Connect with us

A LA UNE

Un homme soupçonné de crimes contre l’humanité au Liberia arrêté en France

Published

on

Votre publicité ici

Un homme soupçonné de crimes contre l'humanité au Liberia dans les années 1990, durant la guerre civile qui a sévi dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, a été mis en examen et écroué jeudi en France.

Kunti K., ressortissant libérien naturalisé néerlandais, a été interpellé mardi en région parisienne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), a indiqué à l'AFP le colonel Eric Emeraux, commandant de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG), qui a mené l'opération conjointement avec les gendarmes d'élite du GIGN.

Cet homme né en 1974 "aurait été commandant au sein de l'ULIMO (United Liberation Movement of Liberia for Democracy), faction de trois groupes armés" s'opposant au mouvement de l'ancien président libérien Charles Taylor (le Front national patriotique du Liberia, NPFL, qui avait déclenché la guerre au Liberia fin 1989), au moment de la première guerre civile dans ce pays, a indiqué pour sa part une source judiciaire.

Il est soupçonné d'actes de torture, d'utilisation d'enfants soldats, de meurtres, d'actes de cannibalisme et de mise en esclavage, entre 1993 et 1997, selon cette même source.

L'homme, qui se cachait chez un ami au moment de son interpellation, "avait rejoint la France en 2016, après avoir quitté les Pays-Bas et être passé par la Belgique", a expliqué le colonel Eric Emeraux.

Le pôle "crimes contre l'humanité, crimes et délits de guerre" du parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire à la suite d'une plainte déposée le 23 juillet 2018 par l'ONG Civitas Maxima, et lancé un mandat de recherche à son encontre, selon la source judiciaire.

"Actes de torture"

A l'issue de la garde à vue, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire et le suspect a été mis en examen pour actes de torture en réunion par l'usage d'une arme, et actes de torture constitutifs de crimes contre l'humanité.

Contactée par l'AFP, Civitas Maxima n'a pas souhaité faire de commentaires. Cette ONG basée à Genève, qui défend les victimes de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, a pour but de "faciliter la documentation des crimes internationaux", et de développer "une coopération à l'échelle globale entre victimes, enquêteurs, avocats indépendants, et autorités étatiques", selon son site.

Elle a contribué à l'arrestation de plusieurs personnes liées à la guerre civile au Liberia, l'un des plus atroces conflits du continent africain qui a fait quelque 250.000 morts entre 1989 et 2003. Parmi elles, Agnes Taylor, une ancienne épouse de Charles Taylor, ou encore Mohammed Jabateh, un ancien commandant de l'ULIMO condamné en avril dernier à 30 ans de prison aux Etats-Unis.

L'ex-président Charles Taylor (1997-2003) a pour sa part été condamné par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) en 2012 à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans ce pays voisin du Liberia. Sa condamnation a été confirmée en 2013 et il purge sa peine en Grande-Bretagne.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Il se masturbait devant des femmes : un Guinéen condamné à dix mois de prison ferme en France

Published

on

Votre publicité ici

Un Guinéen de 26 ans vient d’être condamné à dix mois de prison ferme par un tribunal d’Angoulême,  une commune située dans le sud-ouest de la France.

Selon  Charente Libre qui rapporte l’information, Alpha Barry était accusé d’avoir agressé sexuellement une jeune femme et de s’être masturbé devant d’autres. « J’ai eu la peur de ma vie, j’ai cru qu’il allait me violer », a raconté une jeune femme qui a rencontré l’individu mis en cause le 3 août 2019, à Fléac. Ce jour-là, elle a croisé le chemin d’Alpha Barry. Il était à vélo. Il l’a regardée, s’est arrêté, a baissé son pantalon puis a commencé à se masturber en l’observant.

Il s’est ensuite approché d’elle et a tenté de la caresser. Mais elle a réussi à fuir. Cinq jours plus tard, rebelote sur la coulée verte, à Saint-Yrieix. Là encore, il croise une femme, et se masturbe devant elle.

Un an plus tard, le 4 juin 2020, une jeune femme rentre de soirée, à Angoulême. Il est 2 heures du matin, elle approche de chez elle et elle sent une main dans son dos, puis sur ses fesses. Elle hurle, Alpha lui fait une proposition indécente. C’est dans cette situation que la BAC arrive et l’interpelle, explique la même source.

Au commissariat, Alpha Barry explique tout d’abord être mineur. Mais l’enquête et une analyse osseuse ont permis de déterminer qu’il serait plutôt âgé de 26 ans.

À l’audience, il n’a rien voulu dire. Son avocat, Me Rahmani met en avant « une fragilité psychologique, qui expliquerait ce passage à l’acte. » Conformément aux réquisitions du parquet, il a écopé de dix mois de prison ferme. Et comparaîtra de nouveau prochainement devant le tribunal, pour des faits de même nature.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé demande des sanctions contre les auteurs des rackets sur la route

Published

on

Votre publicité ici

Le président Alpha Condé a instruit à son ministre de la Sécurité d’envisager des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés et les rackets policiers sur la route. Il a donné cette instruction ce jeudi en marge de la session ordinaire du conseil des ministres.

« Il (Alpha Condé, ndlr) a instruit au Ministre de la Sécurité d’envisager des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés ou des pratiques de racket systématique aux points de contrôle », a-t-il demandé selon le compte rendu du conseil des ministres.

Poursuivant, le chef de l’Etat a expliqué que le contrôle de sécurité est la seule raison de l’érection des barrages.

Pour mettre donc un terme à leur prolifération anarchique sur le territoire national qui est ‘’très dommageable aux transporteurs et aux usagers de la route’’, dit-il, il a demandé au gouvernement d’engager la réflexion, dès maintenant, pour les mesures à prendre afin de réglementer les barrages routiers en Guinée.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Football : report des éliminatoires africaines de la coupe du monde Qatar 2022

Published

on

Votre publicité ici

La Commission d'Urgence de la CAF, en concertation avec la FIFA, a décidé jeudi 6 mai 2021, de reporter les éliminatoires africaines de la Coupe du Monde 2022.

Désormais, elles se tiendront durant les fenêtres internationales de septembre, octobre et novembre 2021, ainsi que de mars 2022, au lieu de juin 2021.

Cette décision est motivée « par la gestion de la pandémie de COVID-19, et le souci de garantir des conditions de jeu optimales pour toutes les équipes participantes. »

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance