Connect with us

Société & Faits Divers

Trente-cinq femmes l’accusent publiquement des viols

Published

on

Trente-cinq femmes alignées sur d’étroites chaises en bois. Plus une chaise, vide. L’image, qui fait la « une » du New York Magazine, est frappante. Après des mois d’accusations contre l’acteur Bill Cosby, le magazine a réuni trente-cinq de ses victimes présumées, donnant la parole à ces femmes qui accusent l’ancienne star de la télévision de les avoir droguées puis violées. En titre, Cosby : The Women. An Unwelcome Sisterhood (« Cosby : Les femmes. Une communauté indésirable »).
Les accusations datent pour les plus anciennes des années 1960, les plus récentes des années 2000. Ces femmes étaient à l’époque mannequins, serveuses, actrices en herbe ou modèles pour le magazine Playboy. Certaines avaient été présentées à Cosby par leur agent. Mais la plupart n’ont rien dit pendant des années, de peur de ne pas être crues, d’être traitées de menteuses. Comment s’en prendre à celui qui symbolisait alors « Monsieur Amérique » ?

« Mais qui au monde m’aurait crue ? »
Aujourd’hui, trente-cinq des quarante-six femmes ayant déjà accusé Bill Cosby d’agressions ont décidé de briser cette loi du silence qui leur avait été imposée par l’aura du premier Noir américain à avoir créé un sitcom à son nom – The Bill Cosby Show.

« J’aurais pu marcher dans n’importe quelle rue de Manhattan, et dire, n’importe où : “J’ai été violée et droguée par Bill Cosby”. Mais qui au monde m’aurait crue ? Absolument personne », a expliqué au magazine Barbara Bowman, 48 ans, qui avait croisé le chemin de Bill Cosby dans les années 1980, quand elle avait 17 ans et essayait de devenir actrice.

Une autre a aussi raconté qu’elle souffrait d’une migraine terrible, et avait demandé à Bill Cosby s’il avait un équivalent d’aspirine. « Il a dit : “J’ai quelque chose de beaucoup plus fort.” Je lui ai dit : “Tu sais, je ne prends pas de drogue.” Il m’a dit : “Tu es l’une de mes meilleures amies, est-ce que je te ferais du mal ?” Et je l’ai cru », a expliqué aussi Joyce Emmons, 70 ans, qui travaillait dans des « comedy clubs » et affirme avoir été agressée à la fin des années 1970.

« Il m’a demandé si je voulais un verre de vin. J’en ai bu quelques gorgées. Il avait un goût horrible. Et j’ai commencé à ne pas me sentir bien », a aussi confié Jewel Allison, 52 ans, ancien mannequin, qui affirme avoir été agressée à la fin des années 1980. Elle a ajouté qu’elle « avait trop peur » à l’époque pour le dénoncer.

Déni et manque de preuves médico-légales

Aujourd’hui, trente-cinq des quarante-six femmes ayant déjà accusé Bill Cosby d’agressions ont décidé de briser cette loi du silence qui leur avait été imposée par l’aura du premier Noir américain à avoir créé un sitcom à son nom – The Bill Cosby Show.

« J’aurais pu marcher dans n’importe quelle rue de Manhattan, et dire, n’importe où : “J’ai été violée et droguée par Bill Cosby”. Mais qui au monde m’aurait crue ? Absolument personne », a expliqué au magazine Barbara Bowman, 48 ans, qui avait croisé le chemin de Bill Cosby dans les années 1980, quand elle avait 17 ans et essayait de devenir actrice.

Une autre a aussi raconté qu’elle souffrait d’une migraine terrible, et avait demandé à Bill Cosby s’il avait un équivalent d’aspirine. « Il a dit : “J’ai quelque chose de beaucoup plus fort.” Je lui ai dit : “Tu sais, je ne prends pas de drogue.” Il m’a dit : “Tu es l’une de mes meilleures amies, est-ce que je te ferais du mal ?” Et je l’ai cru », a expliqué aussi Joyce Emmons, 70 ans, qui travaillait dans des « comedy clubs » et affirme avoir été agressée à la fin des années 1970.

« Il m’a demandé si je voulais un verre de vin. J’en ai bu quelques gorgées. Il avait un goût horrible. Et j’ai commencé à ne pas me sentir bien », a aussi confié Jewel Allison, 52 ans, ancien mannequin, qui affirme avoir été agressée à la fin des années 1980. Elle a ajouté qu’elle « avait trop peur » à l’époque pour le dénoncer.

Déni et manque de preuves médico-légales

Cosby, 78 ans, a toujours rejeté les accusations d’agressions sexuelles et n’a jamais été inculpé. Dans une déclaration en 2005, dans le cadre d’une plainte qui s’est ensuite soldée par un accord financier, il avait reconnu avoir donné un puissant sédatif à au moins une jeune femme avec laquelle il voulait avoir des relations sexuelles.

