Connect with us

A LA UNE

Une thérapie à base d’un poliovirus, nouvelle arme contre le cancer du cerveau

Published

on

Votre publicité ici

Une thérapie expérimentale utilisant un poliovirus montre une amélioration significative des taux de survie chez les patients souffrant d’un glioblastome récurrent, un cancer agressif qui touche le cerveau ou la moelle épinière. Cette thérapie a été mise au point à l’institut de cancérologie de Duke de l’université du même nom.

Entre mai 2012 et mai 2017, un groupe de 61 patients a été traité avec le poliovirus génétiquement modifié. Après trois ans, 21 % des patients étaient en vie, une différence considérable par rapport au taux de survie de 4 % chez ceux qui avaient reçu le traitement standard.

« Je fais de la recherche sur les tumeurs cérébrales depuis 50 ans et je n’ai jamais vu de résultats d’essai clinique aussi bons », se réjouit le docteur Darell Bigner, directeur émérite du Preston Robert Tisch Brain Tumor Center de l’institut de cancérologie de Duke en Caroline du Nord.

Les récents essais sont attribués à des travaux de recherche qui ont commencé il y a 25 ans dans le laboratoire du docteur Matthias Gromeier, professeur de neurochirurgie au centre médical de Duke.

Le docteur Gromeier et son équipe ont découvert que le récepteur du poliovirus, le CD155, est presque toujours exprimé sur les cellules cancéreuses. Cette découverte signifie que les cellules tumorales de la plupart des cancers peuvent être infectées par le poliovirus, ce qui endommage les cellules, voire les détruit. Le docteur Gromeier a mis au point le virus de telle sorte qu’il ne puisse se reproduire que dans les cellules cancéreuses afin que le traitement n’entraîne pas la paralysie ou la mort, causés par la polio.

« L’un des attraits du récepteur du poliovirus est qu’il est présent quasiment dans tous les cancers solides (de la prostate, du foie, du pancréas, du poumon), et les mécanismes que nous estimons être efficaces peuvent être appliqués à toutes ces tumeurs », explique le docteur Gromeier. L’université Duke a déjà commencé à tester ce traitement sur d’autres cancers.

De bons résultats chez les patients

En août 2017, Michael Niewinski s’est rendu à Durham, en Caroline du Nord, pour recevoir le traitement au poliovirus. Cet homme de 33 ans avait reçu un diagnostic de tumeur cérébrale de grade II en 2011, mais six ans après, sa tumeur a progressé en glioblastome de grade IV.

Ce diagnostic, aussi sinistre soit-il, lui donne une lueur d’espoir : Michael Niewinski remplit les critères d’éligibilité pour participer à l’essai clinique de Duke.

« Beaucoup de gens m’ont demandé : “Ça vous a fait quoi de savoir que ça pourrait vous sauver la vie ?” Mais je savais déjà que ça allait me sauver la vie. Je n’ai jamais cru une seule seconde que j’étais en train de mourir », confie Michael Niewinski.

Cinq mois après le traitement, les scanographies de son cerveau montrent que la tumeur a rétréci, et une récente scanographie montre encore une amélioration. Ces résultats rendent M. Niewinski optimiste.

« Se battre contre le cancer, ce n’est pas drôle. J’ai reçu tellement d’aide durant ce processus, je ressens maintenant que c’est pour moi l’occasion d’aider les autres », ajoute-t-il.

La thérapie au poliovirus utilisé pour traiter M. Niewinski a reçu l’appellation de « breakthrough therapy » de la Food and Drug Administration (FDA). Cela signifie qu’elle est considérée comme une thérapie révolutionnaire et qu’à ce titre, le processus d’approbation du médicament expérimental pour l’étendre à une utilisation clinique est accéléré.

Le docteur Bigner est en pourparlers avec la FDA et pense que la procédure d’approbation pourrait « ne prendre que deux ans ».

Prochaines étapes

Dans le cadre d’un prochain essai, les chercheurs de Duke vont utiliser cette thérapie dans le traitement du mélanome et du cancer du sein triple-négatif. Cet essai commencera également à utiliser une nouvelle classe d’agents appelés « inhibiteurs de point de contrôle » qui affectent l’un des moyens de défense principaux du cancer contre une attaque du système immunitaire.

« Nous associons les inhibiteurs de point de contrôle et le virus dans l’un de nos prochains essais. Nous espérons que cela fera augmenter le taux de survie de 50 % », explique le docteur Bigner.

« Chaque essai clinique n’est qu’une étape vers le prochain essai et vers la prochaine approche. Depuis ces 20 dernières années, nous travaillons là-dessus, et les études en laboratoire donnent les mêmes résultats que ceux que nous constatons chez les patients. Je trouve ça très encourageant », conclut le docteur Gromeier.

Guinee28

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

CAF : Ahmad ne pourra pas être candidat à la présidence

Published

on

Votre publicité ici

Le Tribunal arbitral du sport a réduit de cinq à deux ans la suspension de l'actuel président de la Confédération africaine de football.  Mais si sa peine a été réduite de trois ans, Ahmad ne pourra pas cependant se présenter aux élections ce 12 mars, à Rabat.

En novembre dernier la Commission d'éthique de la FIFA avait le malgache d’une suspension de cinq ans pour, entre autres, détournement de fonds.

Compte tenu donc de la tenue vendredi 12 mars des élections pour la présidence de la CAF, une audience a eu lieu en visioconférence les 2 et 3 mars. Après avoir délibéré, le TAS a reconnu M. Ahmad coupable de violation des règles du code d'éthique érigé par la FIFA, pour des violations financières et détournement de fonds. L'organisme judiciaire a cependant absous Ahmad de son rôle dans le contrat signé entre la CAF et l'équipementier Tactical Steel.

Cette décision, ainsi que la réduction de son amende de 200 000 à 50 000 francs suisses (45 000 euros), met fin aux espoirs de réélection de l'ancien président de la CAF. Un jugement qui ouvre inéluctablement la voie au milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, dernier candidat en lice après les retraits de Jacques Anouma, d’Augustin Senghor et d’Ahmed Yahya.

Par Ibrahim Sylla

 

Continue Reading

A LA UNE

Le président nigérien Mahamadou Issoufou lauréat du Prix Mo Ibrahim 2020

Published

on

Votre publicité ici

Le président sortant du Niger, Mahamadou Issoufou, qui laissera sa place à un nouveau président début avril, a remporté lundi le prix Mo Ibrahim 2020, qui récompense une "gouvernance exceptionnelle" en Afrique.

"Le Comité du Prix souligne le leadership exceptionnel du président Issoufou, à la tête d'un des pays les plus pauvres au monde, confronté à un cumul de défis apparemment insurmontables", selon un communiqué de la Fondation Mo Ibrahim.

Mahamadou Issoufou, 68 ans, a été président du Niger pendant 10 ans, renonçant à un troisième mandat. Il est le premier dirigeant de l'espace francophone à remporter ce prix d'excellence.

Dans l'histoire nationale rythmée par les coups d'Etat, la dernière présidentielle de fin 2020 et début 2021, a été la première transition démocratique entre deux présidents élus.

Mohamed Bazoum, dauphin de M. Issoufou, a été élu après un second tour fin février aux résultats contestés par l'opposition, occasionnant des troubles dans Niamey qui ont fait deux morts.

Sur Twitter, le président nigérien a remercié la Fondation.

Je considère ce prix comme un encouragement pour continuer à penser et à agir en vue de promouvoir les valeurs démocratiques et la bonne gouvernance non seulement au #Niger mais aussi en Afrique et dans le monde.

Fondé par Mo Ibrahim, riche entrepreneur des télécommunications d'origine soudanaise, le prix récompense un ancien chef d'Etat ou de gouvernement d'un pays d'Afrique subsaharienne pour son travail dans l'intérêt du public ou son action en faveur du développement durable.

M. Issoufou est le sixième lauréat du prix Mo Ibrahim, richement doté, qui n'avait été plus été décerné depuis 2017, faute de candidat réunissant les qualités requises.

Outre le président du Niger, cinq anciens présidents africains ont été récompensés depuis 2007, quand le prix a été accordé pour la première fois: le Mozambicain Joaquim Chissano (2007), le Botswanais Festus Gontebanye Mogae (2008), le Capverdien Pedro De Verona Rodrigues Pires (2011), le Namibien Hifikepunye Pohamba (2014), et la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf (2017).

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, icône de la lutte contre l'apartheid, avait été fait lauréat honoraire du prix en 2007.

Les lauréats du prix Mo Ibrahim reçoivent cinq millions de dollars, versés sur dix ans, puis une allocation à vie annuelle de 200.000 dollars.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Décès de l’écrivain et historien Guinéen, Djibril Tamsir Niane

Published

on

Votre publicité ici

L’écrivain et historien Guinéen, Djibril Tamsir Niane est décédé, a-t-on appris  lundi matin 8 mars 2021.

Il est mort à l’âge de 89 ans, des suites de maladie la nuit dernière à Dakar, au Sénégal, selon un membre de sa famille.

Djibril Tamsir Niane est l’auteur du célèbre roman,  Soundiata ou l'épopée Mandingue. Un livre enseigné dans plusieurs pays d’Afrique et d’ailleurs.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance