Connect with us

A LA UNE

Nous sommes fatigués de la propagande ! (Opinion)

Published

on

Selon Alpha Condé, l'usine militaire de confection de tenues au camp Alpha Yaya va s'ouvrir bientôt. D'un coût de réalisation de 32 millions de dollars, 1.558 emplois seront créés. Elle sera donc le premier employeur (hormis l'Etat) du pays, donc plus que la CBG.

Croyez-vous à ce chiffre de 1.558 d'emplois créés par une usine qui n'a coûté que 32 millions de dollars? Moi je n'y crois pas, 1.558 emplois, c'est énorme. Si tel est le cas, cette usine ne sera pas rentable, elle fera rapidement faillite en raison de ses coûts salariaux par rapport aux revenus attendus, dès lors que son marché est très étroit et que son principal client, l'Etat guinéen, est un mauvais payeur.
Ensuite, il nous dit que plus de 10.000 salles de classes ont été construites (sans préciser en quelle année, est-ce en 2017?)  Je n'y crois pas non plus, en attendant qu'on me prouve le contraire. Pour me confondre, le gouvernement n'a qu'à acheter quelques pages publicitaires dans les journaux de la place, pour publier la liste de toutes les écoles construites avec le nombre de salles de classe, en précisant le nom du quartier ou le district d'une commune donnée du pays et la date d'inauguration de l'édifice scolaire, par exemple une école de six salles de classes à Kouroula dans la commune rurale de Timbo, inaugurée le 25 mai 2017. Il faut construire près de 2000 écoles de 6 classes pour atteindre les 10.000 salles. Même si ce sont les ressortissants de ces localités ou des ONG qui ont financé la construction de ces écoles, peu importe, mais je doute fort que ce chiffre soit atteint en 2017, déjà à la présidentielle de 2015, il avait avancé le chiffre de 5.000 classes, bon je ne sais pas si c'est 5.000 salles supplémentaires construites en deux ans ou bien les 10.000 salles ont été réalisées en 2017, l'année du bilan? J'attends les preuves.
Je pense que nous devons demander à Alpha Condé de nous donner les preuves de ce qu'il avance. La parole présidentielle doit être crédible, notamment en parlant des réalisations concrètes faites par le pouvoir. C'est comme lorsqu'il nous dit que ce qu'il a fait en cinq ans, ses prédécesseurs ne l'ont pas fait en 50 ans. Eh bien, qu'il nous cite exactement les infrastructures qu'il a construit avec nos deniers publics. Il ne sera question que des infrastructures construites avec de l'argent public, y compris les partenariats public-privé, donc il ne s'agit pas de nous montrer des projets qui n'ont pas reçu un franc d'investissement public. Je rappelle au passage que sur la période 2011-2017, le montant cumulé des dépenses d'investissements publics représente plus de 33.000 milliards de francs, soit environ 4,5 milliards de dollars. Sur ce point aussi, le gouvernement n'a qu'à nous publier la liste des infrastructures, avec les montants et la date d'inauguration. Comme ce montant 33.000 milliards de francs est tiré des lois de finances, normalement, chaque montant affecté à un projet donné est indiqué dans un article précis du budget, notamment dans les annexes, c'est donc facile de nous prouver que notre argent a été effectivement dépensé pour l'objet prévu dans la loi de finances de chaque année sur la période 2011-2017.
Si Alpha Condé et son gouvernement ne sont pas capables de relever ce défi que je leur lance, qu'ils se taisent. Nous sommes fatigués de la PROPAGANDE comme mode de gouvernance.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Médias : les associations de presse rappellent à l’ordre le SPPG ( déclaration)

Published

on

Les Associations professionnelles de presse de Guinée, ont appris, par voie presse, la décision du Syndicat de la presse professionnelle de Guinée(SPPG), interdisant à un journaliste d’une radio privée locale, l’exercice de son métier jusqu’à nouvel ordre.

Cette décision, première du genre en Guinée, a fait l’objet d’échanges, le jeudi 18 août 2022, entre les présidents des associations de presse et le Secrétaire général du SPPG. Ces responsables d’associations de presse ont proposé au Secrétaire Général du SPPG, de prendre les dispositions idoines, à l’effet de rapporter ladite décision.

Les présidents des Associations de presse ont rappelé au Secrétaire Général du SPPG, que la décision extrême de suspendre ou d’interdire à un Journaliste d’exercer son métier, ne peut être prise que par la Justice et la Haute Autorité de la Communication.

Par conséquent, les Associations professionnelles de presse de Guinée se désolidarisent de cette décision illégale du SPPG. Les Associations professionnelles de presse de Guinée se réservent ainsi le droit de saisir la Haute Autorité de la Communication (HAC), pour toutes fins utiles.

Ont signé:

Le Président de l’URTELGUI

Le Président de l’AGUIPEL

Le Président du REMIGUI

Le Président de l’AGEPI

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : la junte menace les conseils communaux

Published

on

En marge du conseil des ministres du jeudi 18 août, le chef de la junte a mis en garde les conseils communaux.

Alors que le colonel Mamadi Doumbouya a déjà dissous les mairies de Siguiri, Gaoual et Dialakoro pour mauvaise gestion et détournement, il a rappelé aux autres communes "les impérieuses obligations"'qui les  incombent "par rapport à la gestion correcte et transparente des fonds publics de leurs collectivités".

A défaut "d’observer ces prescriptions légales, il sera procédé à leur dissolution et de leur remplacement par des délégations spéciales, conformément à la Loi », a-t-il averti, selon le compte-rendu dudit conseil lu par le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo.

Par I.Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Yayi plus déterminé que jamais !

Published

on

C’est annoncé. Le médiateur de Cédéao sera de retour à Conakry cette semaine pour la suite de sa mission. Cette fois-ci son job sera d’apaiser les relations déjà tendues entre la Cédéao et les autorités de Conakry sur le délai de 24 mois de la transition évoqué par le président Embalo de la Guinée Bissau. Thomas Boni Yayi viendra nous répéter de ne pas nous en faire, que tout ira bien, et que son institution viendra à bout du régime d’exception comme nous le souhaitons tous. 

Si le succès de sa mission est certain, disons que cela dépendra de ses formules diplomatiques qu’il saura énoncer pendant ses prises de parole et ses actes. Parce que l’Onu, l’Ue et la Cédéao déplorent la situation qui prévaut à Conakry avec l’utilisation d’armes létales dans le maintien d’ordre qui tuent, mutilent et blessent les partisans du retour à la démocratie et à l’Etat de droit. Et, de leur côté, les acteurs sociopolitiques s’inquiètent de la perte de temps causée par la lenteur de la Cédéao et de la suite des événements qu’ils planifient et organisent, telles que les manifestations de rue, qui n’ont pas abouti à faire reculer le régime du colonel Doumbouya dans son enracinement.

Cela dit, en jetant un coup d’œil responsable sur tous ces indicateurs, il est possible d’avoir l’impression que la mission Yayi sera un succès même avec des signaux qui ne montrent pas que la junte saisit bien « l’urgence d’instaurer un dialogue inclusif en vue d’une transition garante de la paix sociale » comme au Burkina Faso et au Mali.

J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance