Connect with us

Politique

Simandou : le gouvernement guinéen appelle Rio Tinto à honorer ses engagements

Publié

le

Votre publicité ici

Le gouvernement guinéen a demandé à Rio Tinto de respecter son engagement à développer le projet de fer Simandou après que le PDG de la compagnie ait évoqué un possible abandon du plus grand gisement de fer inexploité au monde. Le ministère des mines a déclaré dans un communiqué que l’Etat guinéen compte sur Rio Tinto et d’autres investisseurs, dont Aluminium Corporation of China et International Finance, pour le respect par ces derniers de leurs engagements de financement du projet.

Avançant comme raison la forte chute des prix de minerai de fer (70% depuis 2011), Jean-Sébastien Jacques, le PDG de Rio Tinto, a déclaré un peu plus tôt dans la semaine au journal The Times : «de notre point de vue, ce n’est pas le bon moment pour développer ce projet. Les autres parties peuvent avoir des opinions contraires». Un porte-parole de la deuxième plus grande compagnie minière au monde a néanmoins refusé de commenter les propos de M. Jacques.

La position de la Guinée reste donc claire, il n’est pas question d’abandonner le projet, qui pourrait doubler la taille de son économie et créer plus de 45 000 emplois.

Par ailleurs, et à titre comparatif, Sundance Resources, compagnie opérant sur un autre grand projet de minerai de fer en Afrique, en l’occurence le projet Mbalam-Nabeda à la frontière du Cameroun et du Congo, a réitéré son engagement à développer le projet malgré la chute des prix du minerai de fer. «Il n'est pas question d'abandonner un projet aussi important, en particulier avec le soutien constant des plus hautes autorités du Cameroun et du Congo», a déclaré le PDG Giulio Casello.

Simandou Sud est un projet d’extraction de minerai de fer auquel est intégré un projet d’infrastructures de transport. Détenu à 47% par Rio Tinto, ce gisement de fer à haute teneur (65,5% Fe), dispose d’une capacité de production annuelle s’élevant à 100 millions de tonnes, en pleine production, pendant plus de 40 ans.

Agence ecofin

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Maison Centrale : « gravement » malade, Etienne Soropogui admis d’urgence à Ignace Deen

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La santé de l’opposant Etienne Soropogui s’est fortement dégradée à la Maison centrale où il est emprisonné depuis une dizaine des jours, avec plusieurs autres responsables de l’opposition, au point qu’il a été admis d’urgence hier vendredi, à l’hôpital Ignace Deen.

Selon son avocat qui s’inquiète de sa situation, il souffre des complications pulmonaires.

« Nous pensons qu’en pareil cas, son état nécessite une évacuation sanitaire. Je viens de parler avec lui, mais je suis très inquiet », a confié Me Salifou Béavogui à nos confrères de guineematin.com.

Poursuivi  pour « fabrication, acquisition, stockage, détention, usage d’armes légères, de guerre, détention de munitions, menaces, association de malfaiteurs », le président du mouvement politique « Nos Valeurs Communes », a été placé sous mandat de dépôt le 16 novembre 2020 avec ses coaccusés,  Ousmane Gaoual Diallo, Mamadou Cellou Baldé et Abdoulaye Bah, tous des responsables de l’UFDG, le principal parti de l’opposition dirigé par Cellou Dalein Diallo.

Justement, leur arrivée à la Maison centrale intervenait le jour même où un sexagénaire détenu dans cette prison, mourait juste après son transfèrement d’urgence de sa cellule à l’hôpital Ignace Deen. Selon sa famille, le vieux à succomber, suite à des tortures subies lors de sa détention. Une version que le ministère de la justice dément.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Détournement présumé de 200 milliards : la vérité va-t-elle éclater ?

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La vérité va-t-elle éclater un jour dans l’affaire de détournement présumé de plus de 200 milliards de francs guinéens, imputé à la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, Zenab Nabaya Dramé ?

Alors que le gouvernement, hâtivement, a formellement démenti ce scandale révélé par nos confrères de Guineenews qui persiste et signe, le parquet de Conakry a, en tout cas, décidé ce vendredi 27 novembre, d’ouvrir une enquête sur ce dossier dit de « Nabayagate » ou « Zé-gate », et qui agite le pays depuis deux jours.

Dans ce communiqué lu à la télévision nationale, le Parquet a déclaré que ces enquêtes pourraient éventuellement aboutir à des poursuites pour « détournement ou dénonciation calomnieuse et diffamation ».

 Lisez

« Suivant communiqué en date du 26 novembre 2020, le gouvernement de la République a fait état d’un prétendu détournement de denier public d’un montant de plus de 200 milliards de nos francs par un membre du gouvernement tel que rapporté par le site d’informations Guineenews et relayé par d’autres médias. Face à cette dénonciation et dans sa mission régalienne de lutter contre toute impunité dans la gestion du denier public, le parquet a décidé de procéder ou faire procéder à des enquêtes et investigations plus approfondies au terme desquelles, des poursuites pourraient éventuellement être engagées conformément aux dispositions pertinentes de l’article 47 du code de procédure pénale. Le parquet rappelle que de telles poursuites seraient initiées soit pour détournement de denier public, soit pour dénonciation calomnieuse et diffamation. »

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Suspension des manifestations : le FNDC n’obéira pas !

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Alors que ce dimanche le gouvernement guinéen a décidé de suspendre les manifestations de masses sur toute l’étendue du territoire national « pour raison sanitaire », le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a répondu qu’il n’obéira pas  à cette décision qu’il qualifie « d’anachronique » et de « liberticide ».

« Le FNDC ne saurait obéir à cette interdiction illégale et travaille déjà sur un schéma adapté au contexte de répression, d’abus de pouvoir et de totalitarisme », a répondu le front dans un communiqué.

« Le Gouvernement continue de profiter de cette pandémie pour tuer, kidnapper et emprisonner des leaders et militants du FNDC », dénonce le front, qui soutient que plus de 400 de ses militants et sympathisants  sont « illégalement emprisonnés » actuellement,  « au mépris de toute procédure légale ».

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.