Cette déclaration a été rendue publique récemment, relançant le scandale. Mais son avocate a contre-attaqué. « Il n’a rien admis d’autre qu’être l’une des nombreuses personnes qui ont introduit le Quaalude dans leur vie sexuelle consensuelle dans les années 1970 », a déclaré Monique Pressley dans un document de justice.

En 2014, interrogé par l’agence Associated Press sur les accusations d’agressions sexuelles des deux top models Tamara Green et Janice Dickinsoln, Bill Cosby s’était contenté d’esquiver les questions. « Non, nous ne répondrons pas à ça. Il n’y a pas de réponse », lâche le comédien, les yeux dans le vague. Même silence gênant lors d’une nouvelle interview, le 15 novembre 2014, accordée à la radio NPR.
Que penser de cette ligne de défense ? Même si des poursuites peuvent être menées dans un certain nombre d’États, le célèbre avocat pénaliste Benjamin Brafman, qui avait défendu Dominique Strauss-Kahn en 2011, estime dans le New York Times qu’il y a peu de chances qu’elles aboutissent. Selon lui, le fait que ces affaires remontent à plusieurs décennies et le manque de preuves médico-légales constituent de sérieux obstacles à la procédure.
 

 

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Education: suppression des plusieurs postes dans le pré-universitaire

Published

on

Le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing, a annoncé la suppression provisoire de plusieurs postes dans les établissements scolaires publics.

Il s’agit de Secrétaire, de Conseiller d’Orientation et d’information, de Chargé des Ressources Matérielles et Financières, d’Agent de Santé et de l’hygiène Scolaire,  de Bibliothécaire documentaliste charge des TIC, de Chargé de laboratoire, Secrétaire Archiviste et suppléant.

Dans sa décision, Guillaume Hawing invite les cadres qui occupaient jusque là ces postes à rejoindre les salles de classes dès la rentrée scolaire prochaine.

Par Mariam Bâ 

Continue Reading

A LA UNE

Dubréka : Rebonds et éclats de rire garantis

Published

on

A Dubréka plusieurs personnalités administratives sont fréquemment toisées. Certaines sont citées à comparaître devant les autorités judiciaires du tribunal de première instance pour répondre de leurs fautes ou de leur complicité dans des affaires domaniales, d’abus d'autorité ou de stellionat. En cause, la vente d’une seule et même parcelle à usage d’habitation et la délivrance d’actes de propriété à plusieurs personnes à la fois. Certains gros bonnets parviennent à se tirer d'affaires la tête haute. D’autres n’y arrivent que par des moyens qu’eux seuls connaissent. Mais dans la plupart des cas ils écopent des condamnations à des peines de prison ferme ou avec sursis et à des amendes. C’est une réalité.

Dubréka souffre de ce mal causé par la cupidité de citoyens peu recommandables qui piègent leurs compatriotes dans des cessions malhonnêtes et l’irresponsabilité des autorités locales indélicates qui apposent leurs signatures sur des documents administratifs. Cette délinquance (si elle n’est enrayée par la justice) va continuer à  faire des victimes dans les rangs d'honnêtes acquéreurs en quête d’un toit pour leur famille, et à provoquer des conflits domaniaux dans la cité. Les cas d’abus d’autorité relevés et transmis à la justice pour examen ne sont pas en reste.
Dire que les rebonds et éclats de rire sont garantis dans de telles affaires peut être un cliché, mais il n’en reste pas moins vrai que l’image de l’autorité publique au service des citoyens y est toujours fortement écornée par ceux qui se foutent éperdument de la morale. J’ai dit.
Par Alpha Abdoulaye Diallo, in Le Populaire
Continue Reading

A LA UNE

Affaire Mohamed Bangoura : un compromis finalement trouvé à la HAC

Published

on

Convoqué par l’État-major général des armées vendredi dernier à cause d’un article de presse publié par son site portant sur la « disparition d’un camion de Tramadol, saisi récemment par les inspecteurs de la santé au port autonome de Conakry, le directeur de publication de Mosaiqueguinee.com, Mohamed Bangoura, a été reçu ce lundi, 08 août 2022, par la Haute autorité de la communication (HAC).

Après un échange avec Boubacar Yacine Diallo, un règlement à l’amiable a été finalement trouvé entre l’armée et le journaliste.

Selon nos informations, il a été établi que nos confrères de Mosaiqueguinee.com n’ont pas respecté quelques règles élémentaires du traitement de l’information, c’est-à-dire le recoupement de l’information avant de publier l’article incriminé. Par conséquent un travail de rectification va être fait par nos confrères.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance