Connect with us

A LA UNE

Trafic des migrants en Libye : les responsables sont connus…

Published

on

Votre publicité ici

L’Union européenne dans son ensemble, et l’Italie en particulier, sont complices des violations des droits humains commises contre les réfugiés et les migrants en Libye. Lisez cette enquête d’Amnesty international.

LES RESPONSABLES DES VIOLATIONS COMMISES EN LIBYE SONT CONNUS...

Les auteurs des atteintes inqualifiables contre les migrants et les réfugiés sont identifiés, les liens qui les relient aussi.

Les agents de la Direction centrale de lutte contre les migrations illégales (sic) qui sont responsables et travaillent dans les centres de détention

Ils sont responsables, directement ou indirectement, des sévices infligés aux migrants et réfugiés détenus, et même de leur mort. Les gardiens sont en lien avec des groupes privés auxquels ils revendent les personnes détenues dans leurs centres.

L’impunité est totale. Le bureau du Procureur public manque cruellement de moyens pour enquêter et la situation sécuritaire du pays n’arrange rien. Surtout, le fait que la migration irrégulière soit punie par la loi dissuade totalement tout étranger sans statut régulier d’aller porter plainte s’il a été victime d’abus en Libye.

Les garde-côtes libyens qui interceptent les personnes qui tentent de fuir de Libye

Les garde-côtes ne respectent pas les règles d’abordage lorsqu’ils interceptent les bateaux qui quittent la Libye. Ils mettent en danger leurs occupants, les menacent et les maltraitent. Ils les débarquent ensuite pour les remettre dans les centres de détention. Des milices locales ont rejoint les garde-côtes libyens pour bénéficier d’un statut officiel et pouvoir ainsi conserver tranquillement le contrôle des voies de départ. Elles continuent de rendre des comptes à leurs propres chefs plutôt qu’au commandement central des garde-côtes.

Des garde-côtes collaborent également avec les trafiquants. Certains font payer les trafiquants pour leur assurer de pouvoir quitter le pays sans problème. Ils accompagnent les bateaux pendant la première partie de leur trajet ou laissent passer les bateaux qui ont un signe distinctif indiquant que le trafiquant les a payés.

Les milices, groupes armés et bandes criminelles qui agissent partout sur le territoire libyen

Compte tenu de la situation politique en Libye, des groupes armés, des milices et des bandes criminelles agissent en dehors de tout contrôle de l’État. Très implantés dans le sud du pays, ces groupes ont pour habitude de kidnapper les migrants et réfugiés, de les rançonner, les forcer au travail, tout en leur infligeant des mauvais traitements, pouvant aller jusqu’à la mort. Ce sont aussi ces groupes qui sont responsables du trafic de migrants que ce soit aux frontières sud du pays ou le

long de la côte méditerranéenne. Certains localités, ou lieux désaffectés, sont entre leurs mains pour réunir toutes les personnes avant les départs en mer.

... ET L’UNION EUROPÉENNE COOPÈRE AVEC EUX

Pour atteindre son objectif de réduire les traversées de la Méditerranée, l’Union européenne a adopté une approche reposant sur trois piliers.

  1. L’UE assiste les autorités libyennes responsables des conditions affreuses de détention

3 février 2017 : Les dirigeants européens donnent leur accord pour fournir aux garde-côtes libyens, et aux autres agences pertinentes, « un entraînement, des équipements et un soutien ». Ils soutiennent sans équivoque l’accord que l’Italie a conclu avec la Libye quelques jours auparavant dont l’objectif est de :

-fournir une assistante technique et une assistance financière au ministère de l’Intérieur qui est responsable des centres de détention de migrant,

-former les autorités libyennes, notamment le personnel travaillant dans les centres de détention.

Le financement, en particulier pour les centres de détention, sera puisé dans les fonds européens.

Juillet 2017 : le Fond fiduciaire pour l’Afrique de l’UE ouvre un programme de financement de 46,3 millions d’euros pour « renforcer les capacités de contrôle intégré des frontières et des migrations par les autorités libyennes ». Ce programme vise plus spécifiquement les garde-côtes libyens mais aborde aussi la question de la coordination entre toutes les agences concernées en Libye par la question des migrants.

Septembre 2017 : l’Agence Frontex détache un officier de liaison basé à Tunis dont la mission consiste à apporter son assistance aux autorités libyennes.

  1. Soutenir les opérations d’interception en mer et de renvois vers la Libye

Sous couvert de vouloir sauver des vies en mer, le soutien aux garde-côtes libyens a surtout eu pour objectif de réduire les arrivées sur le sol européen en bloquant les personnes en Libye.

2016 et 2017 : les Etats européens ont travaillé pour renforcer les capacités d’intervention des garde-côtes libyens. Cela passe par des formations, des transferts d’équipements et la mise en place d’un centre de coordination.

Juin 2016 : la mission navale européenne « EUNAVFOR MED » élargit sa mission pour pouvoir former les garde-côtes libyens.

Avril et mai 2017 : l’Italie donne aux garde-côtes libyens, quatre navires rapides. Six autres navires devraient prochainement suivre.

2 août 2017 : l’Italie lance une opération navale dans les eaux territoriales libyennes à la demande de ces dernières pour les soutenir dans leur action de lutte contre les migrations irrégulières et les trafics de migrants. Cette mission est toujours en cours.

  1. En travaillant avec les autorités locales et des groupes privés en Libye

Mars 2017 : le ministre italien de l’intérieur rencontre à Rome les représentants de trois tribus qui contrôlent les territoires du Sud de la Libye. Un accord de paix est conclu entre elles pour permettre la création de garde-frontières dans cette région.

13 juillet et 26 août 2017 : le ministre de l’Intérieur italien rencontre les maires de 14 villes libyennes. Il leur promet l’accès au Fond fiduciaire pour l’Afrique de l’UE en contrepartie de leur aide pour lutter contre le trafic de migrants. La même démarche conduit à un accord entre des milices impliquées dans le trafic de migrants et les autorités libyennes pour lutter contre les trafics de migrants, en fournissant aux premières bateaux, équipements et finances ....!

28 août 2017 : À Paris, des chefs d’État européens - dont la France - et africains réunis en sommet saluent l’accord de paix signé en Italie et la démarche engagée avec les 14 maires libyens.

L’UE ET SES ÉTATS MEMBRES SONT COMPLICES DES VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS COMMISES EN LIBYE

Les gouvernements européens, et en particulier l’Italie, enfreignent leurs obligations au regard du droit international et deviennent complices de ces violations.

Dans la mesure où ils ont joué un rôle dans l’interception des réfugiés et des migrants et dans la politique visant à les contenir en Libye, ils partagent avec la Libye la responsabilité des détentions arbitraires, de la torture et autres mauvais traitements infligés aux réfugiés et aux migrants en détention :

L’Italie en collaborant activement avec les garde-côtes libyens a violé le principe de non-refoulement qui interdit de renvoyer une personne vers un territoire où sa vie et sa sécurité seraient menacés.

Les États membres de l’Union européenne partagent aussi la responsabilité des violations des droits humains commis en Libye.

La politique de blocage des migrants et réfugiés en Libye a été mise en place alors même que les États européens connaissaient parfaitement le sort réservé aux réfugiés et migrants. Leur choix a donc été fait en n’ignorant pas les effets et conséquences prévisibles sur la vie et la sécurité de ces personnes.

Source : Amnesty international

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La Guinée doit environ 40 millions USD d’arriérés à des Organisations et Institutions internationales

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée s’acquitte-t-elle de ses cotisations dans les Organisations et Institutions internationales dont elle est membre ? La réponse est non si on se fie au dernier compte rendu du conseil des ministres du 22 juillet.

En effet, il ressort qu’à cette date notre pays doit 8 896 737 USD aux titres des contributions annuelles,  et 30 495 684 USD des arriérés à des Organisations ou Institutions internationales.

« Le montant consolidé des contributions annuelles non payées à date s’élève à 8 896 737 USD et celui des arriérés à 30 495 684 USD », a expliqué  le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, qui faisait une communication relative à la situation des Organisations et Institutions Internationales au titre des contributions de la Guinée.

Au total, 260 Organisations et Institutions internationales ont été identifiées au titre de l’affiliation du pays. Mais pour la majorité de ces affiliations, les instruments juridiques ne sont pas disponibles, souligne le ministre.

Face à cette situation, le président de la République, Alpha Condé, a demandé que la Guinée se retire de toutes les instances ne ‘’présentant aucun intérêt stratégique’’ pour le pays. Pour les autres, ‘’il a exigé à ce qu’il soit procédé à une classification par importance et par utilité tout en mettant en exergue les organisations pour lesquelles l’adhésion de notre pays a fait l’objet de ratification par le Parlement’’.

Il a également instruit le ministre des Affaires étrangères de produire un état détaillé du paiement de contributions de la Guinée afin de clarifier la situation à date des arriérés de cotisation.

Par Ibrahim Bangoura

 

Continue Reading

A LA UNE

Abolition de la peine de mort en Sierra Leone

Published

on

Votre publicité ici

En Sierra Leone, l'Assemblée nationale a voté vendredi 23 juillet l'abolition de la peine de mort, a constaté un journaliste de l'AFP. La peine capitale sera désormais remplacée par une peine d'emprisonnement à perpétuité ou à un minimum de 30 ans.

Cette ancienne colonie britannique d'Afrique de l'Ouest a été critiquée par les défenseurs des droits de l'Homme pour n'avoir pas aboli officiellement la peine de mort, bien que les dernières exécutions y remontent à plus de vingt ans et que les sentences soient généralement commuées en peines de réclusion à perpétuité.

En mai, le ministre de la Justice Umaru Napoleon Koroma a annoncé que le gouvernement allait abolir la peine de mort pour «faire respecter les droits humains fondamentaux des Sierra-Léonais». Le président Julius Maada Bio doit encore promulguer le texte.

Héritage de la guerre civile

La Constitution sierra-léonaise de 1991 prévoit la peine capitale pour le vol aggravé, le meurtre, la trahison et la mutinerie.

Malgré un sol regorgeant de diamant, la Sierra Leone est l'un des pays les plus pauvres de la planète. Son économie, gangrenée par la corruption, a été dévastée par une guerre civile atroce (1991-2002) qui a fait quelque 120.000 morts.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Covid-19 : Alpha Condé demande le renforcement de la surveillance dans les frontières

Published

on

Votre publicité ici

Face à la présence de variant du Coronavirus dans certains pays voisins, notamment la Sierra-Léone et le Libéria, le président Alpha Condé  ne veut prendre aucun risque.

En conseil de ministres jeudi, il a ordonné à son ministre de la Santé de prendre ‘’des mesures énergiques afin de renforcer sérieusement la surveillance à nos frontières aérienne et terrestre’’.

Il a également insisté sur la nécessité d’accroître sensiblement les tests PCR compte tenu du nombre important de cas asymptotiques identifiés en Guinée.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance