Connect with us

Economie

Transport aérien : un véritable défi pour l’Afrique de l’Ouest

Published

on

Votre publicité ici

Le transport aérien est un véritable défi en Afrique de l’Ouest. C’est le constat fait par le ministre d’Etat, ministre des Transports du Niger, Omar Hamidou Tchiana, le 17 mai 2016, à Niamey, à l’ouverture de l’atelier de validation du rapport final provisoire de l’étude pour le développement des infrastructures aéroportuaires en Afrique de l’ouest.

Pour lui, le sous-secteur du transport dans la sous-région ouest-africaine est caractérisé par des coûts élevés du fret et du cargo, des infrastructures inadéquates, ainsi que des liaisons difficiles et des risques d’accidents élevés.

Or, de nos jours, a laissé entendre M. Tchiana, les impératifs de croissance et de renforcement de l’intégration dans cette partie du monde, exigent une intensification des échanges entre les différents pays.

Face aux défis régionaux du développement des infrastructures de transport, en particulier aéroportuaires, Omar Hamidou Tchiana préconise des réponses globales, coordonnées et concertées ; d’où justement l’intérêt du présent atelier, a-t-il indiqué.

Il a invité les participants à examiner de manière approfondie le rapport qui sera soumis à leur attention, et formuler des recommandations pertinentes autorisant la poursuite de l’étude, par le consultant, dans les directions correspondant aux intérêts de l’ensemble des Etats membres de la CEDEAO.

A propos de cette étude, la Commissaire chargée des Infrastructures de la Commission de la CEDEAO, Dr Antoinette Weeks, a rappelé son objectif qui est de conduire une analyse situationnelle sur les infrastructures et équipements aéroportuaires dans les Etats membres et de déterminer les besoins actuels et à long terme.

L’étude, a-t-elle précisé, identifiera également les projets et programmes régionaux prioritaires pour améliorer le transport aérien dans l’espace communautaire.

Dr Weeks a fait savoir que le secteur de transport constitue un des facteurs clés de l’intégration régionale et est un élément essentiel pour la croissance économique et le développement social.

Malgré les profits engrangés à travers les reformes institutionnelles entreprises dans le transport aérien, le secteur fait encore face à des grands défis, a-t-elle fait remarquer.

«L’Afrique a un taux de 12% d’accident aérien, qui est six fois la moyenne globale. En plus, 60% d’accidents aériens se passent dans cinq pays africains, y compris les pays de la CEDEAO. Celles-ci sont des statistiques très déconcertantes et un effort concerté sera nécessaire pour renverser la tendance», a conclu Dr Weeks.

Face à cette situation peu reluisante, la Commission de la CEDEAO, à travers son Unité de préparation et de développement des projets d’Infrastructures (PPDU), basée à Lomé, au Togo, a conduit une étude de faisabilité sur le développement des équipements et infrastructures aéroportuaires des aérodromes se trouvant dans ses Etats membres. Cette étude entend élaborer un schéma directeur de renforcement et de développement desdits équipements et infrastructures.

L’étude vise spécifiquement pour l’Afrique de l’ouest à faire un état des lieux des équipements et infrastructures aéroportuaires par pays, une proposition sur les besoins actuels et futurs, et définir la viabilité des programmes et projets identifiés.

Elle ambitionne également d’élaborer un plan de financement à court, moyen et long termes, et de proposer un mécanisme de coordination régionale pour la mise en œuvre du schéma proposé.

L’atelier de Niamey, initié par le PPDU, fait suite à une série de rencontres sur les résultats de l’étude de faisabilité. Dans un premier temps, le rapport préliminaire de l’étude, soumis en septembre 2015, a été validé par les experts des Etats membres et d’autres parties prenantes lors d’une réunion tenue, un mois plus tard, à Lomé.

Ensuite, une rencontre de démarrage de l’étude a eu lieu en avril 2015, toujours dans la capitale togolaise. Elle a été suivie, courant mai et juin 2015, d’une mission de collecte de données dans les Etats membres de la CEDEAO et dans divers institutions régionales ; avec la visite d’une trentaine d’aéroports de la région.

Les participants à l’atelier de Niamey sont des représentants des Etats membres et des partenaires techniques et financiers de la CEDEAO, des organisations internationales chargées de l’Aviation civile, ainsi que des cadres du PPDU et du Département des Infrastructures de la Commission CEDEAO.

Source : CEDEAO

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La Guinée abritera la troisième conférence internationale sur le droit au développement

Published

on

Votre publicité ici

La troisième conférence internationale sur le droit au développement va se tenir à Conakry en Guinée, a-t-on appris.

Elle se tiendra en modes présentiel et virtuel, précisément ce 13 Juillet dans la capitale guinéenne.

La Guinée sera le troisième pays dans le monde à organiser cette conférence après l’Ukraine et le Soudan, et le premier pays en Afrique de l’Ouest.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé autorise l’adhésion de la Guinée à l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique

Published

on

Votre publicité ici

Jeudi en conseil des ministres, le président Alpha Condé  a autorisé le ministre en charge des finances à faire adhérer la Guinée à l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA).

Cette adhésion devrait permettre à la Guinée de bénéficier de l’appui de l’Agence à la promotion de l’investissement, du commerce intra régional et international à travers la garantie des risques souverains, des risques politiques et des risques commerciaux.

L’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique est une institution africaine, fondée en 2001 par des États africains avec le  soutien financier et technique du Groupe de la Banque mondiale.  Elle est une organisation multilatérale couvrant le risque politique et le risque de crédit commercial sur le continent.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

En pleine crise, le gouvernement guinéen double la taxe sur les appels téléphoniques

Published

on

Votre publicité ici

La taxe sur les appels téléphoniques a doublé en Guinée, après l’adoption du nouveau Code des impôts par l’Assemblée nationale dimanche 4 juillet.

Désormais elle passe de 1 à 2 francs guinéens à la seconde d’appel. Soit 120 francs guinéens au lieu de 60 francs la minute auparavant.

L’augmentation de cette taxe sur les appels  téléphoniques, vivement recommandée par le FMI au gouvernement guinéen,  ne restera pas sans conséquence, puisque qu’une minute d’appel vers le même opérateur coutera 540 francs guinéens au lieu de 480 actuellement, dès que le Code entrera en vigueur.  .

Instaurée en juillet 2015, la TCT, taxe sur les appels téléphoniques était imposée pour «compenser les pertes économiques» enregistrées durant  l’épidémie d’Ébola.  Une épidémie qui a ressurgi en début de l’année en Guinée, pays déjà économiquement fragilisé par la pandémie de coronavirus et la crise politique nait du changement de la Constitution, aboutissant au troisième mandat d’Alpha Condé.

Par Mariam Bâ

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance