniale de la zone dénommée « Area one », dénonce, dans sa conclusion, les pouvoirs publics et la SAG en ces termes :

«…Malheureusement, les résultats enregistrés [de la politique de décentralisation] ont été minces à cause souvent des dérapages des autorités administratives qui outrepassent leurs prérogatives causant ainsi du tort aux populations dont elles ont pourtant la charge de gérer selon les lois et principes établis par le pays.

 Les différentes interventions ont montré que les relations entre la SAG et les communautés riveraines ont souvent été difficiles. Le contenu des textes concernés (Code minier et Code des collectivités) n’est pas suffisamment pris en compte pour résoudre les problèmes dans le cadre de la gestion des ressources minières. Les kintiniankas pensent [à raison] que la SAG doit respect et considération à leur cadre de vie, leur identité, leur passé, leur présent et leur futur ; ce qui pourra favoriser des relations positives entre eux et cette société »

Cette situation rappelle malheureusement les massacres des populations innocentes de Zoghota, Saoro, Siguiri, N’Zérékoré, Womey, etc. Elle témoigne d’une culture de violence d’Etat qui s’en racine dans notre pays, et qui interpelle toute personne éprise de justice et de paix à travailler pour y mettre fin. Ces scènes de violence d’Etat, devenues banales en République de Guinée, se sont toujours passées en violation des textes des lois en vigueur dans notre pays.

Le Bloc Libéral condamne ces violences que les pouvoirs publics font exercer sur les populations innocentes dont ils ont pourtant la noble mission de protéger.

Le Bloc Libéral témoigne sa solidarité aux populations de Kintinia et promet d’explorer les voies de recours devant les juridictions compétentes pour faire respecter leurs droits.

 Fait à Conakry le 11 Décembre, 2015

Le BLOC LIBERAL

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Matoto : Tos Camara dans la tourmente !

Published

on

Votre publicité ici

Mamadouba Tos Camara va-t-il être évincé à la tête de la mairie de Matoto ? Si à ce stade rien n’est moins sûr, il se retrouve dans l'œil du cyclone. Une trentaine des conseillers de la commune sur 45 ont lancé une pétition ce dimanche 24 octobre, pétition dans laquelle ils réclament tout simplement son départ.

Tos qui est arrivé à la tête de la commune en février 2019, grâce à une magouille orchestrée par l’ancien régime dont il est issu, est accusé de « gestion opaque » par les frondeurs,  décidés à le déchoir.

Du côté du maire, dont la légitimité a été toujours contestée, on crie à un règlement de compte engagé contre lui, en raison de la chute d’Alpha Condé au pouvoir.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Près de deux mois après la prise du pouvoir par l’armée, les membres du gouvernement  commencent à tomber à compte-goutte.

Ce jeudi 21 octobre, sur « proposition » du premier ministre Mohamed Beavogui, le président de la transition le colonel Mamady Doumoubya a procédé à la nomination de trois ministres et un secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Il s’agit du général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, précédemment ambassadeur de Guinée à Cuba, qui devient ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale. Egalement, le général à la retraite Bachir Diallo, précédemment attaché de défense à l’Ambassade de Guinée en Algérie, est nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile. Mme Louopou Lamah, précédemment directrice nationale du commerce extérieure et de la compétitivité, prend pour sa part la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. Enfin, Abdourahmane Siké Camara, précédemment conseiller principal du ministre secrétaire général du gouvernement, devient le Secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance