Connect with us

Société & Faits Divers

Un homme tué par balle : Son fils de deux ans mis en cause

Published

on

Un homme a été retrouvé mort mardi dans l’Alabama, tué par balle. Si l’enquête n’en n’est qu’à ses débuts, la piste selon laquelle son fils de deux ans aurait accidentellement tiré est privilégiée. 

Une véritable tragédie. Mardi, la police de Birmingham, dans l’Alabama, a découvert le corps sans vie d’un homme, chez lui. Agé de 31 ans, il a été tué par balle et était allongé au sol lorsqu’il a été trouvé, rapporte CNN. D’après les premiers éléments de l’enquête, sa mort pourrait être accidentelle. Son fils de deux ans aurait appuyé sur la gâchette alors qu’il se trouvait seul avec son père. «Je ne peux pas dire de façon définitive qu’il s’agit d’un accident et expliquer la façon dont il a été tué, mais la mère de l’enfant nous a téléphoné et nous a dit qu’elle avait découvert son mari et qu’elle pensait que l’enfant avait tiré. Nous n’avons rien prouvant la piste d’un intrus dans la maison ou d’un suicide», a expliqué la police en conférence de presse. L’arme appartenait à la victime.

Des drames en série

Ce n’est pas la première fois qu’un tel drame se produit. En Avril, un enfant de trois ans a tiré une balle dans la tête de son jeune frère âgé de seulement un an, à Cleveland. Début mars, un petit garçon de trois ans a tiré une balle dans la tête de son petit frère de 18 mois alors qu’ils se trouvaient chez eux, près de Nashville, dans le Tennessee. Fin janvier, dans le Missouri, garçonnet de cinq ans a accidentellement tué son frère de neuf mois. La victime avait reçu une balle dans la tête. Un mois plus tôt, alors qu’une mère et son fils de deux ans faisaient leurs courses dans un supermarché Walmart, à Hayden, dans l’Idaho, la jeune femme de 29 ans a été tuée par son fils. L’enfant qui était assis dans le caddie a trouvé dans le sac à main de sa mère son arme à feu et lui a tiré dessus, la blessant mortellement. En août, dans l’Arizona, une fillette de neuf ans a tué par accident l’homme qui lui apprenait à se servir d'un pistolet mitrailleur dans un stand de tir de White Hills.

En 2012, après la tuerie d’Aurora, qui avait fait 12 morts, Barack Obama avait pourtant tenté de relancer le débat sur le port d’armes, mais son ambition avait été stoppée par le lobby de la NRA (National Rifle Association) qui défend corps et âmes la possession d’armes. Après la fusillade de Newtown au cours de laquelle 20 enfants et 6 adultes avaient été tués en décembre 2012, la question des armes à feu avait de nouveau fait la Une. Malgré l’implication de Barack Obama, soutenu par des millions d’Américains favorables à un renforcement du contrôle des armes à feu, le Sénat avait pourtant rejeté quelques mois plus tard une mesure qui aurait rendu obligatoires les vérifications d'antécédents avant l'achat d'une arme sur internet et dans des foires. Seuls 54 sénateurs avaient voté pour (et 46 autres contre), quand 60 voix positives étaient requises pour l’adoption d’un tel texte. Le Président américain avait alors évoqué un «jour de honte pour Washington».

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Education: suppression des plusieurs postes dans le pré-universitaire

Published

on

Le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing, a annoncé la suppression provisoire de plusieurs postes dans les établissements scolaires publics.

Il s’agit de Secrétaire, de Conseiller d’Orientation et d’information, de Chargé des Ressources Matérielles et Financières, d’Agent de Santé et de l’hygiène Scolaire,  de Bibliothécaire documentaliste charge des TIC, de Chargé de laboratoire, Secrétaire Archiviste et suppléant.

Dans sa décision, Guillaume Hawing invite les cadres qui occupaient jusque là ces postes à rejoindre les salles de classes dès la rentrée scolaire prochaine.

Par Mariam Bâ 

Continue Reading

A LA UNE

Dubréka : Rebonds et éclats de rire garantis

Published

on

A Dubréka plusieurs personnalités administratives sont fréquemment toisées. Certaines sont citées à comparaître devant les autorités judiciaires du tribunal de première instance pour répondre de leurs fautes ou de leur complicité dans des affaires domaniales, d’abus d'autorité ou de stellionat. En cause, la vente d’une seule et même parcelle à usage d’habitation et la délivrance d’actes de propriété à plusieurs personnes à la fois. Certains gros bonnets parviennent à se tirer d'affaires la tête haute. D’autres n’y arrivent que par des moyens qu’eux seuls connaissent. Mais dans la plupart des cas ils écopent des condamnations à des peines de prison ferme ou avec sursis et à des amendes. C’est une réalité.

Dubréka souffre de ce mal causé par la cupidité de citoyens peu recommandables qui piègent leurs compatriotes dans des cessions malhonnêtes et l’irresponsabilité des autorités locales indélicates qui apposent leurs signatures sur des documents administratifs. Cette délinquance (si elle n’est enrayée par la justice) va continuer à  faire des victimes dans les rangs d'honnêtes acquéreurs en quête d’un toit pour leur famille, et à provoquer des conflits domaniaux dans la cité. Les cas d’abus d’autorité relevés et transmis à la justice pour examen ne sont pas en reste.
Dire que les rebonds et éclats de rire sont garantis dans de telles affaires peut être un cliché, mais il n’en reste pas moins vrai que l’image de l’autorité publique au service des citoyens y est toujours fortement écornée par ceux qui se foutent éperdument de la morale. J’ai dit.
Par Alpha Abdoulaye Diallo, in Le Populaire
Continue Reading

A LA UNE

Affaire Mohamed Bangoura : un compromis finalement trouvé à la HAC

Published

on

Convoqué par l’État-major général des armées vendredi dernier à cause d’un article de presse publié par son site portant sur la « disparition d’un camion de Tramadol, saisi récemment par les inspecteurs de la santé au port autonome de Conakry, le directeur de publication de Mosaiqueguinee.com, Mohamed Bangoura, a été reçu ce lundi, 08 août 2022, par la Haute autorité de la communication (HAC).

Après un échange avec Boubacar Yacine Diallo, un règlement à l’amiable a été finalement trouvé entre l’armée et le journaliste.

Selon nos informations, il a été établi que nos confrères de Mosaiqueguinee.com n’ont pas respecté quelques règles élémentaires du traitement de l’information, c’est-à-dire le recoupement de l’information avant de publier l’article incriminé. Par conséquent un travail de rectification va être fait par nos confrères.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance