Connect with us

A LA UNE

Tribune : la loi, c’est moi ! ( par Tierno Monénembo)

Published

on

La loi, c’est moi ! ». Telle est la profession de foi de l’Etat primitif que nous a légué le système abrutissant du PDG-Sékou Touré (ce n’est pas moi mais Alpha Condé -alors, président de la FEAF- en personne qui a inventé ce drôle de sobriquet !). Un Etat fondé non sur le principe mais sur l’individu c’est-à-dire sur l’humeur et sur la désinvolture !

On hurle, on ordonne, on décrète comme on veut sans respecter les règles, sans tenir compte de la hiérarchie, sans suivre la procédure. Le Lieutenant-Colonel, Mamadi Doumbouya pousse jusqu’à la caricature cette étrange manière de gouverner.

Comment qualifier un président qui convoque le personnel d’un ministère sans passer ni par le Premier Ministre ni par le ministre de tutelle ? C’est sans conteste, un président qui dévalorise et sa fonction et celle de ses collaborateurs ! Comment voulez-vous qu’un chef d’Etat-major normalement constitué puisse respecter un collègue qui s’occupe de vider de leurs maisons des individus soupçonnés de les occuper illégalement ?

Dans tout pays normal, une telle tâche revient aux greffiers et aux huissiers voire aux plantons et aux domestiques. Un chef d’Etat-major a autre chose à faire, tout de même !

Le ministère de la justice vient de suspendre l’excellent juge, Alphonse Wright simplement parce que celui-ci a osé rappeler à un gradé qu’il n’est pas officier de police judiciaire et que donc il n’a pas à convoquer qui il veut comme il veut. A ce propos, le brillant avocat, Maître Mohamed Traoré nous a cité les trois règles selon lesquelles, un gendarme ou un policier peut se prétendre officier de police judiciaire. Apparemment, le Colonel Samoura  (du reste, lui-même suspendu, on ne sait trop pourquoi !) qui se réclame officier de police judiciaire n’en remplit pas les critères. Bonjour, la cacophonie !

Mais bon, nous sommes en Guinée, le seul pays au monde où on n’a pas besoin de remplir les critères d’une fonction pour l’exercer. Ici, n’importe qui peut faire n’importe quoi. On a vu Lansana Conté aller lui-même sortir de prison un détenu à l’insu des autorités compétentes et sans même prendre la peine de pondre un décret de grâce.  Récemment, on a vu Mamadi Doumbouya dépêcher des bidasses armés  jusqu’aux dents juste pour déposer un avis d’expulsion. Démonstration de force ou aveu d’impuissance ? Est-ce  vraiment ainsi qu’un Etat digne de ce nom manifeste son autorité ?

« La loi, c’est moi ! »

De Sékou Touré, à Mamadi Doumbouya, en passant par Lansana Conté et les autres, en Guinée, ce sont des individus qui font la loi. Ce n’est ni le bons sens ni la raison, à plus forte raison, la légitime initiative de la majorité. Et quels individus, mon dieu ! Des gus furibards et rancuniers, qui utilisent les moyens de l’armée pour régler des comptes personnels. Que savent-ils faire, au fond, à part crier, insulter, décapiter les honnêtes gens et démolir le peu qu’ils ont trouvé de construit ?

Soyons francs, Guinéens, avez-vous trouvé chez un seul de nos présidents, cette réserve, cette sérénité, cette profondeur d’esprit bref, cette componction qui fait la marque de fabrique d’un véritable homme d’Etat ? Evidemment, que non !

Ces Assises nationales n’ont aucun sens. L’Etat guinéen n’est pas à refonder : il est à créer de toute pièce, de toute urgence. Tout simplement parce qu’il n’a jamais existé.

Par Tierno Monénembo

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Durée de la transition en Guinée : désaccord entre la Cedeao et la junte

Published

on

Le délai de transition fixé en Guinée est en total désaccord avec les dirigeants de la CEDEAO qui préconisent un délai beaucoup plus court. Pour l’institution sous régional le rôle de la transition c’est de préparer des élections transparentes et crédibles et non de faire toutes les réformes.

La CEDEAO est contre le délai de transition fixé en Guinée. L’institution sous régionale estime que ce délai est beaucoup trop long pour un retour à la normale. Le Conseil national de la transition a voté pour une période de durabilité 3 ans de transition. Une décision qui ne reçoit pas l’adhésion de la CEDEAO.

“Les meilleures transitions, c’est les transitions les plus courtes possibles. Une transition qui est issue d’un coup d’Etat militaire, ce n’est pas un mandat électif. Dans notre région vous avez des chefs d’Etats qui sont élus pour cinq ans. Un coup d’Etat militaire qui s’apparente à un mandat électif, ça pose un problème”, a déclaré Jean-Claude Kassi BROU, Président de la commission de la CEDEAO

Les autorités transitaires de Guinée disent avoir pris cette décision après avoir consulté toutes les forces vives de la nation. Elles disent vouloir restaurer une stabilité politique et sociale avant de remettre le pouvoir. Certains partis de l’opposition ont de leur côté indiqué qu’ils ne sont pas d’accord avec le délai de transition fixé

“Une transition n’est pas là pour faire toutes les réformes. Il s’agit pour une transition de faire en sorte qu’on ait une élection crédible. Qui soit une élection acceptée par toutes les parties pour qu’il y ait consensus et la paix; c’est ça l’objectif principal d’une transition. Mais une transition n’a pas de légitimité pour faire des réformes qui doivent être faites par un gouvernement issu du peuple”, souligne M.BROU.

La CEDEAO a suspendu la Guinée de toutes ses instances de décision. L’institution sous régionale a « exigé le respect de l’intégrité physique du président Alpha Condé » ainsi que la libération de toutes les personnes interpellées et réclament, « très rapidement », un retour à l’ordre constitutionnel.

Avec Africa24

Continue Reading

A LA UNE

Médias : les travailleurs de la Radio Espace Foutah en grève

Published

on

Les programmes de la  Radio Espace Foutah sont paralysés depuis ce mardi 17 mai 2022, en raison d’une grève générale illimitée déclenchée par  les travailleurs, qui réclament une amélioration  des leurs conditions de vie et de travail.

Dans un communiqué, le collectif des travailleurs de ce media appartenant au groupe Adafo de Lamine Guirassy, explique que « malgré des nombreuses tentatives internes – conformément à la loi – pour la prise en compte de sa plateforme revendicative axée sur l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes et techniciens au niveau local, la Direction Générale du Groupe Hadafo Médias n’a pas daigné donner une suite favorable à ladite revendication ».

« Eu égard à tout ce qui précède, le collectif des travailleurs de la Radio Espace Foutah a décidé d’aller en grève à partir de ce mardi 17 mai 2022 et ce, jusqu’à la satisfaction de ses revendications », souligne les travailleurs.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Affaire Tamba/Adama Hawa:  un communicant du RPG placé sous mandat de dépôt

Published

on

Le jeune communicant du RPG-arc-en-ciel, Korbonya Baldé, a été inculpé puis placé sous mandat de dépôt,  à la Maison centrale, ce mardi 17 mai 2022,  par le doyen des juges d'instruction du TPI de Mafanco.

Il est accusé d'injures et menaces de mort sur les réseaux sociaux, dans l'affaire du mariage controversé du journaliste Tamba Millimouno et Adama Hawa Bah, devenue  Esther MIllimono.

Depuis une dizaine des jours, la Guinée est secouée par  l'histoire de ce  "mariage". Notre confrère de la radio espace fm qui entretenait une relation amoureuse depuis quelques années avec cette jeune fille  d'une religion différente a voulu célébrer son mariage à la mairie de Matoto. Mais face au refus de la famille de sa prétendante qui parle de détournement sur fond d’envoûtement de leur fille et les dossiers incomplets, il  n'a pas pu être célébrer à la mairie, obligeant  le couple à vivre en cachette.
Par Mariam Bâ
Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance