Connect with us

A LA UNE

Trafic d’êtres humains : la Guinée sévèrement épinglée par les Etats-Unis

Published

on

Pour la deuxième année consécutive, la Guinée  a été classée sur la liste de surveillance de niveau 2 par les Etats-Unis sur le trafic d’êtres humains.

En cause, selon le département d’Etat américain le Gouvernement guinéen ne respecte pas pleinement les normes minimales pour l’élimination de la traite, même s’il déploie des efforts considérables pour y faire.

« Ces efforts comprenaient la poursuite et la condamnation d’un plus grand nombre de trafiquants et l’identification d’un plus grand nombre de victimes. Le gouvernement a approuvé des procédures opérationnelles normalisées (PON) pour l’identification des victimes et a alloué des ressources au Comité de lutte contre la traite (CNLTPPA) pour la première fois en cinq ans », note le département d’Etat américain dans le rapport 2021 sur trafic d’êtres humains.

Toutefois, souligne Washington,  l’administration d’Alpha Condé n’a pas fait preuve d’efforts globalement accrus par rapport à la période de référence précédente, même en tenant compte de l’impact de la pandémie de COVID-19 sur sa capacité de lutte contre la traite.

« Les services d’hébergement pour les victimes restaient insuffisants et le gouvernement ne soutenait pas les ONG qui s’occupaient des victimes. Le gouvernement n’a pas fourni de fonds suffisants au Bureau pour la protection du genre, des enfants et de la morale (OPROGEM), l’unité de police chargée des enquêtes sur la traite. Malgré la prévalence de la mendicité forcée des enfants dans les écoles coraniques, les autorités guinéennes n’ont jamais poursuivi un enseignant coranique pour mendicité forcée. Par conséquent, la Guinée est restée sur la liste de surveillance de niveau 2 pour la deuxième année consécutive », explique le rapport.

PROFIL DE LA TRAITE

« Comme indiqué au cours des cinq dernières années, les trafiquants d’êtres humains exploitent les victimes nationales et étrangères en Guinée, et les trafiquants exploitent les victimes guinéennes à l’étranger. La plupart des victimes identifiées étaient des femmes et des enfants. Les trafiquants exploitent les garçons dans le travail forcé pour mendier, vendre dans la rue, faire briller des chaussures, extraire de l’or et des diamants, élever des troupeaux, pêcher et faire de l’agriculture, y compris dans l’agriculture et dans les plantations de café, de noix de cajou et de cacao. Certaines entités gouvernementales et ONG affirment qu’en Guinée, le travail forcé est le plus répandu dans le secteur minier. Les trafiquants exploitent les adultes et les enfants dans le travail forcé dans l’agriculture. Selon certaines informations, des enfants sont envoyés dans la région côtière de Boké pour y être forcés dans des fermes. Les enfants des villages du Centre et de la Haute Guinée peuvent être plus vulnérables à la traite en raison du manque d’écoles et de possibilités économiques dans la région. En raison des perturbations économiques liées à la pandémie dans le secteur informel et des fermetures d’écoles, les observateurs ont signalé une augmentation du nombre d’adultes et d’enfants guinéens à la recherche d’un emploi dans des mines d’or artisanales et, par la suite, exploités dans le travail forcé et la traite à des fins sexuelles. Les responsables gouvernementaux reconnaissent la ville de Koundara, dans le nord-ouest de la Guinée, comme un point de transit pour les trafiquants. Les trafiquants, souvent des parents éloignés, promettent de s’occuper des enfants de parents les plus pauvres ou de leur fournir une éducation et, au lieu de cela, de les exploiter dans la servitude domestique ou la mendicité forcée. Certains enseignants coraniques corrompus forcent les garçons qui fréquentent les écoles coraniques à mendier. Certains trafiquants prennent des enfants avec le consentement de leurs parents ou sous le faux prétexte de fournir une éducation et les exploitent en mendiant de force dans des écoles coraniques au Sénégal – via Koundara – en Mauritanie et en Guinée-Bissau, ou en le faisant travailler de force dans les mines d’or d’Afrique de l’Ouest. Au cours de la période considérée, des ONG ont affirmé que des réseaux organisés exploitaient des enfants dans le cadre de la mendicité forcée. Les trafiquants exploitent les enfants guinéens au travail forcé en Côte d’Ivoire. La Guinée est un pays de transit pour les enfants d’Afrique de l’Ouest soumis au travail forcé dans l’extraction de l’or dans toute la région. Un petit nombre de filles originaires de pays d’Afrique de l’Ouest émigrent en Guinée, où les trafiquants les exploitent dans le service domestique, la vente de rue et, dans une moindre mesure, la traite à des fins sexuelles. Le trafic sexuel d’enfants est répandu à Conakry et dans les villes minières telles que Kamsar, Lero et Siguiri. Les Nord-Coréens travaillant dans les secteurs de l’exploitation minière, de la construction, de la pêche et de la santé et dans le commerce du sexe ont peut-être été forcés de travailler par le gouvernement nord-coréen. Les professionnels de la santé cubains travaillant en Guinée ont peut-être été forcés de travailler par le gouvernement cubain. Les autorités guinéennes ont allégué que des trafiquants avaient poussé des Femmes chinoises à se faire du commerce dans des bars et des restaurants appartenant à des Chinois à Conakry.

Les trafiquants exploitent les femmes et les filles guinéennes au travail forcé à des fins de service domestique et de trafic sexuel en Afrique de l’Ouest, en Europe et au Moyen-Orient, ainsi qu’aux États-Unis. Les réseaux de traite guinéens-égyptiens recrutent frauduleusement des femmes pour le travail domestique en Égypte et les exploitent dans le commerce du sexe. Les migrants irréguliers qui se rendent en Europe sont vulnérables aux réseaux de traite qui facilitent les voyages terrestres de la Guinée vers l’Afrique du Nord, puis exploitent les migrants dans le travail forcé ou la traite sexuelle. Au cours d’une période précédente, une organisation internationale a estimé qu’environ 1 040 Guinées avaient été victimes de la traite en Afrique du Nord. Des rapports indiquent que des réseaux de traite recrutent frauduleusement des femmes guinéennes, libériennes et sierra-léonaises pour travailler à l’étranger, en utilisant l’aéroport de Conakry pour transporter les victimes vers des situations d’exploitation au Koweït et au Qatar; une organisation internationale a signalé une augmentation du recrutement frauduleux pour le travail forcé dans le service domestique au Moyen-Orient, en particulier en Égypte et au Koweït. Selon certaines informations, des hommes guinéens épousent des filles guinéennes, les emmènent en Angola et les vendent à des maisons closes locales, tandis que les hommes travaillent dans des mines de diamants. Les années précédentes, les autorités ont identifié des victimes guinéennes du travail forcé en Finlande. Les trafiquants sexuels ont exploité des femmes thaïlandaises et chinoises en Guinée », détaille le rapport.

Pour le moment, le gouvernement guinéen n’a pas commenté le rapport, mais selon certaines sources, il promet de donner une réponse à la fin du mois de juillet.

Par Alpha Abdoulaye Diallo