Accueil / A LA UNE / Simandou : une condamnation de Beny Steinmetz «serait un signal fort contre la corruption»
French-Israeli diamond magnate Beny Steinmetz sits at the Israeli Rishon Lezion Justice court, near Tel Aviv on August 14, 2017 after he was detained as part of an international money laundering investigation, authorities said. - Israeli police said five suspects had been detained for questioning on suspicions including money laundering, fraud, forgery, obstruction of justice and bribery. (Photo by JACK GUEZ / AFP)

Simandou : une condamnation de Beny Steinmetz «serait un signal fort contre la corruption»

Dans quelques mois le milliardaire franco-israélien sera jugé à Genève en Suisse  pour corruption présumée dans la concession du gisement de fer de Simandou, où en 2008, sa firme Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) y avait acquis, dans des conditions troubles, des permis miniers sur la plus importante réserve de fer inexploitée au monde.

Mais si selon rfi, l'un des avocats de la défense annonce déjà qu'il plaidera l'acquittement, pour l'ONG suisse Public Eye qui enquête depuis six ans sur cette affaire, une condamnation de Beny Steinmetz «serait un signal fort contre la corruption».

« Pour nous, ce n’est pas une surprise, mais c’est en tout cas une excellente nouvelle. Nous sommes heureux de constater que le pouvoir judiciaire genevois ne s’est pas laissé aveugler par l’accord problématique conclu il y a quelques mois entre le milliardaire et le gouvernement guinéen. Cet accord a conduit à l’abandon des poursuites pour corruption intentées par la Guinée contre Beny Steinmetz et son groupe. Pour nous, une condamnation de M. Steinmetz et de ses coprévenus en Suisse enverra un signal fort en matière de lutte contre la corruption », a ainsi déclaré sa responsable médias, Géraldine Viret dans l’invité Afrique de la radio France internationale.

Le 12 août,  la justice suisse a annoncé le dépôt de l’acte d’accusation et officialisé sa décision de renvoyer Beny Steinmetz, 63 ans, et deux autres coaccusés, dont le Français Frédéric Cilins, devant le tribunal correctionnel de Genève, qui s’apprête ainsi  à juger pour la première fois de l’histoire du pays, selon le site le monde, un responsable présumé d’un réseau de corruption internationale.

Beny Steinmetz qui a un temps résidé à Genève, est notamment accusé de « corruption d’agent public » et de « faux dans les titres » pour dissimuler auprès des banques et des autorités le versement de commissions illégales.

L’enquête suisse porte sur les conditions d’obtention des permis miniers sur les blocs 1 et 2 de Simandou, qui renferme plusieurs dizaines ou, plus probablement, plusieurs centaines de milliards de dollars de fer, toujours inexploité à ce jour.

Selon le ministère public cité par le monde, « les sommes versées à titre de pot-de-vin s’élèvent, selon l’acte d’accusation, à environ 10 millions de dollars », soit près de 9 millions d’euros.

Par Guinee28

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée