Connect with us

A LA UNE

UE-AFRIQUE : Mettre la culture au cœur de notre dialogue

Published

on

Votre publicité ici

Nous voulons donner en 2021 un nouvel élan au partenariat entre l’Union européenne et l’Afrique. Celui-ci ne doit cependant pas se situer seulement sur le terrain économique ou politique : la culture et les échanges culturels doivent en devenir un élément essentiel.

La culture est tellement présente dans nos vies qu’elle en devient souvent invisible. Musique, danse, cinéma, télévision, arts plastiques, littérature, théâtre ou encore gastronomie, autant d’activités qui à la fois nourrissent notre imaginaire et rythment notre quotidien.

La culture est aussi au cœur de notre identité. En forgeant des esthétiques, des références et récits communs, la culture vivante, mais aussi l’héritage culturel, matériel et immatériel, définissent notre appartenance et notre rapport au monde.

La culture, une importante ressource économique

La culture est enfin une importante ressource économique. L’industrie créative, le design, le cinéma sont des secteurs porteurs d’emploi et de revenus. Le patrimoine archéologique et les musées, attirent le tourisme qui à son tour encourage le développement d’activités comme l’artisanat de souvenirs, l’hôtellerie, les guides et accompagnateurs…

Le soutien à ce secteur est d’autant plus nécessaire aujourd’hui que ces activités ont été durement frappées en Afrique comme en Europe par la crise du COVID-19.

Mais le propre des cultures est aussi de se mélanger aux autres cultures pour s’enrichir. A ce titre, l’apport de l’Afrique et de ses diasporas à la culture mondiale est considérable. Il n’y aurait pas de pop, de RnB, de jazz, de blues, de rock, de blues, de funk, de disco, de salsa, de reggae, ou encore de rap sans l’héritage musical africain et afro-descendant. Cette observation peut être étendue au foisonnement des autres arts.

Au-delà de ces constats, je suis aussi de ceux qui croient que la culture doit être partie intégrante de la réponse aux défis de politique étrangère, que ce soient les crises sanitaires, les conflits ou encore les menaces liées au changement climatique.

La culture, une réponse aux défis de politique étrangère

Parce qu’elle touche au cœur des gens, à ce qu’ils ont à la fois de plus singulier mais aussi de plus universel, elle peut en effet contribuer à trouver des solutions là où les outils traditionnels de la politique n’y parviennent pas. La culture permet de véhiculer des valeurs – comme le respect des droits de l’homme ou de l’Etat de droit – de susciter des réflexes d’humanité, de solidarité et d’entraide, de promouvoir des comportements protecteurs face aux dangers.

La protection de l’héritage culturel peut également contribuer à la (re)construction d’une identité citoyenne et d’une Nation. L’Union européenne travaille par exemple avec l’UNESCO au Mali pour sauvegarder les mausolées et manuscrits de l’empire malien menacés par les djihadistes. Au Niger et au Burkina Faso, nous soutenons de nombreux projets visant à renforcer la citoyenneté et la solidarité grâce à des coproductions artistiques entre jeunes des deux pays, car la réponse au terrorisme passe inévitablement par un renforcement de l’éducation et du respect des cultures. L’Union européenne lutte aussi contre le trafic illicite d’objets d’arts auquel s’adonne le terrorisme international qui pille musées et sites archéologiques pour financer ses attentats, en privant les peuples de leur mémoire et de leur richesse culturelle.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) est un autre exemple de soutien européen aux industries culturelles en Afrique. Depuis près de 50 ans, le FESPACO s’est affirmé comme une des vitrines majeures de promotion du cinéma africain sur le marché international. Via son programme « Ethical Fashion », l’UE forme et équipe également plus de 10.000 artisans qui ensuite travaillent pour les grandes marques de couture internationales sur base de leurs modèles traditionnels. D’autres programmes couvrent une palette diversifiée d’actions comme le soutien à la production et à la diffusion, l’organisation de formations, l’accès au micro-crédit ou un appui à l’entrepreneuriat culturel.

Le laboratoire Youth Hub et le projet MAISHA

A plus petite échelle, le laboratoire Youth Hub, mis en place par l’Union africaine et l’Union européenne, a permis ces dernières années à des jeunes des deux continents de se rencontrer et de formuler des propositions concrètes pour renforcer le partenariat entre l’Europe et l’Afrique. Dans le même esprit a été lancée il y a deux ans, le projet MAISHA, une expérience inédite de co-création musicale européenne et africaine. Il a réuni 12 musiciens des deux continents ; de cette rencontre sont nés des morceaux de musique originaux interprétés lors d’un concert public pour la Journée de l’Europe et la fondation de l’Union Africaine à Addis Abeba en 2019 puis virtuellement cette fois en 2020.

En ce début d’années 2021, je formule un vœu : que nous parvenions à établir avec nos Etats membres de véritables « maisons européennes de la culture », c’est-à-dire des espaces qui, à l’instar

des instituts culturels nationaux, s’ouvrent au sein de pays partenaires pour se faire l’écho tant des cultures européennes que de celle des pays-hôtes, et encourager le dialogue entre les deux. Cette dynamique est déjà lancée mais je souhaite qu’elle se renforce.

Tout comme je souhaite voir augmenter les échanges de personnes. A travers le programme Erasmus +, plus de 26.000 échanges entre l’Europe et l’Afrique ont été réalisés depuis 2014. Nous voulons aller plus loin et faire bénéficier au moins 105.000 étudiants africains d’un programme de mobilité d’ici 2027.

Ces exemples montrent que la culture peut et doit prendre une place significative dans le partenariat entre l’Europe et l’Afrique que nous voulons redéfinir. « Art, culture et patrimoine, leviers pour l’édification de l’Afrique que nous voulons”, le thème choisi par l’Union africaine pour l’année 2021, ouvre à ce titre de belles perspectives.

Par Josep Borrell, Haut-représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : les hommages de Cellou Dalein Diallo aux détenus politiques

Published

on

Votre publicité ici

Ce samedi 17 avril 2021, c’est la journée internationale des prisonniers politiques. A cette occasion, Cellou Dalein Diallo a rendu un hommage aux détenus politiques guinéens, qui sont majoritairement ses plus proches collaborateurs.  

« A l’occasion de la Journée internationale des prisonniers politiques, je souhaite rendre un hommage appuyé́ à mes principaux collaborateurs et aux nombreux militants de l’UFDG, de l’ANAD et du FNDC arbitrairement détenus dans les prisons guinéennes en raison de leur combat pour le respect de la vérité́ des urnes ou de leur opposition au troisième mandat. Je félicite tous ceux qui, de l’intérieur comme de l’extérieur, dénoncent cette détention illégale et œuvrent pour la libération de ces prisonniers d’opinion. »

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Ebola : aucun nouveau cas depuis 12 jours en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Depuis 12 jours, aucun nouveau cas du virus Ebola n’a été notifié en Guinée.

Réapparut en début d’année dans la région forestière, l’épidémie semble marquer une pause. Toutefois,  le sort d'un cas confirmé, caché dans sa communauté, inquiète les agents de santé engagés dans la lutte contre la maladie, comme l’a expliqué à rfi Dr Mory Keita.

« Est-ce qu’il est déjà mort ? Et s’il est mort, comment son corps a-t-il été géré ? Quelles sont les personnes qui ont été exposées ? S’il n’est pas mort, quelles sont les personnes autour de lui, prennent-elles des mesures ? Est-ce qu’ils ont été contaminés ? Comme nous n’avons pas d’information sur ce cas, ça reste un grand défi. Certes il y a des progrès mais aujourd’hui, ça reste très difficile de vous dire avec confiance quand est-ce qu’on va pouvoir en finir avec l’épidémie.»

Depuis la résurgence de la maladie dans le pays en janvier,  5 des 16 cas confirmés sont décédés.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Noix de cajou : pourquoi les Africains passent à côté de cette manne ?

Published

on

Votre publicité ici

Majoritairement cultivées en Afrique, seule une fraction de la production de noix de cajou est transformée sur le continent, le privant ainsi d’une multitude d'opportunités liées à l'explosion de la demande mondiale.

L’appétit pour la noix de cajou ne fait que croître sur les marchés mondiaux. Mais les pays africains qui la cultivent, soit plus de la moitié de l’offre mondiale, n’en tirent pratiquement aucun profit. Le rapport de la CNUCED montre que le problème réside dans le manque d’industries de transformation.

Entre 2000 et 2018, le commerce mondial de noix de cajou brutes a plus que doublé pour atteindre 2,1 milliards de kilogrammes dont près des deux tiers de cette croissance sont le fait des producteurs africains - la Côte d’Ivoire en tête.

Pourtant les agriculteurs et les exportateurs du continent n’obtiennent qu’une fraction du prix de détail final, selon le rapport Coup d’œil sur les produits de base : numéro spécial sur les noix de cajou.

« Les pays qui cultivent des noix de cajou mais ne les transforment pas à une échelle significative ne retiennent qu’une petite part de la valeur créée lorsque la noix passe de la ferme au magasin », a déclaré Miho Shirotori, qui dirige les travaux de la CNUCED sur les négociations et la diplomatie commerciales.

« Agriculteurs, exportateurs et travailleurs africains passent à côté d'une multitude d'opportunités », a déclaré Mme Shirotori.

Pourquoi les Africains passent à côté de cette manne 

Les noix de cajou poussent sous les climats tropicaux de 20 pays d'Afrique occidentale et orientale qui produisent environ 90% des noix de cajou brutes commercialisées sur le marché mondial. Après la Côte d'Ivoire, les principaux producteurs sont la Tanzanie, le Nigéria, le Bénin, la Guinée-Bissau, le Mozambique et le Ghana.

Mais moins de 15% des noix du continent sont décortiquées sur le sol africain. Le reste est exporté principalement vers l’Asie, où 85% des noix de cajou du monde sont décortiquées, ajoutant de la valeur au produit. À eux seuls, deux pays asiatiques - l’Inde et le Viet Nam - totalisaient environ 98% des importations mondiales de noix de cajou brutes entre 2014 et 2018.

Davantage de valeur est ajoutée en Europe et en Amérique du Nord, où 60% des noix commercialisées sont torréfiées, salées, emballées et consommées en accompagnement d’apéritifs ou incorporées dans une boisson, une barre nutritive ou dans d’autre produit.

Le coût d'une transformation limitée

Bien qu’il soit difficile d’évaluer le manque à gagner pour l’Afrique, le rapport fournit des calculs indicatifs.

En 2018, par exemple, le prix à l'exportation des noix de cajou de l'Inde vers l'Union européenne (UE) était environ 3,5 fois plus élevé que celui payé aux producteurs ivoiriens de noix de cajou - une différence de prix de 250%.

Et après une deuxième étape de transformation dans l’UE, le prix des noix de cajou était environ 2,5 fois plus élevé que lorsqu’elles étaient exportées de l’Inde - et environ 8,5 fois plus qu’à la sortie de la ferme en Côte d’Ivoire.

« Cela montre le potentiel de création de valeur ajoutée pour les pays africains producteurs de noix de cajou, dont 14 sont classés parmi les pays les moins avancés (PMA) », a déclaré Mme Shirotori. « Et la création de valeur peut conduire à de meilleurs salaires pour les travailleurs et plus de revenus pour l'économie locale. »

Les noix de cajou pour réduire la pauvreté

Le rapport met en évidence le potentiel des noix de cajou à contribuer aux Objectifs de développement durable des Nations Unies, en particulier celui visant une réduction de la pauvreté.

« La production ayant généralement lieu dans les petites exploitations des zones rurales, il existe un lien direct entre la valeur ajoutée dans le secteur de la noix de cajou et la réduction de la pauvreté », écrivent les auteurs, soulignant que les noix de cajou sont une source de revenus pour environ 3 millions de petits exploitants agricoles en Afrique.

Ce continent présente le plus grand potentiel, aujourd’hui inexploité, de réduction de la pauvreté par transformation des noix de cajou. Il existe également en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes où la noix de cajou est aussi cultivée.

Le rapport souligne que les 46 pays principaux producteurs de noix de cajou sont des économies en développement, dont 18 sont classés dans la catégorie des PMA.

« L’Afrique n’est pas au centre du rapport », a déclaré Stefan Csordas, auteur principal du rapport. « Mais les pays du continent produisant plus de la moitié de l'offre mondiale de noix de cajou, dont 14 PMA, ils placent l’Afrique en bonne place dans l'analyse. »

Une douzaine d’autres pays qui cultivent la noix sont en Asie (dont quatre PMA), représentant 43% de la production mondiale. Quatorze autres se trouvent dans la région d’Amérique latine et des Caraïbes, qui produisent 5% de l’approvisionnement mondial.

Nouvelles opportunités de marché

Plusieurs tendances du marché mentionnées dans le rapport ouvrent des perspectives pour les transformateurs africains. Il s’agit notamment du goût croissant des consommateurs mondiaux pour des collations plus saines et de leur préférence accrue pour les produits alimentaires plus respectueux de l’environnement et éthiques.

La traçabilité, la transparence et la durabilité des chaînes d'approvisionnement alimentaire deviennent de plus en plus importantes pour les consommateurs et les fournisseurs, indique le rapport. Cela pourrait profiter aux transformateurs africains qui s'approvisionnent en fruits à coque localement plutôt que par le biais de longues chaînes d'approvisionnement.

Les transformateurs africains qui peuvent répondre aux normes de qualité et de sécurité alimentaires de plus en plus strictes sur les marchés mondiaux pourraient profiter de la demande croissante en produits biologiques qui, dans l'UE, par exemple, a augmenté de 121% entre 2009 et 2019.

De meilleures politiques sont nécessaires

Alors que l'épine dorsale de l'industrie africaine de la noix de cajou doit être un approvisionnement stable en noix brutes de haute qualité, le rapport indique que les transformateurs ont également besoin d'un environnement politique qui leur permette d'opérer avec des coûts de transformation compétitifs et qui leur facilite l'accès aux principaux marchés d'exportation.

Les décideurs politiques africains doivent donc prendre en compte l'ensemble de la chaîne de valeur de la noix de cajou : production, transformation et commerce. Selon le rapport, cela comprend les mesures suivantes :

-Assurer aux agriculteurs l’accès à des semis de qualité, au savoir-faire technologique et aux informations sur le marché.

-Former davantage les agriculteurs à l'entrepreneuriat et à la gestion des exploitations, y compris aux pratiques de récolte et post-récolte.

-Soutenir la recherche publique pour identifier les meilleures pratiques et technologies agricoles dans les conditions environnementales et économiques locales.

-Améliorer les infrastructures rurales, y compris les routes secondaires, pour mieux relier les exploitations de cajou et les sites de transformation.

-Faciliter l'entrée sur le marché grâce au développement des compétences techniques et à un meilleur accès aux informations sur le marché.

-Renforcer la capacité des transformateurs de noix de cajou à répondre aux normes de qualité imposées sur les marchés étrangers.

-Promouvoir le développement de produits dérivés de la noix de cajou, tels que les boissons à base de pommes de cajou, actuellement considérées comme déchets.

-Favoriser la coopération entre les régions productrices de cajou pour améliorer la stabilité du marché, limiter les goulots d'étranglement de l'offre et réduire les incitations à la contrebande transfrontalière.

-De telles actions politiques et ces mesures de soutien renforceraient finalement les capacités productives des pays africains - les ressources productives, les capacités d’entrepreneuriat et les liens de production qui déterminent la capacité d’une économie à produire et à ajouter de la valeur aux biens et services.

L’indice des capacités productives de la CNUCED permet de suivre dans quelle mesure les pays ont développé leurs capacités de production, ce qui permet aux décideurs de suivre les performances de leur pays au fil du temps.

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance