Connect with us

A LA UNE

Semaine de la Citoyenneté : rôle et responsabilité des partis politiques en Guinée au centre d’une conférence à l’UNC

Published

on

L’Université Nongo Conakry (UNC) a abrité ce vendredi une conférence axée sur le thème : « Le rôle et la responsabilité des partis politiques dans la construction de la Nation ». L’initiative est du ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenne et s’inscrit dans le cadre des activités de la SENACIP 2017.

C’est Me Foromo Frédéric Loua, avocat au Barreau de Guinée, qui avait pour responsabilité d’expliquer aux étudiants les enjeux politique, social et juridique liés à la création des formations politiques dans le pays. Dans son exposé, le conférencier a rappelé la mission des partis conformément à l’esprit de la Constitution guinéenne du 7 Mai 2010 et la Loi organique du 23 décembre 1990 portant Charte des Partis politiques en République de Guinée.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Dans cette logique il a appris aux étudiants l’obligation pour les hommes politiques d’implanter leurs partis sur l’ensemble du territoire national. L’avocat a insisté sur le rôle régalien qui consiste à respecter l’ordre public, l’intégrité du territoire et à éduquer les militants. « La politique ne vise pas qu’à conquérir et à exercer le pouvoir. Elle doit aussi contribuer à améliorer les conditions de vie des communautés », a résumé Me Loua, qui est aussi président de l’ONG Les Mêmes droits pour tous (MDT). Il a souligné avec insistance que les formations politiques en Guinée doivent éduquer les citoyens sur les valeurs du pardon et de la tolérance. Et qu’en plus de défendre des idéaux et des projets de sociétés, celles-ci doivent éviter le communautarisme ou l’ethnocentrisme.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Il faut dire que plus de 200 étudiants ont assisté à cette conférence tenue à l’UNC. En programmant cette thématique dans cette institution privée d’enseignement supérieur, le Comité national en charge d’organiser la SENACIP voulait amener les étudiants à ne plus céder aux manipulations politiciennes très récurrentes ces dernières années. Dans un contexte marqué surtout par l’effritement du tissu social et l’exacerbation de la crise identitaire au détriment des débats d’idées structurés, le gouvernement a inséré le thème sur les formations politiques pour aider la classe estudiantine à devenir beaucoup plus exigeante vis-à-vis des politiques (mouvance présidentielle et opposition, ndlr). « La jeunesse est devenue une clientèle politique. Chacun vient prendre sa part », a déploré le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté Khalifa Gassama Diaby.[rsnippet id="1" name="pub google"]

« Je vous invite à aimer ce pays. Et si vous l’aimez, vous devez aimer tous les citoyens. A défaut de les aimer, respectez-les », a-t-il conseillé. On rappelle que ce vendredi marque la troisième journée de l’édition 2017 de la Semaine nationale de la Citoyenneté et de la Paix. Le thème consacré à cette deuxième édition est : « Le citoyen dans la construction de la Nation », avec pour slogan : « Un peuple – Une volonté – Une Nation ».[rsnippet id="1" name="pub google"]

Une dépêche de Ougna Elie Camara pour l’AGUIPEL 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Arrestation de Foniké Menguè, Djani Alfa et Billo : le FNDC se prépare à la manifestation

Published

on

Au lendemain de l’arrestation musclée de Foniké Menguè, Djani Alfa et Billo Bah, respectivement coordinateur national, artiste rappeur et membre, et responsable de la mobilisation du FNDC, le chargé des opérations du front a annoncé que le mouvement se retire de tous les processus de dialogue engagés par les autorités de la transition et réclame leur libération sans condition.

Invité de l’émission Mirador de nos confrères de Fim FM, Ibrahima Diallo a indiqué que le FNDC entamera dans les prochains jours des manifestations de rues pour réclamer un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Ces trois leaders du FNDC, le front ayant lutté contre le troisième mandat d’Alpha Condé,  ont été arrêtés brutalement dans la journée d’hier alors qu’ils étaient en conférence de presse au siège du front par des agents de la BRB (Brigade de répression du banditisme), pour « injures et outrage à magistrat ». Ils ont été conduits ensuite à la Direction centrale de la police judiciaire, où ils ont passé leur première nuit en garde à vue.

Ce mercredi 06 juillet, ils seront déférés devant un parquet de Conakry.

Aussitôt leur arrestation, des manifestations ont éclaté dans plusieurs quartiers à Conakry, notamment sur l’axe le Prince.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée renoue avec la violence suite à l’arrestation musclée de trois leaders du FNDC

Published

on

La capitale guinéenne a renoué avec la violence depuis hier soir, suite à l’arrestation musclée d’Oumar Sylla, alias Foniké Menguè (coordinateur national du FNDC), Djani Alfa (artiste rappeur et membre du FNDC) et Billo Bah (responsable de la mobilisation du FNDC).

Ces trois leaders de ce front qui a lutté contre le troisième mandat d’Alpha Condé ont été arrêtés alors qu’ils étaient en conférence de presse un peu plutôt dans la journée au siège du front par des agents de la BRB, pour « injures et outrage à magistrat ». Ils ont été conduits ensuite à la Direction centrale de la police judiciaire, où ils ont passé leur première nuit en garde à vue. Aujourd’hui, ils vont être déférés devant un parquet de Conakry.

Aussitôt leur arrestation, des manifestations ont éclaté dans plusieurs quartiers à Conakry, notamment sur l’axe le Prince.

Un jeune homme aurait été touché par balle hier nuit. Il a été admis dans une clinique, selon nos confrères de mosaiqueguinée, qui souligne que son état serait critique.

Ce mercredi matin, la tension reste palpable dans la capitale.

Plusieurs acteurs politiques et de la société civile ont dénoncé leur arrestation avant d’exiger leur libération sans condition et sans délai.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Burkina: l’ex-président Blaise Compaoré attendu à Ouagadougou en fin de semaine

Published

on

L’ex-président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en exil en Côte d'Ivoire depuis sa chute en 2014, est attendu à Ouagadougou en fin de semaine pour y rencontrer les autorités militaires issues du coup d’Etat de janvier.

M. Compaoré, qui a été condamné par contumace à la prison à perpétuité en avril par un tribunal militaire de son pays, "est attendu en fin de semaine, il doit arriver jeudi ou vendredi pour un court séjour" et "être reçu par le chef de l'Etat dans le cadre de la réconciliation nationale", a déclaré à l'AFP une source proche du pouvoir burkinabè.

Une information confirmée par l'entourage de l'ancien président.

Un émissaire du chef de la junte militaire, auteur du coup d'Etat du 24 janvier, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, "l'a rencontré la semaine dernière à Abidjan à cet effet", selon la source proche du pouvoir, qui a précisé que le président ivoirien Alassane Ouattara, l'avait également reçu.

Pendant son séjour, il résidera dans une villa d'Etat dans laquelle avait été placé en résidence surveillé le président Roch Marc Christian Kaboré, renversé en janvier, selon elle.

"Mais si son retour définitif était acté, il devra par la suite se retirer dans sa résidence de Ziniaré, son village natal", situé au nord-est de Ouagadougou, a-t-elle ajouté.

Sur les réseaux sociaux, des partisans de l'ancien président ont appelé à un rassemblement à l'aéroport de Ouagadougou vendredi matin.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a reçu fin juin l'ex-président Roch Marc Christian Kaboré qu'il avait renversé, "pour décrisper la situation".

Il semble qu'il cherche à créer une "union sacrée" autour de lui pour l'aider dans la lutte contre les groupes jihadistes qui ensanglantent le Burkina Faso depuis 2015 et dont les attaques de plus en plus meurtrières se multiplient ces dernières semaines.

- Pepétuité pour la mort de Sankara -

Le président Compaoré avait été contraint de partir en exil en Côte d'Ivoire en octobre 2014, au lendemain de violentes émeutes populaires et sous la pression de l'armée et de l'opposition, qui s'opposaient à sa volonté de vouloir rester au pouvoir qu'il détenait depuis 1987.

Le 6 avril, il a été condamné par contumace à la prison à perpétuité à l'issue d'un procès de six mois devant le tribunal militaire de Ouagadougou, pour son rôle dans l'assassinat de son prédecesseur Thomas Sankara, lors d'un coup d'Etat qui l'a porté au pouvoir cette année là.

Ce procès historique s'était ouvert en octobre 2021, 34 ans après la mort de Sankara, icône panafricaine.

Les avocats de Blaise Compaoré avocats avaient dès le début dénoncé "un procès politique" devant "une juridiction d'exception".

L'ex-président était soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat de son ancien compagnon d'armes et ami arrivé au pouvoir par un putsch en 1983, ce qu'il a toujours nié.

La mort de Thomas Sankara, qui voulait "décoloniser les mentalités" et bouleverser l'ordre mondial en prenant la défense des pauvres et des opprimés, a été un sujet tabou pendant les 27 ans de pouvoir de M. Compaoré.

AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance