Connect with us

Politique

Sidya Touré : « Voilà un homme qui veut être Président sans avoir des électeurs » Tibou Camara

Published

on

Votre publicité ici

'' Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! ...'', les lamentations pathétiques de Don Diégue , pourraient être celles du vieux Bilo quelque chose qui, lui aussi, sombre dans la tragédie du temps et sait qu'il est arrivé à ce stade tant redouté de la vie pendant lequel on se sent '' inutile ,abandonné et oublié de tous''. La ressemblance s'arrête là , car à la différence notable du personnage mythique de Corneille, il n'a pas de souvenir ni regret de la moindre gloire dont il pourrait être nostalgique et ne peut revendiquer aucun '' fait d'arme'' qui le distinguerait du commun des mortels. Et ce n'est sans doute pas maintenant qu'il est une '' grosse épave'' qui flotte dans les eaux troubles de l'UFR conduite par un autre '' naufragé''-Sidya Touré- menacé par la limite d'âge aussi qu'il va avoir droit à une seconde chance dans sa misérable vie. Ce n'est pas avec son ''nain'' électoral'' perdu dans son ambition démesurée et ses calculs mesquins que son destin va, comme par hasard,  s'accélérer ou changer. Non, je ne connais pas Bilo Savané et m'en honore, car il n'y a aucun intérêt à croiser un vieux paria cabossé passé à coté de sa vie et qui, à l'âge où certains ont acquis la maturité ou sont considérés comme référence dans nos sociétés veut jouer l'impoli public. Comment pourrais-je connaître un '' vieux nègre'' réfugié en France à qui la pension de retraite d'une France généreuse profite  et semble tenté trop tard par la politique afin de sortir de son obscur anonymat ? Billo Savané est le type, prototype du  '' bon à rien'', du  '' vieux névrosé'' qui pense à se faire entendre en faisant du bruit et court derrière une reconnaissance impossible et qu'il croit pouvoir  obtenir en s'attaquant furieusement à plus fort et meilleur que lui ou en forçant la sympathie de Bah Oury ou encore en courtisant Sidya Touré, lui-même,  un éternel courtisan , en plus d'être un imposteur invétéré. Pour attirer l'attention de ses compatriotes pour lesquels il est un illustre inconnu, lui qui est inaudible dans le débat public malgré son '' forcing'' dans les médias où il consume le peu d'énergie- celle du désespoir- qui lui reste à répandre la haine , le malheureux Bilo s'est invité en prison où les délinquants comme lui sont toujours les bienvenus. Il s'attendait à un tournant dans sa vie avec ce fait divers banal parce qu'il croyait en tirer la légitimité qui lui fait tant défaut pour être '' quelqu'un''. D'où toute l'hystérie médiatique et sa propagande personnelle pour se faire passer pour un héros, voir un martyr. Mais qui s'en souvient ? Incapable de trouver tout seul son chemin à un âge où on ne recommence ou ne change pas sa vie,  il a fini par tomber le masque pour intégrer officiellement l'UFR de Sidya Touré dont il était dans l'anti-chambre depuis trop longtemps ; il avait déjà vécu son échec à l'élection présidentielle comme un autre signe de sa malédiction, ce décret de Dieu fâché avec lui, le vieil ivrogne devenu une loque humaine.

Puisque son but est de  laver l'affront subi par son '' père'' Sidya comme l'a fait Rodrigue pour le sien bafoué dans son honneur, il verra que son '' Président'' comme on le dirait dans ''son autre pays'' est '' un faux type'' que lui aussi aura l'occasion de connaître et de quitter comme d'autres avant lui tout aussi zélés et stupides.

Sidya Touré ou l'art du mensonge et de l'imposture en politique 

Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es . On ne peut pas suivre un homme qui change d'identité- Diakhaby, Touré-, de pays- parfois ivoirien, d'autres fois guinéen- , et se risquer à faire la morale aux autres. S'il y a un domaine où Sidya Touré et le peu de personnes illuminées qui croient encore lui , comme '' la racaille doublée de canaille'' de Bilo , excelle , c'est bien celui du mensonge, de l'intrigue et de l'imposture. Lorsqu'il a retrouvé la Guinée qu'il avait reniée pour '' réussir'' en CI à la faveur de sa nomination comme premier ministre, Sidya Touré afin de plaire à Conté issu de l'Armée guinéenne que Bilo méprise bêtement a lancé ce slogan hérité de son aventure- vraie- ivoirienne  '' Conté, ton pied, mon pied''. Malgré tout, plus malin que lui, le général a tôt flairé la duplicité de l'homme renvoyé sans ménagement par lui. Informé de l'intention de son ancien premier ministre vindicatif de se lancer en politique pour lui faire payer son limogeage sans honneur ni gloire, Conté le fit venir dans son bureau pour en avoir la confirmation : '' les yeux dans les yeux'', Sidya touré a dit qu'il n'en était rien et qu'il avait initié un '' machin d'ONG'' plutôt. L'UFR suivra. il avait menti. Et comme au fronton de l'UFR, il est inscrit '' Nul n'entre ici s'il n'est menteur, tricheur, imposteur'', Bilo Savané aussi s'y met en déclarant que j'ai révélé à l'opinion que c'est son patron qui était qualifié à la place de Alpha Condé pour le ... second tour de l'élection présidentielle de 2010. De Gaulle avait raison '' la vieillesse est un naufrage''. Et comme Bilo aime lire les romans, il doit sans doute reconnaître en Sidya le personnage parfait du président imaginaire.  Voilà un homme qui veut être Président sans être élu, sans avoir des électeurs ;  depuis que Alhassane Ouattara, son '' tuteur'', l'est devenu, c'est une véritable obsession qui ressemble à une folie collective à l'UFR.  Il pousse le mimétisme jusqu'à s'approprier le slogan '' Ado Solution''. Peut-être croit-il , superstitieux, qu'avec ça, lui aussi sera Présiiiident ! Mais comme il n'est pas interdit de rêver , le Président de l'UFR qui a toujours '' deux fers au feu'' , espère que l'Armée qu'il courtise de tout temps fera recours à lui ou '' l'élira'' , en même temps qu'il multiplie les appels du pied vis-à-vis d'un Alpha Condé qui, comme tous les hommes avertis, se méfient de lui. Ainsi l'homme qui semble las de l'opposition habitué qu'il est à profiter du pouvoir s'en est éloigné plus d'une fois et chaque fois qu'il a espéré que Alpha condé dans un moment d'imprudence ou mû par un instinct suicidaire lui ferait appel. C'était d'abord au lendemain de l'élection présidentielle quand il '' s'est offert'' '' cadeau'' devant les cameras du monde entier à lui . Par la suite, il a sollicité le Président ivoirien pour se rapprocher du Chef de l'Etat pour mieux lui nuire. Alhassane a dépêché auprès du Chef de l'Eat guinéen , son ministre  Adama Tounkara, afin de convaincre Alpha Condé de collaborer avec Sidya Touré , son '' protégé''. En vain. C'est alors que le Président de l'UFR , en désespoir de cause, s'est tourné vers Cellou Dalein Diallo pour lui demander de '' s'effacer'' à son profit à la prochaine élection présidentielle. Puisqu'il n'avait aucun argument réduit à zéro par Alpha Condé qui l'a supplanté littéralement dans ses fiefs, Cellou aussi , il va se montrer trivial et tribal - trop suffisant- à l'homme à qui il doit sa survie politique '' un Peulh ne sera jamais Président parce qu'il ne sera pas suivi et soutenu par les autres communautés'', prophétise un Sidya qui se présente alors comme l'unique homme capable de battre Alpha Condé parce qu'il serait - prétentieux-  aimé et accepté de tous ! Et comme il n'a pas été suivi dans sa proposition ridicule d'être la candidat unique de l'opposition confronté au refus poli mais ferme de Cellou, Sidya Touré a entrepris de faire battre tout autre candidat que lui parce qu'en définitive aussi bien dans la vie que dans la politique pour lui '' un business'' , affairiste dans l'âme, seul lui compte, seul son bonheur personnel compte . Alpha Condé occupe la place qu'il convoite, Cellou est l'obstacle pour y arriver. Tous les deux sont ses ennemis, en réalité,  même s'il a besoin de l'un pour combattre l'autre selon ses intérêts du moment, lui-même,  peu farouche ne disposant pas de troupes personnelles dans sa folle course au pouvoir qui n'a pas commencé aujourd'hui. Oui, Sidya Touré, n'en déplaise à Bilo '' bouffon du bouffon Sidya'' , celui-ci est politiquement fini et l'UFR n'est plus qu'un tonneau vide qui fait du bruit pour monter les enchères en vue du ralliement au pouvoir pour recommencer les '' affaires'' si chères au Président et son clan mafieux. Alpha et Cellou seront toujours devant lui qui n'existe que de nom et cherche désespérément alliés et soutiens.

Pour Bilo à qui l'âge a volé la mémoire, devenu fou à cause du destin présidentiel contrarié de son dieu Sidya, il est nécessaire de relire l'histoire qu'il veut réécrire pour ne pas briser le mythe Sidya et mettre fin à l'imposture de l'UFR qui sévit dans le paysage politique comme Ebola dans le pays. A suivre...

Tibou Kamara

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Crise guinéenne : Cellou Dalein Diallo s’entretient avec des diplomates de l’Union européennes

Published

on

Votre publicité ici

Alors que plusieurs militants et responsables de l’opposition, principalement de l’Union des Forces démocratiques de Guinée (UFDG) croupissent en prison depuis plusieurs mois, Cellou Dalein Diallo s’est entretenu mardi avec  les Ambassadeurs de l'UE, Josep Coll, et de l’Allemagne Ulrich Meier-Tesch, en présence des Chargées d’Affaires de la Belgique, Delphine Perremans et de l’Espagne Cristina Valero Marin, ainsi que du Conseiller politique de l’Ambassadeur de France en Guinée, Patrick Duvautour.

Selon l’opposant, leur discussion ont porté notamment sur la crise socio-politique guinéenne, les violences post-électorales, la détention « arbitraire » de ses proches collaborateurs et ses militants.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le président Alpha Condé a procédé ce 19 janvier à la nomination partielle des membres du gouvernement.

Au total 16 ministres sont nommés d’abord. Parmi eux, 13 sont reconduits, deux font leur entrée et un cumule son ancien département et un autre. Par contre, Moustapha Naïté, jusque-là ministère des Travaux publics sort du gouvernement, tandis que Mamadi Touré, jusque-là ministre des Affaires étrangères, reste désormais comme un simple ministre conseiller à la présidence de la République.

Les nominations devraient se poursuivent ce mercredi.

En attendant, Guinee28 vous propose la liste des 16 nouveaux ministres :

1- Ministre d’Etat chargé des Affaires présidentielles, ministre de la défense nationale : Dr Mohamed Mohamed Diané ;

2- Ministre d’Etat, conseiller spécial du président de la République, ministre de l’industrie, des petites et moyennes industries : Tibou Kamara ;

  1. Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi jeunes : Mouctar Diallo ;
  2. Ministre de l’Administration du Territoire et de la décentralisation : général Bouréma Condé ;

5)- Ministre de la Sécurité et de la protection civile : Damantang Albert Camara ;

6)- Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Me Mori Doumbouya ;

7)- Ministre des Affaire étrangères et des Guinéens de l’étranger : Ibrahima Kalil Kaba, précédemment ministre Directeur de Cabinet à la présidence de la République ;

8)- Ministre du Plan et du développement économique : Madame Mama Kany Diallo ;

9)- Ministre de l’Economie et des finances : Mamady Camara ;

10)- Ministre budget : Ismaël Dioubaté ;

11)- Ministre délégué à la présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage : Roger Patrick Millimono;

12)- Ministre des Travaux publics : Madame Kadiatou Emilie Diaby, Haut fonctionnaire à la Banque africaine de développement ;

13)- Ministre de l’Energie : Madame Bountouraby Yattara ;

14)- Ministre de la Santé : Général Rémy Lamah ;

15)- Ministre des Droits et de l’Autonomisation des femmes : Madame Hawa Béavogui ;

16)- Ministre de l’Enseignement Technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi : Madame Zenab Nabaya Dramé.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Les diamants perdus de Sékou Touré

Published

on

Votre publicité ici

L’amitié se compare souvent à la pureté du diamant. Et cette pierre précieuse est une richesse que produit la Guinée en assez grande quantité. A l’époque de Sékou Touré, mort en 1984, la règle de gestion secrète des diamants était aussi simple que claire ; un tiers pour le bénéficiaire de la concession, un tiers pour le Trésor public et un tiers pour Monsieur le Président. Souffrant de la maladie du complot, le président guinéen avait comme unique confident son ami et dépositaire le roi Hassan II.

Et voici que dans la nuit du 26 mars 1984, Ahmed Sékou Touré meurt dans un hôpital de Cleveland dans l’Ohio, aux Etats-Unis, où il fut transféré en urgence à la suite d’un malaise cardiaque jugé grave par les médecins marocains dépêchés à son chevet par son ami le roi du Maroc.

Pour la couverture de l’évènement, El Moudjahid m’envoie à Conakry que je découvre pour la première fois. Au-delà de la couverture des funérailles, j’avais en idée de creuser sur l’avenir de ce pays dans les proche et moyen termes et anticiper les changements qui pourraient intervenir sur la scène politique après 22 ans de régime musclé. Et par un pur hasard, ma route sera parsemée de diamants.

Conakry est une ville africaine enveloppée d’un climat humide, verdoyante et des gens très peu affectés par la disparition de l’homme fort. La fabuleuse richesse de ce pays gorgé d’eau avec ses 1.300 rivières et fleuves, son or, ses pierres précieuses, sa bauxite et que sais-je encore n’était pas visible dans le décor urbain aux immeubles délabrés. Les billets de banque sentaient la moisissure et il en fallait une liasse pour un plat de spaghetti au restaurant «L’Escale de Guinée». Mon premier choc fut la visite du sinistre camp Boiro à l’extrémité de la ville où était enfermé un millier de prisonniers politiques survivants, hagards et cadavériques, libérés à la faveur du coup de force militaire mené par Lansana Comté. Ce camp qui ressemblait à une cité d’urgence était une suite de cellules collées les unes aux autres et couvertes de tôles ondulées qui rendaient l’atmosphère irrespirable sous le soleil accablant de la saison sèche. A l’entrée, je vois une fillette, bien mise, d’une douzaine d’année. Son père avait été victime d’une énième purge. Elle tient une pancarte avec un message à couper le souffle : « Je cherche mon papa. Il était commandant ». On me dirige vers la cellule où mourut en mars 1977, Diallo Telli, Secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine, accusé de complot contre le chef de l’Etat. Le prisonnier avait laissé de nombreux messages grattés sur le mur clamant son innocence. A bout de force, couché sur le sol nu, Diallo Telli laissa un mot d’adieu à sa femme. « À ma chère et bien-aimée épouse, ce mot que j'écris sur le mur de ma sombre cellule ne te parviendra, sans doute jamais. C’est la fin. Je meurs. Mon amour pour toi m’a donné la force de survivre jusqu’à ce jour.»  Dans une cellule collective qui devait recevoir une vingtaine de prisonniers, les murs étaient embellis de très jolies fresques qui couvraient jusqu’au plafond. C’étaient de scènes familiales, des femmes aux belles coiffures, des enfants, des animaux. Les couleurs monochromes me rappelaient les fresques algériennes du Tassili. De l’ocre rouge foncé jusqu’aux teintes claires. Mon guide me dit sur un ton froid et cynique : « C’est du caca. Ils n’avaient pas de pinceaux. Juste les doigts. Les diarrhées étaient leur matière première pour exprimer leur talent artistique.»

Plus loin, sur une dalle en pierre qui servait de table d’ablutions aux morts, je note un monticule de registres destinés à la poubelle. Les documents concernaient les interminables listes de prisonniers depuis la folie de Sékou Touré. Ma plus grosse surprise fut la révélation d’un haut gradé de l’armée et membre du nouveau régime.

«Sékou, me dit-il, est parti avec ses secrets.» L’officier venait juste de se remettre d’une crise de paludisme. Il avait les traits tirés conduisant nerveusement son 4x4 à travers les rues de Conakry. Je laisse passer un moment et je reprends le fil par une simple remarque : «22 ans de pouvoir absolu, les secrets doivent être assez lourds.»

«Je parle du trésor de diamants confié à la garde de son ami le Roi et dont nous sommes certains qu’il ne retournera jamais en Guinée», me dit-il.

Il est vrai que l’amitié peut avoir l'éclat du diamant.

Par Rachid Lourdjane, in El Moujahid

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance